Archives de catégorie : Décembre 2016

L’esprit de Noël

À l’approche de la fin d’année, nous avons bien évidemment cherché au sein de notre Portail régional du patrimoine oral quelques archives sonores qui évoqueraient d’une façon ou d’une autre les festivités à venir : témoignages ou chants à propos des « Noël d’antan » ou « d’ailleurs », contes et légendes faisant appel à des figures aussi mythiques que notre fameux gros bonhomme à barbe blanche… Assez étonnamment, les fonds jusque ici traités par le CMTRA ne regorgent pas d’éléments en la matière, contrairement à nos collègues de l’AMTA, de La Loure ou encore de la Maison du Patrimoine Oral de Bourgogne, de l’INOC et du CRmTque nous avons donc aussi décidé de valoriser ici ! 

Noël a sorti le bout de son nez, cela n’aura échappé à personne : pour certains, cette période est synonyme de vin chaud, de bons et fastueux repas, de retrouvailles en tous genres et autres gourmandises. Pour d’autres – et pour des raisons si différentes qu’il serait vain de vouloir les énumérer ici – c’est surtout un mauvais moment à passer.

Alors, en hommage à tous ceux pour qui Noël est un calvaire, nous avons fait le choix de sélectionner au sein du Fonds Jacques Bardot le témoignage d’une femme enregistrée en 1980 qui semble n’avoir pour cette fête aucune sympathie particulière…

Écoutez plutôt :

Voir la notice détaillée de l’enregistrement

« – Vous avez des souvenirs de Noël ? » demande l’enquêtrice.
Oh pas bien, moi je ne me suis jamais bien amusée » répond la femme, faisant la moue.

Mais, une anecdote semble ranimer tout de même quelques bons souvenirs et l’envolée du « M’sieur le Curé ! Descendez-voir, elles sont toutes saoules ! » est tout simplement réjouissante. Le reste du témoignage est émaillé d’expressions qui renvoient à l’austérité des noëls vécus : « C’était pas bien gai », « Fallait être solide »… Quant aux « répétitions » certainement de chants de messe, qui semblent résumer l’esprit du 25 décembre pour cette femme tant elles sont prégnantes au sein de cette enquête, on en comprend à la fin qu’il y en « avait tout le temps… Tout l’hiver ! Pour n’importe quoi ! ».

Ah… l’esprit de Noël !

Mais pour ne pas vous laisser en reste, nous vous proposons tout de même de découvrir 5 archives sonores qui sont issues des fonds sonores de nos partenaires et qui font références à Noël :

Chants :

Un « Noël du Velay », recueilli et arrangé par Jean Pitacco

Un chant de noël en Occitan

Airs instrumentaux :

« Revelhatz vos pastorels » joué par Eugène Tarrade 

Un Noël bourguignon, « Grand Dieu ribon ribaine » joué à la vielle par Alain Vieillard

Témoignages : 

La bénédiction de l’agneau à la messe de minuit en Normandie

Nous vous souhaitons à tous de très bonnes fêtes de fin d’année et rendez-vous à partir de la semaine du 2 janvier pour la reprise de « l’archive de la semaine » !

Crédit photo : LoboStudioHamburg

Polka effrontée

« Mon papa ne le veut pas
Que je danse, que je danse
Mon papa ne le veut pas
Que je danse la polka »

Cette chanson, collectée par Jacques Bardot en 1984 à Véranne dans le canton du Pilat, fait l’effet d’une vraie petite madeleine de Proust sonore. Qui n’a en effet jamais entendu cette petite ritournelle durant son enfance ? Et à en croire les nombreuses traductions que l’on peut trouver, ce n’est en rien limité au seul territoire français…!

Écoutez plutôt :

Découvrir la notice détaillée 

L’air est légèrement différent de la célèbre comptine pour enfant au sein de laquelle Gugusse avec son violon fait danser les filles et les garçons, mais il est probable qu’il s’agisse en réalité de la même chanson, la seconde ayant été retravaillée à destination des plus jeunes, notamment du point de vue des paroles.

Il y est de toute façon toujours question du même problème : « mon papa ne veut pas que je danse la polka ». Mais pourquoi diable s’y oppose-t-il ? Et à qui s’adresse-t-il ?

Comme le note l’anthropologue Catherine Monnot dans son ouvrage Petites filles d’aujourd’hui, l’apprentissage de la féminité, « rien dans le texte n’indique le sexe du personnage qui chante » alors qu’il est communément admis qu’il s’agit certainement d’une jeune fille (un extrait à lire ici). Et si le père s’oppose à la pratique de cette danse, c’est certainement car la polka se danse en couple… et qu’après avoir gagné toute l’Europe au cours du XIXe siècle, elle s’est aussi extrêmement popularisée. En outre, d’un tempo vif, la polka est particulièrement entraînante : cela sied-t-il aux jeunes gens de l’époque ?

Heureusement, la « morale » de l’histoire est bien moins puritaine… Nous savons en effet tous ce que décide le narrateur face à l’interdiction du père :

« Il dira c’qu’il voudra
Moi, je danse, moi, je danse
Il dira c’qu’il voudra
Moi je danse la polka »

Ou comment une gentille comptine pour enfants est en fait un appel assumé à la désobéissance…

Visuel : Carte postale libre de droit de Hamon

Pour aller plus loin :

  • Catherine Monnot, Petites filles d’aujourd’hui, l’apprentissage de la féminité, Éditions Autrement, 2009