Archives de catégorie : Octobre 2016

Luna Lunedda

Giacomo Anastasi est Sicilien et villeurbannais depuis ses 25 ans. Après avoir fondé la compagnie « Il Melograno » à Messina, il crée à Lyon en 2001 le groupe « Zancle », qui lui confèrera une certaine notoriété sur les scènes de musiques traditionnelles de l’agglomération. Chanteur, guitariste, mandoliniste, il joue avec les frontières esthétiques et les registres émotifs, navigant entre le jazz, la commedia dell’ arte, les pizzicas et les tarantelles chantées en sicilen. Il nous reçoit chez lui en 2011, alors qu’il partage son temps entre répétitions, enseignements et responsabilités à l’Institut Culturel d’Italie. Et puis on y retourne, deux fois, tant le répertoire instrumental et chansonnier qu’il porte dans ses bagages est inépuisable. Entre un chant folklorique napolitain, une valse, une pizzica, Giacomo décide de nous livrer une sérénade qui a une place toute particulière dans son panthéon musical : Luna Lunedda.

Le jour où il livre cette berceuse aux micros du CMTRA, nous sommes venus chercher quelque chose de bien particulier : une chanson de l’immigration italienne, destinée à intégrer un documentaire sonore pour une soirée « italienne » au Rize. Giacomo décrit cette « Luna Lunedda » revisitée par ses arrangements comme une « berçeuse transformée en prière », que lui chantait sa grand-mère le soir, après les dures journées de labeur passées à s’occuper du terrain et de la maison que le décès de son mari avait laissé bien vide.

Lune, lune, petite lune, 
Envoie moi une Cuddura (petit pain sicilien)
Bien grande, pour que je l’apporte à l’église de San Juan
Saint Jean de la veut pas, et la donne à Saint Grégoire
Qui la prend, et la donne…au lapin.

« Et ça, c’est un chant de l’immigration ? » s’étonne aussitôt la collectrice derrière le micro ! La réponse de Giacomo est intéressante puisqu’elle nous rappelle qu’avant l’immigration, l’évocation de l’absence, de l’éloignement, l’espoir du retour, il y a la circulation d’une rive, d’une terre, ou d’une lune à une autre. Les chants de l’immigration sont aussi des chants de départ, de voyage. « Oui, c’est un chant que l’on chantait pendant l’immigration, quand on partait, pour endormir les enfants sur le bateau ».

Les amateurs de musique traditionnelle italienne ou les cinéphiles qui passeraient par ici auront peut-être une autre « Luna Lunedda » en tête, celle qu’a fait connaître le réalisateur français Philippe Claudel dans son film « Tous les soleils », réalisé en 2010. Cette petite lune-là est une pizzica traditionnelle chantée en sicilien et basée sur le rythme de la « Tarentella Montemarenese ». Difficile de trouver des informations, voire même des transcriptions des paroles de la Luna Lunedda de la grand-mère de Giacomo. Après une recherche obstinée dans les plis de la Toile, on peut tout de même trouver quelques perles, notamment cet enregistrement datant de 1996 d’une « sérénade à domicile » chantée et jouée par deux musiciens du groupe bien connu en Sicile « Taberna Myalensis« , domicilié…à Messina, la terre natale de Giacomo. Luna Lunedda serait-elle finalement un patrimoine local devenu avec Giacomo un chant de l’immigration sicilienne ?

Visuel : Wildernessman, photo libre de droit

Pour aller plus loin :
– consulter l’enquête complète auprès de Giacomo Anastasi : 1 / 2 / 3
– écouter le CD « Sicilia 1. Resuttano. I canti dei contadini » avec des enregistrements (1972-1995) rassemblés par Ignazio Macchiarella (lire la revue critique de cet album par Anne-Florence Borneuf)