Tous les articles par cmtra

La boulangère a des écus

Après l’appel à la désobéissance du fameux « Mon papa ne veut pas que je danse la polka » et la portée politique de « J’ai du bon tabac« , continuons cette semaine à décortiquer les  chants enfantins et autres comptines, avec la fameuse chanson « La boulangère a des écus »

******

A l’été 1981, Agnès et Sylvestre Ducaroy sont à Salavre dans l’Ain, en compagnie d’Aymé Pommateau. Parmi les nombreux airs qu’il interprète à la vielle à roue et au micro de ce duo fondateur des « Musiciens Routiniers » bressans, se trouve « La boulangère a deux écus »

« La boulangère a deux écus », interprété à la vielle à roue puis chanté par Aymé Pommateau – voir la notice complète ici

À en croire la requête faite au sein de la Base interrégionale du patrimoine oral, qui affiche 187 notices à la requête « boulangère a des écus », cette chanson n’était pas chantée que dans l’Ain. Elle jouissait d’un grand succès chez nos aïeux de la France entière, qui la chantaient tant en Vendée qu’en Normandie. Aujourd’hui encore, « la boulangère » est fameuse ! Les jeunes parents qui nous lisent l’auront sûrement reconnue tant on la retrouve souvent sur les CD de comptines et chansons enfantines. Certaines versions ont même été écoutées près d’un million de fois sur Youtube. Les personnels des crèches et des écoles y ont également souvent recours, pour faire danser les rondes aux enfants. D’ailleurs, nous dit Aymé Pommateau, lors des noces et des veillées, l’on dansait souvent la ronde de la boulangère.

Description de la ronde de la boulangère, par Aymé Pommeteau – voir la notice complète ici

Mais, malgré toutes ces explications et les premières paroles entonnées par Aymé Pommateau dans le premier extrait, la signification du texte de la chanson demeure bien mystérieuse. Une question surtout  reste en suspens : si nous avons bien compris que ses écus ne lui coûtent guère, à la boulangère, Aymé ne nous dit pas où elle les a eu. Pour le découvrir, il faut revenir à la genèse de la chanson.

Elle a été écrite dans la première moitié du XVIIIe siècle par  Pierre Gallet, chansonnier et co-fondateur de la société du Caveau. Le Caveau était, selon Brigitte Level qui lui a consacré sa thèse, autant une « société bachique et chantante » qu’un haut lieu de la « création littéraire collective ». S’y côtoyaient d’illustres chansonniers (Pierre Gallet, Alexis Piron…), compositeurs (Jean-Philippe Rameau) et dramaturges (La Bruère, Fagan) dans une ambiance épicurienne.

Connaissant désormais le cadre dans lequel a été composée cette chanson, il n’y a rien d’étonnant à ce que les paroles originales n’aient rien d’enfantin. Jugez plutôt :

La boulangère a des écus
Qui ne lui coûtent guère.
La boulangère a des écus
Qui ne lui coûtent guère.

Elle en a, je les ai vus,
J’ai vu la boulangère aux écus
J’ai vu la boulangère.

Et d’où viennent tous ces écus,
Charmante boulangère ?
Et d’où viennent tous ces écus,
Charmante boulangère ?

Ils me viennent d’un gros Crésus
Dont je fais bien l’affaire, vois-tu,
Dont je fais bien l’affaire.

À mon four aussi sont venus
De galants militaires.
À mon four aussi sont venus
De galants militaires.

Moi je préfère les Crésus
À tous les gens de guerre, vois-tu,
À tous les gens de guerre.

Des petits maîtres sont venus
En me disant : « Ma chère,
Des petits maîtres sont venus
En me disant : « Ma chère

Vous êtes plus belle que Vénus. »
Je n’les écoutai guère, vois-tu,
Je n’les écoutai guère.

Des abbés coquets sont venus
Ils m’offraient pour me plaire
Des abbés coquets sont venus
Ils m’offraient pour me plaire

Des fleurettes au lieu d’écus.
Je les envoyai faire, vois-tu
Je les envoyai faire.

