Une chanson douce…

Cette semaine, « l’Archive de la semaine » nous emmène dans l’univers de la conteuse et poète cubaine Mercedes Alfonso, à travers son interprétation de la berçeuse « Drume Negrita », une douceur à l’oreille…mais des paroles au cœur lourd.

« Drume Negrita » (extraits et commentaires) – Contes et chants de Cuba  – Lire la notice détaillée

La langue de Mercedes Alfonso est « chantante » des accents et héritages multiples qui composent la culture cubaine, mais elle ne se définit pas comme chanteuse : « Je chante comme on chante à Cuba parce que tu as entendu depuis que tu es petite les berceuses que chantaient ta mère, ta grand mère ou la voisine d’à côté qui est en train d’étendre son linge… Pour nous c’est quelque chose de très naturel ! ». Mercedes est bien connue de la communauté cubaine de l’agglomération lyonnaise où elle a élu domicile au début des années 2000, et où elle créée en 2010 l’association Ekelekua, dédiée à la promotion de la culture cubaine. Elle l’est aussi du mouvement du Renouveau du conte cubain né dans les ateliers du Grand Théâtre National de Garcia Llorca à la Havane, où elle a fait ses premières armes en tant qu’écrivaine.

Nous avons rencontré Mercedes Alfonso en avril 2011 dans le cadre du projet de collectage des « Musiques migrantes de Villeurbanne ». Elle a choisi de nous interpréter cette berceuse qu’elle entonnait en ouverture de chacune des représentations de son spectacle « Le Lézard vert » qui reprend le surnom communément donné à cette île longiligne des Caraïbes.

« Drume Negrita »
Paroles originales, traduction en castillan et traduction française

Mamá la negrita se le salen lo pie e’ la cunita la negra Merce’ ya no sabe que hace’.

Tu drume negrita
que yo va’ compra’ nueva cunita
que va’ tené capite’
que va’ tené cajcabel.

Si tu drumi yo te traigo un mamey muy colorao’
y si no drumi yo te traigo un babalao
que da pau pau.

Tu drume negrita
que yo va’ compra’ nueva cunita
que va’ tené capite’
que va’ tené cajcabel.

A la negrita se le salen los pies de la cunita
Y la negra Merce’ ya no sabe que hacerDuerme negrita
Que yo voy a comprar nueva cunita
Que tendrá capitel y también cascabelSi tu duermes yo te traigo un mamey muy colorao
Si no drume yo te
traigo un babalao
Que da pau pauDuerme negrita
Que yo voy a comprar nueva cunita
Que tendrá capitel y también cascabel
Les pieds de la petite fille noire sortent du berceau
Et la noire Merce’ ne
sait plus quoi faireDors, petite fille noire
Car je vais acheter un petit berceau neuf
Qui aura un baldaquin et aussi un hochetSi tu dors, je t’apporte un mamey bien rouge
Si tu ne dors pas, j’appelle un babalao
Qui te fait pan pan.Dors, petite fille noire
Car je vais acheter un petit  berceau neuf
Qui aura un baldaquin et aussi un hochet

Les lecteurs hispanophones (ou à peu près) de cette page auront sûrement remarqué que la version originale reproduite ci-dessus laisse entendre les accents créolisés de l’espagnol cubain, imprégné des différentes langues parlées dans les Caraïbes depuis les débuts de la colonisation du pays au XVIe siècle : du castillan bien sûr, de l’anglais et du français également, mais aussi des traces d’anciennes langues amérindiennes et de différents dialectes du Yoruba, qui est encore parlé dans les rituels de la Santeria. Le « duerme » (qui signifie « dort », à l’impératif) se transforme alors en « drume » tandis que certains termes renvoient clairement au culte des Orishas qui structure les pratiques religieuses des peuples yoruba telles que le candomblé dans le Nord du Brésil, l’umbanda autour de Rio de Janeiro, ou la Santeria à Cuba. Le « Babalao » dont il est question dans cette berçeuse est un prêtre yoruba, littéralement « le père qui détient les secrets » et qui les transmet aux initiés.

