Archives de catégorie : ZOOM SUR…

Jean Rouch, le cinéma et la musique

En 2017, Jean Rouch aurait eu 100 ans. L’occasion de revenir sur le parcours singulier de ce précurseur de l’anthropologie visuelle, et d’évoquer l’actualité du cinéma ethnographique et ethnomusicologique avec le 36e Festival International Jean Rouch, qui débutera le 8 novembre prochain à Paris.

***

Évoluant aux confins de l’ethnographie et du cinéma, Jean Rouch disait de lui  qu’il était « un ethnographe pour les cinéastes, un cinéaste pour les ethnographes« . Et d’ajouter : « C’est une belle façon de me mettre dehors des deux côtés » . En effet, Jean Rouch n’a cessé de dresser des ponts entre les disciplines et les continents, forgeant une œuvre dense qui mêle fiction et document de recherche en adoptant et théorisant une posture cinématographique : on ne fait pas un film « sur », disait-il, mais un film « avec ».

Jean Rouch : Bataille sur le grand fleuve (extrait)

Ethnographe majeur, Jean Rouch fut également un promoteur infatigable du film ethnographique. Dès 1952, il est à l’initiative du Comité du film ethnographique au Musée de l’Homme, association dont le but est  « de collationner, de conserver, de diffuser les films d’intérêt ethnologique existant déjà et de produire de véritables films ethnographiques nouveaux » . Espace de réflexion, de travail et de rencontre, le Comité est également un lieu de diffusion, et organise à partir de 1982 le Bilan du film ethnographique, qui devient le Festival Jean Rouch en 2008 en hommage à son fondateur disparu 4 ans plus tôt.

Tous les ans, le Festival Jean Rouch réunit des chercheurs en sciences sociales, des cinéastes et un large public de passionnés et de curieux, et donne à voir l’actualité du cinéma anthropologique. Parmi les nombreux prix décernés pendant la semaine, le Prix Bartók, doté par la Société Française d’Ethnomusicologie, « récompense les meilleurs films mettant en lumière la pratique de la musique dans son contexte et dans ses significations sociales et culturelles » .

Hugo Zemp, grand nom de l’ethnomusicologie visuelle, notait déjà en 1984 la tension entre les usages scientifiques et « grand public » du cinéma en ethnomusicologie. « C’est une tâche bien difficile que de réaliser des films musicaux satisfaisant à la fois les besoins de la documentation musicale et les aspirations de la créativité cinématographique, les exigences de l’analyse scientifique et la volonté de la communication des émotions, le désir d’apprendre et de comprendre et le plaisir des yeux et des oreilles » nous disait-il alors. Plus de trente plus tard, ethnomusicologues et cinéastes cherchent toujours l’équilibre, comme l’atteste le numéro de le revue Images Documentaires de décembre 2013, qui reprend notamment des extraits de la table ronde organisée à l’occasion des 20 ans du prix Bartók sur le thème « Filmer la musique ».

Le meilleur moyen de juger de la réussite de l’entreprise reste encore de se plonger dans les films. Aussi, en attendant de connaître le lauréat du Prix Bartók de l’édition 2017, nous ne saurions trop vous conseiller d’aller jeter un œil et une oreille aux œuvres primées les années précédentes, dont certaines ont été publiés dans le coffret DVD Around Musics – Écouter le Monde. Cette sélection rend compte tant de la fécondité du cinéma ethnomusicologique que de la diversité des approches et des esthétiques dès lors qu’il s’agit de filmer la musique.

Et en novembre, mois du film documentaire oblige, des projections ont lieu dans toute la France. Aussi, pour ceux qui ne pourraient être à Paris, pourquoi ne pas faire un tour par Toulouse par exemple, où se tiendra du 17 au 19 novembre le festival Peuples et musiques au cinéma ?

Pour aller plus loin :

Crédit photo :  Fonds Jean Rouch, BnF, Département des manuscrits, NAF 28464

The Global Jukebox

Depuis une vingtaine d’années, à la faveur du développement spectaculaire d’Internet, la question de la mise en ligne de documents patrimoniaux est devenue incontournable pour quiconque s’intéresse de près ou de loin à la conservation et à la mise à disposition du patrimoine. Formidable outil de valorisation, la mise en ligne pose également des questions épistémologiques de taille, et contraint les acteurs du champ patrimonial à repenser leurs pratiques professionnelles (à ce sujet, voyez notamment ce numéro de la revue RESET).

