Archives de catégorie : L’ARCHIVE DE LA SEMAINE

J’ai du bon tabac

Après « La Polka Effrontée » ou « Une chanson douce« , cette archive sonore du mois revient pour démystifier la douceur candide des chansons enfantines !

Un petit tour au sein du Fonds Sylvestre Ducaroy et nous voici nez-à-nez avec une interprétation à la cabrette de la célèbre chansonnette enfantine, « J’ai du bon tabac » par Pierre Ladone et Raymond Bors.

« J’ai du bon tabac » à la cabrette – Voir la notice détaillée

Enregistrée en 1976 à Ladinhac (Aveyron), par Sylvestre et Agnès Ducaroy accompagnés d’Eric Montbel (co-fondateur du CMTRA), la chanson est interprétée dans sa version instrumentale.

L’origine de « J’ai du bon tabac » est assez floue et remonterait aux alentours du XVIIè siècle. Il serait certes vain de s’employer à retrouver les véritables auteurs de cette chanson populaire, mais deux personnages reviennent invariablement : d’un côté le prêtre, poète et chansonnier Abbé Gabriel-Charles de Lattaignant (1697-1779) et de l’autre, le compositeur, organiste et pédagogue Michel Corrette (1707-1795).

On retrouve en effet l’air de la comptine dans le concerto comique de Michel Corrette « La Servante au Bon Tabac », daté de 1733 (avancer la piste ci-dessous jusqu’à 2min32) :


Toute l’originalité de cette œuvre réside dans son instrumentarium  à côté duquel il est difficile de passer : à la composition de l’orchestre à cordes classique à l’époque baroque, Michel Corrette fait intervenir la vielle à roue ou la musette, alors réservée à la musique dite populaire. Ce ne serait pas étonnant, en conséquence, qu’il ait pris la décision de « citer » une chanson elle-aussi tirée du répertoire populaire, même si cela ne prouve rien en la matière.

La référence à l’Abbé de Lattaignant est, quant à elle, d’un humour plus mordant. En cause ? Les neuf couplets supplémentaires qu’il aurait écrit à la suite de la version relativement courte que l’on a conservé en mémoire :

J’ai du bon tabac dans ma tabatière,
J’ai du bon tabac, tu n’en auras pas.
J’en ai du fin et du bien râpé,
Mais ce n’est pas pour ton vilain nez !
REFRAIN : J’ai du bon tabac dans ma tabatière,
J’ai du bon tabac, tu n’en auras pas.

Jugez plutôt  :

Ce refrain connu que chantait mon père,
À ce seul couplet il était borné.
Moi, je me suis déterminé
À le grossir comme mon nez.
REFRAIN

Un noble héritier de gentilhommière
Recueille, tout seul, un fief blasonné.
Il dit à son frère puîné
Sois abbé, je suis ton aîné.
REFRAIN

Un vieil usurier expert en affaire,
Auquel par besoin l’on est amené,
À l’emprunteur infortuné
Dit, après l’avoir ruiné
REFRAIN 

Juges, avocats, entr’ouvrant leur serre,
Au pauvre plaideur, par eux rançonné,
Après avoir pateliné,
Disent, le procès terminé
REFRAIN

D’un gros financier la coquette flaire
Le beau bijou d’or de diamants orné.
Ce grigou, d’un air renfrogné,
Lui dit, malgré son joli nez
REFRAIN

Neuperg, se croyant un foudre de guerre,
Est, par Frédéric, assez mal mené.
Le vainqueur qui l’a talonné
Dit à ce Hongrois étonné
REFRAIN

Tel qui veut nier l’esprit de Voltaire,
Est, pour le sentir, trop enchifrené.
Cet esprit est trop raffiné
Et lui passe devant le nez.
REFRAIN

Par ce bon Monsieur de Clermont-Tonnerre,
Qui fut mécontent d’être chansonné ;
Menacé d’être bâtonné,
On lui dit, le coup détourné
REFRAIN

Voilà dix couplets, cela ne fait guère
Pour un tel sujet bien assaisonné.
Mais j’ai peur qu’un priseur mal né
Ne chante en me riant au nez
REFRAIN

Quelle irrévérence ! « J’ai du bon tabac » est à ce titre une petite chanson bien plus politique qu’elle n’y paraît, laissant entrevoir une belle critique des mœurs de l’époque… à commencer par une injustice vécue par Lattaignant lui-même : son entrée en religion ! En effet, comme le conte son second couplet particulièrement rageur, il était coutume plusieurs siècles durant que l’aîné d’une famille aristocratique hérite du titre et que le second se destine aux ordres. C’est ainsi que Gabriel-Charles de Lattaignant entra au Séminaire et qu’il obtint le titre d’abbé, malgré son peu de vocation religieuse. C’est ainsi avec un certain détachement qu’il exerça ses fonctions : plus connu comme « grand chansonnier » que pour ses prêches, ce disciple de Voltaire et ardent admirateur des femmes laissera derrière lui une importante production littéraire, de la poésie galante au pamphlet politique en passant par l’opéra-comique.

