Archives de catégorie : Avril 2016

Soin soin

Cette semaine, nous vous proposons l’écoute de quatre versions d’une même berceuse en patois franco-provençal, toutes issues du département de la Loire, et que l’on retrouve alternativement sous le titre de « Soin soin », « Son son » ou « Som som » selon les lieux et les époques d’interprétations. Connue dans toute la zone occitane et dans une partie de la zone franco-provençale, « Soin soin » illustre bien la variabilité des paroles, du rythme et de la mélodie des chants traditionnels, en fonction des lieux, des époques ou des familles où ils sont interprétés.

Ces différentes versions de « soin soin »  ont pour point commun de maintenir le format d’une berceuse.  Elles sont issues du fonds sonore du CMTRA, et cataloguées dans notre portail régional du Patrimoine Oral. Plusieurs d’entre elles ont été publiées au sein de deux Atlas sonores (ici, les numéros 10 et 22). La traduction la plus répandue de ce chant traditionnel en francoprovençal étant : « Sommeil, sommeil, viens, viens, viens. Sommeil, sommeil, viens viens donc. » Toutefois, les interprétations varient dans le rythme, les paroles, mais aussi la prononciation.

Celle-ci vient du Forez et est chantée par Jo Faure en 1995,  pour le micro de Jacques Bardot :

« Son son vèné, vèné, vèné
Son son vèné, vèné, donc

Le son son veut pas venir
Le mami veut bien dormir 

Le son son est bien venu 
La mami a bien dormi. » 

Ici, « la mami » désigne « Le petit ». Alors que dans la version de Mme Panel de Verranne l’enfant est le « fanfan » : raccourci du terme « enfant » ou tiré du prénom « Fanfan » pouvant être utilisé en patois pour désigner, de manière générique, les garçons.

La version suivante, également enregistrée par Jacques Bardot, date de 1984 et admet de fortes similitudes avec la première, bien que le tempo soit un peu plus rapide.

Le tempo augmente crescendo dans ces deux autres versions, la première interprétée par une habitante de la Loire , amie de Mme Panel, également enregistrée par Jacques Bardot. Ici, l’enfant est le « poupon ».

Cette dernière version est interprétée par Marie Arquillère à Fourneaux et enregistrée par Patrick Favier lors d’un rassemblement. Si le rythme et l’élocution trahissent un impatience certaine dans l’attente du sommeil, les paroles sont également autrement directives: « Soin soin que le vène vène. Soin soin que le vène donc. », autrement dit « Sommeil, sommeil, qu’il vienne, vienne. Sommeil, sommeil qu’il vienne donc. ». A l’interprète de conclure, sous les rires entendus des auditeurs : « Voilà, c’est comme ça qu’on endormait les bébés à l’époque!« .

Pour aller plus loin…
Berceuse et discussions sur le répertoire vocal de Germaine Panel enregistrées par Jacques Bardot en 1984 
> Au sein la même enquête, « Fais dodo Cola mon petit frère » (variante) et « Dodo Ninette »

Visuel : Camille Frouin

« Ieu bride l’Ase »

Il y a un peu plus d’un mois, nous vous proposions une « archive de la semaine » issue d’un fonds  dont les droits de diffusion ne nous permettent pas de donner à entendre dans ce carnet les documents  sonores qui le constituent : le fonds rhônalpin conservé au MuCEM, concernant des enquêtes effectuées en Rhône-Alpes dans le cadre des missions CNRS/Musée des ATP réalisées entre 1950 et 1970. Bien sûr, une notice documentaire sans son document peut être rustique et frustrante. Naviguer dans le catalogue du fonds rhônalpin du MuCEM, dont le CMTRA conserve une copie, nous permet pourtant de retrouver des noms et des musiques que l’on aurait vite fait d’oublier.

