Archives de catégorie : Octobre 2017

Tous à la vogue !

Cette semaine, nous voulions vous proposer une archive saisonnière. Mais, force est de constater qu’il n’y a plus de saison, ma bonne dame, et que l’automne rechigne à pointer le bout de son nez. Heureusement, à Lyon, il est une tradition qui ne déroge pas à la saisonnalité : la Vogue des Marrons, qui s’est installée ces derniers jours sur le plateau de la Croix-Rousse. L’occasion de revenir sur la tradition régionale des vogues.

***

Pour les plus jeunes d’entre nous, la vogue – des Marrons à Lyon, ou des Noix à Firminy – évoque surtout une grosse fête foraine : barbes à papa, tir à la carabine, et frustration aux manettes des machines à pinces. Cependant, il s’agit là d’une tradition ancienne et très répandue dans la majeure partie de l’ancienne région Rhône-Alpes, qui correspond globalement à l’aire française de diffusion des langues francoprovençales. Ce régionalisme, qui a des équivalents dans d’autres espaces linguistiques (vote en Occitanie, ducasse ou kermesse dans le Nord de la France et en Belgique) désigne à l’origine les fêtes que chaque ville ou village organisait en l’honneur du saint patron de la paroisse.

Ainsi, en 1973, Pierre Escalier, habitant d’un petit village de montagne dans les Hautes-Alpes livrait au micro de l’ethnologue Charles Joisten ses souvenirs de la modeste vogue de la Sainte-Brigitte, qui avait lieu en plein hiver :

Souvenir de la vogue de la Sainte-Brigitte, par Pierre Escalier – voir la notice complète ici

Pierre Escalier se souvient que deux ou trois familles se retrouvaient, dansaient et festoyaient toute la nuit lors de cette « seconde vogue », moins importante que celle de l’été.

Dans l’Ain également, la tradition des vogues est ancienne et répandue, et a donné lieu à plusieurs chants en francoprovençal. En 1992, le collecteur Sylvestre Ducaroy en a enregistré un fameux auprès de Mme Poly, qui l’avait appris de son père :

« La vougua de Veria », par Mme Poly – voir la notice complète ici

Cette chanson, écrite par le chansonnier  Prosper Convert au tournant des XIXe et XXe siècles, vante les mérites de sa commune à l’instar des hymnes locaux sur lesquels nous nous étions penché il y a quelques mois. Les couplets nous renseignent également sur le déroulement des vogues bressanes il y a plus d’un siècle :

I

On parle de le vougue
De Crau, pi de Tenia,
Mé avè toute
Et oncour à Veria
De tui leu jallètou,
Mémou ple teu qu’à Brou,
Qu’on vint de préféronche
A neutron rindez-vous
Faure bonbonche. ( bis )

II

Dé toute le fameille
Pe fétau cé zou tie
E faut qu’è breille
Du ron u seurdeille.
On saigne de poulets.
De vè, mémou dè bouë,
On rèplo la futaille
Pi de Bu è Grefouè
Tout fa ripaille. ( bis )

III

Sè fa bon pe la vougua,
Què on a biè gueutau,
On va à troupa
U bou se promenau.
Lè, des tenio de jeu,
Que pipon neutreu seu.
E faut va lou ramazou.
Vè leu chevau de beu,
Tout fa tapazou. ( bis )

IV

Pèdè que teu vio chèton
L’atou des chepenon
Leu zeunou dèchon
Pi che font de bon chon.
Lou cha, què é fa bon,
Deu-ja-deu y s’è von
Choule, pe le charire,
Què l’ombra des boichons
Cha de lemire. ( bis )

V

E pre cè que le vougue
Font, à n’è pau doutau,
Faure de nouches
Qu’on ne comptove pau.
Mé, malhereujamè,
De feille, biè chouvè,
Per avai voulu rire
Ont fauta devè n’è
Da na brèlire. ( bis )

I

On parle des vogues
De Cras, puis d’Attignat,
Mais avant toutes
C’est encore à Viriat
De tous les alentours
Même plutôt qu’à Bourg,
Qu’on vient de préférence
A notre rendez-vous
Faire bombance.

II

Dans toutes les familles
Pour fêter ce jour-là,
Il faut que ça brille
Du balai au ciel de lit.
On saigne des poulets,
Des veaux, même des bœufs,
On remplit la futaille,
Puis de But aux Greffets
Tout fait ripaille.

III

S’il fait beau pour la vogue,
Quand on a bien dîné,
On va en troupe
Au bourg se promener.
Là, des teneurs de jeux,
Qui pipent nos sous,
Il faut voir le ramage.
Vers les chevaux de bois
Tout fait tapage.

IV

Pendant que les vieux chantent
Autour des chopinons
Les jeunes dansent
Puis se font du bon sang.
Le soir quand il fait beau,
Deux à deux ils s’en vont,
Seuls, par les charrières,
Quand l’ombre des buissons
Sert de lumière.

V

C’est pour ça que les vogues
Font, à n’en pas douter,
Faire des noces
Sur lesquelles on ne comptaient pas.
Mais malheureusement,
Des filles, bien souvent,
Pour avoir voulu rire
Ont besoin avant un an
D’une barcelonnette.

La chanson fait mention des « tenio de jeu / Que pipon neutreu seu » : déjà au XIXe siècle, la vogue attire des manèges forains et des « chevau de beu » . La vogue est également, à en croire Prosper Convert, un lieu de rencontre de la jeunesse, qui font « faire des noces sur lesquelles on ne comptaient pas », et des enfants tout aussi imprévus.