Certainement composée par le pianiste et compositeur Eliseo Grenet (l’histoire reste floue à ce sujet…), « Drume Negrita » a fait l’objet de nombreuses reprises notamment dans le monde du jazz. C’est toutefois l’icône cubaine Bola de Nieve (Ignacio Villa dit « Boule de Neige », chanteur, pianiste et compositeur) qui lui donna ses lettres de noblesse avec l’interprétation toute en finesse que voici :

Il serait en outre difficile de passer à côté de la superbe version offerte par la grande chanteuse argentine, Mercedes Sosa, dont l’engagement politique et social était reconnu sur la scène internationale :

Un mystère demeure : existe-t-il un lien entre ce « Drume Negrita » et la fameuse berceuse « Duerme Negrito » rendue célèbre par Atahualpa Yupanqui ? Si la référence à la situation des esclaves africains est plus prégnante au sein de la seconde, les deux chants se ressemblent par la dureté de la réalité décrite ou sous-entendues, les origines sociales culturelles auxquels ils renvoient… et cet espoir d’un monde meilleur.

Cette question soulevée, nous vous laissons désormais voguer au gré des « suggestions » d’écoute de vos lecteurs de musique, à la (re)découverte de ce patrimoine musical latino-américain aussi fascinant que bouleversant !

À la semaine prochaine !

Pour aller plus loin :

– Jorge Bello, « Duerme, Duerme Negrita », Diario Uno, 9 juillet 2013 – Accessible en ligne 

– Enrique Balmaseda Maestu, « A huella africana en el español caribeño a través de Mojana, Drume negrita y Saludo Chango », Actas del XXXVII Simposio Internacional de la Sociedad Española de Lingüística (SEL), 2008 – Accessible en ligne

Crédits photo : Public Domain Pictures 

« Norouz » ou le Nouvel An iranien

Très belle année 2017 à tous ! Que vous soyez lecteurs assidus de ce carnet ou simplement de passage, le CMTRA vous souhaite beaucoup de joie pour les mois à venir, mais aussi de l’enthousiasme, de l’étonnement, de la curiosité, de l’ouverture et beaucoup, beaucoup, de perles sonores et musicales ! Nous voici de retour pour cette première « Archive de la semaine » de 2017.

Si vous avez fêté avec ardeur ces derniers jours le passage de 2016 à 2017, il y a, vous vous en doutez, de nombreux pays et cultures pour lesquels la nouvelle année n’est pas encore advenue. Nous nous intéresserons donc ici aux 300 millions de personnes dans le monde pour qui le Nouvel An s’appelle Norouz et se célèbre entre le 20 et le 21 mars, jour de l’avènement du printemps.

Nâzie Bertin est née dans une famille kurde en Iran et passe son enfance à Téhéran. En 1986, elle quitte son pays et s’installe à Lyon. Nous la rencontrons en 2009 dans le cadre de la préparation de l’exposition « Musiques ! Voyages sonores à Villeurbanne » conçue en partenariat avec Le Rize. Dans cet entretien, Nâzie évoque avec passion les fêtes de son pays d’origine, où la musique occupe une place centrale. Elle aborde la fête de « Norouz »  en nous livrant une description particulièrement fournie, soulignant ainsi son importance pour les populations qui célèbrent cette arrivée d’un nouveau printemps.

Chants persans : rencontre avec Nâzie Bertin – Voir la notice détaillée

Le 23 février 2009, l’UNESCO a fait de Norouz une journée internationale figurant dans la liste de l’héritage culturel du patrimoine mondial. L’institution décrit Norouz selon les termes suivants : « Le Novruz, ou Norouz, Nooruz, Navruz, Nauroz, Nevruz, marque le nouvel an et le début du printemps dans une zone géographique très étendue, comprenant, entre autres, l’Azerbaïdjan, l’Inde, l’Iran, le Kirghizistan, le Pakistan, la Turquie et l’Ouzbékistan. Il est fêté chaque 21 mars, date calculée et fixée à l’origine en fonction des études astronomiques. ». Cette fête coïncide en effet avec le premier jour du printemps (21-22 mars), au moment où le soleil entre dans le signe du bélier, le premier signe du zodiaque selon le calendrier solaire.

Dans cette enquête passionnante, Nâzie Bertin déroule le fil de trois rituels traditionnels réalisés lors du Norouz iranien :

  • Le Tchâhâr Shanbeh Souri

« Zardie man az tou Sorkhie toua z man » par Nâzie Bertin

Littéralement « Mercredi enflammé », le Tchâhâr Shanbeh Souri se déroule entre le dernier mardi et mercredi de l’année solaire (au mois de mars). Ce soir-là, dans les cours, sur les places ou dans les jardins, des « bouquets de feu » sont allumés en ligne sur le sol. Seul ou par deux, les iraniens prennent leur élan pour sauter au dessus des flammes en entonnant à chaque envolée la même petite ritournelle : « Zardie man az tou Sorkhie tou az man »; « Je te donne ma couleur jaune, tu me donnes ta couleur rouge », le jaune faisant référence à la fatigue, la faiblesse, et le rouge à la force et la vitalité du feu.

