HOMMAGE À GEORGES DELARUE

Nous apprenons ce mois-ci le décès de Georges Delarue (1926 – 2024), ethnomusicologue spécialiste des chansons francophones de transmission orale.

L’équipe salariée et les membres du Conseil d’Administration du CMTRA tiennent à adresser leurs condoléances sincères aux proches de Georges Delarue. Par le présent billet, nous souhaitions rendre hommage à son travail essentiel à la connaissance des chansons traditionnelles francophones issues de l’oralité. 

Le meilleur hommage reste bien-sûr celui de ses amis et proches collaborateurs: 
– Marlène Belly, Présidente de la Société Française d’Ethnomusicologie et Maître de Conférences à l’Université de Poitiers, collaboratrice et amie de Georges Delarue : suivez ce lien
– Patrick Mazellier, musicien et ethnomusicologue, qui a notamment collaboré avec Georges Delarue lors de ses collectes en Dauphiné, Vivarais, Savoie : suivez ce lien 

Nous devons notamment à Georges Delarue l’ouvrage de référence le plus utilisé par notre équipe et le plus cité sur notre carnet Hypothèses : l’édition du catalogue Coirault.

Entre 1890 et 1950, le folkloriste érudit Patrice Coirault réalise un immense travail d’inventaire de la chanson française de transmission orale. Ses recherches sont conservées au département de musique de la Bibliothèque nationale de France. Bien que Patrice Coirault ait lui-même réalisé un classement minutieux (par chansons types et par rubriques), un véritable travail de fourmi est nécessaire pour rendre cet inventaire accessible, lisible et adapté à un large public. C’est ce qu’entreprend Georges Delarue à partir des années 60, à la suite du décès de Patrice Coirault. Après un travail long de plusieurs décennies, avec la collaboration de Simone Wallon, Marlène Belly, Yvette Fédoroff, et le concours des éditions de la BNF, Georges Delarue réédite trois tomes du catalogue Coirault entre 1996 et 2007.

A cette époque, il le présente au CMTRA : « Ce catalogue est destiné à tous ceux qui souhaitent connaître notre patrimoine chansonnier et les différentes versions publiées d’une même chanson appartenant au répertoire populaire ancien. Les chanteurs et fredonneurs de chants peuvent également faire des recherches thématiques dans le répertoire (trouver tous les chants où il est question de l’arrivée du printemps par exemple) ou connaître d’autres formulations d’un chant qu’ils ont travaillé. Les musicologues y chercheront les souvenirs que les airs anciens ont pu laisser dans la tradition. D’autres étudieront la manière dont ont pu varier textes et mélodies ; ils seront aidés en cela par l’indication des « sources anciennes » c’est-à-dire les données relatives aux traces de la chanson dans des recueils des XVIe, XVIIe, XVIIIe siècles, donc antérieurs à la recherche folklorique. 

En somme, ce répertoire est un instrument de travail analogue aux deux catalogues dont on dispose pour les contes (Aarne et Thompson et Delarue-Tenèze). Il s’efforce de dresser un répertoire quasi exhaustif des chants traditionnels recueillis dans les pays de langue française et grâce à cette exhaustivité, il permet également d’établir une aire de répartition et de diffusion de ces chants. »

Bien qu’à première vue cet ouvrage nécessite un certain temps d’apprentissage et de décryptage, il est devenu un outil de travail incontournable dans le domaine des chansons traditionnelles. En plus de référencer les collectes personnelles de Coirault et des recueils anciens, les co-auteur·ices de l’ouvrage ont pris soin de compléter les références de base par l’ajout de versions collectées par les contemporain·es de Coirault. Concernant le territoire rhône-alpin, on retrouve par exemple des références recueillies par : Johannes Dufaud, Sylvette Béraud-Williams, Jean-Noël Pelen, Charles Joisten…

Pour se familiariser à ce catalogue, nous vous renvoyons aux propos de Georges Delarue :

« Chaque chanson-type renvoie à un numéro normalisé. A chacune nous avons attribué un titre qui cherche à évoquer son contenu narratif, tout en tenant compte de la rubrique thématique dans laquelle Coirault l’a rangée. Bien évidemment, ce titre est arbitraire car, dans l’usage courant, il varie d’un chanteur à l’autre, d’une région à l’autre et il est souvent le fait du collecteur plutôt que du chanteur.
(…) Mais, à notre avis, un titre, si bien choisi qu’il soit, ne peut suffire à caractériser une chanson. Nous avons donc établi un résumé qui vise à restituer le squelette verbal de la chanson.  Nous donnons également la coupe, c’est à dire le nombre de pieds de chaque vers et la manière dont se répartissent les rimes (féminines/masculines). (…) 
Nous disons que deux chansons appartiennent à un même type si elles traitent du même sujet, si elles utilisent des expressions comparables et surtout, si elles ont une même structure de couplets. Par exemple pour la chanson « A la claire fontaine », plus répandue en France sous le titre « En revenant de noces », toutes les versions font allusion à une belle qui se baigne à la fontaine, s’essuie d’une feuille de chêne, dialogue avec le rossignol et dit « Mon ami m’a quittée pour un bouton de rose que je lui ai refusé ». De plus, toutes auront la même coupe. Bien sûr rien n’est aussi simple dans la tradition orale, et pour une même chanson nous avons souvent multiplié les renvois vers d’autres types voisins. Une chanson peut appartenir à deux types ; encore une fois, tout classement est arbitraire … »

