Archives de catégorie : 2016

La catégorie 2016 regroupe tous les “sons de la semaine” publiés durant l’année 2016

Mère, mettez le chat à cuire !

Explorer pour la toute première fois la Base interrégionale du Patrimoine oral réserve bien des surprises. Ce fut le cas de Capucine, dernièrement entrée dans l’équipe du CMTRA qui, après avoir proposé un article sur certains rites funéraires a décidé de se concentrer sur une archive de la semaine un peu plus légère !

Derrière les très sérieuses enquêtes et collectes menées ou cataloguées par le CMTRA l’on trouve quelques pépites – non moins intéressantes ! – qu’il serait dommage de ne pas partager avec le plus grand nombre. Enregistrée par Sylvestre Ducaroy, la chanson Mère, mettez le chat à cuire en fait partie. Son titre prête à sourire, inévitablement, et quand l’on cherche à en savoir un peu plus, ce que les méandres du net nous révèlent en vaut tout autant.

Interprétée d’abord à la vielle puis a cappella (et l’on vous conseille d’écouter jusqu’au bout) par Aymé Pommateau, le chat devient « os » dans la version dont le CMTRA dispose. Mais, comme tout répertoire de tradition orale, les interprétations diffèrent (mélodies, rythmes, ornementations, paroles) et l’on trouve sur la toile d’autres variations où le chat refait surface.

Les paroles :

Mère mettez l’os à cuire
Car le galant que vint
Faut ben qu’on l’en régale
Le premier gars qui vint 

Nous trouvons également les paroles suivantes, d’après la version d’Hélène Deflisque, enregistrée à Cheylade (15) par Didier Huguet dans les années 1990 :

Bòta lo chat cuèire, maire
Bòta lo chat cuèire
E regalarem
Lo galant de nòstra ainada E regalarem
Lo galant que vai venir 

Traduction :

Mets le chat à cuire, Maman
Mets le chat à cuire
Et on régalera
Le galant de notre aînée
Et on régalera
Le galant qui va venir 

Evidemment, taper « Mettez le chat à cuire » sur votre moteur de recherche préféré donne lieu à quelques correspondances toutes aussi amusantes.

Où l’on tombe sur le site de l’Oulipo qui propose par exemple 1000 manières de cuire un chaton :

« Mettre votre chaton dans l’eau froide et la porter à ébullition. Prévoyez deux heures de cuisson à petits bouillons. Ajouter les légumes au bout d’une heure et veillant bien de mettre d’abord les carottes dont le temps de cuisson est plus long »

Mais aussi sur cette question, qui finit par nous tarauder : « Est-il légal de manger son chat » ? Heureusement qu’internet a réponse à tout…!

Visuel :
Photo libre de droit – SimonaR

Chant de deuil Bété

Cette fin de semaine de la Toussaint nous donne une belle occasion de tendre l’oreille aux chants et sonorités qui dans le monde entier, sont chargés d’accompagner les défunts dans l’au-delà, et leurs proches dans leur deuil. Cette archive sonore nous emmène en Côte d’Ivoire avec Maguy Zogbo, chanteuse franco-ivoirienne et villeurbannaise depuis près de trente ans. Nous avons rencontré Maguy une première fois en 2010, puis une seconde fois en 2014, quelques semaines avant la tenue d’une soirée organisée par Le Rize et le CMTRA consacrée aux musiques sacrées, pendant laquelle elle a livré au public plusieurs chants de veillée funéraires, dont celui-ci :

Auteure et interprète, Maguy définit sa musique comme « tradi-moderne », la modernité étant principalement liée ici à la présence d’instruments amplifiés. Mais elle est aussi connue pour les veillées funéraires qu’elle anime au sein de la communauté ivoirienne de l’agglomération lyonnaise. Ce chant est un appel au réveil qui s’adresse en premier lieu aux femmes du village. Interprété très tôt le matin, aux alentours de 4h30 par une proche du défunt, il apostrophe d’abord le coq : « tu fais comprendre au coq que je ne dors pas (…) tu n’as pas à me réveiller, c’est moi qui vais te réveiller » ; puis, les cousines et les sœurs : « réveillez-vous, pour que l’on puisse veiller mon frère, ma sœur… ». La musique se poursuit et interpelle celles qui savent plonger « pour retrouver ce qui est tombé dans l’eau », et s’achève sur « ça c’est mon petit tabouret, je l’ai perdu aussi, trouve le moi ».

Maguy Zogbo reconnaît toutefois que cette pratique n’existe presque plus et d’autant moins à Lyon où les rites funéraires ont, dans leur expatriation, en partie perdu leur sens originel pour recouvrir d’autres significations, d’autres formes de pratique et de partage.

