Archives de catégorie : Juillet 2016

Musiques en Pays de Cèze

En 1998, l’édition de l’Atlas Sonore n°13 « Cévennes, Pays de Cèze », de la collection « Atlas Sonores » du CMTRA, co-produit avec le Centre Languedoc-Roussillon des Musiques et Danses Traditionnelles, donne à entendre une partie de l’enquête menée par Valérie Pasturel entre 1995 et 1997. Durant cette recherche en ethnographie musicale, pas moins de 22 heures d’enregistrements de récits de vie, de chants, d’airs instrumentaux, de dictons et formules, de paysages sonores… dont plusieurs en langue occitane, sont collectées pour révéler la richesse de ce territoire imprégné d’influences variées.
Le Fonds Valérie Pasturel – Enquêtes en Pays de Cèze a été intégralement numérisé (les enregistrements originaux sont conservés au CMTRA) et est désormais disponible en ligne sur le portail oral du Languedoc-Roussillon.

Nous vous proposons l’écoute de cette enquête autour du répertoire chanté et des formulettes des Vans, réalisée auprès de Marguerite et Paul Vidal et collectée en 1995 par Valérie Pasturel : 

L’écoute est disponible ici

La description de cette enquête est visible sur le portail oral du Languedoc-Roussillon 

Lors de l’élaboration de ce travail de collecte puis de valorisation, la collaboration des deux Centres des Musiques Traditionnelles du Languedoc et du Rhône se justifie par les liens forts qui se jouent sur le territoire des Cévennes au delà des frontières régionales établies. Partagés entre Gard, Lozère, et Ardèche, les habitants se disent « Cévenols », affirmant une identité culturelle propre à cette chaîne montagneuse.  Lorsque Valérie Pasturel s’arme de son micro c’est pour interroger la  mémoire de la culture « des gavots » et la place accordée à la musique dans leur travail : chez les mineurs, les femmes des usines de filatures, les ramasseurs de châtaignes, ou encore pour les nombreux musiciens routiniers. La diversité des profils qu’elle rencontre est significative de l’empreinte de l’immigration ouvrière : beaucoup de saisonniers ont contribué à rendre cette culture généreuse,  à l’enrichissement des répertoires et à la variété des instruments, originaires d’autres régions françaises (d’Auvergne, de Provence, du Bas-Languedoc…) et d’horizons plus lointains (des polonais, italiens, espagnols, arabes…).

Pour aller plus loin…
> Accédez au Fonds Valérie Pasturel – Enquêtes en Pays de Cèze
> Consultez la fiche « Patrimoines sonores du Pays de Cèze » 
> Ecoutez les enregistrements sélectionnés pour l’Atlas sonore n°13 

Le Sabar du Sénégal

Chanteuse et danseuse sénégalaise résidant à Villeurbanne depuis 2000, Sokhna Thiam rencontre le CMTRA en 2009 pour échanger autour des pratiques culturelles des griots. A cette occasion elle interprète une berceuse en wolof, chanson qu’elle avait pour habitude de chanter à son fils.

Née dans une famille de griots à M’Bour (ville côtière à 80km au Nord de Dakar), aujourd’hui professeure de danse Sabar à Villeurbanne, et à Lyon au studio de danse de la Compagnie Itchy Feet, Sokhna est également artiste musicienne au côté de ses deux frères au sein du groupe M’bokke-Yi (« La famille ») qui associe une musique traditionnelle sénégalaise à celle généraliste d’Afrique de l’Ouest. Enfant, elle ne suit pas d’enseignement musical dédié, mais s’imprègne dès son plus jeune âge des musiques et danses du Sabar qui rythment son quotidien familial. Débutant dans l’animation des cérémonies de mariages et de baptêmes, Sokhna fut également membre de ballets plus chorégraphiés pour être adaptés à la demande croissante des complexes hôteliers des grandes villes sénégalaises. Cette expérience lui a permis de différencier très tôt le monde des griots, qui se déploie dans l’intimité des familles et de la vie locale, et celle dédiée à un public plus « touristique ». En France, elle relève cette même différenciation lorsqu’elle chorégraphie et modernise le Sabar pour faciliter son apprentissage au plus grand nombre. Pour Sokhna, le Saba ne saurait se comprendre et s’apprendre autrement que de l’intérieur, au Sénégal, dans des cadres familiaux, communautaires, et pédagogiques.

Le Sabar est un terme wolof englobant à la fois une pratique de danse féminine, un ensemble de percussions jouées par les hommes, et plus généralement une cérémonie festive traditionnelle organisée par les femmes sénégalaises. La danse Sabar pratiquée par Sokhna est, contrairement à la majorité des danses d’Afrique de l’Ouest,   exécutée en solo et accompagnée par un ensemble de tambours africains (généralement cinq tambours en bois de dimb).  Traditionnellement les rôles sont ainsi établis : la femme danse et les hommes jouent. La femme tient également une place majeure dans la pratique vocale puisqu’elle accompagne par son chant plusieurs instants de la vie : certaines cérémonies, les tâches domestiques, les berceuses pour les enfants… Même si certains interdits ont depuis été levés, la distinction des sexes dans la pratique musicale et dansée de la culture wolof est une barrière encore rarement dépassée. La danse du Sabar, particulièrement sensuelle, peut être perçue comme un moyen d’émancipation du corps de la femme, un sas de liberté sans risque de jugement, dans une société traditionnelle encore très patriarcale et laissant peu de place à l’expression d’une contestation féminine.

