Archives de catégorie : Billets

Comment s’abonner ?

Sachez-le : il est possible de s’abonner à ce carnet afin de recevoir un mail à chaque nouvelle publication.

Mode d’emploi : 

  • Connectez-vous sur le site d’Open Editions. En suivant le lien, vous tomberez directement sur la page « Alertes et abonnements »
  • Au bas du texte qui apparaît (« A propos du Service d’Abonnement »), cliquez sur l’encadré grisé « Créer un compte »
  • Renseignez les champs demandés puis cliquez sur « Inscription au système d’alerte » pour valider votre compte. Attention, vous êtes obligés de mentionner une structure de rattachement !
  • Vous recevez à l’adresse mail indiquée un courriel de confirmation. Cliquez sur le lien indiqué et rentrez votre adresse mail ainsi que le mot de passe que vous aviez choisi puis cliquez sur « me connecter »
  • En arrivant sur la page, vous pourrez cliquer sur l’un des encadrés grisés « Nouvel abonnement ».
  • Choisissez : « Hypothèses.org » puis, dans le menu déroulant, cherchez la mention « Musiques, territoires, interculturalité » et cochez-le.
  • Choisissez la périodicité des mails ainsi que le nombre de résultats à afficher par mail puis cliquez sur « Enregistrer en tant qu’abonnement ».

Vous êtes désormais abonné à notre carnet Hypothèses !

Crédits photo : Mail Boxes de Elljay sur Pixabay

Appel à plumes !

Depuis le début de l’année 2016, l’équipe du CMTRA sélectionne chaque semaine une archive sonore cataloguée au sein du portail régional du patrimoine oral,  et lui consacre un court article publié en ligne sur ce carnet de recherche. Du Rigodon ardéchois au Sabar sénégalais en passant par l’histoire industrielle de Saint-Étienne, ces « archives de la semaine » permettent de mettre en lumière la richesse des collections sonores produites et conservées en Auvergne Rhône-Alpes, qui n’ont que rarement l’occasion d’arriver jusqu’aux oreilles du grand public.

En 2017, cette rubrique de notre carnet de recherche devient participative et ouverte à toutes les plumes ! Pour publier votre archive de la semaine, il vous suffit de :

  • Vous connecter au portail régional du patrimoine oral,
  • Parcourir les collections sonores mises en ligne
  • Choisir un entretien, un chant, un air instrumental, un paysage sonore qui vous interpelle
  • Rédiger un court article (entre 700 et 1200 mots) proposant votre regard sur cette archive, que vous soyez amateur, connaisseur, étudiant, chercheur, musicien ou autre ;
  • L’envoyer à antoine.saillard@cmtra.org en format .doc, accompagné d’ un visuel libre de droit
  • Votre billet sera mis en page et publié par nos soins !

Pour vous inspirer : plus de quarante archives de la semaines ont déjà été publiées. Pour les consulter, CLIQUER ICI et revenez régulièrement pour découvrir les nouveaux arrivages !

Pour toute question ou suggestion concernant les archives de la semaine, n’hésitez pas à nous contacter :
04 78 70 45 47 // antoine.saillard@cmtra.org

Mère, mettez le chat à cuire !

Explorer pour la toute première fois la Base interrégionale du Patrimoine oral réserve bien des surprises. Ce fut le cas de Capucine, dernièrement entrée dans l’équipe du CMTRA qui, après avoir proposé un article sur certains rites funéraires a décidé de se concentrer sur une archive de la semaine un peu plus légère !

Derrière les très sérieuses enquêtes et collectes menées ou cataloguées par le CMTRA l’on trouve quelques pépites – non moins intéressantes ! – qu’il serait dommage de ne pas partager avec le plus grand nombre. Enregistrée par Sylvestre Ducaroy, la chanson Mère, mettez le chat à cuire en fait partie. Son titre prête à sourire, inévitablement, et quand l’on cherche à en savoir un peu plus, ce que les méandres du net nous révèlent en vaut tout autant.

Interprétée d’abord à la vielle puis a cappella (et l’on vous conseille d’écouter jusqu’au bout) par Aymé Pommateau, le chat devient « os » dans la version dont le CMTRA dispose. Mais, comme tout répertoire de tradition orale, les interprétations diffèrent (mélodies, rythmes, ornementations, paroles) et l’on trouve sur la toile d’autres variations où le chat refait surface.

Les paroles :

Mère mettez l’os à cuire
Car le galant que vint
Faut ben qu’on l’en régale
Le premier gars qui vint 

Nous trouvons également les paroles suivantes, d’après la version d’Hélène Deflisque, enregistrée à Cheylade (15) par Didier Huguet dans les années 1990 :

Bòta lo chat cuèire, maire
Bòta lo chat cuèire
E regalarem
Lo galant de nòstra ainada E regalarem
Lo galant que vai venir 

Traduction :

Mets le chat à cuire, Maman
Mets le chat à cuire
Et on régalera
Le galant de notre aînée
Et on régalera
Le galant qui va venir 

Evidemment, taper « Mettez le chat à cuire » sur votre moteur de recherche préféré donne lieu à quelques correspondances toutes aussi amusantes.

Où l’on tombe sur le site de l’Oulipo qui propose par exemple 1000 manières de cuire un chaton :

« Mettre votre chaton dans l’eau froide et la porter à ébullition. Prévoyez deux heures de cuisson à petits bouillons. Ajouter les légumes au bout d’une heure et veillant bien de mettre d’abord les carottes dont le temps de cuisson est plus long »

Mais aussi sur cette question, qui finit par nous tarauder : « Est-il légal de manger son chat » ? Heureusement qu’internet a réponse à tout…!