« Certains pensent que l’on est contents alors que c’est notre façon de pleurer ». Dans la tradition ivoirienne, et notamment chez les Bété (peuple vivant essentiellement au Centre-Ouest de la Côte d’Ivoire), il est fréquent qu’une personne ne soit enterrée que plusieurs semaines après sa mort. Il est en effet important d’attendre que les enfants ou les proches puissent avoir le temps de rejoindre le lieu des funérailles, mais aussi que l’argent soit suffisant pour que ces dernières soient à la fois dignes et festives.

C’est à l’occasion des veillées que chaque membre de la communauté verse sa contribution et que l’on vient chanter la mémoire du défunt : issu du « polihet », un style musical qui accompagne les joies et les peines du quotidien, la complainte a pour objectif de réveiller les émotions, d’évoquer l’histoire familiale du mort, et de se remémorer la vie de ses ancêtres. Si ces veillées peuvent durer en Côte d’Ivoire jusqu’à trois jours en fonction de l’importance et de la notoriété des personnes décédées, elles sont plus courtes ici à Lyon, et davantage dédiées à l’urgence de rassembler les fonds nécéssaires au rapatriement du corps au pays. Mais Maguy témoigne du rôle encore central du chant durant ces veillées : c’est par lui que « ceux qui restent » se connectent au sacré et accompagnent le mort dans l’au-delà.

Pour aller plus loin…
Gérald Arnaud, « Un pays fou de culture », Africultures, Septembre 2003, P.111 à 120

Visuel :
Photo libre de droit – Bruce Emmerling

Luna Lunedda

Giacomo Anastasi est Sicilien et villeurbannais depuis ses 25 ans. Après avoir fondé la compagnie “Il Melograno” à Messina, il crée à Lyon en 2001 le groupe “Zancle”, qui lui confèrera une certaine notoriété sur les scènes de musiques traditionnelles de l’agglomération. Chanteur, guitariste, mandoliniste, il joue avec les frontières esthétiques et les registres émotifs, navigant entre le jazz, la commedia dell’ arte, les pizzicas et les tarantelles chantées en sicilen. Il nous reçoit chez lui en 2011, alors qu’il partage son temps entre répétitions, enseignements et responsabilités à l’Institut Culturel d’Italie. Et puis on y retourne, deux fois, tant le répertoire instrumental et chansonnier qu’il porte dans ses bagages est inépuisable. Entre un chant folklorique napolitain, une valse, une pizzica, Giacomo décide de nous livrer une sérénade qui a une place toute particulière dans son panthéon musical : Luna Lunedda.

Le jour où il livre cette berceuse aux micros du CMTRA, nous sommes venus chercher quelque chose de bien particulier : une chanson de l’immigration italienne, destinée à intégrer un documentaire sonore pour une soirée “italienne” au Rize. Giacomo décrit cette “Luna Lunedda” revisitée par ses arrangements comme une “berçeuse transformée en prière”, que lui chantait sa grand-mère le soir, après les dures journées de labeur passées à s’occuper du terrain et de la maison que le décès de son mari avait laissé bien vide.

Lune, lune, petite lune, 
Envoie moi une Cuddura (petit pain sicilien)
Bien grande, pour que je l’apporte à l’église de San Juan
Saint Jean de la veut pas, et la donne à Saint Grégoire
Qui la prend, et la donne…au lapin.

“Et ça, c’est un chant de l’immigration ?” s’étonne aussitôt la collectrice derrière le micro ! La réponse de Giacomo est intéressante puisqu’elle nous rappelle qu’avant l’immigration, l’évocation de l’absence, de l’éloignement, l’espoir du retour, il y a la circulation d’une rive, d’une terre, ou d’une lune à une autre. Les chants de l’immigration sont aussi des chants de départ, de voyage. “Oui, c’est un chant que l’on chantait pendant l’immigration, quand on partait, pour endormir les enfants sur le bateau”.

Les amateurs de musique traditionnelle italienne ou les cinéphiles qui passeraient par ici auront peut-être une autre “Luna Lunedda” en tête, celle qu’a fait connaître le réalisateur français Philippe Claudel dans son film “Tous les soleils”, réalisé en 2010. Cette petite lune-là est une pizzica traditionnelle chantée en sicilien et basée sur le rythme de la “Tarentella Montemarenese”. Difficile de trouver des informations, voire même des transcriptions des paroles de la Luna Lunedda de la grand-mère de Giacomo. Après une recherche obstinée dans les plis de la Toile, on peut tout de même trouver quelques perles, notamment cet enregistrement datant de 1996 d’une “sérénade à domicile” chantée et jouée par deux musiciens du groupe bien connu en Sicile “Taberna Myalensis“, domicilié…à Messina, la terre natale de Giacomo. Luna Lunedda serait-elle finalement un patrimoine local devenu avec Giacomo un chant de l’immigration sicilienne ?

