Archives de catégorie : Billets

Fonds des Amis du Vieux Saint-Étienne

L’archive de la semaine a un peu tardé…depuis 2 semaines ! Quelques jours de congés, une nouvelle recrue dans l’équipe (la bienvenue à Capucine Jaussaud !) et nous revoici dans la ronde.

Cette semaine, nous avons entamé le catalogage d’un nouveau fonds rassemblant des enquêtes enregistrées  entre 1993 et 1994 par le collectif des “Amis du Vieux Saint-Étienne”, conservées aux Archives Municipales de Saint-Étienne. S’il n’y est pas question spécifiquement de musique, on retrouve dans le contenu de cette collection orale l’un des axes structurants des activités documentaires du CMTRA, à savoir son intérêt pour les questions mémorielles et la mise en résonance des différents récits individuels et collectifs qui composent l’histoire locale d’un territoire ; une histoire rarement univoque, parfois faite de conflits de représentation, d’ellipses et de non dits plus ou moins conscients ; une mémoire vivante, en constante renégociation.

Les dialogues recueillis lors de ces enquêtes mettent en lumière l’histoire sociale, politique et en particulier ouvrière de Saint-Etienne. Les informateurs y évoquent les spécificités de langage et des métiers « d’autrefois », mais aussi les souvenirs et les traces du bombardement du  26 mai 1944, de la catastrophe minière de la Chana le 21 janvier 1942, de la mode vestimentaire d’antan ou de l’histoire des marchés de quartier.

A l’époque où Anne-Catherine Marin, principale enquêtrice et auteure de cette collection sonore, tend son micro aux Amis du Vieux Saint-Etienne, elle est encore  conservatrice aux Archives municipales. Les membres les plus actifs de l’association avaient décidé de mettre en place des “ateliers-mémoire” réguliers afin de poursuivre le travail mémoriel qui était leur fer de lance depuis les premiers pas de ce collectif, en 1930. Il en résulte une série d’enregistrements réalisés sur le modèle de l’arroseur-arrosé : au-delà du contenu historique des témoignages des informateurs, c’est également de la documentation sur l’histoire de cette société d’historiens locaux qu’Anne-Catherine Marin a permis de rassembler.

Car cette “amicale” a eu une importance cardinale dans l’écriture de l’histoire stéphanoise. Aujourd’hui renommée Histoire et Patrimoine de Saint-Étienne, sa création remonte à la fin de l’année 1929, à une époque où d’importants travaux d’urbanismes sont entrepris au sein d’un vieux quartier de Saint-Étienne, entraînant d’importantes démolitions. L’idée germe alors de sauvegarder certains éléments d’architecture et de réaliser des photographies de la zone prête à tomber. Cet objectif verra notamment son aboutissement en 1932 avec l’édification d’un musée, toujours en activité. Très énergique, l’association ne s’arrête pas là : elle développe entre autres depuis 1936 une revue trimestrielle, Saint-Étienne, histoire et mémoire, et dispose d’un département d’action culturelle à travers duquel elle organise des conférences, et des animations en milieu scolaire…

Ce travail sur le fonds des Amis de Saint-Etienne est aussi l’occasion de mettre en lumière le rôle d’Anne-Catherine Marin quant à son implication pour une meilleure prise en compte du témoignage oral et de l’archive sonore au sein des institutions qu’elle a fréquentées au cours de sa longue carrière. Conservatrice des Archives municipales de Lyon, Anne-Catherine Marin avait été interviewée par le CMTRA en 2003 à ce sujet et l’article, « La face humaine des archives orales », toujours disponible ici, est un exemple de cet engagement fort en la matière.

Dans la piste sonore à l’écoute ci-dessus, trois extraits :  
– un aperçu de l’organisation des ateliers-mémoires mis en place par l’association ;
– quelques indications méthodologiques d’Anne-Catherine Marin
– et un court échange entre Anne-Catherine Marin et l’une des informatrices de l’atelier sur l’importance du témoignage oral. 

Pour en savoir +  : 

Visuel : photo libre de droit de Drippy Cat

Appel à publication autour de la rumba congolaise

Musique populaire, esthétique et poïétique : parcours des formes et quête du sens dans la rumba congolaise

Le décès du chanteur Papa Wemba a remis à l’ordre du jour la question de la patrimonialisation de la rumba congolaise dont Kinshasa demeure le lieu d’expression par excellence. Cette musique se donne à lire comme un puissant facteur d’identité, d’identification et de transformation de la société congolaise qu’elle reflète autant qu’elle en constitue le produit. L’ouvrage qui se situe à la croisée des disciplines scientifiques et des thèmes se donne pour objectif de dégager les harmoniques variées de cette musique.

LIRE L’ARGUMENTAIRE COMPLET

Les propositions de contributions en français ou en anglais (300 mots environ), accompagnées d’une courte biographie (5 lignes) seront analysées et sélectionnée par le comité scientifique. Elles sont à renvoyer avant le 30 août 2016 à l’adresse suivante : rumbardcongo2016@gmail.com.