  • Les Haft sin

Les Haft sin est une tradition cardinale et séculaire de Norouz. Le soir du 20 mars, les familles se réunissent et dressent une table joliment nappée qui accueillera treize jours durant une série d’objets et parmi eux, les Haft sin : sept objets dont le nom commence par un « s » dans la langue persane et qui ont chacun une symbolique bien précise. On y trouve généralement :

  • Sabzeh, des germes de blé ou lentille qui ont été semés quelques jours auparavant et qui évoquent la renaissance et la vie.
  • Sir, de l’ail pour la santé.
  • Samanou, une crème très sucrée faite avec des germes de blé et qui est symbole de l’abondance.
  • Senjed, un fruit séché du jujubier pour l’amour.
  • Somâq ou baies de sumac dont la couleur rappelle celle du lever du soleil.
  • Sib, une pomme en référence à la beauté et la santé.
  • Serkeh, un vinaigre qui symbolise l’âge et la patience.
  • Sonbol, une jacinthe qui annonce l’arrivée du printemps.
  • Sekkeh, des pièces de monnaie qui font allusion à la prospérité

Nâzie Bertin évoque également la présence d’œufs peints qui sont réalisés à cette occasion, du Coran, du Divân du poète iranien Hafez et précise qu’ensuite, chacun est libre d’y ajouter ce qu’il souhaite.

  • Le Sizdah bedar

Nâzie Bertin cite les paroles de la chanson qui accompagne la mise à l’eau courant des Sabzeh

Le 1er Farvardin ou 21 mars est le 1er jour de la nouvelle année : c’est là que commencent les Eïd didani, les visites à la famille et notamment aux personnes âgées. C’est pour nombre de jeunes iraniens une sorte de Noël où les aînés offrent cadeaux ou argent.

Le treizième jour a lieu le Sizdah bedar (littéralement « treizième dehors ») : les familles ramassent les germes de blé qui ont poussé et se retrouvent à l’extérieur – généralement dans les parcs – pour pique-niquer et jeter à l’eau courante les Sabzeh cultivés. En faisant ainsi, « toutes les maladies, les malheurs, toutes les malchances s’en vont dans l’eau courante ».

Comme le restitue très joliment ce portrait de voyage en Iran produit par Arte, le Norouz est une tradition « pleine de symboles et de poésie ». Pour terminer ce billet, nous vous invitons donc à découvrir ce bref carnet animé de Bastien Dubois.

Pour en savoir davantage sur Norouz et notamment ses racines historiques :

– Hélène Beury et Shahzâd Madanchi, « Regard sur la fête de Norouz : traditions des Perses », La revue de Téhéran, n°77, avril 2012 (en ligne)

– Arefi Armin, « En Iran, un Norouz célébré à l’unisson », Blog Lemonde.fr « Dentelles et Tchador », le 20 mars 2010

Crédit photo : Taksavar

L’esprit de Noël

À l’approche de la fin d’année, nous avons bien évidemment cherché au sein de notre Portail régional du patrimoine oral quelques archives sonores qui évoqueraient d’une façon ou d’une autre les festivités à venir : témoignages ou chants à propos des « Noël d’antan » ou « d’ailleurs », contes et légendes faisant appel à des figures aussi mythiques que notre fameux gros bonhomme à barbe blanche… Assez étonnamment, les fonds jusque ici traités par le CMTRA ne regorgent pas d’éléments en la matière, contrairement à nos collègues de l’AMTA, de La Loure ou encore de la Maison du Patrimoine Oral de Bourgogne, de l’INOC et du CRmTque nous avons donc aussi décidé de valoriser ici ! 

Noël a sorti le bout de son nez, cela n’aura échappé à personne : pour certains, cette période est synonyme de vin chaud, de bons et fastueux repas, de retrouvailles en tous genres et autres gourmandises. Pour d’autres – et pour des raisons si différentes qu’il serait vain de vouloir les énumérer ici – c’est surtout un mauvais moment à passer.

