Archives de catégorie : Novembre 2016

Soupe de crozets et croziflette !

Il faut le savoir, l’équipe salariée du CMTRA est particulièrement gourmande. L’idée de dénicher parmi les archives sonores de notre Portail régional du patrimoine oral une notice qui ferait référence de près ou de loin à une recette a donc rapidement fait son chemin. Et nous voilà donc parties sur la trace des crozets, ces petites pâtes carrées à la farine de sarrasin qui seraient d’origine savoyardes et qui sont mentionnées au sein de deux enquêtes, toutes deux extraites du Fonds sonore de Charles Joisten déposé au Musée Dauphinois, et dont nous avons documenté une petite partie l’été dernier.

Point de « croziflette » ici (si vous êtes pressés : jetez tout de même un œil au bas de cet article) : il s’agit plutôt de soupe de crozets, dont la recette a été enregistrée le 3 juin 1973 par Charles Joisten auprès d’une habitante de Molines-en-Queyras.

« La recette des crozets à Poligny » – Voir la notice détaillée

« Et la soupe, comment vous la faites avec ça ? »
« Et bien, vous les faites cuire ! (…) Et vous y mettez du bon ! »

LA SOUPE DE CROZETS – Comment y mettre du bon
Ingrédients : crozets, beurre, sel, lait et fromage râpé

  • Faire bouillir une casserole d’eau chaude. Y mettre les crozets et rajouter un peu de beurre et du sel.
  • Quand les crozets montent et restent à la surface, cela signifie qu’ils sont cuits.
  • Rajouter du lait et un peu de fromage râpé.

Cette recette diffère de peu avec celle exposée par Zélie Cohard dans son témoignage relatif aux conditions de vie et de travail des mineurs de la Taillat en Isère, enregistré quelques années plus tard le 13 juin 1977, toujours par Charles Joisten :

« Coutumes et croyances, les trésors cachés et la mine de la Taillat » Voir la notice détaillée

« On mettait ces petits bouts (…) un grain de fromage et puis on mettait de l’eau. Y remuaient bien pour faire fondre le fromage, et puis ils mettaient le beurre, de l’eau et du lait (…) Ils faisaient cette soupe mais très épaisse. Mon grand père disait que la cuillère se tenait droite au milieu !»

Composée de farine (de sarrasin originellement mais on en trouve également de blé dur), d’œuf, de sel et d’eau, la pâte de crozets ressemble à une sorte de pâte brisée, abaissée au rouleau et découpée en petits carrés. Au sujet de sa réalisation « maison » Zélie Cohard raconte : « J’ai encore la planche qui coupaient dessus. Mais moi je ne sais pas faire : c’est une pâte très très dure ! (…) Il faut la couper très vite, il faut avoir bien l’habitude ».

Souvent assimilés à la Savoie, les Crozets seraient en réalité d’origine piémontaise et remonteraient au XIIIè siècle : beaucoup de conditionnels pour une genèse incertaine ! L’étymologie même du terme « Crozet » porte aussi à confusion : en patois savoyard, il y a bien « croé » qui signifie « petit » ; mais en latin, « crux » (croix) qui a donné naissance en savoyard à « crwé »  pourrait aussi renvoyer à la croix que les dauphinoises traçaient sur les pâtes avant de les jeter à l’eau…

Le plat s’est en tous cas répandu et chaque vallée a ensuite développé sa propre recette : à ce sujet, il semble que la soupe de crozets – dont il est question dans les témoignages collectés et présentés ci-dessus – était la nourriture exclusive des mineurs du Pays d’Allevar, à la frontière du Dauphiné et de la Savoie. C’est ce que confirme Zélie Cohard à qui est posée la question de la nourriture des mineurs de la mine de la Taillat : « La soupe de crozets et la polenta ! – Tous les jours ? – Tous les jours ! »

A l’approche de Noël, toutefois, nous ne pouvions vous laisser sans la recette de la « croziflette »… et la version proposée ci-dessous nous a paru tout à fait à propos !

Bon appétit !

La croziflette de Marie et Florence from L’Art de Vivre on Vimeo.

Vous aimez et les archives et la cuisine ?

