Archives par mot-clé : adoption musicale

Faire sien le répertoire : rencontre avec Joseph Pariaud

L’archive de la semaine retourne dans le fonds Musiques migrantes de Villeurbanne, mis en ligne sur le portail rhônalpin du patrimoine oral et invite à (ré)écouter l’entretien réalisé en 2016 avec Joseph Pariaud, musicien villeurbannais spécialiste des répertoires traditionnels d’Amérique du Sud. Il nous racontait alors comment les musiques d’Amérique du Sud avaient pris place dans sa vie de musicien, et de quelle manière il avait fait sien ce répertoire.
Continuer la lecture de Faire sien le répertoire : rencontre avec Joseph Pariaud

De la basse électrique aux flûtes doubles du Rajasthan : itinéraire d’une adoption musicale

Il fait gris, il fait froid, il faut s’y faire, les vacances sont bel et bien finies… Heureusement, au CMTRA, nous avons un moyen infaillible pour satisfaire toute envie intempestive de voyage au bout du monde : une ballade dans le fonds Musiques migrantes de Villeurbanne ! Cette semaine, notre oreille s’est arrêtée sur un entretien de 2011 avec Pierre-Yves Voisin, multi-instrumentiste et spécialiste des instruments de musique du Rajasthan. Il nous racontait alors sa rencontre avec la musique et les instruments de cette région du Nord de l’Inde.

***

Pierre-Yves Voisin fait partie de ces musiciens voyageurs, de ces transfuges culturels que rien ne prédestinait a priori à embrasser une culture musicale venue de l’autre bout du monde. Lorsque nous le rencontrons en 2011, il nous parle de son parcours musical, qui l’a mené de Lyon au Rajasthan, en passant par Clermont-Ferrand et Avignon. À l’âge de 18 ans, alors qu’il prépare un DEM de basse électrique au conservatoire d’Avignon, il découvre les flûtes doubles et les tablas grâce à son grand frère, qui importe des instruments indiens, marocains et vietnamiens pour les vendre en France. De cette rencontre avec les instruments, découle rapidement le premier d’une série de voyages en Inde, et l’apprentissage auprès de plusieurs maîtres rajasthanis.

Au micro de Yeon Sue Park, Pierre-Yves parle longuement des multiples instruments dont il joue et les présente un à un : les guimbardes, les flûtes doubles (Satârâ et Alghoza), la ravanhatta (vielle indienne) et les tablas. Désormais spécialiste et passionné, il raconte leurs histoires, décrit les techniques de jeux, évoque les contextes dans lesquels ils sont joués, et nous interprète plusieurs morceaux.

Morceau à la Satârâ, interprété par Pierre-Yves Voisin – voir la notice complète ici

L’itinéraire musical de Pierre-Yves Voisin fait écho à ces « adoptions musicales » qui avaient fait l’objet l’année dernière d’une Escale sonore au Rize et du documentaire sonore « Musiques de cœur et d’adoption »  réalisé par Laura Jouve-Villard et Olivier Minot. Comme Pierre-Yves, les musiciens de ce documentaire racontent leur rencontre, souvent accidentelle, avec une musique venue d’ailleurs. Pour Pierre-Yves, ce sont les instruments qui l’ont amené à la musique du Rajasthan. Pour d’autres, les bandes originales des films d’Emir Kusturica et de Tony Gatlif servirent de portes d’entrées vers les musiques traditionnelles des Ballkans.

Au temps de la rencontre succède celui des voyages, moments de découverte et d’apprentissage, d’imprégnation de la culture musicale mais aussi moyen de légitimation de l’entreprise, pour pouvoir dire « j’y suis allé ». En effet, de retour en France, les voyages servent souvent de cautions à ces artistes qu’a priori rien n’autorise à jouer ces musiques. Mais dans les pays d’où sont originaires ces musiques, la posture de l’étranger jouant les musiques traditionnelles peut également être difficile à tenir. Pierre-Yves Voisin raconte ainsi les réactions diverses des Indiens devant lesquels il a eu l’occasion de se produire, partagés entre l’enthousiasme, teinté d’étonnement, de voir un occidental jouer leur musique et la réserve devant un jeu jugé trop approximatif.

Ces histoires de vie passionnantes donnent à voir des liens particuliers entre musiques, territoires et migrations, et invitent à repenser la notion de « musique migrante ». L’expression, empruntée à Laurent Aubert qui dirigea en 2005 l’ouvrage collectif du même nom, renvoie aux mutations de la musique à travers les expériences migratoires. Ainsi, lorsque l’on parle de musiques migrantes, nous pensons souvent aux « interprètes de musiques dites ‘‘traditionnelles’’ ayant récemment été amenés à développer leur pratique dans l’émigration, loin de leur terre d’origine » (Laurent Aubert (dir.), Musiques migrantes, 2005, page 14).

