Archives de catégorie : Septembre 2016

La chanson de Roland

La chanson de Roland est l’exemple canonique des chansons de geste médiévales, ces longs poèmes épiques retraçant les prouesses de guerriers d’antan, les vertus de la foi et de l’honneur féodal.  Elle relate la fin tragique de l’arrière-garde que Charlemagne avait confié à son neveu et chevalier préféré, Roland.

Ganelon, rongé par sa jalousie de ne pas recevoir de Charlemagne son beau-frère, les mêmes honneurs que celui-ci offre pourtant à Roland, entreprend de trahir le roi des Francs et de monter un guet-apens contre son armée. Attaqué par surprise dans un col des Pyrénées par une armée de sarrasins bien plus forte et préparée que la sienne, Roland préfère mourir en guerrier plutôt que d’appeler à l’aide les troupes de Charlemagne. Quand par ses derniers souffles il fait sonner son cor, il est déjà trop tard : son armée est exterminée ; Saint-Michel, Chérubin et Saint-Gabriel emportent son âme. Il tentera bien de briser son épée sur un rocher pour ne pas risquer qu’elle revienne aux mains de l’ennemi, mais il succombe avant que Charlemagne ne parvienne à lui et ne mène une seconde bataille, victorieuse celle-ci, contre les troupes sarrasines.

De cette légende historique de 4000 vers, il demeure huit manuscrits aux versions différentes et éparpillés dans quelques bibliothèques et musées d’Europe. Il reste également quelques hauts-lieux le long de la route de Saint-Jacques de Compostelle et du col de Ronceveaux, où des rochers écaillés garderaient la marque de l’épée de Roland. Et enfin, il reste quelques chansons. Des chansons populaires composées au XXe siècle, certaines d’auteur bien connus, d’autres d’auteur incertain. C’est le cas de cette Chanson de Roland chantée par Germaine Panel dans le micro de Jacques Bardot en février 1984.  Germaine la décrit comme une « chanson d’école » :

Le noble Charles, Roi des Francs,
Avait passé monts et torrents,
Restait l’arrière-garde
Ayant pour chef Roland le Preux
Voilà qu’ils se hasardent
Au fond d’un val bien ténébreux.

Hélas ! Le traître Ganelon
Avait gardé ce noir vallon
Car une armée immense
Soudain descend des pics voisins,
La lutte à mort commence
Aux cris stridents des Sarrasins.

L’épée au poing, fier et sanglant,
Il crie aussi le bon Roland
Il court dans la bataille
Jonchant de morts le sombre val
Il frappe, il brise, il taille
Partout résonne Durandal.

Blessé trois fois, sire Olivier
Dit à Roland, beau chevalier :
« Sonnez vers Charlemagne,
Sonnez vers lui, sonnez du cor,
Sonnez par la montagne. »
Le bon Roland dit : « Pas encore »

Enfin, percé de part en part
Roland sonna ; c’était trop tard
Autour de lui, dans l’ombre
Râlaient les gens et les chevaux
Vaincu, mais par le nombre,
Roland mourut à Roncevaux.

Le tournant des années 1980 fut faste pour La Chanson de Roland puisque c’est également à cette période qu’Annie Cordy sort son 78 tours « Annie Cordy chante et raconte l’Histoire de France (pour rire) », dans lequel trône une interprétation bien personnelle du poème épique. Certes, celle-ci dépasse franchement le cadre thématique du portail rhônalpin du patrimoine oral, mais vous en conviendrez, on aurait tort de s’en priver…

Visuel : photo libre de droit de Markus Spiske

La Basse-Cour!

Lectrices, lecteurs : cette archive de la semaine est spéciale puisque c’est avec elle que Camille Frouin termine son stage au CMTRA ! Elle est la plume principale qui se cache derrière les billets consacrés aux fonds sonores du réseau régional des archives sonores depuis le mois d’avril. Nous la remercions pour son enthousiasme, pour sa finesse, et lui souhaitons bonne route vers de nouvelles aventures patrimoniales !

En 1975, l’ethnologue Charles Joisten collecte en Isère des contes, des récits légendaires et des musiques traditionnelles du Dauphiné. Un jour de mai, à Vignieu (Isère), il enregistre sa rencontre avec trois habitants : Joseph Clarard, Marcel Montagne et « Zin-Zin ». L’occasion pour les trois amis d’échanger autour du micro du chercheur quelques chansons  modernes (datant de 1900 à 1940), de trinquer autour de conversations diverses pendant près d’une heure et demi. A mesure que l’enquête progresse, l’ambiance semble de plus en plus conviviale et animée par les vapeurs d’alcool. Alors que Joseph et Marcel enchaînent les chansons et tentent de réfréner Zin-Zin dans ses élans d’expression, lui insiste pour interpréter un conte d’animaux : la Basse-Cour. L’assemblée commence par se moquer de lui avec une bienveillance amicale, s’amuse  finalement et  finit par se prendre au jeu. Un concert de mimologismes-saynètes, sous forme de dialogues facétieux entre animaux, s’offre alors au micro de Charles Joisten.

