Archives de catégorie : Veille

Musiques en Pays de Cèze

En 1998, l’édition de l’Atlas Sonore n°13 “Cévennes, Pays de Cèze”, de la collection “Atlas Sonores” du CMTRA, co-produit avec le Centre Languedoc-Roussillon des Musiques et Danses Traditionnelles, donne à entendre une partie de l’enquête menée par Valérie Pasturel entre 1995 et 1997. Durant cette recherche en ethnographie musicale, pas moins de 22 heures d’enregistrements de récits de vie, de chants, d’airs instrumentaux, de dictons et formules, de paysages sonores… dont plusieurs en langue occitane, sont collectées pour révéler la richesse de ce territoire imprégné d’influences variées.
Le Fonds Valérie Pasturel – Enquêtes en Pays de Cèze a été intégralement numérisé (les enregistrements originaux sont conservés au CMTRA) et est désormais disponible en ligne sur le portail oral du Languedoc-Roussillon.

Nous vous proposons l’écoute de cette enquête autour du répertoire chanté et des formulettes des Vans, réalisée auprès de Marguerite et Paul Vidal et collectée en 1995 par Valérie Pasturel : 

L’écoute est disponible ici

La description de cette enquête est visible sur le portail oral du Languedoc-Roussillon 

Lors de l’élaboration de ce travail de collecte puis de valorisation, la collaboration des deux Centres des Musiques Traditionnelles du Languedoc et du Rhône se justifie par les liens forts qui se jouent sur le territoire des Cévennes au delà des frontières régionales établies. Partagés entre Gard, Lozère, et Ardèche, les habitants se disent “Cévenols”, affirmant une identité culturelle propre à cette chaîne montagneuse.  Lorsque Valérie Pasturel s’arme de son micro c’est pour interroger la  mémoire de la culture « des gavots » et la place accordée à la musique dans leur travail : chez les mineurs, les femmes des usines de filatures, les ramasseurs de châtaignes, ou encore pour les nombreux musiciens routiniers. La diversité des profils qu’elle rencontre est significative de l’empreinte de l’immigration ouvrière : beaucoup de saisonniers ont contribué à rendre cette culture généreuse,  à l’enrichissement des répertoires et à la variété des instruments, originaires d’autres régions françaises (d’Auvergne, de Provence, du Bas-Languedoc…) et d’horizons plus lointains (des polonais, italiens, espagnols, arabes…).

Pour aller plus loin…
> Accédez au Fonds Valérie Pasturel – Enquêtes en Pays de Cèze
> Consultez la fiche “Patrimoines sonores du Pays de Cèze” 
> Ecoutez les enregistrements sélectionnés pour l’Atlas sonore n°13 

Antonio Canovi et la géohistoire

L’équipe Passerelle/Fab’mem a rencontré Antonio Canovi, géo-historien de l’UniMoRe à l’initiative des “géo-explorations” dans la chaîne italienne des Apennins et en région parisienne. Lors de cette interview, il revient sur l’essence de la géohistoire et sur l’intérêt pour les chercheurs d’explorer les terrains étudiés, notamment à travers l’exemple de ses recherches autour de l’immigration italienne à Argenteuil.

A propos de la géohistoire…

La Géohistoire (terme initialement utilisé par l’historien Fernand Braudel) est une posture scientifique qui articule les deux disciplines de l’histoire et de la géographie autour d’un dénominateur commun : l’espace. Cette branche a connu un regain d’intérêt scientifique dans les années 2000, réunissant des chercheurs qui réfutaient les évidences si peu questionnées de la dichotomie espace / temps. La géohistoire abrite des méthodes diverses qui articulent archives contemporaines et archives plus anciennes. On compte notamment dans ses rangs des partisans de “l’histoire du paysage”, ou de “l’histoire environnementale”. Antonio Cavoni insiste sur ce terme de “paysage” qui implique de prendre en compte les perceptions, les représentations esthétiques, et donc d’intégrer la part du sensible dans la codification des espaces, à la manière d’un Titien ou d’autres grands peintres italiens ayant longtemps étudié cette notion.