  • Retrouvez « la recette du mois » publiée sur les formidables « Carnets de la Phonothèque ». Mathilde Bresc, en charge, entre autres, des archives sonores des Alpes de Haute-Provence au sein de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), y reprend les recettes enregistrées et révélées par les informateurs sur le terrain puis les teste elle-même avant de les livrer sur le blog !
  • Découvrez également le « blog du fonds gourmand » de la Bibliothèque municipale de Dijon qui est proposé avec beaucoup d’humour mais avec aussi – et surtout – de vrais bouts d’Histoire dedans !

Visuel : BastienM, photo libre de droits

 

Le « Romancero Sefardi »

Passionnante Eliane Banbanaste ! Si passionnante, que nous retrouvons au sein de la Base interrégionale du Patrimoine Oral deux « enquêtes » qui la concernent. Il y est à chaque fois question de l’histoire qui l’habite, celle des judéo-espagnols, et des musiques qui leur sont liées et dont il sera question cette semaine.

Eliane Benbanaste est issue d’une famille judéo-espagnole de Turquie au sein de laquelle le chant a joué un rôle fondamental dans la transmission de cette culture aux multiples influences. Hispaniste de formation, cette enseignante parle avec beaucoup de nostalgie de l’histoire de son peuple qu’elle a longuement étudiée. Son propos, aussi vibrant qu’érudit, est émaillé de divers chants dont un qui retiendra notre attention cette semaine : le fameux « La rosa enflorece » aussi appelé « Los Bilbìlicos » (Rossignols en judéo-espagnol) qu’elle interprète avec beaucoup d’émotion.

Pour consulter la notice complète : cliquer ici

Paroles (extrait)

La rosa enflorece, en el mes de mayo
Mi alma s’escurece, sufriendo
de amor
Sufriendo de amor

Los bilbílicos cantan, suspirando el amor
Y la pasión me mata, muchigua mi dolor
Muchigua mi dolor
(…)

Traduction (extrait)

La rose fleurit au mois de mai,
Mon âme s’obscurcit, elle souffre d’amour
Elle souffre d’amour.

Le rossignol chante, et soupire d’amour,
La passion me tue, ma douleur redouble
Ma douleur redouble.
(…)

Eliane Banbanaste chantait « La rosa enflorece » à ses deux filles au moment de s’endormir alors que « La Rosa » n’est pas à proprement parler une berceuse. Il s’agit d’un air très représentatif du « Romancero Sefardi » (littéralement, la Romance Séfarade), le répertoire judéo-espagnol par excellence.

L’histoire du peuple judéo-espagnol est celle de la famille d’Eliane Banbanaste. En 1492, après la Chute de Grenade qui a marqué la fin de la Reconquista, les Rois catholiques, Isabelle et Ferdinand, prirent la décision d’expulser toute personne de religion juive qui refuserait la conversion. On estime à près de 200 000 les juifs espagnols qui fuirent ainsi le royaume et qui se dispersèrent entre le Portugal, le nord de l’Europe et, en majorité, vers le bassin méditerranéen, rejoignant un Empire Ottoman en pleine expansion. Au cours de cet exil, ils développèrent une langue propre, à la croisée de l’espagnol, auquel ils ne renonceront jamais, l’hébreu et les différents idiomes avec lesquels ils furent en contact lors de leur périple : turque, bulgare, roumain, serbe, grec, italien, arabe ou encore français… Reflet d’une culture et d’une vision du monde, le « judéo-espagnol » encore parlé aujourd’hui est le résultat de cinq siècles d’exil. La musique, et plus largement les arts, a connu ce même « métissage » : Sami Sadak, dans sa publication « Transculturalité et identité musicale dans les répertoires judéo-espagnols » raconte : « dans ce contexte, la musique judéo-espagnole se présente comme une mosaïque où le sacré coexiste avec le profane, les thèmes juifs avec les thèmes non juifs, l’Orient avec l’Occident, l’ancien avec le nouveau ». Le « Romancero Sefardi » est issu de cette histoire.