Tout titre et classement sont donc arbitraires dans le domaine de l’oralité. Georges Delarue soulève ici l’une des grandes difficultés liées à nos métiers de documentalistes et archivistes : comment « normaliser » un savoir qui, de transmission orale, est fluide, en constante mutation, difficilement saisissable ? Bien que présentant des limites, en passer par ce processus de définition d’un cadre est absolument nécessaire pour assurer la conservation et la transmission de ces pratiques orales.

Georges Delarue, conscient de cet écueil, publie le catalogue Coirault à une époque où l’usage du numérique est encore balbutiant. Bien qu’elle l’ait envisagé dans un premier temps, l’équipe de co-auteur·ices a renoncé à tout renvoi aux documents audiovisuels (disques, cassettes, archives sonores) dans le catalogue Coirault. Ce travail complémentaire est celui que nous menons aujourd’hui. Nos moyens de stockage et de partage en ligne des archives sonores, nous permettent de donner accès facilement à différents exemples, différentes variations et interprétations de ces « chansons-types ». Nous utilisons les références du catalogue pour documenter les collectages que nous rendons publics. L’archive sonore, une fois accessible en ligne, « laisse trace », «donne vie » au catalogue Coirault et permet d’en saisir toute sa richesse et sa complexité. En quelque sorte, nous poursuivons ce travail de filiation amorcé il y a plusieurs décennies par Georges Delarue et son équipe.

Au delà de ce travail de documentation, il est évident que nous devons aussi beaucoup au regard ethnologique de Georges Delarue.

Concernant, toujours, le catalogue Coirault :

« (…) Le premier tome était consacré à la poésie et à l’amour (la séparation, les départs, les abandons ….) mais le deuxième recense les chants plus directement liés à la vie sociale et aux métiers (chants de bergères, chant de mariage, de métiers, chants liés à l’enfance, on y trouve aussi tous les chants liés à des évènements politico-historiques … etc).

Le troisième tome « Religion, crimes, divertissements », qui achève cet inventaire, débute par les chants à caractère religieux: vie des saints, Passion, quêtes, etc … Beaucoup de ces chansons ont une volonté moralisatrice comme la fille enlevée par le diable au sortir du bal ; d’autres ont valeur satirique vis-à-vis des gens d’église. Puis viennent celles relatives aux crimes (parricides, infanticides, etc.). On trouve aussi celles à caractère énumératif telles les randonnées (La Perdriole, Biquette n’veut pas sortir des choux, etc.). Arrivent enfin les chants de divertissement qui, depuis les plaisirs de la table ou la vie de l’ivrogne, abordent progressivement les thèmes érotiques.  »

Les chansons traditionnelles nous racontent des histoires qui, pour la plupart, prennent racines dans la société traditionnelle rurale. Elles nous renseignent sur les temps communautaires essentiels, les instants de vie quotidienne au travail ou dans l’intimité des foyers, sur le cadre moral, les mœurs, les interdits et nous permettent de saisir les imaginaires communs, les rêves, les craintes… Elles font partie d’un plus vaste ensemble de pratiques : la « littérature orale », comprenant les chansons mais aussi les contes, légendes, prières, proverbes… Georges Delarue a baigné dans cette littérature.

Son père, Paul Delarue, était un grand spécialiste du conte populaire français. Il a lui même catalogué et référencé bon nombre de contes-types dans son ouvrage de référence : Le conte populaire français. Catalogue raisonné des versions de France et des pays de langue française d’outre-mer, publié en 1957. Paul Delarue a transmis à son fils l’amour de ce répertoire et le goût de l’étude minutieuse.

Charles Joisten, Roger Lecotté, Georges Delarue, en 1977

Cette sensibilité du fils, qui dépasse le cadre musical, se retrouve dans son travail pour le Centre de recherche et la revue d’Ethnologie « Le Monde Alpin et Rhodanien », créés au milieu des années 70 par Charles Joisten alors conservateur au Musée Dauphinois de Grenoble. Sa femme, Alice Joisten, professeure d’éducation musicale qui a accompagné son mari dans ses enquêtes, a aussi grandement œuvré à la continuation de cette revue et à la pérennité du Fonds Joisten.