Nous vous parlions ainsi, il y a déjà plus d’un an, de la mise en ligne de milliers d’enregistrements par la Library of Congress. L’ampleur de la base de données mise à disposition des internautes avait alors fait figure d’événement, et la Library of Congress n’avait pas hésité à parler de « la plus grande collection d’enregistrements historiques de tous les temps ».

Désormais, les internautes peuvent également compter sur un autre projet d’envergure : « The global jukebox ». Ce site internet est l’aboutissement d’un immense travail collaboratif de collectage et d’analyse, sous la direction de l’anthropologue Conrad Arensberg et du folkloriste Alan Lomax. Ce dernier, qui est sans nul doute le collecteur de musique le plus célèbre chez les néophytes du fait de la longévité de son travail (il commence sa carrière en 1933, aux côtés de son père, John Avery Lomax) et de l’immensité des fonds qu’il a constitué pendant près de 70 ans, a très tôt investi les champs de l’informatique et d’internet. Dès le début des années 1990, il se réjouissait des potentialités qu’offraient les nouvelles technologies pour « préserver et revigorer toute la richesse culturelle de l’humanité« . Il a ainsi passé les vingt dernières années de sa carrière a construire ce projet, qu’il envisageait comme « le premier programme éducatif et démocratique qui n’ai jamais été mis en place, en ce qu’il contient la culture de tout le monde ».

Aujourd’hui mis en ligne par ses héritiers et collègues de l’Association for Cultural Equity, « The global Jukebox » se présente sous la forme d’un portail interactif qui  permet de naviguer géographiquement dans des collections de musiques, danses et traditions orales enregistrées au quatre coins du globe. Il s’inscrit ainsi dans le champ plus vaste des «cartographies sonores», qui ont fait l’objet d’une journée interprofessionnelle organisée par le CMTRA et le CRESSON en décembre dernier (dont voici le compte rendu).

Le site est pensé autour d’un double projet : une banque de données à disposition de la communauté scientifique, dotée notamment d’outils d’études comparatifs élaborés par Lomax et ses équipes ; et un outil de découverte à destination du grand public.

Crédits photo : PublicDomainPictures – Pixabay

« SAFAR » ou le voyage d’une archive

Le 25 mai 1916, durant la Première Guerre Mondiale, Abdul Kadir Khan, jeune afghan pashtun, interprète une chanson dans sa langue maternelle : le Pashto. Il est enregistré au gramophone dans un camp allemand regroupant les prisonniers de guerre de l’armée de l’Empire britannique : le Halfmoon Camp au Sud de Berlin.

Cent ans plus tard, grâce à l’initiative du Centre de Recherche sur la musique afghane créé au sein de l’Université de Musique de Weimar, l’enregistrement a parcouru plus de 6000 kilomètres jusqu’à Kaboul afin d’être entendu par plusieurs musiciens de L’Institut national de musique d’Afghanistan (ANIM). Plus qu’un retour aux sources, cette rencontre a donné lieu à un véritable travail de recherche sur l’évolution de la musique afghane, de ses traditions, depuis un siècle. Conduisant également à une réécriture, cet échange sera concrétisé, en septembre 2016, par une série de concerts donnés en Allemagne par un orchestre regroupant les deux nationalités. Voici la vidéo de présentation de la redécouverte de cette chanson par les musiciens afghans  participant au projet :

Il existe très peu de traces historiques de l’interaction culturelle, notamment musicale, entre les cultures réfugiées extra européennes et celles du vieux continent en temps de crises majeures. Cette archive traçable en est d’ailleurs un exemple rarissime, les cultures migrantes des populations réfugiées faisant rarement l’objet de démarches patrimoniales ou de projets de valorisation dans les pays d’accueil. Le portail Europeanasound a pour projet de relayer les initiatives actuelles, depuis quelques mois de plus en plus nombreuses, qui proposent de questionner la dite « crise des migrants » à travers le medium sonore. Alors qu’aujourd’hui la crise des migrants secoue l’Europe, certaines voix militantes se lèvent pour faire résonner les pratiques  culturelles de ces populations, notamment à travers la valorisation de la pluralité de leurs pratiques artistiques et notamment musicales. Dans cette entreprise, le risque est bien sûr celui de la folklorisation de répertoires musicaux à propos desquels les acteurs principaux de cette diffusion militante ont peu de connaissances. Là réside toute la richesse du projet SAFAR qui réunit des musiciens et ethnomusicologues autour d’une recherche appliquée et engagée sur l’évolution des cultures et leur transmission dans le temps.