Au sein de l’Empire Ottoman, les juifs arrivés d’Espagne s’adaptent rapidement à leur nouvel environnement musical, ces derniers étant habitués aux modes de la musique arabe qu’ils avaient côtoyés sur la péninsule ibérique. Le « Romancero » ou romance, ensemble de poèmes courts écrits en langue castillane au cours du Moyen-Âge et exaltant les valeurs chevaleresques, n’échappera pas à cette acclimatation alors qu’en Espagne, plusieurs pans de cette histoire sont abandonnés. Transmise par voie orale, la Romance abordera au fil des siècles des thématiques plus populaires comme l’amour malheureux, la politique ou encore historique, tout en conservant sa forme littéraire originelle (métrique octosyllabique ou hexasyllabique) et « s’orientalisera » manifestement, notamment au contact des Balkans.

En s’attachant à conserver ce répertoire, les juifs exilés expriment le lien fort qu’ils gardent avec l’Espagne. Eliane explique : « Tous ces chants qu’on a emporté avec nous, tout ce patrimoine musical qui date de cette époque – et qui a évolué aussi dans le temps, il est là comme un pays, comme une terre. Il peuple l’exil ».

Souvent mélancoliques et malgré la douleur exprimée par notre interlocutrice, l’évolution de ces romances séfarades marque toutefois la vivacité d’une culture qui n’a eu de cesse de s’enrichir au gré des tragédies.

A écouter : « la Rosa enflorece » par la soprano Esther Lamandier qui a participé à populariser ce répertoire en France

Visuel : Schnauzer, photo libre de droits

En savoir + :
Sami Sadak, « Transculturalité et identité musicale dans les répertoires judéo-espagnols », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 20 | 2007, mis en ligne le 16 janvier 2012, consulté le 18 novembre 2016.
– Discographie : Susana Weich Shahal, « cantares y romances tradicionales sefardies de Oriente », vol. 2, Saga KPD, 10.906, 1993
– A relire : « Pour Ata Horéta » sur le carnet Hypothèses du CMTRA

La chanson de l’Alsace

La chanson populaire est un genre musical fascinant : miroir d’une époque, d’un territoire et des cultures en présence, elle en dit souvent plus qu’elle ne laisse penser. La Première Guerre Mondiale, extrêmement prolixe en la matière, a fait de la chanson une arme de propagande massive indéniable, présente tant sur la ligne de front qu’à l’arrière. 11 novembre oblige, nous nous sommes penchées sur ce que nos fonds pouvaient révéler de cette période.

Et c’est au sein du Fonds Jacques Bardot que nous avons trouvé notre bonheur. Il s’agit de la « Chanson de l’Alsace », écrite en 1913 par le chansonnier Théodore Botrel et dont nous aurons ici qu’un bref aperçu. Interprétée par une femme inconnue au début des années 1980, cette archive sonore fait encore l’objet de recherches menées conjointement avec Jacques Bardot et l’association « Visages de notre Pilat » à Pélussin.

Découvrir la notice détaillée

Les paroles

Quand nous franchîmes la frontière
Pour reconquérir le pays
Où depuis la guerre dernière
Tant d’exilés sont endormis
Sur un ton nostalgique et tendre
Dans le vent, les sapins chantaient
Nous fûmes surpris de comprendre
Ce qu’entre eux ils se chuchotaient
Des Vosges fidèles
Sombres sentinelles
Comme aux anciens jours
Les sapins d’Alsace
Parlent à voix basse
En français toujours
Toujours !

Le lendemain c’était dimanche
D’un talon sonore et joyeux
Nous martelions la route blanche
Qui descend jusqu’à Montreux-Vieux
Les cloches de chaque village
Carillonnaient à l’unisson
Et nous comprenions le langage
Et leur prière, et leur chanson
Des vertus chrétiennes
Ferventes gardiennes
Comme aux anciens jours
Les cloches d’Alsace
Sonnent dans l’espace
En français toujours
Toujours

Dieu fêté, la journée entière
On nous fêta dans le hameau
Et dédaignant la lourde bière
On nous versa du vin nouveau
Et le vin montant à la tête
Ainsi que « l’eau du cœur » aux yeux
Chacun poussa sa chansonnette
Dans le doux parler des aïeux
Oui, quand il faut boire
O France, à ta gloire
Comme aux jours anciens
Le vin blanc d’Alsace
Fait chanter les races
En français toujours
Toujours !

