Archives de catégorie : Février 2016

Chants séfarades de Turquie

Ajda Ahu Giray est une musicienne et chanteuse turque installée à Lyon depuis 2004. Nous l’avons rencontrée en 2008, à l’époque où elle suivait une formation musicale auprès de Marc Loopuyt, à l’ENM de Villeurbanne. Elle interprète pour nous ce jour-là deux chants issus du répertoire séfarade turc.

L’amour à distance : « Fasel de Marmara » 

C’est à son arrivée en France qu’Ajda commence à prendre plaisir à chanter de la musique turque, alors qu’elle ne la pratiquait guère dans son pays d’origine. Son répertoire admet depuis un grand nombre de chants issus de fasil originaires des pourtours de la Mer de Marmara. Les fasil sont des suites instrumentales et vocales parmi les plus représentatives de la musique de cour des Sultans d’Istanbul, au cours desquels se côtoyaient chants populaires, airs de louange au prophète ou lamentations.  Le « Fasil de Marmara » raconte une histoire d’amour entre deux jeunes turcs qu’une grande distance géographique sépare. La langue dans laquelle Ajda interprète ce chant est le ladino, un mélange d’espagnol, d’hébreux et d’influences turques, grecques ou bulgares, aujourd’hui très peu pratiquée, et que le répertoire vocal judéo-espagnol contribue à garder vivace.

Une identité transfrontalière : « Si verias a la rana »

La seconde chanson qu’Ajda nous offre est un air populaire mettant en scène une grenouille, une souris, et leurs familles respectives…

Si verias a la rana
asentada en la hornalla
friendo sus buenas fritas
inspartiendo a sus hermanicas.
Ben seni severim,
Çok seni severim.
Si verias al raton
asentado en el canton
mundando sus muezezicas
inspartiendo a sus hermanicas.

On retrouve dans cette chanson populaire la pluralité des influences culturelles qui ont formé ce répertoire que l’on nomme de façon faussement homogène « la musique sépharade d’Orient ». Celle-ci raconte la trajectoire des Juifs séfarades depuis l’Espagne dont ils ont été chassés en 1492. Ces chansons, ces airs profanes ou sacrés, sédimentent sans que l’on puisse les segmenter, les « emprunts ponctuels » faits aux différents systèmes culturels parcourus depuis cinq siècles. C’est ainsi que le lieu de l’identité culturelle sépharade se dissout sur les cartographies du monde arabe, mais se cristallise autour de sa langue, ce ladino qui, suivant les pays où il résonne, s’appelle djudyo, djidiyo, espanyoliko, tetauni, haketiya ou yahudice.

Aujourd’hui, Ajda est retournée à ses premiers amours…la chanson française qu’elle avait découverte pendant ses études au lycée francophone d’Istanbul, et qui une fois son diplôme de Chimie en poche, l’avait décidé à venir vivre sa passion musicale en France, à Lyon. L’année dernière, elle était invitée par l’Institut Français à Jérusalem pour chanter Edith Piaf, dans le cadre des journées internationales de la Francophonie. Une belle manière de perpétuer la nature « déterritorialisée » de ce monde de musiques…

Consultez ici l’enregistrement complet de la rencontre avec Ajda Ahu Giray.

Pour aller plus loin…
> Un article de Sami Sadak : « Transculturalité et identité musicale dans les répertoires judéo-espagnols« , publié en 2007 aux Cahiers d’Ethnomusicologie
> le livret du cycle de concerts programmés en février 2000, à la Cité de la Musique « Turquie : musiques populaires et classiques. Musiques et danses de la Mer Noire ».
> L’ouvrage Traditions poétiques et musicales juives en Occident musulman d’Haim ZAFRANI, paru en 1998 aux éditions Stavit/Unesco

Visuel :
« Mosquée bleue », photo de « tiff_smd« 

“V’tia la Saint Martin qu’approuche”

Extrait en franco-provençal de la chanson de « La Saint-Martin », interprétée par les chanteurs participants aux Rencontres de Lescheroux, commune de l’Ain. Enregistrement réalisé par Les musiciens routiniers le 15 mars 1981.