Visuel : Wildernessman, photo libre de droit

Pour aller plus loin :
– consulter l’enquête complète auprès de Giacomo Anastasi : 1 / 2 / 3
– écouter le CD “Sicilia 1. Resuttano. I canti dei contadini” avec des enregistrements (1972-1995) rassemblés par Ignazio Macchiarella (lire la revue critique de cet album par Anne-Florence Borneuf)

La chanson de Roland

La chanson de Roland est l’exemple canonique des chansons de geste médiévales, ces longs poèmes épiques retraçant les prouesses de guerriers d’antan, les vertus de la foi et de l’honneur féodal.  Elle relate la fin tragique de l’arrière-garde que Charlemagne avait confié à son neveu et chevalier préféré, Roland.

Ganelon, rongé par sa jalousie de ne pas recevoir de Charlemagne son beau-frère, les mêmes honneurs que celui-ci offre pourtant à Roland, entreprend de trahir le roi des Francs et de monter un guet-apens contre son armée. Attaqué par surprise dans un col des Pyrénées par une armée de sarrasins bien plus forte et préparée que la sienne, Roland préfère mourir en guerrier plutôt que d’appeler à l’aide les troupes de Charlemagne. Quand par ses derniers souffles il fait sonner son cor, il est déjà trop tard : son armée est exterminée ; Saint-Michel, Chérubin et Saint-Gabriel emportent son âme. Il tentera bien de briser son épée sur un rocher pour ne pas risquer qu’elle revienne aux mains de l’ennemi, mais il succombe avant que Charlemagne ne parvienne à lui et ne mène une seconde bataille, victorieuse celle-ci, contre les troupes sarrasines.

De cette légende historique de 4000 vers, il demeure huit manuscrits aux versions différentes et éparpillés dans quelques bibliothèques et musées d’Europe. Il reste également quelques hauts-lieux le long de la route de Saint-Jacques de Compostelle et du col de Ronceveaux, où des rochers écaillés garderaient la marque de l’épée de Roland. Et enfin, il reste quelques chansons. Des chansons populaires composées au XXe siècle, certaines d’auteur bien connus, d’autres d’auteur incertain. C’est le cas de cette Chanson de Roland chantée par Germaine Panel dans le micro de Jacques Bardot en février 1984.  Germaine la décrit comme une “chanson d’école” :

Le noble Charles, Roi des Francs,
Avait passé monts et torrents,
Restait l’arrière-garde
Ayant pour chef Roland le Preux
Voilà qu’ils se hasardent
Au fond d’un val bien ténébreux.

Hélas ! Le traître Ganelon
Avait gardé ce noir vallon
Car une armée immense
Soudain descend des pics voisins,
La lutte à mort commence
Aux cris stridents des Sarrasins.

L’épée au poing, fier et sanglant,
Il crie aussi le bon Roland
Il court dans la bataille
Jonchant de morts le sombre val
Il frappe, il brise, il taille
Partout résonne Durandal.

Blessé trois fois, sire Olivier
Dit à Roland, beau chevalier :
“Sonnez vers Charlemagne,
Sonnez vers lui, sonnez du cor,
Sonnez par la montagne.”
Le bon Roland dit : “Pas encore”

Enfin, percé de part en part
Roland sonna ; c’était trop tard
Autour de lui, dans l’ombre
Râlaient les gens et les chevaux
Vaincu, mais par le nombre,
Roland mourut à Roncevaux.

Le tournant des années 1980 fut faste pour La Chanson de Roland puisque c’est également à cette période qu’Annie Cordy sort son 78 tours “Annie Cordy chante et raconte l’Histoire de France (pour rire)”, dans lequel trône une interprétation bien personnelle du poème épique. Certes, celle-ci dépasse franchement le cadre thématique du portail rhônalpin du patrimoine oral, mais vous en conviendrez, on aurait tort de s’en priver…

Visuel : photo libre de droit de Markus Spiske

La Basse-Cour!

Lectrices, lecteurs : cette archive de la semaine est spéciale puisque c’est avec elle que Camille Frouin termine son stage au CMTRA ! Elle est la plume principale qui se cache derrière les billets consacrés aux fonds sonores du réseau régional des archives sonores depuis le mois d’avril. Nous la remercions pour son enthousiasme, pour sa finesse, et lui souhaitons bonne route vers de nouvelles aventures patrimoniales !