Visuel :
Photo libre de droit – SimonaR

Fonds des Amis du Vieux Saint-Étienne

L’archive de la semaine a un peu tardé…depuis 2 semaines ! Quelques jours de congés, une nouvelle recrue dans l’équipe (la bienvenue à Capucine Jaussaud !) et nous revoici dans la ronde.

Cette semaine, nous avons entamé le catalogage d’un nouveau fonds rassemblant des enquêtes enregistrées  entre 1993 et 1994 par le collectif des « Amis du Vieux Saint-Étienne », conservées aux Archives Municipales de Saint-Étienne. S’il n’y est pas question spécifiquement de musique, on retrouve dans le contenu de cette collection orale l’un des axes structurants des activités documentaires du CMTRA, à savoir son intérêt pour les questions mémorielles et la mise en résonance des différents récits individuels et collectifs qui composent l’histoire locale d’un territoire ; une histoire rarement univoque, parfois faite de conflits de représentation, d’ellipses et de non dits plus ou moins conscients ; une mémoire vivante, en constante renégociation.

Les dialogues recueillis lors de ces enquêtes mettent en lumière l’histoire sociale, politique et en particulier ouvrière de Saint-Etienne. Les informateurs y évoquent les spécificités de langage et des métiers « d’autrefois », mais aussi les souvenirs et les traces du bombardement du  26 mai 1944, de la catastrophe minière de la Chana le 21 janvier 1942, de la mode vestimentaire d’antan ou de l’histoire des marchés de quartier.

A l’époque où Anne-Catherine Marin, principale enquêtrice et auteure de cette collection sonore, tend son micro aux Amis du Vieux Saint-Etienne, elle est encore  conservatrice aux Archives municipales. Les membres les plus actifs de l’association avaient décidé de mettre en place des « ateliers-mémoire » réguliers afin de poursuivre le travail mémoriel qui était leur fer de lance depuis les premiers pas de ce collectif, en 1930. Il en résulte une série d’enregistrements réalisés sur le modèle de l’arroseur-arrosé : au-delà du contenu historique des témoignages des informateurs, c’est également de la documentation sur l’histoire de cette société d’historiens locaux qu’Anne-Catherine Marin a permis de rassembler.

Car cette « amicale » a eu une importance cardinale dans l’écriture de l’histoire stéphanoise. Aujourd’hui renommée Histoire et Patrimoine de Saint-Étienne, sa création remonte à la fin de l’année 1929, à une époque où d’importants travaux d’urbanismes sont entrepris au sein d’un vieux quartier de Saint-Étienne, entraînant d’importantes démolitions. L’idée germe alors de sauvegarder certains éléments d’architecture et de réaliser des photographies de la zone prête à tomber. Cet objectif verra notamment son aboutissement en 1932 avec l’édification d’un musée, toujours en activité. Très énergique, l’association ne s’arrête pas là : elle développe entre autres depuis 1936 une revue trimestrielle, Saint-Étienne, histoire et mémoire, et dispose d’un département d’action culturelle à travers duquel elle organise des conférences, et des animations en milieu scolaire…

Ce travail sur le fonds des Amis de Saint-Etienne est aussi l’occasion de mettre en lumière le rôle d’Anne-Catherine Marin quant à son implication pour une meilleure prise en compte du témoignage oral et de l’archive sonore au sein des institutions qu’elle a fréquentées au cours de sa longue carrière. Conservatrice des Archives municipales de Lyon, Anne-Catherine Marin avait été interviewée par le CMTRA en 2003 à ce sujet et l’article, « La face humaine des archives orales », toujours disponible ici, est un exemple de cet engagement fort en la matière.

Dans la piste sonore à l’écoute ci-dessus, trois extraits :  
– un aperçu de l’organisation des ateliers-mémoires mis en place par l’association ;
– quelques indications méthodologiques d’Anne-Catherine Marin
– et un court échange entre Anne-Catherine Marin et l’une des informatrices de l’atelier sur l’importance du témoignage oral. 

Pour en savoir +  : 

Visuel : photo libre de droit de Drippy Cat

Appel à publication autour de la rumba congolaise

Musique populaire, esthétique et poïétique : parcours des formes et quête du sens dans la rumba congolaise

Le décès du chanteur Papa Wemba a remis à l’ordre du jour la question de la patrimonialisation de la rumba congolaise dont Kinshasa demeure le lieu d’expression par excellence. Cette musique se donne à lire comme un puissant facteur d’identité, d’identification et de transformation de la société congolaise qu’elle reflète autant qu’elle en constitue le produit. L’ouvrage qui se situe à la croisée des disciplines scientifiques et des thèmes se donne pour objectif de dégager les harmoniques variées de cette musique.

LIRE L’ARGUMENTAIRE COMPLET

Les propositions de contributions en français ou en anglais (300 mots environ), accompagnées d’une courte biographie (5 lignes) seront analysées et sélectionnée par le comité scientifique. Elles sont à renvoyer avant le 30 août 2016 à l’adresse suivante : rumbardcongo2016@gmail.com.

Visuel : capture d’écran de l’entretien vidéo dans « Couleurs tropicales » publié par RFI le 25 avril 2016