C’est le cas par exemple de Francine Lancelot-Coursange, chorégraphe, danseuse, ethnologue et comédienne qui a consacré sa vie à la danse baroque et aux danses traditionnelles, et qui joua un rôle rarement souligné pour la connaissance et  la conservation des musiques à danser de la région Rhône-Alpes. Dans le cadre de ses missions ethnographiques menées au compte du CNRS et du Musée des Arts et Traditions Populaires, Francine Lancelot-Coursange collecte des danses traditionnelles, des airs à danser et des rassemblements de farandoleurs pendant 13 ans, de 1964 à 1977, en Ardèche, Provence, Vendée, Bretagne, Béarn, Gers, Landes1.

L’ Ardèche fera partie de ses premiers terrains de collectage, en 1964. Elle voyage pendant quelques semaines entre Villeneuve-de-Berg et Privas pour enregistrer des répertoires vocaux et instrumentaux à l’accordéon et au violon: airs de carnaval, polkas, rigodons, scottishs, bourrées et chants en occitan. On y retrouve par exemple le fameux « Leu Bride l’Ase », je bride l’âne, un chant en occitan qu’une autre fameuse collectrice du département, Sylvette Béraud-Williams, avait receuillie auprès de Madame Chazel à Saint-Etienne de Serres, elle-même l’ayant apprise à l’usine d’Anchaise.

Vers la maison lai fan l’amor,
Ieu bride l’ase, ieu bride l’ase,
Vers la maison lai fan l’amor, Ieu bride l’ase tot lo jorn.
Mès quand mon torn vendrà, Briderà l’ase, briderà l’ase,
Mès quand mon torn vendrà, Briderà l’ase quiu voudrà.
Iara que mon torn es véngut, Briderem l’ase, briderem l’ase,
Iara que mon torn es véngut, Briderem l’ase un pauc chascun

Peut-être l’un des premiers chants de travail mutualiste de la région?

A la maison ils y font l’amour,
Moi je bride l’âne, moi je bride l’âne,
A la maison ils y font l’amour, Moi je bride l’âne tout le jour.
Mais quand mon tour viendra, Bridera l’âne, bridera l’âne,
Mais quand mon tour viendra, Bridera l’âne qui voudra.
A présent que mon tour est venu,
Nous briderons l’âne, nous briderons l’âne,
A présent que mon tour est venu,
Nous briderons l’âne chacun à notre tour

Le CMTRA a initié il y a quelques mois, en novembre 2015, le projet « Musiques traditionnelles de Drôme et d’Ardèche« , une dynamique d’inventaire et de valorisation des collectes de musiques et notamment de chants en occitan ayant été menées dans ces deux départements depuis les années 1960. L’inventaire des chants en occitan recueillis sera bientôt mis en ligne sur notre portail rhônalpin du patrimoine oral.

1. Source : fiche biographique de Francine Lancelot-Coursange sur l’Association pour un Centre de Recherche sur les Arts du Spectacle au XVIIe et XVIIIe siècles.

Visuel de Une issu du tumblr de Mademoizelle Bazar

Les territoires d’un djembefola

Rencontre avec Florent Marciau, djembefola
Villeurbanne, février 2016

Florent Marciau est  djembefola, « joueur de djembé ». Nous l’avons rencontré en février 2016 alors que nous préparions l’Escale Sonore consacrée aux « adoptions musicales« , c’est à dire aux trajectoires d’immersion, de conversion à des expressions culturelles qui, a priori, seraient étrangères au terreau natal des musiciens qui les pratiquent. Comme d’autres musiciens rencontrés à l’occasion de la réalisation du documentaire sonore associé à la thématique de cette Escale, Florent incarne de façon riche et singulière ces vies de musiciens qui se retrouvent à jouer un rôle de canal culturel entre deux mondes. Un pied en Rhône-Alpes, un autre au Burkina Faso et en Côte d’Ivoire, Florent compose depuis près de vingt ans une vie artistique soucieuse de comprendre de l’intérieur cette musique mandingue qui le passionne depuis l’adolescence, tout en cherchant à l’adapter aux scènes, aux publics, aux danses et aux pédagogies qui sont ceux de son territoire natal et quotidien.

