“Là-haut sur la montagne”

Cette semaine, nous vous proposons de plonger dans un fonds sonore dont il n’a pas encore été question dans ce carnet. Sa particularité, outre une valeur patrimoniale certaine, est que nous ne pouvons le faire entendre. Voici donc un exercice de description archivistique inversée : ce que l’on décrit, ce n’est pas le document sonore, mais les métadonnées qui nous permettent d’accéder à une compréhension de celui-ci, mais “à l’aveugle”.

Trêve de considérations épistémologiques, venons-en au fait : dans le cadre de la décentralisation des fonds sonores détenus par le MuCEM (ex-Musée National des Arts et Traditions Populaires), un travail a été engagé pour que les collections sonores concernant la région Rhône-Alpes puissent, à terme, être accessibles aux publics du CMTRA. Ils concernent des enquêtes effectuées en Rhône-Alpes dans le cadre des missions CNRS/Musée des ATP réalisées entre 1950 et 1970. Ce fonds sonore restant régi par les droits d’auteur tels qu’appliqués par le MuCEM, ils ne peuvent être diffusés mais sont consultables, sur place, au Centre de Conservation et de Ressources du Musée.

“Là-haut sur la montagne” est interprétée par un habitant de Saint-Claude (Haut-Jura) et enregistrée par André-Marie Despringre en 1973.  André-Marie Despringre, chercheur retraité du CNRS en ethnomusicologie et cognition a réalisé plusieurs collectes de ce fond et est l’auteur d’un nombre important de publications autour des traditions musicales populaires et de leur mémoire.

Cette chanson apparaît à sept reprises dans les fonds sonores du CMTRA catalogués sur la Base Interrégionale du Patrimoine Oral, sous sept versions différentes. Elle est représentative d’un  répertoire populaire français qui, bien que pratiqué partout en France et majoritairement en territoires ruraux, admet plusieurs variantes en fonction des lieux d’interprétation. L’idée même d’une version originale (et donc l’idée de “variante” qui lui est connexe) se dissipe derrière la pluralité des versions existantes. Ce qui prime alors, ce n’est plus la fidélité à des origines prétendues, mais la vitalité d’une interprétation ici, ou là, et maintenant.

La version muette sur laquelle nous nous arrêtons aujourd’hui partage avec ses six consœurs une même mélodie, à quelques différences rythmiques près. En revanche d’une version à l’autre, les paroles changent considérablement.
La-haut_sur_ces_mont-2(La partition) 

Nous avons pu comparer la version interprétée par l’habitant de Saint-Claude, dont l’enregistrement est détenu par le MuCEM, à l’une des versions accessibles, depuis le portail des archives sonores du Rhône-Alpe, et réalisé dans l’Ain.

Les paroles de la chanson par l’habitant de Saint-Claude :

“Si j’étais hirondelle
Que je puisse voler
Sur les seins de ma maitresse
Je m’en irais me reposer. (bis)

Mon sein n’est pas un arbre,
Un arbre pour vous poser,
Allez allez sur la montagne,
Vous trouverez pour vous poser. (bis)”

En 1980, Suzanne Maurier est enregistrée dans l’Ain par Sylvestre Ducaroy et chante cette version qui, à en croire les résultats de nos recherches, semble être plus proche des paroles les plus répandues :

Là-haut sur la montagne
J’ai entendu pleuré
C’était la voix de ma compagne
Je suis allé la consoler.

Qu’avez-vous donc la belle?
Qu’avez-vous à pleurer?
Oh! Si je pleure, c’est de tendresse
C’est de vous avoir trop aimé […]”

D’une version à l’autre, la belle fragile et éplorée est remplacée par une femme décidée, tandis que l’amoureux bienveillant et valeureux devient un Casanova éconduit. La mélodie de “Là-haut sur la montagne” elle, demeure identique, ce qui double les paroles presque caustiques de la version de Saint-Claude, d’un clin d’œil ironique à la romance bucolique de la version originale.

Pour aller plus loin…
> Le Fonds Rhône-Alpes du MuCEM, dont une copie a été remise au CMTRA en 2007, est catalogué sur notre base de données, pour l’instant sans les documents sonores liés. Vous pouvez en revanche consulter les notices documentaires.


Une réflexion sur « “Là-haut sur la montagne” »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.