Pour aller + loin :

Crédits photoJebulon sur commons.wikimedia.org

La catastrophe du Puits de la Chana

L’archive sonore de la semaine nous emmène vers les territoires mémoriels de Saint-Etienne l’industrieuse, derrière le micro d’Anne-Catherine Marin, et autour des récits des membres de l’association des Amis du Vieux Saint-Étienne. Le CMTRA a réalisé la numérisation et la description de ce fonds documentaire déposé au Archives Municipales de Saint-Etienne, désormais consultable intégralement en ligne sur le portail régional du patrimoine oral.

******************

« Au fond, là où on extrait le charbon, c’est une sorte de monde à part qu’on peut aisément ignorer sa vie durant. Il est probable que la plupart des gens préféreraient ne jamais en entendre parler. Pourtant, c’est la contrepartie obligée de notre monde là-haut. La quasi-totalité des activités auxquelles nous nous livrons, qu’il s’agisse de manger une glace ou de traverser l’Atlantique, de cuire un pain ou d’écrire un roman, suppose – directement ou indirectement – l’emploi du charbon. Le charbon est nécessaire à toutes les activités du temps de paix. Qu’une guerre éclate, et il se fait encore plus indispensable. (…) Nous savons tous que « le charbon est primordial », mais nous ne pensons jamais, ou presque jamais, à tous ce qu’implique l’extraction de ce charbon. »

Georges ORWELL, Le quai de Wigan, 1937, Édition 10-18, p.39.

C’est justement en temps de guerre qu’eut lieu la tristement célèbre catastrophe du Puits de la Chana dans la banlieue de Saint-Étienne, à Villars. Auguste Masson est l’un des rares rescapés du coup de grisou qui frappa le puits – et plus précisément la 14è couche, à 650 mètres sous terre – aux alentours de quatre heures du matin le 21 Janvier 1942. Il livre son témoignage au micro d’Anne-Catherine Marin dans le cadre des « Ateliers mémoires » organisés par l’association des Amis du Vieux Saint-Étienne le 3 novembre 1993 :

Extrait du témoignage d’Auguste Masson – Voir l’entretien complet et la notice détaillée

L’explosion, qui s’est propagée sur une centaine de mètres a fait vraisemblablement plus de soixante-cinq morts et très peu de survivants. Parmi ces derniers figurent notre témoin, Jean-Marie Somet, dont il sera question un peu plus bas dans ce billet, ainsi que Joseph Vinot et son frère, qui est évoqué dans l’entretien disponible à l’écoute.

Vers six heures, les médias annoncent la nouvelle et le travail cesse dans les mines du bassin stéphanois. Il est annoncé qu’une enquête aurait lieu sur le champ pour connaître les causes de cette explosion. Cette conversation enregistrée le 3 novembre 1993 est révélatrice des zones d’ombres qui semblent persister sur cet événement :

Autour de la table, Auguste Masson n’est plus seul : deux personnes prennent la parole, défendant des positions relativement discordantes. Le ton monte au sujet de la raison réelle de l’explosion. Parmi eux se trouve Xavier Charpin, qui eut un rôle important bien que controversé dans la mise en récits et en mémoire de la Chana. Dans son livre L’Adieu Différé, paru en 1972 puis en 1978, l’ex-mineur tente de démontrer que la version officielle donnée par le préfet –  selon laquelle un mineur qui était en train de fumer à l’intérieur de la mine aurait causé l’explosion – est fausse. Selon lui, le fait que l’on ait retrouvé du tabac et du papier à cigarette à côté d’un des corps ne serait pas plausible et la bague du briquet dont il fut question plus tardivement n’aurait jamais été retrouvée. Dans ses lignes comme au cours de cet entretien, Xavier Charpin met surtout en lumière les conditions de travail des mineurs du Puits Chana, où il ne travailla que huit mois et qu’il chercha par tous les moyens à fuir du fait de la dangerosité du site.

La position au sujet de la cause de l’explosion n’est pas partagée par tous : Jean-Marie Somet, lui-même rescapé du 21 janvier 1942 et fondateur du Musée de la Mine de Villars, livre un témoignage qui révèle aussi l’état des opinions : « C’était la guerre et il y avait au fond des gens qui étaient venus des mines de fer où là, on peut fumer au fond. Alors normalement, ils travaillaient au rocher, ça ne risquait rien, mais ce jour là, le moteur qu’on a été changer, c’est eux qui l’avaient apporté et pour manger la portion après, ils avaient arrêté les ventilateurs. En général, toutes les grandes catastrophes, c’est quand des gens viennent d’ailleurs… ». 