C’est à 16 ans que Florent tombe en amour pour le djembé. Il s’est alors déjà essayé à la batterie, mais ne se retrouve pas dans les modalités pédagogiques relativement classiques de son école de musique communale. Encouragé par sa mère, il part très jeune vers Ouagadougou pour faire l’apprentissage, sur place, de l’art du djembefola dans son contexte culturel, festif, familial quotidien. Depuis lors, il ne cessera les allers et retours entre sa terre de naissance et sa terre d’adoption, d’abord au Burkina, puis en Côte d’Ivoire où il rencontre celui qui allait devenir son maître, guide et ami, Abou Bakar Bamba. 

Dans ce parcours fait de hasards, de rencontres déterminantes, de ténacité et d’humilité, au moins trois moments clefs se dégagent : son tout premier atterrissage à Ouagadougou bien sûr, où il est accueilli par une famille de griots habitués à dispenser des cours de djembé à de jeunes stagiaires français comme lui. Mais aussi et peut-être surtout son premier voyage en Côte d’Ivoire, en 2002, qui le conduit dans des territoires plus ruraux où il découvre les musiques de ce vaste et poreux monde mandingue dans leur contexte quotidien d’expression. C’est lors de ce séjour qu’il commence à pratiquer le djembé non plus comme un instrument se suffisant à lui-même, mais dans son rôle d’accompagnateur du griot, des danseuses et danseurs. C’est également à ce tournant de sa vie de musicien qu’il prend la mesure de l’amplitude du monde musical mandingue qui de la Guinée à la Gambie en passant par le Mali, la Côte d’Ivoire et le Sénégal, admet des singularités à des niveaux ultra localisés. D’un village à l’autre, les rythmes « traditionnels » attendus par les danseurs et le griot peuvent largement différer. Troisième moment, son mariage : sur l’invitation d’Abou et de sa famille, Florent et sa femme Heloïse se marient chez eux, en Côte d’Ivoire, en participant aux rites d’union traditionnels de Bouaké.

Alors, djembefola de Côte d’Ivoire ? De Romans-sur-Isère ? D’entre deux rives ?  Florent se définit comme un djembefola français. Ce rôle, il ne pense pas pouvoir, ni même vouloir, le jouer en Afrique, où une connaissance ample et fine des répertoires traditionnels des différents territoires de l’aire mandingue serait incontournable, et rendue possible par des séjours de plusieurs années sur place. Mais la question ne se pose même pas en ces termes pour Florent : son métier est celui de la transmission d’un savoir qu’on lui a offert et dans lequel il s’est immergé, au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, à Annecy, à Villeurbanne… Un métier qu’il exerce dans le cadre d’une association basée à Romans-sur-Isère et à Valence, qu’il a créée avec sa femme Héloïse, elle-même danseuse formée en Côte d’Ivoire. Dans les récits de Florent, la question de son territoire musical dilue les binarités de l’ici et de l’ailleurs, mais parle de dynamiques, de flux, d’échanges, de vases communicants.

Une fluidité que l’on retrouve dans son aisance à naviguer entre chant, instruments percussifs et instrument harmonique, ici : le N’goni.

Pour aller plus loin…
>
Les projets de recherche et de valorisation patrimoniale menés par le CMTRA à Villeurbanne nous ont permis la rencontre d’autres musiciens griots du Burkina, ou du Sénégal tels qu’Adama Dembele, Ibrahima Cissokho ou Moussa Fayé. N’hésitez pas à les écouter!
> Lire l’article du percussionniste suisse romand Vincent Zanetti sur « La nécessaire reconnaissance des milieux traditionnels dans l’apprentissage des percussions ouest-africaines », paru dans l’ouvrage dirigé par Laurent Aubert, Musiques Migrantes, dont nous reparlerons dans ce carnet.

Visuel : « Do you speak Djembé? »