Alors, en hommage à tous ceux pour qui Noël est un calvaire, nous avons fait le choix de sélectionner au sein du Fonds Jacques Bardot le témoignage d’une femme enregistrée en 1980 qui semble n’avoir pour cette fête aucune sympathie particulière…

Écoutez plutôt :

Voir la notice détaillée de l’enregistrement

« – Vous avez des souvenirs de Noël ? » demande l’enquêtrice.
Oh pas bien, moi je ne me suis jamais bien amusée » répond la femme, faisant la moue.

Mais, une anecdote semble ranimer tout de même quelques bons souvenirs et l’envolée du « M’sieur le Curé ! Descendez-voir, elles sont toutes saoules ! » est tout simplement réjouissante. Le reste du témoignage est émaillé d’expressions qui renvoient à l’austérité des noëls vécus : « C’était pas bien gai », « Fallait être solide »… Quant aux « répétitions » certainement de chants de messe, qui semblent résumer l’esprit du 25 décembre pour cette femme tant elles sont prégnantes au sein de cette enquête, on en comprend à la fin qu’il y en « avait tout le temps… Tout l’hiver ! Pour n’importe quoi ! ».

Ah… l’esprit de Noël !

Mais pour ne pas vous laisser en reste, nous vous proposons tout de même de découvrir 5 archives sonores qui sont issues des fonds sonores de nos partenaires et qui font références à Noël :

Chants :

Un « Noël du Velay », recueilli et arrangé par Jean Pitacco

Un chant de noël en Occitan

Airs instrumentaux :

« Revelhatz vos pastorels » joué par Eugène Tarrade 

Un Noël bourguignon, « Grand Dieu ribon ribaine » joué à la vielle par Alain Vieillard

Témoignages : 

La bénédiction de l’agneau à la messe de minuit en Normandie

Nous vous souhaitons à tous de très bonnes fêtes de fin d’année et rendez-vous à partir de la semaine du 2 janvier pour la reprise de « l’archive de la semaine » !

Crédit photo : LoboStudioHamburg

Polka effrontée

« Mon papa ne le veut pas
Que je danse, que je danse
Mon papa ne le veut pas
Que je danse la polka »

Cette chanson, collectée par Jacques Bardot en 1984 à Véranne dans le canton du Pilat, fait l’effet d’une vraie petite madeleine de Proust sonore. Qui n’a en effet jamais entendu cette petite ritournelle durant son enfance ? Et à en croire les nombreuses traductions que l’on peut trouver, ce n’est en rien limité au seul territoire français…!

Écoutez plutôt :

Découvrir la notice détaillée 

L’air est légèrement différent de la célèbre comptine pour enfant au sein de laquelle Gugusse avec son violon fait danser les filles et les garçons, mais il est probable qu’il s’agisse en réalité de la même chanson, la seconde ayant été retravaillée à destination des plus jeunes, notamment du point de vue des paroles.

Il y est de toute façon toujours question du même problème : « mon papa ne veut pas que je danse la polka ». Mais pourquoi diable s’y oppose-t-il ? Et à qui s’adresse-t-il ?

Comme le note l’anthropologue Catherine Monnot dans son ouvrage Petites filles d’aujourd’hui, l’apprentissage de la féminité, « rien dans le texte n’indique le sexe du personnage qui chante » alors qu’il est communément admis qu’il s’agit certainement d’une jeune fille (un extrait à lire ici). Et si le père s’oppose à la pratique de cette danse, c’est certainement car la polka se danse en couple… et qu’après avoir gagné toute l’Europe au cours du XIXe siècle, elle s’est aussi extrêmement popularisée. En outre, d’un tempo vif, la polka est particulièrement entraînante : cela sied-t-il aux jeunes gens de l’époque ?

Heureusement, la « morale » de l’histoire est bien moins puritaine… Nous savons en effet tous ce que décide le narrateur face à l’interdiction du père :

« Il dira c’qu’il voudra
Moi, je danse, moi, je danse
Il dira c’qu’il voudra
Moi je danse la polka »

Ou comment une gentille comptine pour enfants est en fait un appel assumé à la désobéissance…

Visuel : Carte postale libre de droit de Hamon

Pour aller plus loin :

  • Catherine Monnot, Petites filles d’aujourd’hui, l’apprentissage de la féminité, Éditions Autrement, 2009

Soupe de crozets et croziflette !