En 1975, l’ethnologue Charles Joisten collecte en Isère des contes, des récits légendaires et des musiques traditionnelles du Dauphiné. Un jour de mai, à Vignieu (Isère), il enregistre sa rencontre avec trois habitants : Joseph Clarard, Marcel Montagne et “Zin-Zin”. L’occasion pour les trois amis d’échanger autour du micro du chercheur quelques chansons  modernes (datant de 1900 à 1940), de trinquer autour de conversations diverses pendant près d’une heure et demi. A mesure que l’enquête progresse, l’ambiance semble de plus en plus conviviale et animée par les vapeurs d’alcool. Alors que Joseph et Marcel enchaînent les chansons et tentent de réfréner Zin-Zin dans ses élans d’expression, lui insiste pour interpréter un conte d’animaux : la Basse-Cour. L’assemblée commence par se moquer de lui avec une bienveillance amicale, s’amuse  finalement et  finit par se prendre au jeu. Un concert de mimologismes-saynètes, sous forme de dialogues facétieux entre animaux, s’offre alors au micro de Charles Joisten.

capture-decran-2016-09-13-a-10-16-21

le père Pigeon dit : “Ô, Ô, T’as de belles coulles, t’as de de belles coulles!”…

capture-decran-2016-09-13-a-10-17-30

Le Loriot dit : “fô cou-pa lé cou du cou-yo, fô cou-pa lé cou du cou-yo!” (Faut couper les couilles du curé)

Consultez ici la transcription partielle du conte, par Charles Joisten

Les contes mimologiques d’animaux ne sont pas à confondre avec les fables ou les contes mettant en scène des animaux. Les mimologismes sont des imitations de cris d’animaux sur la base de phrases amusantes, parfois grivoises. Le conte mimologique, au même titre que de nombreux récits collectés par les folkloristes et ethnologues du XXe siècle, n’est pas uniquement destiné à un public d’enfants. Ce genre appartient aux traditions orales que des acteurs culturels et patrimoniaux contribuent aujourd’hui à revitaliser : c’est le cas de nos collègues de l’UPCP-Métive, le centre de musiques et danses traditionnelles en Poitou-Charentes et Vendée, qui a rassemblé un grand nombre d’enregistrements de mimologismes dans le cadre de sa saison culturelle dédiée aux Métamorphoses.

Charles Joisten a pris soin de retranscrire des extraits du conte de la Basse-Cour. Cela témoigne d’un impératif scientifique et méthodologique : Charles Joisten joignait à ses collectes sonores  des documents accompagnant leur bonne compréhension et leur analyse. Parmi ces documents, l’exercice de retranscription, c’est à dire la traduction des paroles, des mélodies et des rythmes d’une performance musicale sous une forme écrite, a ici un statut particulier. De façon générale, la transcription musicale d’enregistrements de terrain est un outil formidable de compréhension d’un “moment de musique” dès lors qu’on l’assume comme une transformation – c’est à dire dès lors qu’on prend acte du fait qu’il s’agit d’une traduction nécessairement incomplète et non d’un miroir graphique des sons, des mélodies, des ambiances et des émotions éprouvées. Dans notre cas précis, la retranscription réalisée par Charles Joisten une fois revenu de son immersion joyeuse auprès des trois amis de Vignieu, nous rappelle qu’une chanson ne saurait être réduite à l’addition de musique et de paroles. La première détermine les secondes, et inversement.

Mais, alors que Zin-Zin ne semble pas en totale possession de ses moyens, l’acte de transcription revient-il à conférer une valeur de modèle à sa version de la Basse-Cour? Non car tout l’intérêt de la collecte de chants et d’airs instrumentaux traditionnels est justement d’en écouter et analyser les variations en fonction des époques, des interprètes, des contextes de performance…ou des degrés d’alcoolémie.

En faisant le choix de considérer la seule transcription des paroles comme insuffisante, de rendre visibles l’aspect mélodique, et l’expressivité d’une parole a priori externe à la performance chansonnière, Charles Joisten réaffirme la prédominance du caractère oral de cette pratique. A travers le conte de la Basse-Cour, le constat  est fait de l’insuffisance de la ponctuation et des indications en marge, même si Charles Joisten les utilisent (“!”, “Chuchoté”…), à rendre compte de la richesse de l’expressivité. Ce travail entrepris par le chercheur nous invite à penser des formes nouvelles d’écriture permettant au mieux de dégager les spécificités de l’oralité…les exemples ne manquent pas, mais ne nous plongeons pas ici dans les affaires des linguistes !

Pour aller plus loin…
> Consultez une partie du mémoire de Pentagon : De l’oral à l’écrit. Caractéristiques, transcription & interprétation du discours oral.
>
Les enquêtes de Charles Joisten auprès de Joseph Clarard, Marcel Montagne et Zin-Zin : la première / la deuxième / la seconde 

Visuel : “plumage dindon sauvage”, photo libre de droit sur Pixabay.