Historiquement, la fête de la Saint-Martin, le 11 novembre, est une tradition qui remonterait au Moyen-Âge. Dès le XVIIIe siècle, cette journée est consacré à la louée1 des domestiques. La Saint-Martin célébrait surtout un temps festif : le seul véritable jour non travaillé symbolisant l’émancipation du valet face au maître. Jusqu’à la veille de la Seconde Guerre Mondiale, cette fête revêtait une dimension sociale singulière. De grandes foires et des bals étaient organisés, les gens de la ville n’y étaient pas conviés et leurs employés n’hésitaient pas à dépenser des mille et des cents pour inviter leurs zettes2. Cirques, grandes roues, marchands ambulants, arracheurs de dents, singes savants, jeux de quilles et de tirs tenus par les bléquis3, étals en tous genres, et, surtout, des flots de vin… constituaient le paysage  de cette célébration qui reste d’actualité dans les campagnes bressanes d’aujourd’hui, sous des formes revues au goût du jour…et du lieu. Défilés de tambours et fifres, fanfares, gastronomie, flots de vin et lampions : de Biarritz à la Bavière, les fêtes de la Saint-Martin s’adaptent aux traditions festives locales.

Quant aux chansons  de la Saint-Martin, elles ont en commun l’amour du vin bien sûr, un art de la caricature et des scénarios récurrents de maris cocus et de valets Don Juan. Notre archive de la semaine illustre bien cette thématique :

« […]Savez-vous ce que je bois,
Sète-vous ce que je bavou,
Quand je suis dans ma maison ?
Quand je sis dans ma mason ?
Le valet puis la maîtresse
Lou vôle et la maitrecha
De bon vin blanc
D’bon vin blanc
Et puis moi de la piquette,
E pi ma de la pequeta,
Pauvre Jean !
Peuvrou Zean !
Tra la la la la…

Savez-vous ce que je mange,
Séte-vous ce que que je mangeou,
Quand je suis dans ma maison ?
Quand je sis dans ma mason ?
Le valet et puis la maîtresse
Lou vôle pi la maitrecha
De bon pain blanc,
D’bon pan blanc,
Et puis moi du pain de seigle
E pi ma de pan de chelia,
Pauvre Jean !
Peuvrou Zean !
Tra la la la la…
[…] « 

Nous avons catalogué à ce jour dans notre base de données sept interprétations de chansons de la Saint-Martin (ci-dessous), pour la plupart enregistrées par l’association des Musiciens routiniers de Bresse, parmi lesquels figure Sylvestre Ducaroy. Spécialiste de la cornemuse, il a consacré son DEA d’ethnologie à l’EHESS à la tradition des conscrits.

Autres interprétations de chansons de la Saint-Martin :

1 La louée : date à laquelle les commis de ferme touchaient leurs gages et se présentaient à des nouveaux patrons potentiels.
2Les « zets » et « zettes » : surnoms donnés aux fiancés bressans, le jour de la Saint Martin la tradition voulait qu’ils circulent en se tenant par le petit doigt.
3Les bléquis : tenanciers forains 

Visuel : Saint-Martin dans une scène de charité, vitrail réalisé par Lucien-Léopold Lobin, à Tours, en 1864. Eglise d’Ingrandes-de-Touraine. 

« Arriba en la cordillera »

« Arriba en la cordillera« , composée par Patricio Manns et interprétée par Jorge Diaz (guitare) et Juan-Carlos Caroca (chant) lors d’une rencontre avec le CMTRA, enregistrée à Villeurbanne le 23 mars 2010.

L’auteur, Patricio Manns, chanteur-compositeur populaire et également poète-écrivain de renom, est considéré comme l’un des portes-paroles de la résistance chilienne au régime dictatorial d’Augusto Pinochet, depuis le coup d’État de 1973. Après avoir vécu en Patagonie, au Sud du Chili, où il a vu son père se faire assassiner par la police locale, Patricio Manns se réfugie dans la musique. Réfugié, il l’est également par l’exil qu’il a vécu lorsque, contraint très tôt de fuir la guerre civile, il fait escale à Cuba, puis en France, pour finalement s’installer en Suisse.  Malgré cette distance avec son pays d’origine, les chansons qu’il composera durant cette période résonneront jusque sur le sol chilien et dans le cœur de nombreux combattants et exilés, parmi lesquels Jorge Diaz et Juan-Carlos Caroca. Ce dernier se souvient de sa rencontre précieuse et émouvante avec Patricio Manns, ce jour là il chantait ensemble, à Genève.

Arriba en la cordillera – consulter les paroles originales

La souffrance que suscite l’exil, Jorge et Juan-Carlos l’ont tout deux vécue de façon très différente. Ils se retrouvent cependant pleinement dans une expression musicale qui fait revivre, depuis le sol villeurbannais, leurs engagements politiques ainsi qu’une culture chilienne qui ne les a jamais quittés. A eux-deux ils forment le groupe « Pueblo Latino » au sein duquel ils offrent un répertoire sud-américain interprété au chant, à la guitare, aux flûtes et aux percussions.

