Archives de catégorie : Février 2018

Mémoire ouvrière de Villeurbanne : l’usine Bally-Camsat

Le fonds « Quelle Mémoire ! », décrit et mis en ligne sur le portail rhônalpin du patrimoine oral par le CMTRA en 2017, reflète à bien des égards le projet scientifique et culturel du Rize, Centre Mémoires et Société.  Souhaitant construire un récit commun de la ville de Villeurbanne, le Rize mène depuis sa création il y a 10 ans un programme permanent de recueil de témoignages faisant la part belle aux mémoires ouvrières et de l’immigration. Le passé industriel de la ville, qui a accueilli dès la fin du XIXe siècle de nombreuses usines, transparaît ainsi dans nombre d’entretiens. Cette semaine, tendons l’oreille vers la mémoire ouvrière de l’usine de chaussure Bailly-Camsat, à travers le témoignage de Madeleine Lesage. 

***

Madeleine Lesage est née en Turquie. Elle a 21 ans lorsqu’elle rejoint sa famille à Lyon, en 1983. Recommandée par son oncle et sa tante, elle commence vite à travailler à l’usine de chaussure Bally-Camsat, à Villeurbanne. En 2016, au micro de Cécile Mathias, elle raconte ses 15 années passées dans l’entreprise, à différents postes. Très rapidement, l’entretien aborde la forte solidarité qui unissait les quelques 1200 ouvriers de l’usine.

Dès son arrivée dans l’usine, Madeleine Lesage est prise en charge par ses collègues, qui la forment à « habiller » les chaussures. À chacun de ses changements de postes (« je suis passé par tous les postes ! »), elle apprend le travail grâce à ses collègues. Payés « aux pièces », les ouvriers s’aident également à remplir les objectifs journaliers (1500 paires de chaussures) : « celui qui finissait, il venait donner un coup de main à la collègue, et puis ça partait ! » L’ancienne employée se souvient également que la solidarité entre les ouvriers de l’usine Bally-Camsat se déployait certes dans le travail quotidien, mais aussi dans l’action collective et syndicale.

Témoignage de Madeleine Lesage sur les grèves à l’usine Bally-Camsat – voir la notice complète ici

Lors de son premier jour de travail, le contremaître qui l’accueille la prévient : « Attention, il y en a qui aiment bien faire la grève ici. Si jamais on vous le propose, dites non ! » En effet, les syndicats sont très forts à Bally, et selon Madeleine Lesage, la participation aux mouvements de grève est unanime. Finalement, l’avertissement du contremaître n’a pas eu l’effet escompté : trois semaines plus tard, nous dit-elle, elle faisait grève pour défendre le 13ème mois aux côtés de ses collègues.

Le témoignage de Madeleine Lesage nous rappelle, s’il en était besoin, que l’histoire industrielle à Villeurbanne comme ailleurs, est aussi une histoire de luttes. Celles-ci ont pu être offensives, comme celle évoquée dans l’extrait ci-dessus. Cependant, dans le contexte économique des années 1980 et 1990, marqué par la désindustrialisation de nombreux bassins industriels et des délocalisations de plus en plus nombreuses, les luttes ouvrières se font bien souvent défensives. À la fin des années 1990, l’usine Bally-Camsat de Villeurbanne est elle aussi en danger. Une partie de la production est délocalisée en Inde, puis en 1997, la production de chaussures à Villeurbanne s’arrête. Les ouvriers s’engagent alors dans une lutte de plusieurs mois pour sauver leurs emplois.

Souvenirs de Madeleine Lesage de la lutte contre la fermeture de l’usine Bally-Camsat – voir la notice complète ici

La mobilisation prend des formes diverses : distribution des tracts sur les marchés de l’agglomération, manifestations, ouverture d’un magasin Bally dans le centre de Lyon dans lequel les ouvriers vendent près de 1 000 paires de chaussures en octobre 1997. Surtout, à partir de juin 1997 et jusqu’en janvier de l’année suivante, les ouvriers se relaient nuit et jour pour occuper l’usine.

Madeleine Lesage garde un souvenir ému de cette période. À plusieurs reprises dans l’entretien, elle parle de la « panique » qui s’est emparée des salariés à l’annonce de la fermeture. Sentiment qui resurgit encore, près de 20 ans plus tard, lorsqu’elle entend à la télévision les témoignages d’ouvriers confrontés à la fermeture de leur usine. Tout au long de l’entretien transparaît également une certaine nostalgie teintée d’amusement face à la solidarité qui animait les ouvriers en lutte. Lorsqu’elle évoque l’occupation du magasin Bally à Paris, au milieu des touristes chinois « avec leurs 500 francs » , on ne peut s’empêcher d’imaginer Madeleine Lesage sourire.

Du fait de l’ampleur et de la durée de cette lutte, qui rencontre de nombreux soutiens à la mairie et parmi les habitants de Villeurbanne, l’occupation de Bally a fortement marqué les mémoires villeurbannaises. Le bâtiment lui-même, bien qu’amputé de sa cheminée en 2002, reste aujourd’hui emblématique de cette histoire. Longtemps resté en friche, il abrite désormais le tribunal d’instance de Villeurbanne ainsi que des logements.

Usine Bally-Camsat, Villeurbanne (1999)

Aujourd’hui, si le patrimoine bâti continue de témoigner du passé industriel de Villeurbanne – à l’instar de la cheminée du parc du Centre –  les témoignages collectés par le Rize constituent une trace précieuse de son histoire ouvrière et de ses luttes.  Ainsi, au sein du fonds Quelle mémoire! du Rize, que l’on parle des cafés ou de l’habitat ouvrier, le passé ouvrier de Villeurbanne n’est jamais loin.

En savoir + :

Crédit Photo :