En rouvrant l’école publique
Aux petits alsaciens ravis
On dicta cette phrase unique
« La douce France est mon pays »
Et tous les écoliers de dire
A leur nouvel instituteur
« Sans faute nous saurons l’écrire
Cette phrase on la sait par cœur ! »
Ah ! Vive l’aurore
Qui nous rit encore
Comme aux anciens jours
Fidèle et tenace
Le peuple d’Alsace
Est Français toujours
Toujours ! 

Dans le souvenir de cette femme, ne reste que le souvenir des cloches et de l’école publique et lance à l’issue de son interprétation : « C’était toujours la revanche ! ».

BNF_GALLICA-la_chanson_de_l_alsace_botrel

Écrite en 1913, cette chanson est en effet annonciatrice des événements à venir, la récupération de l’Alsace et d’une partie de la Lorraine – territoires cédés en 1871 à l’Empire allemand – faisant partie des buts clairement affichés par la France aux débuts du conflit.

Évidemment en faveur d’une Alsace-Lorraine française, « La Chanson de l’Alsace » développe un vocabulaire fier, sûr et conquérant, convoquant aussi bien les éléments naturels (Vosges et sapins), spirituels que culturels (la fierté Et dédaignant la lourde bière / On nous versa du vin nouveau) pour asseoir la position de l’Hexagone.

Quant à son auteur, Théodore Botrel, il est l’un des grands chansonniers de la Première Guerre Mondiale. Né en Bretagne en 1868 mais ayant très tôt rejoint la capitale française, il est connu pour deux aspects de sa « carrière ». Le premier est relatif à son image de « chansonnier breton » qu’il s’est attaché à construire à  ses débuts sur les planches de Montmartre. Mais, ce qui nous intéresse davantage ici, c’est son engagement auprès des troupes durant la Première Guerre Mondiale : trop âgé pour être mobilisé, Théodore Botrel est chargé par le Ministre de la Guerre, Alexandre Millerand, de divertir les soldats français pendant le conflit. Nationaliste convaincu, proche de Déroulède et de la Ligue des Patriotes, il n’eut de cesse de célébrer la revanche, comme en témoigne cet extrait.

Pour aller plus loin :

Visuel : photo libre de droit de Scapin

Mère, mettez le chat à cuire !

Explorer pour la toute première fois la Base interrégionale du Patrimoine oral réserve bien des surprises. Ce fut le cas de Capucine, dernièrement entrée dans l’équipe du CMTRA qui, après avoir proposé un article sur certains rites funéraires a décidé de se concentrer sur une archive de la semaine un peu plus légère !

Derrière les très sérieuses enquêtes et collectes menées ou cataloguées par le CMTRA l’on trouve quelques pépites – non moins intéressantes ! – qu’il serait dommage de ne pas partager avec le plus grand nombre. Enregistrée par Sylvestre Ducaroy, la chanson Mère, mettez le chat à cuire en fait partie. Son titre prête à sourire, inévitablement, et quand l’on cherche à en savoir un peu plus, ce que les méandres du net nous révèlent en vaut tout autant.

Interprétée d’abord à la vielle puis a cappella (et l’on vous conseille d’écouter jusqu’au bout) par Aymé Pommateau, le chat devient « os » dans la version dont le CMTRA dispose. Mais, comme tout répertoire de tradition orale, les interprétations diffèrent (mélodies, rythmes, ornementations, paroles) et l’on trouve sur la toile d’autres variations où le chat refait surface.

Les paroles :

Mère mettez l’os à cuire
Car le galant que vint
Faut ben qu’on l’en régale
Le premier gars qui vint 

Nous trouvons également les paroles suivantes, d’après la version d’Hélène Deflisque, enregistrée à Cheylade (15) par Didier Huguet dans les années 1990 :

Bòta lo chat cuèire, maire
Bòta lo chat cuèire
E regalarem
Lo galant de nòstra ainada E regalarem
Lo galant que vai venir 

Traduction :

Mets le chat à cuire, Maman
Mets le chat à cuire
Et on régalera
Le galant de notre aînée
Et on régalera
Le galant qui va venir 

Evidemment, taper « Mettez le chat à cuire » sur votre moteur de recherche préféré donne lieu à quelques correspondances toutes aussi amusantes.

