Archives de catégorie : Juin 2017

Lorî Lorî : berceuse, chant de deuil et de l’exil kurde

Cette semaine, nous vous invitons à (re)découvrir le fonds Musiques migrantes de Villeurbanne en compagnie d’Alba Hesso que nous avons rencontrée en 2010 et qui nous a offert l’un des moments musicaux les plus émouvants de ce chantier de collecte. Tendons l’oreille à la berceuse kurde « Lorî-Lorî ».

******

En mai 2010, Johan Ziàbbar, fondateur de la Maison de la Culture Kurde de Villeurbanne nous présente Alba Hesso, une amie à lui qui nous propose de nous chanter une berceuse. Dès les premières minutes de l’enregistrement, Johan Ziàbbar s’éclipse à la demande d’Alba, « pour qu’elle soit plus à l’aise », nous dit-t-il. Une fois la porte fermée et Alba Hesso  seule avec nous, elle entame les premières notes de « Lorî Lorî ».

Lorî Lorî chanté par Alba Hesso – Voir la notice complète ici

Une grande émotion transparaît aussitôt dans sa voix, qui la submerge et devient sanglot. On entend alors la porte de la pièce s’ouvrir brusquement, et une autre voix féminine – celle de la fille d’Alba – qui l’invective en kurde, avant de poursuivre en français : « Mais t’es folle ou quoi? J’ai cru que quelqu’un était mort!« .  Alba nous explique alors : « Elle a eu peur…c’est pour ça que j’ai dis de fermer la porte ».

Initialement venus pour enregistrer une berceuse traditionnelle, nous découvrons un chant aux contours bien plus complexes. « Lorî » signifie « dors », ou « dodo » en kurde. Interprété littéralement, Lorî-Lorî revêt les traits d’une berceuse traditionnelle, utilisée pour endormir les enfants à l’instar du « fais dodo » français. Mais la lamentation que nous livre Alba Hesso peut aussi être interprétée métaphoriquement : elle devient alors un chant de deuil « pour endormir les morts, c’est à dire pour les accompagner dans leur départ« .

Lorî Lorî, version complète chantée par Alba Hesso – Voir la notice complète ici

L’ethnomusicologue Estelle Amy de la Breteque, qui a étudié ces chants dans le cadre de sa recherche de DEA, explique que « dans la culture kurde, les lamentations sont l’expression de toute douleur, nostalgie ou difficulté« . Elles sont chantées par les femmes kurdes en de nombreuses occasions : lors de décès (plaintes mortuaires) ou de mariages (la mère de la mariée pleure le départ de sa fille), mais aussi pendant des moments du quotidien (tissage, cuisine) où lorsque qu’elles bercent leur enfant. « Les berceuses, nous dit-elle, ainsi que les lamentations, sont des chants d’expression solitaire. Dans cet espace intime partagé avec un bébé issu de sa chair, avec un mort (qui est en général une personne de la famille), ou avec l’entourage familial proche, les femmes se confient, parlent de leurs rêves, de leurs aspirations, de leurs déceptions, de leurs malheurs…« 

En berçant du pied le berceau de leurs enfants, les femmes kurdes  chantent l’absence d’un parent ou du mari, ou encore un Kurdistan mythique. Le chant que nous livre Alba Hesso évoque quant à lui les douleurs de l’exil, autre grand thème des Lorîs kurdes :

Dors dors mon agneau,
dors mon cœur ô toi l’exilé,
loin de ton pays tu n’es qu’un pauvre étranger.
Loin des tiens, tu es diminué.
Dors, dors bien mon agneau,
l’exil n’est que privation et souffrance.
Toi l’exilé, tu n’es qu’un nomade

Sur Internet, l’on trouve beaucoup de montages vidéos sur des Lorîs, qui attestent tant de la popularité de ces chants que de la mixité du répertoire, entre complainte, lamentation et berceuse. Voyez par exemple cette vidéo qui mobilise des images militaires et patriotiques pour illustrer ce qui est présenté par ailleurs comme une « berceuse kurde » (« Kurdish lullaby ») :

Pour aller + loin :

Crédits photo : Alba Hesso, collection personnelle

La boulangère a des écus

Après l’appel à la désobéissance du fameux « Mon papa ne veut pas que je danse la polka » et la portée politique de « J’ai du bon tabac« , continuons cette semaine à décortiquer les  chants enfantins et autres comptines, avec la fameuse chanson « La boulangère a des écus »

******

A l’été 1981, Agnès et Sylvestre Ducaroy sont à Salavre dans l’Ain, en compagnie d’Aymé Pommateau. Parmi les nombreux airs qu’il interprète à la vielle à roue et au micro de ce duo fondateur des « Musiciens Routiniers » bressans, se trouve « La boulangère a deux écus »