Xavier Charpin pourtant, n’en démord pas et justifie sa position dans l’entretien par le contexte social tendu que connaît l’hiver 1942 : il accuse les autorités d’avoir cherché à casser la grève qui menaçait les mines en « rejetant la responsabilité sur un mineur » et en divisant de fait l’unité ouvrière.

Aujourd’hui, les doutes demeurent tandis que la mémoire de ce triste événement se perd progressivement, à mesure que les témoins disparaissent : si la CGT locale fit grève durant 15 ans à chaque 21 janvier, et bien que les commémorations annuelles surent mobiliser les foules, la fermeture progressive des mines et le temps passant ont conduit à un certain essoufflement des formes de commémorations classiques. Toutefois, quelques établissements à l’image du Musée de la Mine de Villars, également appelé Musée Jean-Marie Somet, qui réouvrira en 2017 après plusieurs années de travaux, assureront une certaine transmission de cette histoire locale qui aura marqué toute une génération et plus largement, de nombreux ouvriers d’ici et d’ailleurs dans le monde.

En savoir + : 

Crédits photo : Hangela – Pixabay

Rumba gitana

Cette semaine, nous vous invitons à partir à la rencontre de Miguel Ney, joueur de rumba, guitariste et chanteur. Né d’un père gitan, Miguel a navigué entre une éducation que l’on pourrait qualifier de « classique » et des échappées régulières vers sa famille du sud de la France, en Camargue. C’est autour de ses vingt ans qu’il s’est identifié à l’esprit gitan, porté entre autres par les figures que représentaient Manitas de Plata et les Gipsy Kings, le conduisant à s’initier à la guitare et à en faire son métier.

Rencontré en février 2009, Miguel Ney a livré au micro du CMTRA plusieurs rumbas, issues pour partie du répertoire de ses cousins, les Gipsy Kings.

Une rumba par Miguel Ney – Voir la notice détaillée ici…
et découvrir plus d’extraits sonores

Manitas de Plata comme les Gipsy Kings ont offert à la « rumba gitana » ses lettres de noblesse en l’interprétant sur les plus grandes scènes du monde entier. De son côté, Miguel Ney joue les soirs dans des restaurants lyonnais et, l’été, dans le sud où il retrouve sa famille.

La rumba est un genre musical d’origine cubaine, davantage marquée par l’usage des percussions que celle dont il est question ici. Lorsque Miguel Ney évoque sa « rumba » il s’agit en réalité de la rumba « catalane », la rumba des gitans catalans, caractérisée par une forte référence au flamenco et la guitare – mais non moins liée à la danse de la Havane.

Los Muñequitos de Matanzas, un groupe de rumba cubaine

La rumba gitane est en effet un mélange entre des rythmes afro-cubains (mambo, cha cha cha…) et les traditions andalouses (flamenco mais aussi fandango) : les palmas – claquements des mains – y remplacent entre autres les congas, soutenues par « le ventilateur », cette façon si caractéristique de frotter les cordes de la guitare tout en frappant sa caisse de résonance. Créée dans les années 1960 dans le quartier gitan de Barcelone, elle s’est particulièrement développée dans le sud de la France entre Perpignan, Montpellier et Saintes-Maries-de-la-Mer, d’où sont originaires les Gipsy Kings.

Et évidemment, difficile de ne pas clore ce billet par ce clip des Gipsy Kings, « Bamboléo » !

A retrouver autour de ce sujet : 

Pour en savoir + :

Crédits photo : Pexels sur Pixabay

Petit nigaud

Au sein du fonds Jacques Bardot et parmi les différentes « Chanson du Pilat » enregistrées au cours de l’année 1980, une femme chante la comptine, pour certain-e-s fameuse, « Le Petit Nigaud ».

« Le Petit Nigaud » chanté par une femme inconnue – Voir la notice détaillée ici

Aussi connue sous le nom du « Peureux », du « Peureux de tout » ou du « Poltron », la chanson relate les aventures d’un personnage qui craint tout ce qu’il croise, déformant les propos de ceux qui les expriment. Dans l’extrait proposé par cette femme, le coucou menace notre nigaud de lui couper le cou, les canards de le « mettre dans l’coin », le moulin du meunier de le « mettre dans le sac ». Dans les différentes variantes que l’on peut lire, il y a aussi des moissonneurs qui crient « Oh ! le voleur », des moines qui appellent « Tuez donc l’homme ! » et toujours, notre nigaud s’enfuit.

« Le Petit Nigaud » fait partie des ces chansons et contes de « randonnées », un terme très imagé pour décrire les formes littéraires orales qui pourraient se réciter à l’infini. La « randonnée » se déroule comme lors d’une promenade, le personnage principal faisant sur sa route de multiples rencontres : ici, le canard, le coucou, le moulin… L’histoire est simple, tout comme la construction du récit, accessible aux tout-petits qui s’amusent par ailleurs beaucoup des répétitions du texte.