capture-decran-2016-09-13-a-10-16-21

le père Pigeon dit : « Ô, Ô, T’as de belles coulles, t’as de de belles coulles! »…

capture-decran-2016-09-13-a-10-17-30

Le Loriot dit : « fô cou-pa lé cou du cou-yo, fô cou-pa lé cou du cou-yo! » (Faut couper les couilles du curé)

Consultez ici la transcription partielle du conte, par Charles Joisten

Les contes mimologiques d’animaux ne sont pas à confondre avec les fables ou les contes mettant en scène des animaux. Les mimologismes sont des imitations de cris d’animaux sur la base de phrases amusantes, parfois grivoises. Le conte mimologique, au même titre que de nombreux récits collectés par les folkloristes et ethnologues du XXe siècle, n’est pas uniquement destiné à un public d’enfants. Ce genre appartient aux traditions orales que des acteurs culturels et patrimoniaux contribuent aujourd’hui à revitaliser : c’est le cas de nos collègues de l’UPCP-Métive, le centre de musiques et danses traditionnelles en Poitou-Charentes et Vendée, qui a rassemblé un grand nombre d’enregistrements de mimologismes dans le cadre de sa saison culturelle dédiée aux Métamorphoses.

Charles Joisten a pris soin de retranscrire des extraits du conte de la Basse-Cour. Cela témoigne d’un impératif scientifique et méthodologique : Charles Joisten joignait à ses collectes sonores  des documents accompagnant leur bonne compréhension et leur analyse. Parmi ces documents, l’exercice de retranscription, c’est à dire la traduction des paroles, des mélodies et des rythmes d’une performance musicale sous une forme écrite, a ici un statut particulier. De façon générale, la transcription musicale d’enregistrements de terrain est un outil formidable de compréhension d’un « moment de musique » dès lors qu’on l’assume comme une transformation – c’est à dire dès lors qu’on prend acte du fait qu’il s’agit d’une traduction nécessairement incomplète et non d’un miroir graphique des sons, des mélodies, des ambiances et des émotions éprouvées. Dans notre cas précis, la retranscription réalisée par Charles Joisten une fois revenu de son immersion joyeuse auprès des trois amis de Vignieu, nous rappelle qu’une chanson ne saurait être réduite à l’addition de musique et de paroles. La première détermine les secondes, et inversement.

Mais, alors que Zin-Zin ne semble pas en totale possession de ses moyens, l’acte de transcription revient-il à conférer une valeur de modèle à sa version de la Basse-Cour? Non car tout l’intérêt de la collecte de chants et d’airs instrumentaux traditionnels est justement d’en écouter et analyser les variations en fonction des époques, des interprètes, des contextes de performance…ou des degrés d’alcoolémie.

En faisant le choix de considérer la seule transcription des paroles comme insuffisante, de rendre visibles l’aspect mélodique, et l’expressivité d’une parole a priori externe à la performance chansonnière, Charles Joisten réaffirme la prédominance du caractère oral de cette pratique. A travers le conte de la Basse-Cour, le constat  est fait de l’insuffisance de la ponctuation et des indications en marge, même si Charles Joisten les utilisent (« ! », « Chuchoté »…), à rendre compte de la richesse de l’expressivité. Ce travail entrepris par le chercheur nous invite à penser des formes nouvelles d’écriture permettant au mieux de dégager les spécificités de l’oralité…les exemples ne manquent pas, mais ne nous plongeons pas ici dans les affaires des linguistes !

Pour aller plus loin…
> Consultez une partie du mémoire de Pentagon : De l’oral à l’écrit. Caractéristiques, transcription & interprétation du discours oral.
>
Les enquêtes de Charles Joisten auprès de Joseph Clarard, Marcel Montagne et Zin-Zin : la première / la deuxième / la seconde 

Visuel : « plumage dindon sauvage », photo libre de droit sur Pixabay.

Le rigodon d’Emile Escalle

Un jour de juin 1973, Charles Joisten rencontre Emile Escalle, célèbre violoneux routinier de la vallée de Champsaur dans les massifs du département des Hautes-Alpes. Celui que l’on surnommait « Milou » a vécu de 1900 à 1987  à Molines-en-Champsaur et, comme la plupart des musiciens routiniers, ne vivait pas de sa pratique musicale. Emile était berger et vivait avec sa famille, également présente lors de l’enregistrement. Plusieurs musiciens et ethnologues le rencontrent dans les années 1970. Parmi eux, Charles Joisten tire de cette rencontre conviviale plusieurs enquêtes auxquelles il faut ajouter celles, réalisées dans le même cadre, de Jean-Michel et Hélène Guilcheren. L’objectif est alors de compléter la documentation du musée Dauphinois de Grenoble dans le champ des danses traditionnelles du Dauphiné, et plus spécifiquement autour du rigodon. Le résultat donne à entendre plus de 5h d’un riche répertoire musical ainsi que quelques commentaires sur sa pratique. Plus tard, l’ethnologue et musicien Patrick Mazellier, animé par d’autres problématiques, ira lui aussi à plusieurs reprises à la rencontre de Milou.

