Archives de catégorie : Ressources

RÉINTERPRÉTER LES ARCHIVES MUSICALES

Comme nous l’avions détaillé dans un précédent billet, la BNF, en partenariat avec l’émirat d’Abou Dhabi et sous la direction scientifique de l’ethnomusicologue Jean Lambert, ont récemment publié l’intégralité des enregistrements du mythique Congrès de musique arabe du Caire de 1932, en un coffret de dix-huit CD accompagnés d’un livret de 250 pages.

Après une présentation de ce coffret par Jean Lambert, Chérif Khaznadar (président de la Maison des Cultures du Monde), et Pascal Cordereix, directeur du services des documents sonores à la BNF, le chanteur syrien Hamam Khairy accompagné de trois musiciens(oud, qanûn et contrebasse) ont proposé une réinterprétation contemporaine de ces musiques anciennes. De quoi nous  convaincre entièrement que le souci de perpétuation de répertoires et de pratiques musicales est indissociable des campagnes de numérisation…mais pas seulement ! Reste leur réappropriation et leur diffusion en livre, en ligne, en scène.

Image de Une : captation d’une archive photographique du Congrès du Caire diffusée par Chérif Khaznadar pendant sa présentation (à 10’40)

Archives sonores et création

Comment l’enregistrement d’un son produit par un brossage de dents, un conflit armé ou le cri d’un phoque peuvent-ils devenir des ingrédients de création musicale ? Le public de la conférence internationale de Europeana Sounds sur le “futur des sons historiques”  a été invité à se pencher sur la question grâce à l’intervention-performance de Matthew Herbert, musicien et compositeur anglais. Documentalistes, ingénieurs, historiens, ethnologues, directeurs de services audiovisuels : nous sommes nombreux à affirmer l’extrême importance du travail de contextualisation pour assurer à un document d’archive une lisibilité ainsi qu’une intelligence et une éthique de diffusion.

Or parfois, nous prouve Matthew Herbert, plonger dans un son avec une méconnaissance totale de son contexte, mais avec une intention esthétique, peut nous conduire à l’écouter avec une toute autre acuité. La découverte, postérieurement à l’écoute, de la situation, de l’objet, de la personne ou de l’époque qui ont été enregistrés, génèrent des prises de conscience (d’ordre politique, selon M.Herbert) et des réflexions qui n’émergeraient pas nécessairement avec des dispositifs d’écoute “clefs en main”.

Preuve en actes : à partir d’un corpus d’enregistrements issus des collections d’Europeana Sounds, Matthew Herbert a proposé au public international réuni à la Bibliothèque Nationale de France sa propre interprétation de la portée créatrice des archives sonores.

Évidemment, cet usage sciemment décontextualisé soulève ses questionnements  : jusqu’où peut-on taire la provenance de certains documents (question éthique) ? Jusqu’où le silence total autour de l’archive sonore permet-il l’expérience sensible (question esthétique) ? A partir de quand le “paratexte” devient-il nécessaire (question sémiologique) ? Il faut aller au bout de la captation de l’intervention de Matthew Herbert (à 50′) pour entrer de plein pied dans ces questions que soulèvent l’usage artistique des archives sonores. On peut regretter qu’elles ne soient pas plus approfondies, mais la question posée in extremis par une des personnes du public permet au moins de les faire émerger.

Pour aller plus loin…
– Sur la thématique création artistique et archives (audiovisuelles, littéraires, photographiques etc.), voir le rapport du groupe de recherche “Archives et création : nouvelles perspectives sur l’archivistique” financé par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (Programme Savoir, 2013-2016

– Plus spécifiquement sur archives sonores et création, consulter les publications du compositeur, vidéaste et chercheur en Sciences de l’Information Simon Côté-Lapointe (Univ. de Montréal)

Image de Une : “Le corps orchestre“, © Cécile Hug

 

La diffusion des archives sonores

Comment valoriser le patrimoine sonore et le rendre accessible au plus grand nombre, et pourquoi le faire ? Quels types d’informations et de descriptions doit-on attacher aux documents afin que ceux-ci soient les plus lisibles possible, y compris pour le public des siècles prochains ? Les outils numériques comportent des avantages certains pour la mise en accès du patrimoine sonore : en attestent les projets présentés par les intervenants invités à la première table-ronde du congrès “Europeana Sound – Le futur des sons historiques“.

Autour de cette table intitulée “De l’enregistrement à l’écoute : pourquoi et comment donner accès au patrimoine sonore ?” étaient ainsi réunis les représentants de différentes structures.

  • Alexis Rossi, directrice médias et accès au sein du plus grand organisme d’archivage numérique du web : “Internet Archive“.
  • Aude Julien-Da Cruz Lima, chargée des archives sonores du Centre de Recherche en Ethnomusicologie (CREM / CNRS).
  • Pascal Cordereix, conservateur et responsable du service des documents sonores  au département de l’audiovisuel à la Bibliothèque Nationale de France.
  • Steen Kaargaard Nielsen, professeur associé au département de dramaturgie et de musicologie à l’Université d’Aarhus au Danemark. Il mène un travail de recherche sur les plus anciens enregistrements sonores danois (la “collection Ruben“, enregistrée à Copenhague dans les années 1890).

De quoi alimenter nos réflexions sur la valorisation des sources du patrimoine oral de la région Rhône-Alpes, question qui occupe particulièrement les membres du réseau documentaire régional que coordonne le CMTRA.

Pour aller plus loin…
– Consulter le rapport de la conférence.
– Lire ou parcourir la véritable Bible de l’historienne Florence Descamps : L’historien, l’archiviste et le magnétophone. De la constitution de la source orale à son exploitation, disponible en accès ouvert sur open edition books.
Suivre assidûment le carnet de recherche de Valérie Ginouvès.

Image de Une :
Dot Records, 1968

Vers un Ethnopôle “Musiques, Territoires et Interculturalité” en Rhône-Alpes

iconePdfDocument préparatoire au Projet Scientifique et Culturel du CMTRA

Depuis près de deux ans, le CMTRA est engagé dans un travail de préfiguration à sa labellisation comme “Ethnopôle“. Ce titre est délivré par le Ministère de la Culture (département du pilotage de la recherche /  Dir. générale des Patrimoines) aux structures promouvant “une réflexion de haut niveau s’inscrivant tout à la fois dans les grands axes de développement de la discipline ethnologique et dans une politique de constitution des bases d’une action culturelle concertée”.

Après vingt-cinq années de collectage musical, de documentation sonore, d’édition plurimédia, d’actions culturelles et artistiques, le CMTRA a le souhait de réformer son projet de structure, afin de peu à peu la constituer comme un lieu de ressources et d’expertise sur la question des patrimoines musicaux et de l’interculturalité à l’échelle régionale et nationale.

Un premier travail de préfiguration a été mené en ce sens par l’ethnologue Talia Bachir-Loopuyt, ayant abouti à la rédaction d’un rapport issu de six mois d’observation participante au cœur des projets du CMTRA tels qu’ils se développent dans le quotidien de la structure, et de retour analytique sur l’évolution de ses pratiques, ses méthodes et ses objets d’engagement depuis 1991, année de sa fondation.

Grâce à ce travail de retour réflexif et analytique sur le travail mené depuis 25 ans, et grâce au soutien du Conseil Scientifique du CMTRA nouvellement constitué, nous avons pu entamer la rédaction du projet scientifique et culturel de la structure à dérouler dans les prochaines années, ainsi qu’un programme d’actions à mettre en place en partenariat étroit avec le monde de la recherche scientifique et des institutions patrimoniales.

Ce document préparatoire est consultable en tête d’article. N’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires !