Archives de catégorie : Mars 2016

« Sous le soleil marocain »

« Sous le soleil marocain » est une chanson interprétée par Germaine Panel, habitante du Pilat (Loire), et collectée par Jacques Bardot en 1980.

La chanson a été écrite en 1925 et est aujourd’hui considérée classée au répertoire des chants d’engagement communiste. À cette époque, la France est engagée dans la guerre du Rif (territoire berbère, rural et montagneux du Nord du Maroc), l’un des sombres épisodes sombres de notre histoire qui a bien peu marqué la mémoire collective. Sur le territoire marocain sous protectorat depuis 1912, armées françaises et espagnoles se sont opposées de 1921 à 1926 à l’Armée de libération du monde musulman, mouvement de rébellion rifaine dirigé par Abd el-Krim.

Figure d’opposition aux impérialismes, le Parti Communiste Français (PCF) a, au début de la même décennie, signé son adhésion à la IIIe Internationale dont l’une des conditions était de soutenir les mouvements de rébellion anticolonialiste. Toutes les gauches, françaises et espagnoles, s’unissent en 1925 autour d’un vaste mouvement de grèves et de manifestations, particulièrement suivi par la jeunesse, alliant soutien à Abdelkrim et anticapitalisme, en France autour du « comité central d’action contre la guerre du Rif et les impôts Caillaux. ».

« Sous le soleil marocain » est écrite dans ce cadre militant en 1925, année de l’entrée de l’Espagne dans le conflit du Rif, alors déjà bien entamé. La chanson fait partie d’un corpus attribué au PCF, dans lequel l’on en retrouve d’autres aux titres encore plus explicites, tels que « Le Maroc aux marocains ». Exigeant le retour à la paix, l’indépendance de la République du Rif et le retrait des troupes françaises, ces chansons populaires antimilitaristes constituent un trouble à l’ordre public pour le gouvernement. Les arrestations sont nombreuses et les chansons les plus ouvertement engagées contre la guerre du Rif, censurées aussitôt connues du public.

On retrouve dans les paroles de « Sous le Soleil Marocain » les trois piliers phares du PCF de l’époque : anticapitalisme, antimilitarisme, anticolonialisme. L’anticapitalisme est présent dès le premier couplet par la référence à la misère économique extrême du personnage central. L’antimilitarisme apparaît à travers le personnage d’un jeune soldat engagé de force par son père, séparé de sa compagne et de leur enfant. La souffrance est tachetée d’espoir au premier couplet, de tristesse au second, d’inquiétude de ne jamais connaître son fils qui vient au monde en son absence ; de tragédie au troisième, lorsque le jeune soldat perd la vie, loin des siens, sur un sable sur lequel il n’a jamais souhaité se battre.

Mais des burnous blancs
Et des coups de feu
Alertent le camp
Quand fermant les yeux
Le petit soldat
Tomb’ le cœur troué
En r’voyant là-bas
Ceux qu’il va quitter
Et c’est pour eux, dans un dernier soupir,
Qu’il dit encore, déjà près de mourir.

Sous le soleil marocain
Adieu ! adieu ! mon enfant, ma jolie
Au pays des rifains
Sans vous revoir, je vais quitter la vie
Dans le sable sans fin
Sans vos baisers, je connais l’agonie
Seule une croix, demain sera mon destin
Sous le soleil marocain

Alors que le souvenir de la guerre du Rif a été, dès la fin du conflit, volontairement occulté, « Sous le soleil marocain » a perduré dans le répertoire français. Certainement la chanson était-elle relativement tolérée bien que produite par une idéologie qui était loin de faire l’unanimité. Paradoxalement et par déformation, vidée de sa dimension politique, la chanson a pu être rangée dans le répertoire des « chansons coloniales » ou « exotiques » car usant effectivement d’un registre quelque peu stéréotypé qui rappelle des chants pro-coloniaux servant pourtant la cause opposée. André Perchicot, le chanteur qui rendra populaire cet air, interprétera quelques années plus tard: « Ah! que c’est beau l’exposition« , louant l’exposition coloniale de 1931, pourtant ouvertement pro-colonialiste et boycottée par le PCF.

