Ethnopôle

Vers un Ethnopôle « Musiques, Territoires, Interculturalité »

Après vingt-cinq années de collectage musical, de documentation sonore, d’édition plurimédia, d’actions culturelles et artistiques, il est apparu nécessaire au CMTRA de porter un regard réflexif sur ses multiples vocations, sur les moyens de les mettre en cohérence et sur les projets de recherche-action menés au sein des territoires urbains et ruraux de la région Rhône-Alpes. En effet, depuis les premières enquêtes menées au début des années 1990 dans les « pays » ruraux de Rhône-Alpes, le CMTRA a développé un ensemble de méthodes, de références et de compétences qui lui ont permis de faire perdurer ses projets de recherche et de valorisation des patrimoines musicaux de Rhône-Alpes, et de les réinventer au contact de nouveaux territoires et de nouveaux objets. Mais jusqu’alors, la structure n’a eu que rarement le temps et les moyens de réellement prendre le temps d’une réflexion distanciée, et d’une mise en dialogue de ses méthodes, de ses objets, de ses approches avec le monde de la recherche scientifique.

En 2014, le CMTRA a donc entrepris une étude qui avait pour objectifs de clarifier les axes thématiques du projet de structure, leurs évolutions depuis la création de l’association en 1991 et d’envisager concrètement les modalités d’une coopération approfondie avec le monde de la recherche scientifique. L’organisation d’une journée d’étude et la réalisation d’un rapport ont permis d’engager une réflexion et un certain nombre d’échanges avec les partenaires institutionnels, avec différents laboratoires de recherche et avec le Conseil d’Administration de l’association.

Ce travail de préfiguration a renforcé et précisé la volonté de donner au CMTRA les moyens de devenir ce « lieu intermédiaire », cette interface où les mondes académique, artistique, culturel et politique peuvent travailler de concert autour d’objets de réflexion communs, tout en mobilisant des démarches et des savoirs différenciés. Le programme d’actions que l’association entend donc mettre en place dans les prochaines années répond donc au souhait plus large de réformer le projet même de la structure et de repositionner le CMTRA comme un lieu de ressources et d’expertise sur la question des patrimoines musicaux et de l’interculturalité à l’échelle régionale et nationale. En d’autres termes, il s’agit de faire du CMTRA, un « Ethnopôle » dédié aux patrimoines musicaux de l’Auvergne-Rhône-Alpes, c’est-à-dire un lieu  destiné à l’invention de projets créés à la croisée de la recherche et de l’action culturelle.

Ethnopôle, kezako ?

« L’appellation ethnopôle s’attache à une institution qui, en matière de recherche, d’information et d’action culturelle, œuvre à la fois au plan local et au niveau national. À travers cette appellation, la mission du patrimoine ethnologique entend, dans le cadre propre à chaque structure, promouvoir une réflexion de haut niveau s’inscrivant tout à la fois dans les grands axes de développement de la discipline ethnologique et dans une politique de constitution des bases d’une action culturelle concertée » (rapport Mission ethnopôles, 1999) » – Site du Ministère de la Culture et de la Communication. 

Le Conseil Scientifique

En 2015, le CMTRA a réuni autour de son projet et de ses questionnements une quinzaine de personnes issues de différents champs de la recherche et de l’action culturelle. Instance destinée à être une force de proposition et de conseils dans la définition et la mise en œuvre d’un programme scientifique et culturel d’envergure régionale et nationale, le Conseil Scientifique accompagne en outre l’association dans le travail de préfiguration à la création d’un Ethnopôle « Musiques, Territoires et Interculturalité » en Rhône-Alpes.

Il se compose à ce jour de :
Laurent Aubert, ethnomusicologue, directeur des Ateliers d’Ethnomusicologie de Genève
Talia Bachir-Loopuyt
, ethnologue, post-doctorante au CIEREC, Saint-Etienne
Dominique Belkis, anthropologue, maître de conférences à l’université à l’Université de St-Etienne
Marina Chauliac
, ethnologue, conseillère à l’ethnologie à la DRAC Rhône-Alpes
Anne Damon-Guillot
, maître de conférences en ethnomusicologie, CIEREC, Université Jean Monnet, Saint-Etienne
François Gasnault
, conservateur général du patrimoine, chercheur  associé au IIAC-Lahic
Marie-Pierre Gibert
, anthropologue, maître de conférences à l’Université Lyon 2
Philippe Hanus
, historien, coordinateur scientifique du pôle « histoire-mémoires », LARHRA / Réseau Memorha
Antoine Hennion
, sociologue, professeur  et directeur de recherche au CSI, École des Mines ParisTech.
Christian Hottin
, Conservateur du patrimoine et adjoint au chef du département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique du Ministère de la Culture
Cyril Isnart
, anthropologue de la musique et de la patrimonialisation, chargé de recherche au CNRS
Denis Laborde
, ethnologue, directeur de recherches au CNRS et directeur d’études à l’EHESS
Jacques Mayoud
, musicien et collecteur
Martial Pardo
, directeur de l’École Nationale de Musique de Villeurbanne
Michel Rautenberg
, enseignant-chercheur en sociologie, centre Max Weber, Saint-Etienne
Xavier de la Selle
, directeur des Musées Gadagne

Crédits : © Image Plonk et Replonk

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le carnet du CMTRA