 À la vogue, en Bresse comme dans les Hautes-Alpes, on danse, on mange, et surtout on boit. Parfois goulument, à n’en pas douter. « La vogue de Saint-Alban », collectée par Charles Joisten en Isère au début des années 1970, insiste ainsi sur la dimension alcoolique de telles réunions. La chanson, qui semble reprendre les paroles de la « Vôga de Domèssin » , raconte en substance l’histoire d’un homme s’étant rendu à la vogue, et n’ayant réussi à faire danser une jeune femme de 18 ans, se met à boire plus de pots qu’il n’est capable de s’en rappeler. Ce n’est peut-être pas un hasard si ce chant a été chanté au collecteur par l’inénarrable Zin-Zin (dont nous vous avions parlé ici il y a quelques temps), lors d’une collecte mémorable et particulièrement arrosée. Avant de nous quitter, nous ne résistons pas à l’envie de vous faire écouter sa version, quelque peu approximative.

« À la vogue de Saint-Alban », par Zin-Zin – voir la notice complète ici

Si les vogues rhônalpines étaient surtout  des moments de fête et de rencontre, où l’on dansait et buvait allègrement, cet aspect semble s’être quelque peu estompé. Mais ce week-end, si vous montez faire un tour sur le boulevard de la Croix-Rousse à la Vogue des marrons, il ne tient qu’à vous de raviver cette ancienne tradition régionale, en esquissant un pas de danse, en offrant un verre à votre voisin ou en entonnant une de ces chansons en francoprovençal !

Pour aller plus loin :

Crédits photos : Pixabay – FreePhotos

 

Mamie Paulette, ambassadrice de la culture orale polynésienne

Cette semaine, l’ « Archive de la semaine » nous emmène à la rencontre de Paulette Maoni, dite « Mamie Paulette », figure de la communauté polynésienne de Villeurbanne. Il y a quelques années, elle parlait à notre micro de la musique de son île natale, Tahiti, et insistait sur l’importance de la transmission orale du répertoire traditionnel.

***

Lorsque nous  rencontrons Paulette Maoni en octobre 2009, il apparaît très vite qu’elle est une figure incontournable du paysage associatif et culturel villeurbannais : à peine l’entretien entamé, Mamie Paulette nous parle du CCO de Villeurbanne où nous la retrouvons, du Rize ou encore des Invites de Villeurbanne pour lesquelles elle a dansé. Arrivée de Tahiti en métropole en 1989, Mamie Paulette œuvre en effet depuis de nombreuses années à la transmission des danses polynésiennes, au sein de l’association Tamarii Tahiti Nui. Rapidement cependant, c’est de musique et non de danse qu’elle nous parle, déplorant les difficultés qu’elle rencontre pour faire accompagner ses spectacles de danse par des musiciens. « Tout se fait avec les CDs maintenant, c’est vraiment dommage » .

Car pour Mamie Paulette, la musique est avant tout une affaire de transmission, et de jeu en commun. En Polynésie, nous dit-elle, la musique ne s’apprend pas dans les écoles, « tout se fait à l’oreille » .

Témoignage sur l’apprentissage de la musique, par Mamie Paulette – voir la notice complète ici

Les répertoires traditionnels, souvent anciens, sont transmis de générations en générations, et les techniques vocales et instrumentales s’acquièrent par la pratique en commun. Le moment privilégié de cet apprentissage est la « bringue » . Si en métropole, faire la bringue n’est pas bien différent de faire la fête (ou la nouba pour les plus ringards d’entre nous), la bringue polynésienne a une signification particulière, et ne peut se penser sans musicien. Lors de ces fêtes typiques de l’archipel, on mange, on boit et surtout on joue de la musique polynésienne. Jusqu’au petit matin, on y chante le quotidien, la maladie ou le chômage, mais aussi l’amour et la religion.

Lieux d’apprentissage et de transmission des répertoires traditionnels, les bringues sont également des lieux de sociabilité qui, en contexte migratoire, revêtent une fonction sociale primordiale. Ainsi, Mamie Paulette nous parle longuement des bringues organisées régulièrement chez les membres de la communauté polynésienne de la région. Ce répertoire traditionnel que nous présente Mamie Paulette a une importante dimension identitaire : on le chante en groupe, lors de moments festifs qui réunissent la communauté polynésienne.

Pour Mamie Paulette, qui a quitté son île depuis plus de 20 ans,  ces chants constituent également un lien fort au pays d’origine et à son histoire migratoire singulière : transmis oralement par ses parents et ses grands parents, ces répertoires anciens ressurgissent souvent avec une émotion difficile à dissimuler.  C’est le cas de « E ta’u Mama here » , un hommage à la mère que lui chantait sa propre mère avant son départ de Tahiti, et dont elle nous livre une émouvante interprétation :

« E ta’u Mama here », chantée par Paulette Maoni – voir la notice complète ici

Ambassadrice infatigable de la culture polynésienne, Mamie Paulette ne cesse de défendre la transmission orale des chants et danses de son archipel natal. Nous lui souhaitons de continuer longtemps à faire la bringue !

En savoir + :

  • Les épisodes 18 et 19 de l’émission « Musiques d’outremer » sur France Musique, consacrés aux musiques traditionnelles polynésiennes
  • L’entretien avec Tagi Ganahoa, jeune musicien polynésien à écouter sur le Portail régional du patrimoine oral

Crédits photo : Paul Gauguin, Auti Te Pape – The Met