Archives de catégorie : Mai 2016

Ambiance sonore des conscrits

L’ambiance sonore du banquet des conscrits constitue le premier enregistrement d’une collecte de Sylvestre Ducaroy. Les rassemblements de conscrits en Bresse ont été l’occasion, pour le collecteur, de capturer sur plusieurs décennies de nombreux airs instrumentaux, chants, contes, souvent traditionnels interprétés au sein de l’espace public, ou dans des lieux de rassemblement collectif. Cet enregistrement diffère de ce qu’il a majoritairement collecté, également de ce que nous vous avons présenté auparavant. Il constitue une introduction idéale à l’évènement enregistré, permet de se représenter l’atmosphère de la fête des conscrits, à appréhender les musiques qui y sont données, leurs interprètes, leurs publics.

De cet enregistrement nous disposons de peu d’informations, mais l’écoute nous permet à elle seule d’en recueillir un certain nombre. La première partie semble avoir été captée dans les cuisines lors du service, le bruit des couverts et les bribes de parole en témoignent. On perçoit ensuite des pas, le collecteur se dirige vers la salle commune, le bruit s’intensifie progressivement, les discussions s’entremêlent, il devient difficile de les distinguer. Cet enregistrement rend compte, par le chahut final, de l’importance du rassemblement qui semble réunir une communauté conséquente.

L’organisation des conscrits regroupe effectivement un nombre important de participants, l’évènement revêt une importance sociale considérable et pérenne puisqu’il cimente les générations de nombreux villages et villes depuis plus d’un siècle, particulièrement en région Rhône-Alpes rurale. Les origines de cette tradition remontent au 19ième siècle,  à Villefranche-sur-Saône, alors que le tirage au sort des jeunes hommes pour le service militaire constituait une source de stress collectif. Pour pallier l’angoisse, les jeunes se réunissaient autour de grands banquets festifs la veille de leur départ pour l’armée. Si l’évènement a ensuite beaucoup évolué (perdant ses références militaires, se propageant à d’autres cantons,  régions, adoptant de nouvelles règles…), l’esprit de classes, ainsi que de nombreux codes perdurent. La fête des conscrits est particulièrement codée mais évolutive puisque les jeunes en sont toujours les organisateurs. Le banquet est un exemple parmi tant d’autres (au même titre que le défilé, la photo solennelle, les apéros, les tournées, les matefaims…) de la transmission de cette tradition et de ses rites, parties intégrantes du patrimoine régionale.

Les classes regroupent l’ensemble des personnes d’un même village nées la même année. Les interclasses désignent un regroupement de toutes les classes dont l’année de naissance se termine par le même chiffre

Ce billet est pour nous l’occasion d’inviter à penser l’identité d’un territoire à travers diverses entrées sonores.  Le patrimoine sonore n’est pas uniquement constitué des musiques qui le composent. L’enregistrement d’ambiances et de paysages est également une approche immersive de l’espace (du terme « soundspace » développé par le compositeur canadien Robert Murray Schafer) et offre une multitude d’indicateurs permettant d’interroger les éléments qui le composent et ce quelque soit leur provenance. A ce titre de nombreux chercheurs en sciences humaines et sociales, des techniciens, des artistes, s’attachent à développer de nouveaux outils et méthodes de captation, de les questionner, de les utiliser à des fins purement créatives, également à des fin concrètes d’aménagement des territoires. De plus en plus interdisciplinaires, les travaux en la matière permettent de questionner la pertinence de la recherche cloisonnée : l’appréhension du son, notamment du paysage sonore, expérience sensible et singulière, variant considérablement selon les acteurs qui le manipulent et les branches disciplinaires dont ils sont issus. Croiser les regards, permet de saisir la complexité du matériau sonore, de développer des outils communs d’appréhension utiles à sa valorisation.  Parmi ces acteurs, Le Centre de recherche sur l’espace sonore et l’environnement urbain (Cresson), basé à Grenoble, encourage la production de recherches architecturales et urbaines selon une approche sensible des espaces. Parmi de nombreux travaux, le laboratoire a notamment conçu une « Cartophonie du Monde« , exemple de soundmaps (cartographie des sons) permettant de se balader sur une carte par l’écoute de sons sélectionnés. La particularité de la cartographie du Cresson, par rapport aux autres projets soundmaps émergeants sous des formes variées (pour exemple : « Bruxelles nous appartient« ), réside dans le travail d’analyse et de catalogage des captations.

Pour aller plus loin… 
L’enquête « Le banquet des conscrits », dont est extraite cette piste, réalisée par Sylvestre Ducaroy en Bresse, regroupe de nombreuses interprétations qui illustrent l’évolution de l’ambiance sonore de l’évènement.
> L’article de Claire Guiu, datant de 2007, pour Vox geographica : « Espaces sonores, lieux et territoires musicaux : les géographes à l’écoute »
> L’introduction, en anglais, de The soundscape, l’ouvrage qui a fait connaitre Robert Murray Schafer, il constitue une référence bibliographique première en matière de paysages sonores.