Visuel : capture d’écran de l’entretien vidéo dans “Couleurs tropicales” publié par RFI le 25 avril 2016

Tchestit praznik

Cette semaine, nous vous proposons l’écoute d’une chanson issue du répertoire traditionnel bulgare interprétée par le groupe Harmonie et enregistrée par le CMTRA au CCVA de Villeurbanne lors de la fête nationale bulgare du 3 mars 2010 organisée par l’association Rhône-Alpes Bulgarie .

L’immigration bulgare en France débute dès la première moitié du 20e siècle et a grandement contribué, au côté de nombreuses autres communautés, au fonctionnement de la machine industrielle en temps de guerre. L’association Rhône-Alpes Bulgarie, basée à Villeurbanne, existe officiellement depuis 2004 mais fonctionne de manière informelle depuis 1998 grâce à l’initiative de quelques citoyens bulgares. Elle compte, au moment de l’enregistrement en en 2010, plus de 300 membres adhérents qui représentent une communauté de 2000 étudiants et d’environ 1300 familles.

La fête nationale de la libération bulgare est le symbole de l’émancipation du peuple bulgare le 3 mars 1878 après une domination ottomane de près de trois siècles débouchant sur une guerre meurtrière qui dura plus d’un an. La coutume veut que, quelques jours avant cette occasion, les bulgares célèbrent la martenitsa, en référence à la légende de Khan Asparoukh : les participants s’offrent des fils blancs et rouges tressés en forme de bracelets, de pompons,  ou de colliers pour se souhaiter santé et bonheur et fêter la venue du printemps. Le jour de la célébration du 3 mars, à Villeurbanne, la communauté bulgare honore cette tradition.

La musique bulgare, très variée selon les régions et périodes de l’année,  s’inscrit dans le vaste répertoire issu des balkans et très fortement imprégné d’une influence turque-ottomane. Une des particularités de ce folklore musical bulgare est d’avoir très tôt suscité un intérêt savant sous fond idéologique. Transcrite vers le milieu du XIXe siècle, cette musique folklorique a fait l’objet de grandes collectes dès le début du XXe siècle. Les travaux de recherche qui en découlent ont permis de sauvegarder, à travers des recueils colossaux (ceux de musicologues connus tels qu’Atanas Badev, Dobri Christov…), la mémoire d’un répertoire ancien qui ne sera pourtant plus joué quelques décennies plus tard. Ces recueils permettront également l’exportation du répertoire à d’autres pays européens (notamment à travers l’oeuvre du compositeur Béla Bartók et ses “mesures bulgares”). L’apport de Stoyan Dzhudzhev, ethnomusicologue reconnu qui étudiera à Paris jusqu’au début des années 30, est également essentiel. Il théorisera cette musique traditionnelle, et inspirera, par la justesse de sa méthode, de nombreux chercheurs en musicologie sur le terrain des Balkans.

Les musiques bulgares, qui, tout comme les danses, n’émanent pas des mêmes sytèmes métriques que les répertoires dits “occidentaux” d’Europe de l’Ouest,  sont caractérisées par le rythme aksak aux mesures asymétriques. Ce rythme permettant une grande liberté de jeu inspirera de nombreux musiciens contemporains sans pour autant que ces derniers soient affiliés au mouvement traditionnel (notamment la génération rock 70’s).

Pour aller plus loin …
> L’article de Nikolai Kaufman, « L’ethnomusicologie bulgare » : les informations de ce billet en sont en grande partie issues.
> La rencontre du CMTRA avec Elsa Ille autour des musiques des Balkans à Villeurbanne.
> La rencontre du CMTRA avec Dimitrina Bertrand, chanteuse bulgare.

Visuel : “Blossoming Magnolia full of tied Martenitsi

Fonds Charles Joisten

Dans le cadre du réseau régional des archives sonores , le CMTRA, en collaboration avec le Musée dauphinois de Grenoble, se lance dans la documentation d’une partie du fonds Charles Joisten, qui sera peu à peu catalogué sur le portail régional du patrimoine oral : une quinzaine d’heures enregistrées de récits de vie et coutumes, de légendes, de chansons populaires (dont certaines en patois du domaine franco-provençal et occitan) et collectées en territoire rhodanien (majoritairement en Isère) entre 1957 et 1980.

En 1975, Mme Simone Benoit de Montagny, Planay (Savoie, 73) interprète les Vêpres de Montagny en patois savoyard du domaine franco-provençal

Conservateur du Musée dauphinois de 1970 à 1981, Charles Joisten  (1936-1981) est également fondateur de la revue Le monde alpin et rhodanien. Tout au long de sa carrière d’ethnologue et de folkloriste, il mène des recherches et collectages dans le champ des traditions populaires orales (notamment celles des contes et légendes fantastiques), principalement en territoires alpins de Savoie et de Dauphiné. Pendant plus de 25 ans, épaulé par son épouse, Alice Joisten, professeur de musique qui poursuivra l’œuvre de son mari après son décès, Charles Joisten a constitué l’un des fonds les plus riches jamais réalisé en France dans le domaine des traditions orales populaires.