Pour aller plus loin…
L’article d’Europeanasounds évoquant l’engagement du portail dans ce type de projet

Visuel : Répétition à l’ANIM à Kaboul. Image tirée de la video “SAFAR 2016 – hundred years old recording returns to Afghanistan”, par Markus Schlaffke.

Comment l’Auvergne a fait danser Paris

Quel est le point commun entre la cabrette auvergnate, l’accordéon italien et les bals musette de Bastille ? La réponse en un nom : Antonin Bouscatel, un illustre cabretaïre originaire du Cantal qui avec ses amis musiciens de la communauté auvergnate du Paris des premières heures du XXe siècle, va durablement marquer l’histoire de la vie nocturne et de la scène musicale de la capitale.

Ecouter en ligne le documentaire sonore

C’est cette histoire qu’a entrepris de nous raconter l’auteure d’un documentaire sonore de 53 minutes, diffusé par  « La Fabrique de l’Histoire » sur France Culture et consultable en podcast. Péroline Barbet, les auteurs de ce carnet la connaissent bien : réalisatrice et archiviste sonore, elle a été responsable de la conservation et de la valorisation du centre de ressources du CMTRA pendant près de 10 ans. Elle a réunit ici un très riche matériel documentaire fait d’archives sonores et manuscrites, de recherches bibliographiques pointilleuses et d’entretiens récents. Parmi ces témoignages nous retrouvons ainsi la voix d’Eric Montbel, l’un des fondateurs du CMTRA en 1991, collecteur-musicien, spécialiste de la cornemuse à miroir du Limousin.

Se dessine donc entre les lignes de vie de ce fameux “Bousca” une vie culturelle parisienne tanguant entre expansion urbaine et immigrations rurales. La capitale des musiques du monde commence peut-être ici, avec l’invention de métissages culturels alors inédits. Lorsque la cabrette de Bousca rencontra l’accordéon des italiens, ce que nul musicien n’avait fait avant lui, ainsi que les banjos et les rythmes tziganes, s’esquissait alors la naissance de ce qui nous apparaît aujourd’hui comme ce que la France compte de plus “traditionnel” : le bal musette.

Pour aller plus loin…
Voir le livre d’André Ricros et Eric Montbel publié par l’AMTA, 2015 :
Bouscatel – Le Roman d’un Cabretaïre

Image de une : « Bal des trois colonnes au 51 rue de Lappe », collection personnelle André Ricros.

Une sonothèque des accents de la francophonie

André Minvielle, cet « universel griot des Pyrénées, rappeur du Béarn, batteur, bretteur, rhéteur, ténor lyrique, Mariano de bistrot, mariole de campagne, enfant naturel d’Archie Shepp et de Boby Lapointe, de Deleuze et de Lubat » (comme le décrit presque exhaustivement Francis Marmande) : voilà près de douze ans qu’il sillonne les cafés, marchés, salles à manger de France et de Navarre (mais surtout de Midi-Pyrénnées) pour collecter ici et là les « accents de la francophonie, des langues de France et autres langues à suivre… ».  « Suivez l’accent« , c’est l’ensemble des machineries numériques, des boîtes à sons de bric ou de broc qu’André Minvielle et ses fidèles comparses inventent au cas par cas pour faire résonner ces « alphabets du corps social », pour « réveiller les mémoires locales » et surtout pour questionner l’accent, son étrange étrangeté et les assignations identitaires qu’il peut éveiller en chacun de nous.

Le fruit des centaines d’heures de collectes sonores réalisées depuis 2004 est pour une large part en ligne, dans un format édité, monté et mixé : on peut ainsi naviguer dans la sonothèque des accents de la francophonie suivant un classement par région puis par département. D’autres entrées thématiques bien moins fournies mais non moins alléchantes proposent des « voix d’ici de là » (que l’on entend plus souvent mais que l’on ne prend pas toujours le temps d’écouter) et « d’autres voix à suivre » (entre le Mexique et le Val d’Aran).

Si le travail de collecte semble s’être ralenti depuis quelques années, « Suivez l’accent » continue de vivre au travers de projets éditoriaux, de conférences, d’expositions itinérantes ou virtuelles, et bien sûr à chaque concert d’André Minvielle qui ne se déplace plus sans ses boîtes à accents, sorte de « boîtes à meuh » délivrant les voix déconditionnées et déterritorialisées qui ont croisé ses oreilles de polyglotte.