Visuel : Fête des conscrits dans la Sarthe au début des années 1930

Pour ata horéta

Simon Ohayon est le Hazan de la synagogue de Villeurbanne, fonction équivalente à celle de chantre dans la religion catholique. Officiant ou assistant le rabbin, il est maître-cantillateur,  maîtrise le répertoire des chants liturgiques hébraïques et se doit d’être parfaitement entraîné à cet art. Dans le judaïsme, l’accompagnement de la prière par le chant permet de faire monter les voix jusqu’au ciel. Le Hazan est ainsi l’intermédiaire entre Dieu et ses fidèles. Nous avons rencontré Simon en 2010, à cette occasion il a interprété pour nous un piyyout: « Pour ata horéta« , poème liturgique commémorant le massacre et l’exil du peuple juif pendant l’exode d’Égypte. Ces chants de commémoration sont souvent entonnés lors  de la fête de Pessa’h.

C’est au Maroc, dans la ville de Casablanca, que Simon a grandi. A 13 ans il prend conscience de son don pour la musique lorsqu’il répète pour officier son passage officiel à l’âge adulte. Dans sa famille personne ne chante, mais, par l’intermédiaire de son père rabbin, Simon est imprégné très jeune de l’ambiance musicale de la synagogue. Il a appris par transmission orale et ne connait pas le solfège ou la pratique d’un instrument de musique. A l’âge de ses 18 ans il se rend en Israël où il souhaite poursuivre des études. Il n’envisage alors pas encore de vivre de sa passion. Là bas, tout ne se déroule pas comme dans ses plans, il contacte alors la synagogue de Villeurbanne qui l’avait déjà sollicité auparavant.

A Villeurbanne, son rôle de Hazan ne se résume pas à animer la prière. Celui qui est Hazan doit être apprécié de toute la communauté et doit ainsi savoir gérer la vie au sein de la synagogue, marquée en France par la pluralité des nationalités et origines culturelles. Au Maroc, le Bakachot (patrimoine musical religieux de la communauté séfarade) est composé de chants très rigoureux. En liturgie ancienne, si beaucoup de musiques sont difficiles à dater, une grande partie de ces chants religieux datent de l’expulsion des juifs d’Espagne en 1492. Ce que Simon chante majoritairement est de l’arabo-andalou, du judéo-andalou, issu de cette époque. Ces chants sont caractérisés par l’utilisation du système modal des noubas et des maqâm : ils commencent avec un rythme lent qui progressivement s’accélère. Ce répertoire judéo-marocain est, quasiment de moitié, interprété en langue arabe.Pourtant à Villeurbanne, ce sont  les chants en hébreu qui sont les plus connus et transmis au sein de la communauté.  Cet écart, Simon l’a très vite perçu, lorsqu’il choisit l’arabe comme langue d’interprétation « les gens sont presque choqués« . Au Maroc, il n’a pas connu cette division.

Cette connaissance et acceptation inégales du répertoire traditionnel juif en France a conduit Simon à adopter des styles très différents. Théoriquement, dans le judaïsme aucune adoption musicale n’est interdite lors de l’office. Une grande place est donc laissée à l’improvisation. En fonction de l’humeur, de l’inspiration, et surtout du contexte (mariage, naissance, décès…), Simon ne chante pas sa prière de la même façon. Il faut ajouter à cela le souci de s’adapter aux goûts des fidèles présents lors de l’office. Si à Villeurbanne Simon chante majoritairement des chants orientaux issus du Maghreb, il intègre souvent des extraits de chansons profanes sur des morceaux de prière : Le bossu de notre dame, Pavarotti, Caruso… L’autorisation des adaptations diverses permet donc une certaine liberté mais, officieusement, certaines limites ne doivent pas être dépassées. C’est au Hazan de juger des possibilités et limites d’interprétation de son chant.

Au sein même de la communauté juive marocaine vivant en France Simon n’a pas toujours reconnu le patrimoine musical traditionnel qu’il a appris. Au Maroc, il pense que la transmission des chants religieux est plus effective. Il se donne aujourd’hui pour mission de transmettre ces chants aux juifs de France, plus particulièrement aux plus jeunes. Si sa connaissance du répertoire liturgique ne revêt pas un caractère exceptionnel au Maroc, ici, il semble qu’elle lui permet de se démarquer.

