Archives de catégorie : ZOOM SUR…

Comment l’Auvergne a fait danser Paris

Quel est le point commun entre la cabrette auvergnate, l’accordéon italien et les bals musette de Bastille ? La réponse en un nom : Antonin Bouscatel, un illustre cabretaïre originaire du Cantal qui avec ses amis musiciens de la communauté auvergnate du Paris des premières heures du XXe siècle, va durablement marquer l’histoire de la vie nocturne et de la scène musicale de la capitale.

Ecouter en ligne le documentaire sonore

C’est cette histoire qu’a entrepris de nous raconter l’auteure d’un documentaire sonore de 53 minutes, diffusé par  “La Fabrique de l’Histoire” sur France Culture et consultable en podcast. Péroline Barbet, les auteurs de ce carnet la connaissent bien : réalisatrice et archiviste sonore, elle a été responsable de la conservation et de la valorisation du centre de ressources du CMTRA pendant près de 10 ans. Elle a réunit ici un très riche matériel documentaire fait d’archives sonores et manuscrites, de recherches bibliographiques pointilleuses et d’entretiens récents. Parmi ces témoignages nous retrouvons ainsi la voix d’Eric Montbel, l’un des fondateurs du CMTRA en 1991, collecteur-musicien, spécialiste de la cornemuse à miroir du Limousin.

Se dessine donc entre les lignes de vie de ce fameux “Bousca” une vie culturelle parisienne tanguant entre expansion urbaine et immigrations rurales. La capitale des musiques du monde commence peut-être ici, avec l’invention de métissages culturels alors inédits. Lorsque la cabrette de Bousca rencontra l’accordéon des italiens, ce que nul musicien n’avait fait avant lui, ainsi que les banjos et les rythmes tziganes, s’esquissait alors la naissance de ce qui nous apparaît aujourd’hui comme ce que la France compte de plus “traditionnel” : le bal musette.

Pour aller plus loin…
Voir le livre d’André Ricros et Eric Montbel publié par l’AMTA, 2015 :
Bouscatel – Le Roman d’un Cabretaïre

Image de une : “Bal des trois colonnes au 51 rue de Lappe”, collection personnelle André Ricros.

Une sonothèque des accents de la francophonie

André Minvielle, cet “universel griot des Pyrénées, rappeur du Béarn, batteur, bretteur, rhéteur, ténor lyrique, Mariano de bistrot, mariole de campagne, enfant naturel d’Archie Shepp et de Boby Lapointe, de Deleuze et de Lubat” (comme le décrit presque exhaustivement Francis Marmande) : voilà près de douze ans qu’il sillonne les cafés, marchés, salles à manger de France et de Navarre (mais surtout de Midi-Pyrénnées) pour collecter ici et là les « accents de la francophonie, des langues de France et autres langues à suivre… ».  “Suivez l’accent“, c’est l’ensemble des machineries numériques, des boîtes à sons de bric ou de broc qu’André Minvielle et ses fidèles comparses inventent au cas par cas pour faire résonner ces “alphabets du corps social”, pour “réveiller les mémoires locales” et surtout pour questionner l’accent, son étrange étrangeté et les assignations identitaires qu’il peut éveiller en chacun de nous.

Le fruit des centaines d’heures de collectes sonores réalisées depuis 2004 est pour une large part en ligne, dans un format édité, monté et mixé : on peut ainsi naviguer dans la sonothèque des accents de la francophonie suivant un classement par région puis par département. D’autres entrées thématiques bien moins fournies mais non moins alléchantes proposent des “voix d’ici de là” (que l’on entend plus souvent mais que l’on ne prend pas toujours le temps d’écouter) et “d’autres voix à suivre” (entre le Mexique et le Val d’Aran).

Si le travail de collecte semble s’être ralenti depuis quelques années, “Suivez l’accent” continue de vivre au travers de projets éditoriaux, de conférences, d’expositions itinérantes ou virtuelles, et bien sûr à chaque concert d’André Minvielle qui ne se déplace plus sans ses boîtes à accents, sorte de “boîtes à meuh” délivrant les voix déconditionnées et déterritorialisées qui ont croisé ses oreilles de polyglotte.