Il y a plusieurs types de « randonnées » (par accumulation – à l’exemple de « Alouette, gentille alouette » ou par élimination, entre autres) et il s’agit vraisemblablement ici d’une « randonnée de succession » c’est-à-dire un récit d’étapes au sein desquelles un problème, une situation, un scénario se répète inlassablement.

Théoriquement, la « randonnée de succession » s’achève lorsqu’une solution apparaît. Dans le cas de notre petit nigaud, nous n’avons mis la main sur aucune fin connue… Peureux il est, peureux il restera !

Pour en savoir + : 

  • Chantal Grimm, « La randonnée dans la chanson et dans le conte » à lire ici
  • Marie-Claire Bruley, « Ces histoires qui chantent », La lettre de Didier Jeunesse, Février 2003

Crédits photoAnnaBetlejewska sur Pixabay

Histoire et chiffons

Au cours de l’année 2016, nous avons achevé le traitement documentaire et la mise en ligne du Fonds des Amis du Vieux Saint-Étienne qui est conservé aux Archives municipales de Saint-Étienne. Nous vous l’avions brièvement présenté à l’occasion d’un billet publié ici. Si certains pans de la passionnante histoire ouvrière  stéphanoise sont évidemment abordés, plusieurs autres thèmes sont explorés, comme celui du « Vêtement ».

Mais ne fuyez pas ! Si le sujet semble léger, les liens entre la mode et l’histoire sont plus nombreux que l’on ne pourrait penser. Et c’est justement de la mode féminine pendant la Première Guerre Mondiale dont il sera question cette semaine.

Extraits de l’atelier-mémoire « Vêtements » à Saint-Étienne – Consulter la notice détaillée ici

Vendeuse de vêtements à la retraite, la stéphanoise Madame Pontvianne anime cet atelier-mémoire captivant organisé par l’association des Amis du Vieux Saint-Étienne (aujourd’hui Histoire et Patrimoine de Saint-Étienne). Nous sommes le 2 février 1993, la rencontre rassemble une petite dizaine de personnes invitées à réagir à la projection de nombreuses diapositives (nous entendons le bruit si significatif du changement de photographie à quelques reprises dans l’extrait ci-dessus).

Plusieurs fois lors de l’enregistrement, Madame Pontvianne et ses interlocuteurs évoquent la Première Guerre Mondiale comme une période « charnière » au cours de laquelle la mode vestimentaire aurait particulièrement évolué. Si la pudeur empêche de temps à autre de détailler davantage ces métamorphoses (féminines), certaines pièces sont toutefois détaillées : raréfaction du corset, apparition du soutien-gorge – et ses prémices ! -, du manteau, les jupes se font plus souples… et création du fameux « costume tailleur » dont il est question dans les extraits choisis. Ce qui change fondamentalement ? L’apparition d’éléments jugés plus « masculins » dans la garde-robe des femmes.

Les causes de ce changement apparaissent clairement : appelées à contribuer à l’économie du pays pendant la Première Guerre Mondiale, les femmes ont massivement « remplacé » les hommes partis au front dans les hôpitaux, les champs, les usines, les administrations… Les toilettes d’autrefois, jugées peu pratiques, ont donc subi quelques aménagements. En outre, les pénuries touchent également le secteur du textile : il s’agit alors d’imaginer des vêtements moins chargés, de les raccourcir légèrement… Enfin, l’industrie américaine influence, ou en tous cas accompagne ce glissement en faisant découvrir à l’Europe de nouvelles matières et de nouvelles formes.

Si ces changements sont en effet notables, ils ont aussi fait l’objet d’un affolement certain à l’époque… et d’une légère exagération dans la presse française.

« Prends garde au môme… hein ! » – Dessin publié dans La Baïonnette, n° 124, 15 novembre 1917 – in J.-M. PINCHEDEZ et J.-M. DELAIRE, Vivre et faire vivre la guerre

En réalité, comme le rappellent Maude Bass-Krueger et Sophie Kurkdjian, historiennes et commissaires de l’exposition « Mode & Femmes / 14-18 » qui ouvrira ses portes à la Bibliothèque Forney à Paris le 28 février prochain, « seules celles qui sont de l’industrie de l’armement et fabriques les obus portent parfois des combinaisons d’homme, parce que leurs jupes flottantes sont dangereuses » (entretien accordé au Magazine Causette actuellement en kiosque). L’émancipation est donc contenue. Mais la liberté de mouvement  des femmes,  acquise entre autre par le trousseau, est elle en bonne voie !

Pour aller + loin :

Crédits photo : Photo libre de droits de Mike Bird – Pixabay