La géo- exploration : l’approche sensible de l’espace

Au cours de sa carrière de géohistorien, Antonio Canovi a mené plusieurs explorations sur ses terrains d’étude, cherchant à faire parler le présent pour chasser les traces du passé. A Argenteuil (95), en banlieue parisienne, il s’est intéressé à l’histoire de l’immigration italienne de la fin du 19e siècle. Anciennement industrielle, Argenteuil a accueilli une importante communauté regroupée dans des bassins de vie communs, sur ses “collines”. Ces quartiers restés populaires sont aujourd’hui habités par d’autres populations issues de l’immigration (des turcs en majorité). Si au premier abord il semble difficile de percevoir les traces d’une influence culturelle italienne, le chercheur nous invite à aborder les lieux autrement. “Une fois dans Argenteuil il faut se promener à pieds”. Cette promenade ne fait pas simplement office d’imprégnation initiale mais constitue pour le chercheur une véritable méthode de constitution de sources historiques. La géo-exploration consiste à “faire parler” le lieu, ou plutôt les lieux car la ville a de multiples visages. A Argenteuil il retrouve la typologie italienne qui résonne avec les espaces verts (des jardins potagers, des arbres fruitiers…) indicateurs de la présence d’une culture méditerranéenne qui, éloignée de Paris, recherchait un rapport à la terre.

Plus qu’un travail d’exploration solitaire, la méthode d’Antonio Canovi consiste à susciter des interactions : de l’habitant avec son lieu de vie, celles des habitants entre eux, entre le chercheur et les habitants, entre le présent et le passé… La géohistoire insiste sur l’importance de la mémoire vivante des lieux, de l’imaginaire social : la population, ses représentations, sont à prendre en considération au même titre que la trace physique d’un vestige. Pour redonner cette place essentielle à cette histoire orale locale, le chercheur organise des promenades collectives au coté d’habitants d’horizons diversifiés, les interroge, et laisse une grande place aux rencontres fortuites. Il analyse ensuite les “tableaux” des autres : discours, anecdotes, représentations, les silences également qu’il estime parfois plus probants, plus connotés, que la parole elle même.

Au delà de l’histoire orale cette recherche est sensorielle : le travail de reconnaissance des cultures des lieux se faisant par l’ouverture des sens, par le dépassement de la seule vision. Les odeurs dans les rues, au sein des foyers, la répartition des sons… sont autant d’indicateurs humains, identitaires, qu’Antonio Canovi combine à l’analyse du visible.

Pour aller plus loin…
> Lire le résumé de l’ouvrage d’Antonio Canovi Argenteuil Creuset d’une petite Italie-Histoire et mémoire d’une migration.
> Écouter les conférences de Philippe Descola sur “les formes du paysage“, au Collège de France, ou lire ses résumés annuels
> L’article de Nicolas Jacob-Rousseau : Géohistoire/géo-histoire : quelles méthodes pour quel récit ?“, 2009
> L’article de Marie-Luce Gélard : “L’anthropologie sensorielle en France, un champ en devenir?“, 2016

Visuel :
“The Naked City”, Guy Debord. Reproduction issue du site du “Laboratoire Urbanisme Insurrectionnel

Bretania, portail du patrimoine breton

La Bretagne a désormais son portail régional du patrimoine vivant.
Gérée par l’association Bretagne Culture Diversité/Sevenadurioù, la plateforme Bretania dresse un portrait de la Bretagne historique à travers la mise en ligne de ressources sonores, d’archives audiovisuelles, d’inventaires patrimoniaux, d’archives de presse,  de fonds iconographiques, de bulletins de sociétés savantes… Pas moins de 350 000 documents numérisés sont désormais en accès libre.

Bretagne Culture Diversité/Sevenadurioù, l’association à l’initiative du projet, a pour objectif principal de promouvoir et valoriser la diversité du patrimoine culturel des cinq départements bretons, de vulgariser les savoirs locaux, de diffuser le matériau scientifique propre au terrain régional. Elle se donne pour mission la mise en réseau des acteurs de ce patrimoine et l’accompagnement de leurs projets.

Concernant les contributeurs au projet Bretania, les profils sont variés. On compte parmi eux : divers organismes de presses, bibliothèques, acteurs des archives, universitaires (notamment le laboratoire CRBC, Brest), le musée Cartolis (spécialisé dans les cartes postales), la cinémathèque de Bretagne, L’association Kreizen Dafar (KDSK, valorisant la littérature en langue bretonne), Glad (la base de donnée du service de l’inventaire du patrimoine régional), Radiobreizh.bzh (assurant la sauvegarde et la diffusion des émissions produites en langue bretonne), l’IDEMEC (l’institut a permis la diffusion du, très riche, fonds collecté par C. Marcel-Dubois et F. Falc’hun issu d’une enquête pour l’ancien musée des ATP en 1939). Concernant spécifiquement le champ des musiques et danses traditionnelles, nos amis de Dastum, le CMT breton, détiennent 8 000 heures de son, 40 000 images, 3 000 affiches de fest-noz et concerts accessibles en ligne.

