Les territoires d’un djembefola

Rencontre avec Florent Marciau, djembefola
Villeurbanne, février 2016

Florent Marciau est  djembefola, “joueur de djembé”. Nous l’avons rencontré en février 2016 alors que nous préparions l’Escale Sonore consacrée aux “adoptions musicales“, c’est à dire aux trajectoires d’immersion, de conversion à des expressions culturelles qui, a priori, seraient étrangères au terreau natal des musiciens qui les pratiquent. Comme d’autres musiciens rencontrés à l’occasion de la réalisation du documentaire sonore associé à la thématique de cette Escale, Florent incarne de façon riche et singulière ces vies de musiciens qui se retrouvent à jouer un rôle de canal culturel entre deux mondes. Un pied en Rhône-Alpes, un autre au Burkina Faso et en Côte d’Ivoire, Florent compose depuis près de vingt ans une vie artistique soucieuse de comprendre de l’intérieur cette musique mandingue qui le passionne depuis l’adolescence, tout en cherchant à l’adapter aux scènes, aux publics, aux danses et aux pédagogies qui sont ceux de son territoire natal et quotidien.

C’est à 16 ans que Florent tombe en amour pour le djembé. Il s’est alors déjà essayé à la batterie, mais ne se retrouve pas dans les modalités pédagogiques relativement classiques de son école de musique communale. Encouragé par sa mère, il part très jeune vers Ouagadougou pour faire l’apprentissage, sur place, de l’art du djembefola dans son contexte culturel, festif, familial quotidien. Depuis lors, il ne cessera les allers et retours entre sa terre de naissance et sa terre d’adoption, d’abord au Burkina, puis en Côte d’Ivoire où il rencontre celui qui allait devenir son maître, guide et ami, Abou Bakar Bamba. 

Dans ce parcours fait de hasards, de rencontres déterminantes, de ténacité et d’humilité, au moins trois moments clefs se dégagent : son tout premier atterrissage à Ouagadougou bien sûr, où il est accueilli par une famille de griots habitués à dispenser des cours de djembé à de jeunes stagiaires français comme lui. Mais aussi et peut-être surtout son premier voyage en Côte d’Ivoire, en 2002, qui le conduit dans des territoires plus ruraux où il découvre les musiques de ce vaste et poreux monde mandingue dans leur contexte quotidien d’expression. C’est lors de ce séjour qu’il commence à pratiquer le djembé non plus comme un instrument se suffisant à lui-même, mais dans son rôle d’accompagnateur du griot, des danseuses et danseurs. C’est également à ce tournant de sa vie de musicien qu’il prend la mesure de l’amplitude du monde musical mandingue qui de la Guinée à la Gambie en passant par le Mali, la Côte d’Ivoire et le Sénégal, admet des singularités à des niveaux ultra localisés. D’un village à l’autre, les rythmes “traditionnels” attendus par les danseurs et le griot peuvent largement différer. Troisième moment, son mariage : sur l’invitation d’Abou et de sa famille, Florent et sa femme Heloïse se marient chez eux, en Côte d’Ivoire, en participant aux rites d’union traditionnels de Bouaké.

Alors, djembefola de Côte d’Ivoire ? De Romans-sur-Isère ? D’entre deux rives ?  Florent se définit comme un djembefola français. Ce rôle, il ne pense pas pouvoir, ni même vouloir, le jouer en Afrique, où une connaissance ample et fine des répertoires traditionnels des différents territoires de l’aire mandingue serait incontournable, et rendue possible par des séjours de plusieurs années sur place. Mais la question ne se pose même pas en ces termes pour Florent : son métier est celui de la transmission d’un savoir qu’on lui a offert et dans lequel il s’est immergé, au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, à Annecy, à Villeurbanne… Un métier qu’il exerce dans le cadre d’une association basée à Romans-sur-Isère et à Valence, qu’il a créée avec sa femme Héloïse, elle-même danseuse formée en Côte d’Ivoire. Dans les récits de Florent, la question de son territoire musical dilue les binarités de l’ici et de l’ailleurs, mais parle de dynamiques, de flux, d’échanges, de vases communicants.

Une fluidité que l’on retrouve dans son aisance à naviguer entre chant, instruments percussifs et instrument harmonique, ici : le N’goni.

Pour aller plus loin…
>
Les projets de recherche et de valorisation patrimoniale menés par le CMTRA à Villeurbanne nous ont permis la rencontre d’autres musiciens griots du Burkina, ou du Sénégal tels qu’Adama Dembele, Ibrahima Cissokho ou Moussa Fayé. N’hésitez pas à les écouter!
> Lire l’article du percussionniste suisse romand Vincent Zanetti sur “La nécessaire reconnaissance des milieux traditionnels dans l’apprentissage des percussions ouest-africaines”, paru dans l’ouvrage dirigé par Laurent Aubert, Musiques Migrantes, dont nous reparlerons dans ce carnet.

Visuel : “Do you speak Djembé?”

 


Une réflexion sur « Les territoires d’un djembefola »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.