Ses écus, la boulangère les tient donc d’un « gros Crésus », à qui « [elle] fait bien l’affaire » ! La seconde partie de la chanson va encore plus loin dans le grivois, en filant une métaphore boulangère du meilleur goût. Le prétendant de la boulangère, tout en reconnaissant  qu’ « [il n’est] pas un Crésus » lui assure ainsi :

Mais mes talents sont bien connus
Boulanger de Cythère, vois-tu
Boulanger de Cythère.

Je pétrirai le jour venu
Notre pâte légère.
Je pétrirai le jour venu
Notre pâte légère.

Et la nuit, au four, assidu
J’enfournerai, ma chère, vois-tu
J’enfournerai, ma chère

Eh bien ! épouse ma vertu,
Travaille de bonne manière.
Eh bien ! épouse ma vertu,
Travaille de bonne manière.

Et tu ne seras pas déçue
Avec moi boulangère, aux écus !
Avec moi boulangère.

La boulangère a des écus
Qui ne lui coûtent guère.

Loin de nous l’idée de nous lancer dans une explication de texte détaillée… On comprend cependant pourquoi en 1958, enregistrant le 8e volume des « Rondes et chansons de France » Lucienne Vernay  édulcora quelque peu les paroles. Plus étonnant, les versions enregistrées ces dernières années sont revenues aux paroles originales de Pierre Gallet, telle celle-ci, accompagnée d’une animation toute naïve :

Pour en savoir + :

  • Évelyne Resmond-Wenz, Rimes et comptines. ERES, 2008 (l’introduction en ligne sur cairn.info)
  • Brigitte Level Brigitte, « Poètes et musiciens du caveau« , Cahiers de l’Association internationale des études francaises, 1989, n°41. pp. 161-176
  • L’émission de France Culture « Chanson Boum » sur la Société du Caveau

Crédits photos : Bibliothèque Nationale de France

Les vêpres de Montagny

L’archive de la semaine revient aujourd’hui dans l’immense fonds de Charles Joisten, conservé au Musée Dauphinois et dont un petit corpus musical a été mis en ligne en 2016 sur le Portail Régional du Patrimoine Oral.

Direction les montagnes savoyardes pour écouter les Vêpres de Montagny, chant satirique en francoprovençal
interprété par Simone Benoit.

*******

En mai 1975, Charles Joisten et l’érudit savoyard Marius Hudry posent leur micro au Planay en Savoie, chez Simone Benoit. Âgée de 63 ans à l’époque, celle-ci leur interprète les Vêpres de Montagny, une chanson en dialecte savoyard qu’elle avait apprise enfant.

Les Vêpres de Montagny, chantées par Simone Benoit – retrouvez la notice complète ici

Cette parodie de chant religieux, chantée à la manière d’un chant grégorien, reprend une chanson satirique qui évoque un dialogue entre un père et son fils, en pleine préparation du mariage de celui-ci. Georges (Dzourrdzô) imagine un mariage des plus fastueux, qu’il oppose au fruste de celui de son père. Voici par exemple le couplet sur la robe de la mariée :

Que vâh’ açhta c’min rrôb’ a ta fena

Dzourrdzô mon fis ,

Que vâh’ açhta c’min rrôb’ a ta fena

Dzourrdzô mon ami?

Na bèla rrôb in soué blantsé

pâré qu’in pinsâ-vô?

Non pa na rrôba de drêt

mon vôz é fé vô.

Que vas-tu acheter comme robe à ta femme

Georges mon fils,

Que vas-tu acheter comme robe à ta femme

Georges mon ami?

Une belle robe en soie blanche

père qu’en pensez-vous?

Non pas une robe de drap

comme vous avez fait vous?

Chaque couplet de la chanson est construit de la même manière, et décline tous les préparatifs du mariage : du choix de la femme (« Na bèla dzouin-na fèna […] Non pa na vèyé gèrbiche » / « Une belle jeune femme […] Non pas une vieille gribiche »), à la maison (« Na p(t)chita méson […] Non pa le cârro du bô » / « Une petite maison […] Non pas le coin de l’étable ») en passant par les chaussures, le chapeau et les boucles d’oreille de la mariée.