Voici un extrait de chanson en langue bretonne tirée d’une émission radio disponible intégralement sur le portail de Radiobreizh.bzh et référencée sur Bretania.
Le lien vers l’émission : “ABADENN KREIZ MINTIN – PENNAD SKIGNET D’AR 02.06.2015

S’appuyant donc sur un premier réseau d’une dizaine de contributeurs, le portail a pour objectif d’évoluer vers toujours plus de collaborations en allant à la rencontre des détenteurs d’archives sonores. La mise en ligne de ces fonds permet une plus grande visibilité, et celle ci, plus que régionale, s’étend à un niveau national (via une visibilité sur le portail Gallica) et européen (l’accès aux fonds est possible depuis le portail d’Europeana Sounds). Plus qu’un simple moteur de recherche, c’est un véritable projet de valorisation qui est entrepris grâce à la participation d’universitaires, d’auteurs et spécialistes, à la création d’un contenu  éditorial (dossiers thématiques, cartes interactives, frises chronologiques, vidéos…) basé sur les ressources du portail.

 

Exposition “Rêver d’un autre monde”

Nous republions ici un billet du mois de février pour vous rappeler que l’exposition “Rêver d’un autre monde” au CHRD de Lyon est toujours en cours. Et pour vous donner envie d’y courir, voici un article intéressant paru sur Rue89Lyon, et un autre publié aujourd’hui même sur Télérama.fr, qui saluent tous deux cette démarche de compréhension des migrations contemporaines, à l’abri des grands médias, dans l’œil d’artistes contemporains.

Le fait migratoire s’inscrit dans l’histoire de l’humanité. Cependant les représentations que nous nous faisons des migrations, de l’exil, du voyage sont  diverses et souvent marquées par nos ressentis personnels. En tant qu’expression humaine, comment l’art contemporain répond-t-il à ces représentations ? Autour de cette thématique, Le Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation de Lyon (CHRD),  présente du 4 Février au 29 Mai l’exposition “Rêver d’un autre Monde”. Ce travail est issu des regards croisés de 11 artistes et photographes contemporains, en consonance avec les expositions précédentes, Voyages pendulaires et Tchétchènes Hors-Sol.

Pour approfondir ces problématiques, des conférences autour du regard que nous portons sur les migrations, des spectacles et des visites commentées seront organisés tout au long de l’exposition.

  PROGRAMME COMPLET CONSULTABLE ICI

Conférence de François Laplantine à Lyon

Processus de métissage et modes de connaissance
Enjeux épistémologiques, éthiques et politiques
 Conférence de François Laplantine (Université Lumière Lyon 2)
Discutant : Laurent Denizeau  (Université Catholique de Lyon)
 
Jeudi 10 mars 2016 – 18h-20h
Amphi Alain Mérieux, Campus Saint-Paul
(10, place des Archives, 69002 Lyon)
Entrée libre sur inscription
À partir d’observations menées principalement au Brésil et au Japon concernant la rencontre et la transformation des langues, des cultures et des formes esthétiques, cette conférence proposera une pensée du métissage qui suppose d’abord une expérience de la désappropriation et de la reconnaissance de l’altérité en nous.

À la lumière de la situation actuelle (nihilisme qui n’a rien d’« islamique », montée symétrique des xénophobies, crise des institutions représentatives) cette pensée est aujourd’hui une pensée de la résistance tant à un universalisme arrêté et à un laïcisme borné qu’à l’exacerbation des particularismes identitaires. Elle ouvre une autre voie de la connaissance qui n’est ni celle de l’homogène ou de l’hétérogène, de la fusion ou de la disjonction, des modèles visant l’intégration totale par dissolution des singularités ou de ceux préconisant le repli sur les origines.

Nous nous demanderons comment désintriquer l’universel de l’universalisme et en particulier de l’universalisme dit « républicain » et nous affranchir du couple de l’universalisation et de la relativisation, de l’indifférenciation et de la séparation ? Comment dire l’universel à l’envers ? Non pas comme donné postulé et a fortiori imposé. Non pas comme principe mais comme processus. Non pas comme être et comme état mais comme devenir et comme éthique.

François Laplantine est anthropologue, Professeur émérite de l’Université Lumière Lyon 2
Laurent Denizeau est enseignant-chercheur en anthropologie à l’Université Catholique de Lyon