La communauté wolof constitue 40% de la population du Sénégal et sa langue est parlée par environ 80% d’entre eux. Très présente en France depuis les premières vagues d’immigration venues d’Afrique subsaharienne dans les années soixante-dix, la communauté wolof est très attachée à la pratique de ses traditions culturelles qu’elle s’efforce de rendre vivaces sur le sol français. De nombreux organismes culturels, associatifs, permettent de donner une  nouvelle visibilité à cette culture de plus en plus appréciée et transmise à un public extracommunautaire. Mais plus qu’un répertoire musical et chorégraphique, c’est l’art des griots qu’elle a vu évoluer à son arrivée sur le sol français.  Alors qu’au Sénégal la figure du griot est essentielle : mémoire locale, porteur des coutumes et traditions, acteur moral, social et culturel essentiel au paysage sénégalais, connaissant intimement de nombreuses familles… Sokhna estime cette influence moins notable au sein des communautés sénégalaises résidant en France.

Pour aller plus loin…
> L’article de Luciana Penna-Diaw autour de la danse Sabar
> Notre billet autour de la rencontre du CMTRA avec Florent Marciau, joueur de djembé imprégné par la culture griot.
> La rencontre du CMTRA avec Moussa Faye, professeur de Sabar sénégalais et frère de Sokhna Thiam
> La rencontre avec Adama Dembele, griot burkinabé
> La rencontre avec Ibrahima Cissokho autour de l’art du griot et de la kora au Sénégal

Visuel : Sohkna Tiam et son groupe M’bokke-Yi, par l’Association Echalas Danse

Fonds Charles Joisten

Dans le cadre du réseau régional des archives sonores , le CMTRA, en collaboration avec le Musée dauphinois de Grenoble, se lance dans la documentation d’une partie du fonds Charles Joisten, qui sera peu à peu catalogué sur le portail régional du patrimoine oral : une quinzaine d’heures enregistrées de récits de vie et coutumes, de légendes, de chansons populaires (dont certaines en patois du domaine franco-provençal et occitan) et collectées en territoire rhodanien (majoritairement en Isère) entre 1957 et 1980.

En 1975, Mme Simone Benoit de Montagny, Planay (Savoie, 73) interprète les Vêpres de Montagny en patois savoyard du domaine franco-provençal

Conservateur du Musée dauphinois de 1970 à 1981, Charles Joisten  (1936-1981) est également fondateur de la revue Le monde alpin et rhodanien. Tout au long de sa carrière d’ethnologue et de folkloriste, il mène des recherches et collectages dans le champ des traditions populaires orales (notamment celles des contes et légendes fantastiques), principalement en territoires alpins de Savoie et de Dauphiné. Pendant plus de 25 ans, épaulé par son épouse, Alice Joisten, professeur de musique qui poursuivra l’œuvre de son mari après son décès, Charles Joisten a constitué l’un des fonds les plus riches jamais réalisé en France dans le domaine des traditions orales populaires.

Récompensé par la redécouverte d’une centaine de contes et de milliers de récits légendaires, Charles Joisten va donner une nouvelle visibilité à une société rurale, encore très active car peu touchée par la désertification, dans laquelle la tradition orale est toujours présente (dans les décennies 50 et 60).  Plus que le simple recueil de récits, contes, légendes ou chansons, le fonds Joisten révèle une réalité sociale historique dont la mémoire subsiste essentiellement par la présence d’informateurs nés avant la guerre de 14-18.  Entre les légendes et récits contés par les habitants, les interludes sont des conversations décomplexées et s’avèrent être des ruches d’informations ethnologiques autour d’une vie rurale en pleine révolution.  Les contes eux-mêmes sont de formidables outils de compréhension des sociétés qui les racontent: les petits détails, les anecdotes, empruntent à la vie quotidienne des villages et se glissent souvent dans les trames de récits pour éclairer un peu plus sur la réalité historique et quotidienne des territoires vécus.  

Charles Joisten a également eu un apport considérable dans la mise en avant de la diversité de ce qui fait “conte” en territoires ruraux. Alors qu’il demande à ses informateurs de lui en conter, il est confronté à de nombreux récits qui ne répondent pas à cette définition du conte. Un autre type de récit intéresse particulièrement Charles Joisten : les récits légendaires, des histoires auxquels les habitants, et particulièrement celui qui le raconte, sont censés croire, mettant en scène des personnages voisins, des lieux connus de tous, ils ne sont pas perçus comme fictionnels. Plus spécifiquement, Charles Joisten s’est focalisé sur les récits légendaires incluant des personnages fantastiques : des hommes sauvages, des esprits, le diable, des revenants… S’ils nous paraissent peu vraisemblables ces récits au style peu structuré témoignent de l’étendue, de la richesse, des croyances et superstitions.

En hommage à l’héritage patrimonial laissé par le travail de l’ethnologue, en mémoire du conservateur qui a très tôt donné une place aux archives sonores alors peu valorisées en muséographie, le Musée Dauphinois a édité 5 volumes regroupant l’œuvre de Charles Joisten : Patrimoine narratif de l’Isère (2005) ; Patrimoine narratif des Hautes‐Alpes (2006) ; Patrimoine narratif de la Drôme (2007) ; Patrimoine narratif du département de la Savoie (2009) ; et Patrimoine narratif du département de la Haute‐Savoie (2010).

Visuel : Charles Joisten