Parmi les nombreux couplets chantés par Simone, insistons tout de même sur celui relatif aux invités :

Tanta Yonie qu’y a guéyar de sou…

Non pa l’incroua de Montégny qui no lésera pas danhié

Tante Léonie qui a beaucoup de sous…

Non pas le curé de Montagny qui ne nous laissera pas danser

Ce couplet fait écho à d’autres vêpres parodiques où « le comique de la situation se double d’un comique mélodique puisque l’air qui supporte les paroles est une parodie de Vêpres » (Françoise Etay, « Moqueries limousines. Chansons en pays rebelle » ). Non content de moquer le curé, on le fait sur un air religieux !

Simone Benoit se remémore avoir appris cette chanson d’une vieille dame, qui filait sa laine dans l’écurie d’un hameau voisin. Les enfants du coin avaient alors l’habitude d’aller la regarder travailler, et surtout l’écouter chanter ses complaintes. « C’était notre grande distraction » se souvient-elle.

Commentaires sur le patois par Simone Benoit – voir la notice complète ici

L’évocation des circonstances dans lesquelles Simone a appris les Vêpres de Montagny conduisent naturellement la discussion sur la question du patois. Ou plutôt des patois, car le patois de la vieille dame n’était pas celui du Planay : quand Simone parle ce patois à son mari, il lui réponds que « ça, c’est le patois du Champ Béranger ». Variations de la langue dans l’espace donc, mais aussi dans le temps. Ainsi Simone,  à propos de la langue de la vieille dame, se souvient : « Puis alors, elle avait un patois, vous savez, un patois qu’on dit plus, nous maintenant » .

Là réside toute la richesse des répertoires en francoprovençal, auxquels nous avons consacré le 22ème Atlas Sonore du CMTRA en 2012 : langue de transmission orale, elle est constamment enrichie, modifiée, infléchie par ceux qui, à l’instar de Simone Benoit, la font vivre et la transmettent.

Pour aller + loin :

Crédits photos : ardulei – Pixabay

The Global Jukebox

Depuis une vingtaine d’années, à la faveur du développement spectaculaire d’Internet, la question de la mise en ligne de documents patrimoniaux est devenue incontournable pour quiconque s’intéresse de près ou de loin à la conservation et à la mise à disposition du patrimoine. Formidable outil de valorisation, la mise en ligne pose également des questions épistémologiques de taille, et contraint les acteurs du champ patrimonial à repenser leurs pratiques professionnelles (à ce sujet, voyez notamment ce numéro de la revue RESET).

Nous vous parlions ainsi, il y a déjà plus d’un an, de la mise en ligne de milliers d’enregistrements par la Library of Congress. L’ampleur de la base de données mise à disposition des internautes avait alors fait figure d’événement, et la Library of Congress n’avait pas hésité à parler de « la plus grande collection d’enregistrements historiques de tous les temps ».

Désormais, les internautes peuvent également compter sur un autre projet d’envergure : « The global jukebox ». Ce site internet est l’aboutissement d’un immense travail collaboratif de collectage et d’analyse, sous la direction de l’anthropologue Conrad Arensberg et du folkloriste Alan Lomax. Ce dernier, qui est sans nul doute le collecteur de musique le plus célèbre chez les néophytes du fait de la longévité de son travail (il commence sa carrière en 1933, aux côtés de son père, John Avery Lomax) et de l’immensité des fonds qu’il a constitué pendant près de 70 ans, a très tôt investi les champs de l’informatique et d’internet. Dès le début des années 1990, il se réjouissait des potentialités qu’offraient les nouvelles technologies pour « préserver et revigorer toute la richesse culturelle de l’humanité« . Il a ainsi passé les vingt dernières années de sa carrière a construire ce projet, qu’il envisageait comme « le premier programme éducatif et démocratique qui n’ai jamais été mis en place, en ce qu’il contient la culture de tout le monde ».

Aujourd’hui mis en ligne par ses héritiers et collègues de l’Association for Cultural Equity, « The global Jukebox » se présente sous la forme d’un portail interactif qui  permet de naviguer géographiquement dans des collections de musiques, danses et traditions orales enregistrées au quatre coins du globe. Il s’inscrit ainsi dans le champ plus vaste des «cartographies sonores», qui ont fait l’objet d’une journée interprofessionnelle organisée par le CMTRA et le CRESSON en décembre dernier (dont voici le compte rendu).

