Archives de catégorie : Janvier 2016

« Andriamanitra ô »

Nous avons rencontré José Ralaivitanaviro en 2011, soit huit ans après son arrivée en France. Il habite aujourd’hui à Villeurbanne avec sa femme Audrey, animatrice d’ateliers d’éveil à la danse et passionnée de culture malgache (elle y a consacré un mémoire de maîtrise d’anthropologie à l’Université de Lyon 2). De cette enquête chaleureuse scandée de chants religieux et profanes, de commentaires sur le rôle de la musique dans la vie quotidienne et rituelle des malgaches, nous avons extrait une chanson, entonnée à deux voix,  celles de José et Audrey Ralaivitanaviro, et une guitare, celle de leur ami Jean de Dieu.

Andriamanitra est littéralement un « prince parfumé ». Ce terme désigne la divinité, l’Être Suprême, les morts ou les manifestations mystérieuses en général. La référence olfactive proviendrait d’une croyance séculaire, selon laquelle une odeur suave et sucrée se ferait sentir par les prophètes, juste avant qu’une manifestation divine ne s’impose à eux. Andriamanitra serait un Dieu sans nom propre, sans image, une énergie primordiale. Le chant « Andriamanitra ô », s’il appartient au répertoire des chants chrétiens protestants, est connu de toutes et tous. Il accompagne fêtes, mariages, enterrements, réunions familiales et représente une adresse à cette divinité totale. José Ralaivitanaviro en traduit quelques vers : Dieu je t’appelle, je voudrais te rencontrer, viens m’assister, j’ai soif de toi, je t’attends, tu es mon rayon de soleil qui se lève le matin ».

D’autres chants sont interprétés par Audrey, José et Jean lors de cette collecte réalisée à leur domicile le 14 avril 2011. N’hésitez pas à la consulter en entier !

Pour aller plus loin…
> Dieu dans la tradition malgache, Pietro Luopo, éditions Karthala, 2006 (cf le compte-rendu d’ouvrage).> « Faire danser les morts« , un reportage passionnant consacré aux musiques du sud de Madagascar et aux travaux de Julien Mallet, ethnomusicologue spécialiste du Tsapiky.
> Une interprétation de « Andriamanitra ô » par le groupe malgache « Vetson_Kira ».

Visuel : Nasa Visible Earth

« La Liaudainna »

« La Liaudainna », chant en francoprovençal interprété par Benoît Teppe à Marboz, dans l’Ain. Enregistrement réalisé le 29 Octobre 1979 par Agnès et Sylvestre Ducaroy.

On pourrait dire de ce chant traditionnel en francoprovençal qu’il est l’hymne de la Bresse, ce « pays » rural à cheval entre l’Auvergne, Rhône-Alpes et la Bourgogne. Le francoprovençal est une langue régionale presque méconnue du territoire français. Elle n’appartient ni aux langues d’Oc ni aux langues d’Oïl, mais constitue une autre famille des langues gallo-romanes dérivées du latin, possédant sa propre histoire et sa propre évolution. Langue transfrontalière, le francoprovençal est parlé dans la plupart des départements de la Région Rhône-Alpes (Ain, Loire, Rhône, Isère, Savoie et Haute-Savoie) mais également en Suisse Romande et, au-delà des Alpes, en Val d’Aoste. Elle constitue l’un des seuls marqueurs culturels commun aux différents « pays » de la région.

Au sein des communautés et collectifs de patoisants, la musique a toujours été un moyen privilégié de transmettre les idiomes régionaux et les pratiques culturelles qui l’accompagnent. Dans le pays bressan, les fêtes des conscrits (historiquement originaires de Villefranche-sur-Saône) ont grandement participé à garder vivace un répertoire de chants et d’airs instrumentaux propres à ce territoire. La Liaudainna (« Ma Claudine« ) déroule sur cinq couplets les déboires d’un jeune homme amoureux voyant l’élue de son cœur partir vers les bras d’un autre. Aussi bien chantée que jouée, La Liaudainna se retrouve immanquablement dans les fonds sonores de tous les collecteurs qui se sont intéressés aux répertoires bressans. Sylvestre Ducaroy, spécialiste de la cornemuse, a consacré son DEA d’ethnologie à l’EHESS sur la tradition des conscrits. Combien de Liaudainna a-t-il enregistré tout au long de sa trajectoire de chercheur-musicien ? Ici au CMTRA, nous en dénombrons pour l’heure pas moins de 12 interprétations…et il reste plus de la moitié de sa collection sonore à documenter et à mettre en ligne. En voici quelques-unes issues de la campagne de documentation 2015, pour laquelle nous avons reçu une aide de la BNF (dans le cadre du programme pôle associé BNF / FAMDT)

Pour aller plus loin…
Voir l’Atlas Sonore « Les Conscrits en Bresse : tournées, banquets et défilés » réalisé par Eric Montbel, produit par l’ADDIM de l’Ain et le CMTRA en 1993.