Consultez ici l’enregistrement complet de l’enquête réalisée auprès de Simon Ohayon

Pour aller plus loin…
>  Consultez une deuxième enquête, plus succincte, réalisée auprès de Simon Ohayon par le CMTRA la même année
> Consultez l’enregistrement d’une soirée musicale au Consistoire Israélite de Villeurbanne

Oud syrien

Hassan Abd Alrahman est syrien, arrivé en France en 1998.  C’est adolescent qu’il commence à étudier le oud et les musiques traditionnelles du Moyen Orient. Mais le déclic musical se fera plus tard, alors qu’Hassan est fait prisonnier politique par le régime syrien. Aujourd’hui, sa palette musicale s’étend des répertoires traditionnels moyen-orientaux aux influences jazz et contemporaines de ses compositions au sein de l’ensemble Bassma Trio. Lorsque nous le rencontrons chez lui à Villeurbanne le 20 Juin 2011, Hassan nous offre deux chants, le premier d’un poète syrien, le second d’un poète palestinien.

Alors qu’il s’apprête à devenir médecin diplômé en Syrie, Hassan pratique la musique pour son loisir. Dans le bruit et la lourdeur de l’espace carcéral, Hassan fait la rencontre d’un professeur de oud qui lui donne des cours. Alors même que la pratique musicale et l’écoute y sont interdites, avec une trentaine d’autres musiciens, pour la majorité, opposants au régime syrien, ils organisent des concerts clandestins et dissimulent leur propre fabrique d’instruments. Guitares, saz, percussions et violons y sont intégralement construits, à l’aide des rares matériaux qu’ils parviennent à rassembler : un bois, de très mauvaise qualité, qu’ils renforcent par du carton, de la pâte à pain ou un mélange de sucre et de confiture, le fil à coudre fait office de cordes.

En 1999, alors qu’il vient d’arriver à Paris, Hassan intègre le groupe « Shezar », un quartet de Jazz Oriental, toujours sur scène aujourd’hui. Après quatre années de vie à Strasbourg, il part vivre à Mayotte où il enseigne la musique en école. C’est en 2008 qu’ il emménage à Lyon et crée ses deux autres groupes. Madarat est l’un d’entre eux et est représentatif des influences variées ayant inspiré Hassan, composé d’un oud et d’un violon Jazz (joué par Jean-Pierre Rudolph). Aux airs traditionnels appris en prison, Hassan intègre d’autres couleurs musicales qui composent son environnement amical et artistique en France. Il revendique aujourd’hui une liberté de composition et d’interprétation au-delà des frontières de genres, de répertoires, mais aussi de disciplines scéniques ou instrumentales. Il accompagne régulièrement des créations théâtrales, et pratique désormais d’autres instruments comme le ney, ou nay (flute oblique originaire d’Asie centrale ), les percussions et le bouzouki (luth considéré comme l’instrument « national » en Grèce).

La musique traditionnelle syrienne1 est empreinte du métissage culturel moyen-oriental, de ses influences arabo-musulmanes, chrétiennes syriaques, juives séfarades, bédouines, kurdes… Damas a été longtemps capitale du monde arabe moyenâgeux, l’islamisation a enrichi une musique vouée aux rites (le mawlid, la danse du sama, les cérémonies de dhikr…). Au XVe siècle, Alep devient terre d’accueil des arabes-andalous fuyant l’Espagne, l’apport artistique qui en découle est symbolisé par la pratique musico-poétique : le muwachchah andalou. La musique traditionnelle syrienne connait un renouveau dans la première moitié du XXe siècle grâce à un enseignement jugé de grande qualité, lors de la constitution de groupes institutionnalisés voués à préserver une pratique alors majoritairement orale, du fait de l’arrivée d’une nouvelle lignée de musiciens luthiers réputés et de l’élargissement de l’ensemble oriental classique (qui admet désormais, en plus du oud, le kamân violon occidental, le nay et le qânûn cithare-psaltérion). Aujourd’hui, ce patrimoine ancien inestimable, marqueur de la mémoire collective de toute une communauté, est menacé par la guerre qui se prolonge. Dans les pays d’exil, des voix se lèvent en soutien au peuple syrien : Waed Bouhassoun, Racha Rizk, Ibrahim Keivo, Moslem Rahal en sont quelques-unes bien connues, auxquelles il importe d’ajouter celles, moins audibles mais de plus en plus nombreuses, des syriennes et syriens qui par la musique et le chant, gardent le lien avec leurs terres qu’ils ne peuvent plus fouler.

Pour aller plus loin…
> Consulter l’enquête complète: Hassan Abd Alrahman nous offre le récit d’une partie de sa vie et interprète plusieurs morceaux oud-voix, également une démonstration de Ney.
> L’article « Luths, luthistes et luthiers. Place de la musique et du ’ud dans la culture damascène », issu de la revue Damas, miroir brisé d’un Orient arabe,  sous la dir. d’Anne-Marie Bianquis et consultable à la bibliothèque municipale de Lyon.
> « Patrimoine culturel syrien« , un reportage de Françoise Degeorges dans l’émission « Couleurs du Monde » avec Fawaz Baker (musicien (oud), compositeur, ethnomusicologue et ancien directeur du Conservatoire d’Alep) et Wahed Bouhassoun (voix et oud)

1 Informations extraites de l’ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique », dont une partie est consultable ici. 

Visuel: Hassan Abd Alrahman