« La boulangère a deux écus », interprété à la vielle à roue puis chanté par Aymé Pommateau – voir la notice complète ici

À en croire la requête faite au sein de la Base interrégionale du patrimoine oral, qui affiche 187 notices à la requête « boulangère a des écus », cette chanson n’était pas chantée que dans l’Ain. Elle jouissait d’un grand succès chez nos aïeux de la France entière, qui la chantaient tant en Vendée qu’en Normandie. Aujourd’hui encore, « la boulangère » est fameuse ! Les jeunes parents qui nous lisent l’auront sûrement reconnue tant on la retrouve souvent sur les CD de comptines et chansons enfantines. Certaines versions ont même été écoutées près d’un million de fois sur Youtube. Les personnels des crèches et des écoles y ont également souvent recours, pour faire danser les rondes aux enfants. D’ailleurs, nous dit Aymé Pommateau, lors des noces et des veillées, l’on dansait souvent la ronde de la boulangère.

Description de la ronde de la boulangère, par Aymé Pommateau – voir la notice complète ici

Mais, malgré toutes ces explications et les premières paroles entonnées par Aymé Pommateau dans le premier extrait, la signification du texte de la chanson demeure bien mystérieuse. Une question surtout  reste en suspens : si nous avons bien compris que ses écus ne lui coûtent guère, à la boulangère, Aymé ne nous dit pas où elle les a eu. Pour le découvrir, il faut revenir à la genèse de la chanson.

Elle a été écrite dans la première moitié du XVIIIe siècle par  Pierre Gallet, chansonnier et co-fondateur de la société du Caveau. Le Caveau était, selon Brigitte Level qui lui a consacré sa thèse, autant une « société bachique et chantante » qu’un haut lieu de la « création littéraire collective ». S’y côtoyaient d’illustres chansonniers (Pierre Gallet, Alexis Piron…), compositeurs (Jean-Philippe Rameau) et dramaturges (La Bruère, Fagan) dans une ambiance épicurienne.

Connaissant désormais le cadre dans lequel a été composée cette chanson, il n’y a rien d’étonnant à ce que les paroles originales n’aient rien d’enfantin. Jugez plutôt :

La boulangère a des écus
Qui ne lui coûtent guère.
La boulangère a des écus
Qui ne lui coûtent guère.

Elle en a, je les ai vus,
J’ai vu la boulangère aux écus
J’ai vu la boulangère.

Et d’où viennent tous ces écus,
Charmante boulangère ?
Et d’où viennent tous ces écus,
Charmante boulangère ?

Ils me viennent d’un gros Crésus
Dont je fais bien l’affaire, vois-tu,
Dont je fais bien l’affaire.

À mon four aussi sont venus
De galants militaires.
À mon four aussi sont venus
De galants militaires.

Moi je préfère les Crésus
À tous les gens de guerre, vois-tu,
À tous les gens de guerre.

Des petits maîtres sont venus
En me disant : « Ma chère,
Des petits maîtres sont venus
En me disant : « Ma chère

Vous êtes plus belle que Vénus. »
Je n’les écoutai guère, vois-tu,
Je n’les écoutai guère.

Des abbés coquets sont venus
Ils m’offraient pour me plaire
Des abbés coquets sont venus
Ils m’offraient pour me plaire

Des fleurettes au lieu d’écus.
Je les envoyai faire, vois-tu
Je les envoyai faire.

Ses écus, la boulangère les tient donc d’un « gros Crésus », à qui « [elle] fait bien l’affaire » ! La seconde partie de la chanson va encore plus loin dans le grivois, en filant une métaphore boulangère du meilleur goût. Le prétendant de la boulangère, tout en reconnaissant  qu’ « [il n’est] pas un Crésus » lui assure ainsi :

Mais mes talents sont bien connus
Boulanger de Cythère, vois-tu
Boulanger de Cythère.

Je pétrirai le jour venu
Notre pâte légère.
Je pétrirai le jour venu
Notre pâte légère.

Et la nuit, au four, assidu
J’enfournerai, ma chère, vois-tu
J’enfournerai, ma chère

Eh bien ! épouse ma vertu,
Travaille de bonne manière.
Eh bien ! épouse ma vertu,
Travaille de bonne manière.

Et tu ne seras pas déçue
Avec moi boulangère, aux écus !
Avec moi boulangère.

La boulangère a des écus
Qui ne lui coûtent guère.