Visuel : Jean-Luc Maréchal, site web « Bresse-Revermont ».

« Fais dodo »

En renseignant dans notre base de données en ligne, le portail rhônalpin du patrimoine oral, une partie de la collection sonore du musicien et collecteur Jacques Bardot, nous sommes tombées sur ces quelques notes de cette illustre berceuse enjoignant Colas à faire dodo pendant que maman est en haut, papa en bas,  en promesse du chocolat…on connaît la chanson. Mais justement, les quelques notes entonnées par Germaine Panel dans le micro de Jacques Bardot s’échappent du « si-la-sol-sol-la-sol-la-si » que nous avons presque tous eu la joie de souffler dans notre flûte à bec d’écoliers :

Le Fais Dodo de Germaine Panel, habitante de Véranne dans la Loire, enregistrée le 14 février 1984 par Jacques Bardot, s’éloigne franchement de la mélodie familière dès la 4e note. À la fin du deuxième vers, on est passés en mode mineur. S’agit-il d’une variante du traditionnel « Fais Dodo » comme la plupart d’entre nous le connaissent ? D’une deuxième voix prévue pour une interprétation polyphonique ? La suite ne nous renseigne pas car Mme Panel passe aussitôt à l’interprétation de « Dodo Ninette » (ou »Berceuse pour petites filles sages ») : une curieuse berceuse traditionnelle où il est question de catherinette, d’amandes et de marteau, qui mériterait que l’on s’y attarde dans un prochain billet.

Visuel : « Fais dodo Colas mon p’tit frère » (détail), peinture de Louis-Maurice Boutet de Montvel (1851-1913)

le duduk arménien

Première résolution de l’année 2016 : ne pas laisser passer plus d’une semaine sans aller à la pêche aux archives sonores, à mesure que notre base de données régionale dédiée au patrimoine oral se remplit (plus d’infos par ici et par là).

L’ARCHIVE DE LA SEMAINE
Rencontre avec Levon Chatikyan, dudukiste arménien

En écho à l’Escale Sonore sur les « Arménie(s) musicales » organisée en partenariat avec le Rize le 3 décembre dernier, nous vous proposons cette semaine de prêter l’oreille au duduk de Levon Chatikyan, né à Achtarak et habitant aujourd’hui à Villeurbanne. Le CMTRA l’a rencontré dans le cadre des collectes consacrées aux « Musiques migrantes de Villeurbanne ». Dans cet extrait, il interprète un extrait des « Larmes de la Mère Arax », un morceau récent (le compositeur serait africain) évoquant le fleuve Araxe, aujourd’hui mitoyen de la Turquie, l’Arménie et l’Iran, et par là-même faisant référence à l’histoire conflictuelle et douloureuse des frontières de l’état arménien.

Le duduk est un instrument à vent à anche double ou simple, généralement fabriqué dans du bois d’abricotier. Il est le premier instrument de musique à avoir été reconnu par l’Unesco « chef d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’Humanité », en 2005. Cette reconnaissance faisait suite au constat émis par les experts consultés pour cette candidature selon lequel le duduk serait pour les musiciens arméniens l’instrument dont le son représenterait le mieux la chaleur, l’espoir mais aussi la tristesse de leur culture. Ce projet de patrimonialisation avait alors pour but de « sauvegarder la musique traditionnelle pour duduk dans le contexte social, culturel et politique moderne difficile de l’Arménie » (voir résumé du projet).

Important territoire d’exil pour la population arménienne rescapée du génocide de 1915 et les générations suivantes, l’agglomération lyonnaise compte plusieurs Maisons Culturelles Arméniennes, ensembles instrumentaux ou vocaux participant à transmettre la connaissance et la pratique de cet instrument. Levon Chatikyan est professeur de musique au conservatoire du Pays de Romans, Valence (26000). Il enseigne également le duduk à la Maison de la Culture Arménienne de Villeurbanne (69100). Il participe notamment aux représentations de mariage, les anniversaire, les soirées et les fêtes, à l’occasion d’un deuil etc. La rencontre a eu lieu pendant un atelier pédagogique à la MCA de Villeurbanne (69100), l’extrait ci-dessus proposant un extrait de l’interprétation d’un air traditionnel à deux voix.

Consulter ici l’enregistrement complet de la rencontre avec Levon Chatikyan.

Et pour aller plus loin…
> Écoutez le documentaire sonore sur les « Arménie(s) musicales » réalisé par Olivier Minot et le CMTRA en novembre 2015.
> Écoutez la rencontre avec Haïg Sarikouyoumdjian, joueur et luthier de duduk habitant à Bron (son site personnel)
> Consultez le livret du CD « Benik Abovian et Zaven Azibekian, musiciens traditionnels du Tavush », paru en 2002 au label Inédit / Maison des cultures du monde.