Charles Joisten, ethnologue de renom qui a essentiellement collecté et travaillé sur les traditions du Dauphiné et de Savoie, rencontre Paul Delarue (le père) dans les années 50. Ce dernier, après avoir publié les premières collectes du jeune ethnologue, l’encourage vivement à poursuivre ses recherches autour des contes et récits fantastiques. Ce n’est donc pas un hasard si Charles et Alice Joisten croisent Georges Delarue, alors installé en Dauphiné, qui sera l’un de leurs fidèles compagnons de route du temps des collectages.

L’un des premiers ouvrages du Centre Alpin et Rhodanien d’Ethnologie sera d’ailleurs consacré aux chansons populaires, plus précisément à celles du Nivernais et du Morvan. Georges Delarue en sera l’auteur et consacrera plusieurs volumes aux recherches sur ce territoire 

Présentation du premier Tome : “De 1877 à 1895, Achille Millien, chercheur infatigable, a parcouru en tous sens la province du Nivernais, à la recherche, de son répertoire traditionnel. Aucune collecte de cette ampleur n’avait jamais été réalisée dans le cadre d’une province… Achille Millien réalisait ainsi une oeuvre de dimension nationale, véritable cadre de référence encyclopédique pour toute recherche à venir sur la tradition orale. Cent ans après cette collecte, Georges Delarue entreprend, à partir des notes d’enquête de l’auteur, la publication exhaustive de tous les inédits musicaux. Par-delà la province du Nivernais, c’est tout un patrimoine commun à l’ensemble des provinces françaises qui est ainsi mis en valeur.”

Pour conclure en chantant, nous vous proposons l’écoute de la célèbre “Marion sous un pommier”. L’une des chansons les plus connues et répandues sur le territoire régional. Sur le portail rhônalpin du patrimoine oral, on peut entendre plusieurs versions collectées par Charles Joisten entre la fin des années 1950 et les années 1970, en Isère et dans les Hautes-Alpes.

“La Marion sous son pommier” par Paulette Girard à Saint-Martin-Le-Vinoux (38), collectée par Charles Joisten en 1976

Cette chanson, Georges Delarue la connaît bien, il y a consacré 18 pages de recherche dans le Monde Alpin et Rhodanien en 1981. 
Retrouvez son article en suivant ce lien vers Persee.fr 

Plus récemment, pour notre projet de Chorale Intergalactique de Belleroche, nous avons eu la chance de collecter à nouveau cette chanson. Nous vous proposons l’écoute de la version arrangée pour cet Atlas Sonore.  

 

“La Marion sous un pommier”, CD-Livre de la Chorale Intergalactique de Belleroche

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
cmtra (22 mai 2024). HOMMAGE À GEORGES DELARUE. MUSIQUES, TERRITOIRES, INTERCULTURALITÉ. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11pel


2 réflexions sur « HOMMAGE À GEORGES DELARUE »

  1. Bonjour et merci pour cet hommage aussi pertinent que nécessaire.
    Il s’y est cependant glissé 2 inexactitudes :
    – le “Répertoire des chansons françaises de tradition orale” que Georges D. a préparé avec l’aide successive de Simone Wallon, Yvette Fédoroff et Marlène Belly, n’est en rien une “réédition du catalogue Coirault”, mais la mise en forme, à partir de la classification thématique que Coirault avait conçue, des informations – précisément inédites -, qu’il avait consignées dans un gigantesque fichier, au fur et à mesure de ses recherches, à partir des dépouillements d’ouvrages parus du 16e au 19e siècle, qu’il avait menés, principalement à la Bibliothèque nationale (Manuscrits, Imprimés, Arsenal) et à celle du Conservatoire ; à la mort de Coirault (1959), ce fichier = le meuble et les fiches cartonnées, – ainsi que sa bibliothèque de travail – a été donné par ses proches à la Bibliothèque nationale (département de la musique), et c’est pour le protéger de consultations qui l’auraient rapidement dégradé qu’il a été décidé, à la fin des années 1980, d’en élaborer une version publiable ;
    – sur la photo qui illustre la fin de l’article, le personnage placé entre Charles Joisten et Georges D. ne s’appelait pas Decotté mais Lecotté ; c’était un très grand folkloriste, compagnon de route du musée des arts et traditions populaires, très lié à Jean-Michel Guilcher et président-fondateur de la Fédération folklorique d’Ile-de-France, laquelle publiait sous sa direction un bulletin qui reste une référence.

    1. Bonjour François, merci pour ton commentaire. Effectivement le terme réédition était totalement inadapté. Quant à M. Lecotté, c’était une coquille malencontreuse. Nous te remercions sincèrement pour cette contribution qui permet de compléter ce billet! Bien cordialement (Camille)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.