Mosaïques sonores pour les fêtes de fin d’année

Fidèles et assidu·es lecteur·ices de ce carnet et des sons du mois, ou nouveau·elle venu·e, le CMTRA vous souhaite à tous·tes une excellente année 2024 ! Qu’elle soit joyeuse et stimulante, riche de sons et de musiques pour ravir vos tympans ! Nous voici de retour avec des archives à écouter, pour se replonger dans les festivités de ces dernières semaines et inaugurer l’année 2024.

Que ce soit dans les grands magasins, au pied du sapin ou entre copain·es, musiques et ambiances sonores spécifiques accompagnent cette fin d’année et le début de la suivante. Entre répertoires de Noël et vœux de bonne année, découvrons ensemble quelques voix des archives du CMTRA, présentes sur la plateforme INFRASONS.

Entre Anges et agnelle : un Noël de Bessans

La catégorie des « Noël » est très représentée dans les répertoires de chansons traditionnelles et populaires français. Ils célèbrent l’Annonciation et la naissance de l’enfant Jésus. Parmi ces « Noël », ceux de Bessans, commune savoyarde, se distinguent notamment par leur nombre et leur persistance. En voici un exemple dans cette archive en francoprovençal, enregistrée par Georges et Nicole Madelaine, auprès d’un bessanais anonyme, en 1964.

Noël de Bessans, enregistré par Georges et Nicole Madelaine, informateur anonyme, 1964

Paroles :
Dzens qu’èthes din vothres misons
Attapis quème de marmottes
Ne tsauchez pas vothros sapons
Prenez selamint vothres socques
Sortez, defau est tzauza ethrandze
O zi varrea los andzes
Que baillont a tuit lo bonzom

O sont lainaut su Clapy-Vert
Tot à travers de l’auille allegra
Que florettont un biao motet
Tot per caou et non pas per lettra
Corrin demanda à dom Péhot
Que sat de latin quarque pour
Qu’o nos expliquet sai mystéo
Gloria in excelsis Deo

Quis que val rachar lo diablot
Qu’avant-hier prêt tant de peinna
Per attrapa in tsarmorsot
E lie lo portè per ethrainna
A Jeusep et à la pucella
Est tsauza rara pers ai timps
Per me dze lie porta eun’agniella
Qu’à seus semannes per lo moins [1]

Traduction :
Gens qui êtes dans vos maisons
Tapis comme des marmottes [2]
Ne chaussez pas vos galoches
Prenez seulement vos sabots
Sortez, dehors est une chose étrange
Vous y verrez mieux qu’à midi
Sortez, vous y verrez les anges
Qui donnent à tous le bonjour

Ils sont là-haut sur la Clapy-vert
Tout à travers de l’aiguille allègre
Qui exécutent un beau motet
Tout de mémoire et sans le lire
Courons demander à Dom Pierrot
Qui sait quelque peu de latin
Qu’il nous explique ce mystère
Gloria in excelsis Deo

Celui qui voit les diables se précipiter
Qui avant-hier prit tant de peine
Pour attraper un jeune chamois
Il le porte pour étrenne
A Joseph et à la pucelle
C’est chose rare pour la saison
Pour moi, je leur porte une agnelle
Qui a six semaines pour le moins. 

Du genièvre pour le bonheur et contre la sécheresse

Après Noël vient le Nouvel an. Dans la Chartreuse, la tradition invite à brûler, chez soi, du genièvre le matin du 1er janvier.

L’ethnologue Charles Joisten (dont vous avez certainement déjà entendu parler si vous suivez ce carnet), avait ainsi entrepris entre 1969 et 1974 de rechercher des attestations de cette coutume dans le territoire isérois. Celle-ci s’est avérée pratiquée, tout particulièrement dans la commune de Quaix-en-Chartreuse. Si diverses croyances y sont rattachées, telle que la prédiction d’un sort funeste à celui ou celle qui, faisant brûler le genièvre, le voit s’éteindre dans ses mains, cette coutume vise globalement à éloigner le Diable et à porter bonheur. Alice Joisten souligne notamment la place de la cheminée dans ces croyances. A la fois foyer de la maison et potentiel passage pour l’entrée du Diable[3]. Par ailleurs, les différents témoignages recueillis soulignent la bonne odeur parfumant la ou les pièces de la maison ainsi enfumées, et l’attention particulière au choix des branches : les plus garnies de baies, les meilleures.