Pour aller plus loin…

>Consultez La chanson française et son histoire, par Dietmar Rieger.
>L’article scientifique « Magnifier, rigoler, oublier, protester… Complaintes de soldats sous les tropiques », par Alain Ruscio.
>Celui de Jacques Cremadeills pour Les cahiers de la Méditerranée, sur la position du PCF pendant la guerre du Rif 

Visuel : Partition « Sous le soleil marocain » par Perchicot

« Là-haut sur la montagne »

Cette semaine, nous vous proposons de plonger dans un fonds sonore dont il n’a pas encore été question dans ce carnet. Sa particularité, outre une valeur patrimoniale certaine, est que nous ne pouvons le faire entendre. Voici donc un exercice de description archivistique inversée : ce que l’on décrit, ce n’est pas le document sonore, mais les métadonnées qui nous permettent d’accéder à une compréhension de celui-ci, mais « à l’aveugle ».

Trêve de considérations épistémologiques, venons-en au fait : dans le cadre de la décentralisation des fonds sonores détenus par le MuCEM (ex-Musée National des Arts et Traditions Populaires), un travail a été engagé pour que les collections sonores concernant la région Rhône-Alpes puissent, à terme, être accessibles aux publics du CMTRA. Ils concernent des enquêtes effectuées en Rhône-Alpes dans le cadre des missions CNRS/Musée des ATP réalisées entre 1950 et 1970. Ce fonds sonore restant régi par les droits d’auteur tels qu’appliqués par le MuCEM, ils ne peuvent être diffusés mais sont consultables, sur place, au Centre de Conservation et de Ressources du Musée.

« Là-haut sur la montagne » est interprétée par un habitant de Saint-Claude (Haut-Jura) et enregistrée par André-Marie Despringre en 1973.  André-Marie Despringre, chercheur retraité du CNRS en ethnomusicologie et cognition a réalisé plusieurs collectes de ce fond et est l’auteur d’un nombre important de publications autour des traditions musicales populaires et de leur mémoire.

Cette chanson apparaît à sept reprises dans les fonds sonores du CMTRA catalogués sur la Base Interrégionale du Patrimoine Oral, sous sept versions différentes. Elle est représentative d’un  répertoire populaire français qui, bien que pratiqué partout en France et majoritairement en territoires ruraux, admet plusieurs variantes en fonction des lieux d’interprétation. L’idée même d’une version originale (et donc l’idée de « variante » qui lui est connexe) se dissipe derrière la pluralité des versions existantes. Ce qui prime alors, ce n’est plus la fidélité à des origines prétendues, mais la vitalité d’une interprétation ici, ou là, et maintenant.

La version muette sur laquelle nous nous arrêtons aujourd’hui partage avec ses six consœurs une même mélodie, à quelques différences rythmiques près. En revanche d’une version à l’autre, les paroles changent considérablement.
La-haut_sur_ces_mont-2(La partition) 

Nous avons pu comparer la version interprétée par l’habitant de Saint-Claude, dont l’enregistrement est détenu par le MuCEM, à l’une des versions accessibles, depuis le portail des archives sonores du Rhône-Alpe, et réalisé dans l’Ain.

Les paroles de la chanson par l’habitant de Saint-Claude :

« Si j’étais hirondelle
Que je puisse voler
Sur les seins de ma maitresse
Je m’en irais me reposer. (bis)

Mon sein n’est pas un arbre,
Un arbre pour vous poser,
Allez allez sur la montagne,
Vous trouverez pour vous poser. (bis) »

En 1980, Suzanne Maurier est enregistrée dans l’Ain par Sylvestre Ducaroy et chante cette version qui, à en croire les résultats de nos recherches, semble être plus proche des paroles les plus répandues :

« Là-haut sur la montagne
J’ai entendu pleuré
C’était la voix de ma compagne
Je suis allé la consoler.

Qu’avez-vous donc la belle?
Qu’avez-vous à pleurer?
Oh! Si je pleure, c’est de tendresse
C’est de vous avoir trop aimé […] »

D’une version à l’autre, la belle fragile et éplorée est remplacée par une femme décidée, tandis que l’amoureux bienveillant et valeureux devient un Casanova éconduit. La mélodie de « Là-haut sur la montagne » elle, demeure identique, ce qui double les paroles presque caustiques de la version de Saint-Claude, d’un clin d’œil ironique à la romance bucolique de la version originale.

Pour aller plus loin…
> Le Fonds Rhône-Alpes du MuCEM, dont une copie a été remise au CMTRA en 2007, est catalogué sur notre base de données, pour l’instant sans les documents sonores liés. Vous pouvez en revanche consulter les notices documentaires.