“Ieu bride l’Ase”

Il y a un peu plus d’un mois, nous vous proposions une “archive de la semaine” issue d’un fonds  dont les droits de diffusion ne nous permettent pas de donner à entendre dans ce carnet les documents  sonores qui le constituent : le fonds rhônalpin conservé au MuCEM, concernant des enquêtes effectuées en Rhône-Alpes dans le cadre des missions CNRS/Musée des ATP réalisées entre 1950 et 1970. Bien sûr, une notice documentaire sans son document peut être rustique et frustrante. Naviguer dans le catalogue du fonds rhônalpin du MuCEM, dont le CMTRA conserve une copie, nous permet pourtant de retrouver des noms et des musiques que l’on aurait vite fait d’oublier.

C’est le cas par exemple de Francine Lancelot-Coursange, chorégraphe, danseuse, ethnologue et comédienne qui a consacré sa vie à la danse baroque et aux danses traditionnelles, et qui joua un rôle rarement souligné pour la connaissance et  la conservation des musiques à danser de la région Rhône-Alpes. Dans le cadre de ses missions ethnographiques menées au compte du CNRS et du Musée des Arts et Traditions Populaires, Francine Lancelot-Coursange collecte des danses traditionnelles, des airs à danser et des rassemblements de farandoleurs pendant 13 ans, de 1964 à 1977, en Ardèche, Provence, Vendée, Bretagne, Béarn, Gers, Landes1.

L’ Ardèche fera partie de ses premiers terrains de collectage, en 1964. Elle voyage pendant quelques semaines entre Villeneuve-de-Berg et Privas pour enregistrer des répertoires vocaux et instrumentaux à l’accordéon et au violon: airs de carnaval, polkas, rigodons, scottishs, bourrées et chants en occitan. On y retrouve par exemple le fameux “Leu Bride l’Ase”, je bride l’âne, un chant en occitan qu’une autre fameuse collectrice du département, Sylvette Béraud-Williams, avait receuillie auprès de Madame Chazel à Saint-Etienne de Serres, elle-même l’ayant apprise à l’usine d’Anchaise.

Vers la maison lai fan l’amor,
Ieu bride l’ase, ieu bride l’ase,
Vers la maison lai fan l’amor, Ieu bride l’ase tot lo jorn.
Mès quand mon torn vendrà, Briderà l’ase, briderà l’ase,
Mès quand mon torn vendrà, Briderà l’ase quiu voudrà.
Iara que mon torn es véngut, Briderem l’ase, briderem l’ase,
Iara que mon torn es véngut, Briderem l’ase un pauc chascun

Peut-être l’un des premiers chants de travail mutualiste de la région?

A la maison ils y font l’amour,
Moi je bride l’âne, moi je bride l’âne,
A la maison ils y font l’amour, Moi je bride l’âne tout le jour.
Mais quand mon tour viendra, Bridera l’âne, bridera l’âne,
Mais quand mon tour viendra, Bridera l’âne qui voudra.
A présent que mon tour est venu,
Nous briderons l’âne, nous briderons l’âne,
A présent que mon tour est venu,
Nous briderons l’âne chacun à notre tour

Le CMTRA a initié il y a quelques mois, en novembre 2015, le projet “Musiques traditionnelles de Drôme et d’Ardèche“, une dynamique d’inventaire et de valorisation des collectes de musiques et notamment de chants en occitan ayant été menées dans ces deux départements depuis les années 1960. L’inventaire des chants en occitan recueillis sera bientôt mis en ligne sur notre portail rhônalpin du patrimoine oral.

1. Source : fiche biographique de Francine Lancelot-Coursange sur l’Association pour un Centre de Recherche sur les Arts du Spectacle au XVIIe et XVIIIe siècles.

Visuel de Une issu du tumblr de Mademoizelle Bazar


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.