Rigodon de Charance (le « coucou ») et sa partition

Capture d’écran 2016-09-01 à 09.40.56 Capture d’écran 2016-09-01 à 09.41.00

Essentiellement joué au violon, le rigodon du Dauphiné est une danse traditionnelle à deux temps issue de la société paysanne étendue de Grenoble à Gap. Traditionnellement transmise oralement, il en existe autant de versions que de vallées, villages, musiciens… Certains rigodons sont identifiables à un lieu : ainsi, Milou interprète celui de Charance, du Solon, de Valgaudemar… Sa pratique reste encore vivace, notamment à Charance où de grands rassemblements villageois continuent à donner le pas. Le rigodon se danse à deux, à quatre ou en rond, ses figures sont relativement peu complexes et structurées, laissant une grande liberté d’ornementation aux danseurs. Alors que cette danse était presque oubliée, plus guerre dansée dans le Dauphiné du milieu du 20ième siècle, les décennies 70 et 80 ravivent son souvenir. Le mouvement en faveur des musiques et danses traditionnelles, les collectes revivalistes engagées en ce sens, celles des ethnologues, la réinterprétation des répertoires, ont permis de redonner une place à cette danse dans le vaste champ de celles traditionnelles : aux côtés des valses, polkas, scottishs, mazurkas,  bourrées auvergnates, danses bretonnes, et autres rondos, qui n’ont pas été autant menacés de disparition.

Rigodon du Solon et sa partition

Capture d’écran 2016-09-01 à 09.40.32

Emile Escalle est musicien routinier : celui appelé à animer les fêtes communales, les cérémonies, les rassemblements. Dans la première moitié du 20ième siècle les musiciens routiniers ont un rôle social important au sein des sociétés villageoises. Ils apprennent la pratique instrumentale des « anciens », des joueurs des villages voisins, selon leur propre oreille, leurs réinterprétations, parfois compositions. S’ils ne vivent pas de leur art, s’ils sont agriculteurs ou artisans au même titre que de nombreux habitants, ils bénéficient d’une « place à part » au sein de la communauté, jouissant d’une notoriété locale certaine dépassant les frontières communales. La vague de collectes des années 70 engagée par les jeunes musiciens revivalistes se base essentiellement sur les répertoires routiniers, dans une optique artistique, plus que de conservation, de réappropriation de ces airs variés. Les récits de vie narrés au cours de ces différentes enquêtes donnent à entendre les parcours singuliers, une diversité de profils de musiciens routiniers qui ont alors entre 70 et 80 ans et dont la pratique a fortement perdu de sa portée sociale.
Sylvestre Ducaroy, un grand nom de l’histoire des musiciens routiniers, se souvient : « Ces musiciens routiniers croisés au fil des bandes étaient-ils marginalisés au sein de leur communauté villageoise ou se sont-ils taillés une place particulière ? En fait, il ne faut pas trop s’attarder sur le cliché du musicien routinier, témoin esseulé et anachronique. Certes, beaucoup sont porteurs de quelque chose d’anachronique, de survivances, puisqu’on s’y intéresse comme tels. Mais qui ne devient pas quelque part, à 70 ou 80 ans, un témoin de son temps ? On rencontre toutes les histoires possibles. […] Mais dans leur histoire revient toujours l’idée du privilège d’être musicien, ou chanteur. C’est une fierté, et un statut reconnu comme tel, dans un contexte cependant parfois disparu ou presque.« 1
Reconnu, Emile Escalle l’est très certainement, il demeure une figure de la mémoire locale, en laissant derrière lui un répertoire sans lequel la revitalisation des musiques traditionnelles du Dauphiné, en particulier celle du rigodon, n’aurait pas eu la même couleur.

Rigodon de Valgaudemar et sa partition

Capture d’écran 2016-09-01 à 09.41.29
1 _ Archive du CMTRA : « Histoire d’un fonds … » entretien avec Sylvestre Ducaroy, lettre d’information n°59, 2005

Pour aller plus loin…
> Une partie des enquêtes réalisées par Charles Joisten auprès d’Emile Escalle en 1973 ont été mises en ligne sur le portail régional du patrimoine oral dans le cadre d’une collaboration entre le Musée Dauphinois et le CMTRA au sein du réseau documentaire. Ces notices contiennent de nombreuses partitions transcrites par Charles Joisten, dont celles des rigodons présentés ci-dessus :
« Airs instrumentaux (violon) : enquête auprès d’Emile Escalle, dit « Milou, violoneux en Champsaur »  01  /  02 03 04  /  05  /  06
> Notre billet sur le Fonds Charles Joisten

Visuel : Emile Escale et ses proches photographiés lors de l’enquête réalisée par Charles Joisten en 1973. Documentation du Musée Dauphinois de Grenoble.