Le site est pensé autour d’un double projet : une banque de données à disposition de la communauté scientifique, dotée notamment d’outils d’études comparatifs élaborés par Lomax et ses équipes ; et un outil de découverte à destination du grand public.

Crédits photo : PublicDomainPictures – Pixabay

Dakka Marrakchya

Nous doublons la mise avec cette deuxième archive de la semaine qui nous est proposée par Yassine Adouiri Alaoui, étudiant en ethnologie  et oudiste qui vient de finir son stage au CMTRA sur des missions de collectage musical. Merci à lui !

La Dakka Marrakchya est un style musical qui s’est principalement développé dans la ville de Marrakech, au Maroc. « Dakka » voulant littéralement dire « frappe rythmique ». Elle se structure en plusieurs parties dont la première, « El ‘aït » (que l’on pourrait traduire par «appel») peut durer jusqu’à quarante minutes de poésie spirituelle chantée sur un rythme lent et des percussions sommaires. Puis, la machine rythmique se met progressivement en route et accélère dans une imbrication complexe d’instruments percussifs : ta’rija, bendir et crotales métalliques. Enfin interviennent les nefars, sorte de longues trompes de cuivre.

Ce contraste rythmique entre les différentes parties de la Dakka en fait un style très polyvalent qui se joue lors de cérémonies religieuses dans un cadre clos et très intime, mais aussi à l’occasion de mariages où la partie rythmée et festive est mise à l’honneur.

Extrait du documentaire « Rythmes de Marrakech » de Izza Genini

Dans le cadre de son projet de recherche et de collectage sur les Musiques migrantes de Villeurbanne, le CMTRA a rencontré en octobre 2009 Salah El Khaldi et Hafid du groupe Coyo de Marrakech. Dans les années 1990, Salah abandonne ses études pour créer un groupe de musiques traditionnelles marocaines formé exclusivement de jeunes (chose assez rare à l’époque, cette musique étant surtout pratiquée par des personnes d’un certain âge). De mariage en mariage, il réussit à se constituer une certaine réputation au Maroc, qu’il sillonne avec son groupe pour animer les fêtes.

La Dakka se jouant à plusieurs, Salah interprète ici un morceau dans le style « gnawa » (très présent à Marrakech également) accompagné de son guembri, sorte de basse afro-maghrébine.

Morceau joué dans le style « gnawa », avec chant et guembri
Voir la notice complète

En France comme au Maroc, le côté festif de la Dakka Marrakchya a pris le pas sur son aspect spirituel. Initialement conçue dans un cadre sacré où elle servait d’accompagnement à un rite religieux au sein d’une confrérie, la Dakka s’est progressivement éloignée de ses origines mystiques pour passer dans le domaine profane. Aujourd’hui, elle est davantage reconnue comme une musique de fête et de célébration, que comme une musique de transe et de recueillement spirituel.

Salah et Hafid se montrent plus définitifs à ce sujet : pour eux, la plupart des gens n’attendent que de la Dakka qu’elle fasse du «bruit», qu’elle soit rythmée, qu’elle fasse danser les foules. Ils déplorent la méconnaissance des aspects moins festifs, plus spirituels  de la « vraie Dakka ». Ce constat ne vient pas de nulle part : lorsqu’on les contacte pour une prestation, nous relatent-ils, les attentes des commanditaires vont généralement en ce sens : de la musique de fête, joyeuse et enlevée. Très rares sont les commandes de « Dakka » appréhendée dans ses aspects plus traditionnels et religieux.