Arménie(s) musicales

Le documentaire sonore “Arménie(s) musicales” réalisé par Olivier Minot et le CMTRA dans le cadre de l’Escale Sonore du jeudi 3 décembre 2015 est en ligne !

Un documentaire de Laura Jouve-Villard et Olivier Minot
Collectages: Yael Epstein, Laura Jouve-Villard
Avec les témoignages et musiques de Jean Berberian
Alice Bodourian, Levon Chatikyan, l’Ensemble Spitak (Kevork Chekherdemian, Miran Gazarian et Karen Ghahramanian), Haïg Sarikouyoumdjian et Meri Vardanyan.
Visuel : www.maidachavak.com
Durée : 13min25
Production: CMTRA // 2015

“Le plus grand Jukebox du monde”

En Mai 2011, le New York Times annonçait l’ouverture de “la plus grande collection d’enregistrements historiques de tous les temps” disponible gratuitement, et en ligne : suite à la signature d’un accord entre Sony Music Entertainement et la Library of Congress (Washington DC), ce sont plus de 10 000 documents sonores datant de 1901 à 1925, pour une grande part enregistrés par la Victor Talking Machine Company, qui se sont retrouvés consultables en streaming. Ce dépôt vient s’ajouter à celui signé début 2011 avec Universal Music Group, qui pour la première fois dans l’histoire des labels phonographiques avait décidé de déposer l’intégralité de ses collections au “Packard Campus for Audiovisual Conservation”, dans l’Etat de Virginie.

Les enregistrements rendus disponibles à ce jour sont classés par genre (musique classique, musique populaire, musique ethnique, musique et discours religieux) dont les intitulés et les frontières gagneraient à être questionnés mais qui facilitent la navigation. Une autre entrée de recherche permet de naviguer dans les collections de collecteurs ou d’institutions ayant déposé leurs fonds à la Library of Congress. C’est ainsi que l’on peut écouter les quelques 444 items sonores de la campagne de collectage du folkloriste Alan Lomax dans les Etats du Michigan et du Wisconsin, en 1939 : c’est par ici.

Une immense part des fonds sonores déposés reste encore à numériser, traiter, et mettre à disposition sur le “plus grand jukebox du monde” de la Library of Congress. Mais parmi les documents disponibles à l’écoute aujourd’hui, il y a déjà de quoi faire : un “Savez-vous planter les choux” enregistré dans le New Jersey au cœur de l’été 1918 (de la “musique ethnique” donc, comme l’indique le critère de genre), ça vous dit ?

Enregistrements du Congrès du Caire (1932)

115162107

La BNF, en partenariat avec l’émirat d’Abou Dhabi et sous la direction scientifique de l’ethnomusicologue Jean Lambert, viennent de publier l’intégralité des enregistrements du mythique Congrès de musique arabe du Caire de 1932, en un coffret de dix-huit CD accompagnés d’un livret de 250 pages. Un important travail de restauration, mené par Luc Verrier (expert en numérisation et préservation numérique des documents audiovisuel) a été nécessaire pour rendre publiques ces archives sonores issues d’un des premiers forums d’envergure internationale consacré aux musiques non-européennes. Le Congrès du Caire, commandé par le Roi Fouad et le gouvernement égyptien dès 1929, visait à réunir les plus grands compositeurs et musiciens du monde islamique autour d’un projet de système modal unique qui serait reconnu par toutes les musiques arabes.  Premier congrès musicologique rassemblant des spécialistes et artistes des mondes arabes et européens, il s’agit aussi d’un des premiers rendez-vous internationaux destiné à collecter, enregistrer et archiver des interprétations de référence des musiques traditionnelles du Maghreb et du Proche-Orient. Le Congrès du Caire joua enfin un rôle majeur dans l’invention des contours identitaire d’une “musique arabe”.

Lire l’article de Jean Lambert : “Retour sur le Congrès de Musique Arabe du Caire de 1932. Identité, diversité, acculturation : les prémisses d’une mondialisation“. Actes du Congrès des Musiques dans le Monde de l’Islam, Assilah, 8-13 Août 2007.

Crédit illustration : image de couverture du vinyle édité par les archives sonores de la Phonothèque Nationale (BNF) avec le concours de l’Institut du Monde Arabe en 1988.