Où l’on tombe sur le site de l’Oulipo qui propose par exemple 1000 manières de cuire un chaton :

« Mettre votre chaton dans l’eau froide et la porter à ébullition. Prévoyez deux heures de cuisson à petits bouillons. Ajouter les légumes au bout d’une heure et veillant bien de mettre d’abord les carottes dont le temps de cuisson est plus long »

Mais aussi sur cette question, qui finit par nous tarauder : « Est-il légal de manger son chat » ? Heureusement qu’internet a réponse à tout…!

Visuel :
Photo libre de droit – SimonaR

Chant de deuil Bété

Cette fin de semaine de la Toussaint nous donne une belle occasion de tendre l’oreille aux chants et sonorités qui dans le monde entier, sont chargés d’accompagner les défunts dans l’au-delà, et leurs proches dans leur deuil. Cette archive sonore nous emmène en Côte d’Ivoire avec Maguy Zogbo, chanteuse franco-ivoirienne et villeurbannaise depuis près de trente ans. Nous avons rencontré Maguy une première fois en 2010, puis une seconde fois en 2014, quelques semaines avant la tenue d’une soirée organisée par Le Rize et le CMTRA consacrée aux musiques sacrées, pendant laquelle elle a livré au public plusieurs chants de veillée funéraires, dont celui-ci :

Auteure et interprète, Maguy définit sa musique comme « tradi-moderne », la modernité étant principalement liée ici à la présence d’instruments amplifiés. Mais elle est aussi connue pour les veillées funéraires qu’elle anime au sein de la communauté ivoirienne de l’agglomération lyonnaise. Ce chant est un appel au réveil qui s’adresse en premier lieu aux femmes du village. Interprété très tôt le matin, aux alentours de 4h30 par une proche du défunt, il apostrophe d’abord le coq : « tu fais comprendre au coq que je ne dors pas (…) tu n’as pas à me réveiller, c’est moi qui vais te réveiller » ; puis, les cousines et les sœurs : « réveillez-vous, pour que l’on puisse veiller mon frère, ma sœur… ». La musique se poursuit et interpelle celles qui savent plonger « pour retrouver ce qui est tombé dans l’eau », et s’achève sur « ça c’est mon petit tabouret, je l’ai perdu aussi, trouve le moi ».

Maguy Zogbo reconnaît toutefois que cette pratique n’existe presque plus et d’autant moins à Lyon où les rites funéraires ont, dans leur expatriation, en partie perdu leur sens originel pour recouvrir d’autres significations, d’autres formes de pratique et de partage.

« Certains pensent que l’on est contents alors que c’est notre façon de pleurer ». Dans la tradition ivoirienne, et notamment chez les Bété (peuple vivant essentiellement au Centre-Ouest de la Côte d’Ivoire), il est fréquent qu’une personne ne soit enterrée que plusieurs semaines après sa mort. Il est en effet important d’attendre que les enfants ou les proches puissent avoir le temps de rejoindre le lieu des funérailles, mais aussi que l’argent soit suffisant pour que ces dernières soient à la fois dignes et festives.

C’est à l’occasion des veillées que chaque membre de la communauté verse sa contribution et que l’on vient chanter la mémoire du défunt : issu du « polihet », un style musical qui accompagne les joies et les peines du quotidien, la complainte a pour objectif de réveiller les émotions, d’évoquer l’histoire familiale du mort, et de se remémorer la vie de ses ancêtres. Si ces veillées peuvent durer en Côte d’Ivoire jusqu’à trois jours en fonction de l’importance et de la notoriété des personnes décédées, elles sont plus courtes ici à Lyon, et davantage dédiées à l’urgence de rassembler les fonds nécéssaires au rapatriement du corps au pays. Mais Maguy témoigne du rôle encore central du chant durant ces veillées : c’est par lui que « ceux qui restent » se connectent au sacré et accompagnent le mort dans l’au-delà.

Pour aller plus loin…
Gérald Arnaud, « Un pays fou de culture », Africultures, Septembre 2003, P.111 à 120

Visuel :
Photo libre de droit – Bruce Emmerling