Loin de nous l’idée de nous lancer dans une explication de texte détaillée… On comprend cependant pourquoi en 1958, enregistrant le 8e volume des « Rondes et chansons de France » Lucienne Vernay  édulcora quelque peu les paroles. Plus étonnant, les versions enregistrées ces dernières années sont revenues aux paroles originales de Pierre Gallet, telle celle-ci, accompagnée d’une animation toute naïve :

Pour en savoir + :

  • Évelyne Resmond-Wenz, Rimes et comptines. ERES, 2008 (l’introduction en ligne sur cairn.info)
  • Brigitte Level Brigitte, « Poètes et musiciens du caveau« , Cahiers de l’Association internationale des études francaises, 1989, n°41. pp. 161-176
  • L’émission de France Culture « Chanson Boum » sur la Société du Caveau

Crédits photos : Bibliothèque Nationale de France

Les vêpres de Montagny

L’archive de la semaine revient aujourd’hui dans l’immense fonds de Charles Joisten, conservé au Musée Dauphinois et dont un petit corpus musical a été mis en ligne en 2016 sur le Portail Régional du Patrimoine Oral.

Direction les montagnes savoyardes pour écouter les Vêpres de Montagny, chant satirique en francoprovençal
interprété par Simone Benoit.

*******

En mai 1975, Charles Joisten et l’érudit savoyard Marius Hudry posent leur micro au Planay en Savoie, chez Simone Benoit. Âgée de 63 ans à l’époque, celle-ci leur interprète les Vêpres de Montagny, une chanson en dialecte savoyard qu’elle avait apprise enfant.

Les Vêpres de Montagny, chantées par Simone Benoit – retrouvez la notice complète ici

Cette parodie de chant religieux, chantée à la manière d’un chant grégorien, reprend une chanson satirique qui évoque un dialogue entre un père et son fils, en pleine préparation du mariage de celui-ci. Georges (Dzourrdzô) imagine un mariage des plus fastueux, qu’il oppose au fruste de celui de son père. Voici par exemple le couplet sur la robe de la mariée :

Que vâh’ açhta c’min rrôb’ a ta fena

Dzourrdzô mon fis ,

Que vâh’ açhta c’min rrôb’ a ta fena

Dzourrdzô mon ami?

Na bèla rrôb in soué blantsé

pâré qu’in pinsâ-vô?

Non pa na rrôba de drêt

mon vôz é fé vô.

Que vas-tu acheter comme robe à ta femme

Georges mon fils,

Que vas-tu acheter comme robe à ta femme

Georges mon ami?

Une belle robe en soie blanche

père qu’en pensez-vous?

Non pas une robe de drap

comme vous avez fait vous?

Chaque couplet de la chanson est construit de la même manière, et décline tous les préparatifs du mariage : du choix de la femme (« Na bèla dzouin-na fèna […] Non pa na vèyé gèrbiche » / « Une belle jeune femme […] Non pas une vieille gribiche »), à la maison (« Na p(t)chita méson […] Non pa le cârro du bô » / « Une petite maison […] Non pas le coin de l’étable ») en passant par les chaussures, le chapeau et les boucles d’oreille de la mariée.

Parmi les nombreux couplets chantés par Simone, insistons tout de même sur celui relatif aux invités :

Tanta Yonie qu’y a guéyar de sou…

Non pa l’incroua de Montégny qui no lésera pas danhié

Tante Léonie qui a beaucoup de sous…

Non pas le curé de Montagny qui ne nous laissera pas danser

Ce couplet fait écho à d’autres vêpres parodiques où « le comique de la situation se double d’un comique mélodique puisque l’air qui supporte les paroles est une parodie de Vêpres » (Françoise Etay, « Moqueries limousines. Chansons en pays rebelle » ). Non content de moquer le curé, on le fait sur un air religieux !

Simone Benoit se remémore avoir appris cette chanson d’une vieille dame, qui filait sa laine dans l’écurie d’un hameau voisin. Les enfants du coin avaient alors l’habitude d’aller la regarder travailler, et surtout l’écouter chanter ses complaintes. « C’était notre grande distraction » se souvient-elle.

Commentaires sur le patois par Simone Benoit – voir la notice complète ici

L’évocation des circonstances dans lesquelles Simone a appris les Vêpres de Montagny conduisent naturellement la discussion sur la question du patois. Ou plutôt des patois, car le patois de la vieille dame n’était pas celui du Planay : quand Simone parle ce patois à son mari, il lui réponds que « ça, c’est le patois du Champ Béranger ». Variations de la langue dans l’espace donc, mais aussi dans le temps. Ainsi Simone,  à propos de la langue de la vieille dame, se souvient : « Puis alors, elle avait un patois, vous savez, un patois qu’on dit plus, nous maintenant » .

Là réside toute la richesse des répertoires en francoprovençal, auxquels nous avons consacré le 22ème Atlas Sonore du CMTRA en 2012 : langue de transmission orale, elle est constamment enrichie, modifiée, infléchie par ceux qui, à l’instar de Simone Benoit, la font vivre et la transmettent.

Pour aller + loin :

Crédits photos : ardulei – Pixabay