« Avec beaucoup de poids dans mon cœur, j’ai quitté mon pays. […] Ma façon à moi de retrouver les miens, c’était la musique » Juan-Carlos Caroca. 

Juan-Carlos est le premier à avoir dû fuir le Chili, dès l’instauration de la dictature en 1974. En passant par la Cordillère des Andes il a rejoint l’Argentine. Deux ans plus tard, il s’installe à Lyon et rencontre beaucoup de chiliens, « tous indirectement camarades de cette mauvaise histoire ». Depuis, il n’est jamais retourné dans son pays natal. Juan-Carlos est flûtiste, percussionniste, chanteur, et a étépendant plusieurs années, président d’une association folklorique chilienne à Lyon.

« On est bien loin de chez soi, mais on est nulle part. C’est tant mieux car on a la planète entière. » Jorge Diaz. 

Jorge Diaz a quitté son pays natal plus tard et a donc connu la dictature et la guerre civile, pendant laquelle il a combattu activement.  Il s’estime aujourd’hui particulièrement chanceux d’avoir survécu à cet épisode et admet qu’il existe différentes manières de vivre l’exil. Lui, ne dit pas souffrir du poids de la culpabilité que peuvent ressentir certains autres exilés ayant combattu : « J’ai perdu la guerre, mais c’est tout« . Et la résistance continue, à travers la musique qu’il considère comme une arme de revendication et de mémoire puissante..

CONSULTEZ L’ENREGISTREMENT COMPLET 

Pour aller plus loin…
>Jorge Diaz fait le récit de son parcours et chante accompagné de sa guitare au cours de deux enquêtes réalisées en 2010 : 1e enquête / 2e enquête.
>
L’article du Rize consacré à Jorge Diaz et au groupe Pueblo Latino.

Visuel: Jorge Diaz et Juan-Carlos Caroca forment le groupe Pueblo Latino. Photo publiée par Le Rize dans le cadre de l’exposition « Musiques! » co-réalisée en 2010 avec le CMTRA

“Le Mont Pilat”

La chanson du Mont Pilat est un hymne dédié aux beautés paysagères et environnementales de ce Parc Naturel Régional du département de la Loire. Elle est ici interprétée par Louis Ericher, Josette et Yvonne Chavas, accompagnés par une salle de spectateurs réunis par l’association « Visages de notre Pilat« , dans la commune de Pélussin. L’enregistrement a été réalisé le 27 novembre 1982 par Jacques Bardot.

« De Pilat il faut que je chante
Toute la sauvage beauté
La ferme, les rochers, les sentes,
Les bois, le ruisseau tant coté »

La chanson fait notamment référence au Gier, fine rivière durant l’été, abondant cours d’eau l’hiver qui depuis l’Antiquité abreuve cette vallée historiquement industrieuse, l’une des premières de France. Encadré par les exploitations minières stéphanoises, les industries métallurgiques givordines et les verreries de Rive-de-Gier, le Pilat du milieu du XXe siècle est à l’image des cantons qui le bordent au nord : un territoire à la fois rural et urbain où se côtoient pêle-mêle agriculture, forges, vignes, mines, élevages, verreries, fruits, moulinage, tissage de la soie, artisanat, industrie lourde…

« L’industrie sait lui rendre hommage
Et le traite à l’égal d’un roi,
Car sans lui beaucoup de rouages
Seraient immobiles et sans voix.« 

En cette soirée de novembre 1982, Jacques Bardot s’est glissé parmi les spectateurs du Visage de notre Pilat pour venir y collecter des chants et des mélodies qui font résonner l’histoire locale de ces terres que l’on raconte peu : chansons de Mai, chant de Saint-Martin, chants de carnaval, chants de Joute… Nous aurons l’occasion de revenir dans ce carnet vers ce répertoire aux multiples visages glané par Jacques Bardot. Multi-instrumentiste, membre fondateur de la fameuse Bamboche, il a en effet rassemblé l’une des plus importantes collections sonores sur les  musiques traditionnelles, chants en francoprovençal, airs de joutes, fanfares et fêtes locales du département de la Loire. Ce fonds, déposé au CMTRA, est en cours de catalogage sur le portail rhônalpin du Patrimoine Oral.

Pour écouter d’autres enregistrements de cette soirée à Pélussin, consultez l’enquête complète sur notre base de données !

VisuelVue sur la Vallée de Véranne depuis le Mont Pilat
Photo réalisée par Christophe SZYMCZAK – Flickr.com.