Il s’agit donc de toutes les pratiques et expressions musicales témoignant d’un déplacement géographique et culturel. Cependant, la notion de déplacement peut recouvrir des réalités plus vastes que la seule migration. Le déplacement peut être réel (la migration en tant que telle) mais aussi historique (la migration des parents ou grands-parents) ou encore symbolique ou imaginé : le champ des musiques migrantes s’ouvre alors aux immersions dans d’autres cultures musicales, par le biais d’apprentissages et de voyages répétés, qui n’impliquent pas une migration au sens premier du terme.

Pierre-Yves Voisin, à l’instar de nombreux musiciens voyageurs et curieux, nous donne un bel exemple des voyages réels ou inventés, des migrations symboliques et des mobilités culturelles qui font des musiques traditionnelles des objets vivants, dont chacun peut s’emparer.

Pour aller + loin :

  • Laurent AUBERT (dir.), Musiques migrantes, de l’exil à la consécration, Genève, Musée d’ethnographie, 2005, 235 p.
  • Laura Jouve-Villard et Olivier Minot, « Musiques de cœur et d’adoption » , documentaire sonore

Crédit photo : Metropolitan Museum of Art – Pièce de coton du 18e

 

Adoptions musicales ?

ESCALE SONORE DU JEUDI 31 MARS 2016 AU RIZE
23 rue Valentin Hauy // 69100 Villeurbanne
« Musiques de cœur et d’adoption« 

Depuis 2008, Le Rize et le CMTRA mènent ensemble un projet de recherche-action dédié aux pratiques et mémoires musicales des habitants de Villeurbanne. Les Escales Sonores sont des soirées organisées deux à trois fois par an au Rize, destinées à faire résonner ces musiques collectées dans la vie quotidienne du territoire, et à questionner par leur prisme les parcours de vie des habitants qui les jouent, les entonnent et les transmettent. Si nous avons souvent privilégié une entrée territoriale pour donner à voir et à entendre les patrimoines musicaux de la ville (musiques d’Italie, du Maghreb, d’Espagne, d’Arménie…), nous cherchons de plus en plus à les aborder par un angle thématique permettant de croiser les regards, les pratiques et les répertoires de musiciens issus de différentes aires culturelles. Après les « Musiques sacrées » ou les « Mondes d’amour en musiques« , la prochaine Escale Sonore sera consacrée aux « Musiques de cœur et d’adoption ».  Késako ?

Vous avez forcément déjà croisé un spécimen de cette espèce, peut-être même en connaissez-vous personnellement : un breton qui se met au chant diphonique mongol, une ardéchoise qui adopte  le oud arabo-andalou, un parisien qui se prend de passion pour la samba et vole vers Rio comme on part en pèlerinage, un premier prix du conservatoire de Versailles qui troque la flûte traversière pour les flûtes du Rajasthan etc. C’est à ces figures de l’immersion, de l’adoption, de la conversion musicale que nous nous intéresserons ce JEUDI 31 MARS à partir de 17h30, au Rize.

Ces histoires de vie sont passionnantes, car elles incarnent à l’échelle d’une vie de musicien tous les petits riens qui composent la rencontre d’une culture qui a priori, n’avait rien à voir avec la notre. Ces trajectoires mettent en lumière toutes les opérations de traduction nécessaires à ce que cette rencontre ait lieu, tous les malentendus, les hasards, les épreuves et les déceptions  qui pavent le chemin de l’imprégnation d’une culture musicale de laquelle rien ne nous est acquis d’avance. Ces histoires nous parlent aussi de transmission et de dialogue interculturel, des gestes, des mots, des odeurs et de toutes les choses indicibles par lesquelles un monde culturel devient perméable et appropriable. Elles nous conduisent à questionner enfin, comme en miroir, nos propres dispositifs de médiation, d’éducation musicale destinés à des publics pluriels.

Au programme de la soirée :
À 17h30 dans la Médiathèque : un atelier chansons des Balkans pour petits et grands, assuré par Juliette Delachaux (violon), Didier Laurencin (bouzouki) et Alexandre Michel (clarinette), tous trois musiciens de la Bande à Balk.

À 18h30, dans l’espace Cafétéria : écoute collective d’un documentaire sonore, suivie d’une discussion avec le public en présence de :
Talia Bachir-Loopuyt (ethnomusicologue),
Arnaud Didierjean (spécialiste du chant Dhrupad),
– Aurélien Galichet (guitariste flamenco),
-Didier Laurencin (ethnologue et musicien, spécialiste des percussions cubaines et du rebetiko grec).

À partir de 20h30, place aux concerts avec le Trio Janela – Semeurs de Samba, et la Bande à Balk.

Venez nombreux ! Et pour toute question n’hésitez pas à nous appeler ou nous écrire :
laura.jouve-villard@cmtra.org // 04 78 70 45 47