Il faut le savoir, l’équipe salariée du CMTRA est particulièrement gourmande. L’idée de dénicher parmi les archives sonores de notre Portail régional du patrimoine oral une notice qui ferait référence de près ou de loin à une recette a donc rapidement fait son chemin. Et nous voilà donc parties sur la trace des crozets, ces petites pâtes carrées à la farine de sarrasin qui seraient d’origine savoyardes et qui sont mentionnées au sein de deux enquêtes, toutes deux extraites du Fonds sonore de Charles Joisten déposé au Musée Dauphinois, et dont nous avons documenté une petite partie l’été dernier.

Point de « croziflette » ici (si vous êtes pressés : jetez tout de même un œil au bas de cet article) : il s’agit plutôt de soupe de crozets, dont la recette a été enregistrée le 3 juin 1973 par Charles Joisten auprès d’une habitante de Molines-en-Queyras.

« La recette des crozets à Poligny » – Voir la notice détaillée

« Et la soupe, comment vous la faites avec ça ? »
« Et bien, vous les faites cuire ! (…) Et vous y mettez du bon ! »

LA SOUPE DE CROZETS – Comment y mettre du bon
Ingrédients : crozets, beurre, sel, lait et fromage râpé

  • Faire bouillir une casserole d’eau chaude. Y mettre les crozets et rajouter un peu de beurre et du sel.
  • Quand les crozets montent et restent à la surface, cela signifie qu’ils sont cuits.
  • Rajouter du lait et un peu de fromage râpé.

Cette recette diffère de peu avec celle exposée par Zélie Cohard dans son témoignage relatif aux conditions de vie et de travail des mineurs de la Taillat en Isère, enregistré quelques années plus tard le 13 juin 1977, toujours par Charles Joisten :

« Coutumes et croyances, les trésors cachés et la mine de la Taillat » Voir la notice détaillée

« On mettait ces petits bouts (…) un grain de fromage et puis on mettait de l’eau. Y remuaient bien pour faire fondre le fromage, et puis ils mettaient le beurre, de l’eau et du lait (…) Ils faisaient cette soupe mais très épaisse. Mon grand père disait que la cuillère se tenait droite au milieu !»

Composée de farine (de sarrasin originellement mais on en trouve également de blé dur), d’œuf, de sel et d’eau, la pâte de crozets ressemble à une sorte de pâte brisée, abaissée au rouleau et découpée en petits carrés. Au sujet de sa réalisation « maison » Zélie Cohard raconte : « J’ai encore la planche qui coupaient dessus. Mais moi je ne sais pas faire : c’est une pâte très très dure ! (…) Il faut la couper très vite, il faut avoir bien l’habitude ».

Souvent assimilés à la Savoie, les Crozets seraient en réalité d’origine piémontaise et remonteraient au XIIIè siècle : beaucoup de conditionnels pour une genèse incertaine ! L’étymologie même du terme « Crozet » porte aussi à confusion : en patois savoyard, il y a bien « croé » qui signifie « petit » ; mais en latin, « crux » (croix) qui a donné naissance en savoyard à « crwé »  pourrait aussi renvoyer à la croix que les dauphinoises traçaient sur les pâtes avant de les jeter à l’eau…

Le plat s’est en tous cas répandu et chaque vallée a ensuite développé sa propre recette : à ce sujet, il semble que la soupe de crozets – dont il est question dans les témoignages collectés et présentés ci-dessus – était la nourriture exclusive des mineurs du Pays d’Allevar, à la frontière du Dauphiné et de la Savoie. C’est ce que confirme Zélie Cohard à qui est posée la question de la nourriture des mineurs de la mine de la Taillat : « La soupe de crozets et la polenta ! – Tous les jours ? – Tous les jours ! »

A l’approche de Noël, toutefois, nous ne pouvions vous laisser sans la recette de la « croziflette »… et la version proposée ci-dessous nous a paru tout à fait à propos !

Bon appétit !

La croziflette de Marie et Florence from L’Art de Vivre on Vimeo.

Vous aimez et les archives et la cuisine ?

  • Retrouvez « la recette du mois » publiée sur les formidables « Carnets de la Phonothèque ». Mathilde Bresc, en charge, entre autres, des archives sonores des Alpes de Haute-Provence au sein de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), y reprend les recettes enregistrées et révélées par les informateurs sur le terrain puis les teste elle-même avant de les livrer sur le blog !
  • Découvrez également le « blog du fonds gourmand » de la Bibliothèque municipale de Dijon qui est proposé avec beaucoup d’humour mais avec aussi – et surtout – de vrais bouts d’Histoire dedans !

Visuel : BastienM, photo libre de droits

 

Le carnet du CMTRA