Récompensé par la redécouverte d’une centaine de contes et de milliers de récits légendaires, Charles Joisten va donner une nouvelle visibilité à une société rurale, encore très active car peu touchée par la désertification, dans laquelle la tradition orale est toujours présente (dans les décennies 50 et 60).  Plus que le simple recueil de récits, contes, légendes ou chansons, le fonds Joisten révèle une réalité sociale historique dont la mémoire subsiste essentiellement par la présence d’informateurs nés avant la guerre de 14-18.  Entre les légendes et récits contés par les habitants, les interludes sont des conversations décomplexées et s’avèrent être des ruches d’informations ethnologiques autour d’une vie rurale en pleine révolution.  Les contes eux-mêmes sont de formidables outils de compréhension des sociétés qui les racontent: les petits détails, les anecdotes, empruntent à la vie quotidienne des villages et se glissent souvent dans les trames de récits pour éclairer un peu plus sur la réalité historique et quotidienne des territoires vécus.  

Charles Joisten a également eu un apport considérable dans la mise en avant de la diversité de ce qui fait “conte” en territoires ruraux. Alors qu’il demande à ses informateurs de lui en conter, il est confronté à de nombreux récits qui ne répondent pas à cette définition du conte. Un autre type de récit intéresse particulièrement Charles Joisten : les récits légendaires, des histoires auxquels les habitants, et particulièrement celui qui le raconte, sont censés croire, mettant en scène des personnages voisins, des lieux connus de tous, ils ne sont pas perçus comme fictionnels. Plus spécifiquement, Charles Joisten s’est focalisé sur les récits légendaires incluant des personnages fantastiques : des hommes sauvages, des esprits, le diable, des revenants… S’ils nous paraissent peu vraisemblables ces récits au style peu structuré témoignent de l’étendue, de la richesse, des croyances et superstitions.

En hommage à l’héritage patrimonial laissé par le travail de l’ethnologue, en mémoire du conservateur qui a très tôt donné une place aux archives sonores alors peu valorisées en muséographie, le Musée Dauphinois a édité 5 volumes regroupant l’œuvre de Charles Joisten : Patrimoine narratif de l’Isère (2005) ; Patrimoine narratif des Hautes‐Alpes (2006) ; Patrimoine narratif de la Drôme (2007) ; Patrimoine narratif du département de la Savoie (2009) ; et Patrimoine narratif du département de la Haute‐Savoie (2010).

Visuel : Charles Joisten 

Paysage sonore : le son des cloches

Les cloches, véritables marqueurs sonores des territoires, bien qu’elles ne bercent plus notre quotidien, ont fait l’objet de nombreuses études menées par des érudits aguerris, des amateurs passionnés, également dans le cadre de recherches scientifiques. Alain Corbin est l’un des premiers chercheurs à avoir étudié le son des cloches sous un angle historique et ethnologique sensible. Dans son ouvrage Les cloches de la Terre, paysage sonore et culture sensible dans les campagnes au XIXe siècle, datant de 1994, l’auteur présente l’acoustique des campagnes du passé et participe ainsi à ouvrir un pan de recherche en Histoire sensorielle, aujourd’hui en expansion, auquel le CMTRA porte un intérêt particulier. Le Centre de recherche sur l’espace sonore & l’environnement urbain (CRESSON), basé à Grenoble participe notamment à l’enrichissement du nombre de captations et de connaissances  accumulées autour des sons de cloches en espace rural et urbain. European Sounds à travers ce billet, en partage quelques uns.

Jusqu’au siècle dernier le son des cloches servait d’indicateur temporel, rythmant les étapes de la vie quotidienne des habitants et les évènements remarquables. Chaque temps avait sa cloche,  chaque village, chaque famille. Le travail artisanal permettait de rendre chacun de ces sons unique, et les habitants, malgré toute la diversité audible, étaient capables de discerner les différents types, cadences et harmonies des cloches. Particulièrement codifié, le monde campanaire était le reflet des identités communautaires  jusqu’au 20ème siècle. Désormais, le bruit des moteurs a débordé sur le carillon, le tocsin, l’Angélus, la sonnaille, et les systèmes technologiques ont remplacé le rôle initial de la cloche. Si elle a perdu sa fonction sociale, elle est aujourd’hui partie intégrante du patrimoine, et continue d’être produite et échangée dans les campagnes, affectée d’une forte dimension symbolique. Le paysage sonore des territoires ruraux n’a certes  rien de comparable à ce qu’il a pu être au siècle dernier, il est cependant encore fréquent de percevoir la présence des cloches, en particulier celles de l’église ou celles des lieux d’élevage.

Pour aller plus loin…
> Europeana Sounds présente le Cresson dont les enregistrements sont hébergés sur cette base de données.
> La plateforme Hypothèse du Cresson 

Visuel : Détails de cloche en bronze portant la marque Obertino, mai 1991, Pierre Laurence. CC BY-NC