Pour en savoir + :

> Documentaire « Rythmes de Marrakech » de Izza Genini dans la collection « Maroc corps et âme ».
> Ne pas manquer le coffret de 3 DVD « Maroc en musiques » réalisés par Izza Genini également parus aux éditions Ohra en 2011
> Et l’ouvrage de Ahmed Aydoun, 
Musiques du Maroc. Casablanca : éditions EDDIF

26 mai 1944 : Saint-Étienne bombardée par les Alliés

Parmi les derniers venus sur le portail régional du patrimoine oral, le fonds des « Amis du Vieux Saint-Étienne » occupe une place un peu particulière. Ce corpus sonore, que nous vous avions présenté il y a quelques mois, est constitué de plusieurs enquêtes enregistrées au début des années 1990 lors d’ « ateliers-mémoire » organisés par l’association des « Amis du Vieux Saint-Étienne » autour de certains aspects de l’histoire stéphanoise. L’archive de la semaine a déjà été l’occasion de nous pencher sur le thème du « vêtement » à Saint-Étienne, ou encore sur la catastrophe du puits de la Chana. Aujourd’hui, profitons de cette publication hebdomadaire pour revenir sur un événement douloureux de l’histoire stéphanoise : le bombardement du 26 mai 1944.

 ***********

Le 26 mai 1944, dans le but de couper les voies de communication en préparation du débarquement de Normandie, l’aviation américaine bombardait lourdement plusieurs villes du sud-est et du centre-est de la France : Lyon, Chambéry, Grenoble, Nice, mais aussi Saint-Étienne où 440 tonnes de bombes explosives et incendiaires furent lâchées, faisant près de 1000 morts et détruisant plusieurs quartiers de la ville.

Près de 50 ans plus tard, les membres de l’association des « Amis du Vieux Saint-Étienne » organisent une rencontre autour de cet événement marquant de l’histoire stéphanoise. Anne-Catherine Marin, alors conservatrice aux Archives municipales, y assiste et enregistre les échanges. Après une présentation générale du bombardement, le parole est ouverte aux personnes présentes à Saint-Étienne ce 26 mai 1944. Madame Rossignol, alors âgée de 7 ans, témoigne :

Souvenirs du bombardement, Madame Rossignol – Voir la notice complète

Si Madame Rossignol se souvient avec une pointe d’amusement la couleur du visage du conducteur de train (qu’on imagine livide) arrêtant sa locomotive quelques mètres avant la gare de Châteaucreux, ou encore sa mère qui dans la panique fourre son tablier sale dans sa valise avant de partir, d’autres témoignages se font plus amers. Ainsi Monsieur Besson, qui anime la discussion à grand renfort de diapositives, n’hésite pas à parler de « génocide ».

Souvenirs du bombardement, Monsieur Besson – Voir la notice complète

De fait, la violence des bombardements est sans précédent. De nombreux quartiers, autour de la gare de Châteaucreux et de la manufacture d’armes sont complètement détruits (voyez cette carte de la ville sur le Portail de géolocalisation du patrimoine stéphanois). Monsieur Besson témoigne dans cet extrait d’un sentiment d’injustice et d’une incompréhension générale qui se répandent chez les stéphanois au lendemain des bombardements. « La population, à cette époque là, était vraiment bloquée contre les Américains » nous dit-il. Pourquoi avoir largué les bombes de si haut, alors que Saint-Étienne ne disposait d’aucun système de Défense Contre les Avions (DCA), et que le temps était clair ?

Encore aujourd’hui, la violence du bombardement du 26 mai 1944, qui a fait près de 1 000 morts et plus de 20 000 sinistrés, continue de susciter un intense travail mémoriel à Saint-Étienne. A l’instar de cet atelier-mémoire organisé par les « Amis du Vieux Saint-Étienne », plusieurs initiatives ont récemment vu le jour sur la toile, notamment pour sensibiliser les plus jeunes à un bel exemple de ce que l’on nomme désormais pudiquement des « dommages collatéraux » (voyez par exemple cette valise pédagogique virtuelle, conçue par la ville de Saint-Étienne).

Pour aller + loin :

  • Pour une lecture critique des bombardements américains : Howard Zinn, La bombe. De l’inutilité des bombardements aériens, Montréal, Lux, coll. « Mémoire des Amériques », 2011, 96 p.
  • Le témoignage de Maurice Plassard, sapeur-pompier auxiliaire au moment du bombardement de Saint Etienne, sur le portail régional du patrimoine oral

Crédits photos : bernswaelz – Pixabay