Mais le rôle du genièvre ne se limite pas à être brûlé, il sert également de décoration pour honorer les fontaines.

En effet, à partir de minuit, le matin du 1er janvier, la coutume était de fixer un petit genièvre décoré de papiers multicolores, vestiges des papillotes du réveillon de Noël, à la fontaine du village, ou celle la plus proche de chez soi. L’arbuste apparaissait alors comme une sorte d’offrande, pour remercier la fontaine d’avoir donné de l’eau toute l’année, et l’encourager à en donner encore l’année suivante. Une idée à reprendre pour prévenir aujourd’hui les risques de futures sècheresses ?

Les témoignages recueillis par Charles et Alice Joisten suggèrent en outre une tradition essentiellement pratiquée par les femmes, et, si les hommes pouvaient aller chercher le genièvre, c’était bien elles les figures privilégiées pour le brûler et le décorer.

La tradition du genièvre, enregistré par Dominique Abry et Alice Joisten, auprès de Rose Termat, 1984

Cette tradition semble aussi survivre en ville. Alice Joisten affirme que si l’on ne décore plus les fontaines, « on brûle toujours le genièvre le 1er janvier à Grenoble. »[4]

N’oubliez cependant pas que la nouvelle année ne s’entame pas au même moment partout sur le globe. L’Iran, par exemple, devra attendre le printemps[5], quand, en Isère, le genièvre sera remplacé par des fleurs pour décorer les fontaines.

Quoi qu’il en soit, et en attendant, voici quelques préconisations pour le mois de janvier, de Marie Victoria Chazel au micro de Sylvette Béraud-Williams :

Janvier près d’un bon feu, enregistré par Sylvette Béraud-Williams, auprès de Marie-Victoria Chazel, 1977

Notices INFRASONS :

Pour aller plus loin :

  • JOISTEN Alice, « Brûler le genièvre le 1er janvier à Grenoble. Une coutume, sa permanence urbaine et son environnement rural », in : Le Monde alpin et rhodanien. Revue régionale d’ethnologie, n°12-3-4, 1984, URL : https://www.persee.fr/doc/mar_0758-4431_1984_num_12_3_1253
  • CMTRA, « “Norouz” ou le Nouvel An iranien », in : Musiques, territoires, interculturalités. Le carnet du CMTRA, [en ligne] 02/01/2017, URL : https://cmtra.hypotheses.org/1567.

[1] Chant transcrit à partir de la version relevée par l’abbé Bernard dans « 82 chants folkloriques et danses de nos provinces » (1938).

[2] Pour en apprendre davantage sur les représentations de la marmotte, emblématique de la Savoie, voir FOURCADE Patricia, « Figuration et statut de la marmotte dans les usages sociaux du milieu alpin », in : Journal d’agriculture traditionnelle et de botanique appliquée, n°37-1, 1995, URL : https://www.persee.fr/doc/jatba_0183-5173_1995_num_37_1_3562?q=no%C3%ABl%20de%20bessans. 

[3] JOISTEN Alice, « Brûler le genièvre le 1er janvier à Grenoble. Une coutume, sa permanence urbaine et son environnement rural », in : Le Monde alpin et rhodanien. Revue régionale d’ethnologie, n°12-3-4, 1984, URL : https://www.persee.fr/doc/mar_0758-4431_1984_num_12_3_1253.

[4] Ibid.

[5] Voir l’article du 02/01/2017, « “Norouz” ou le Nouvel An iranien », URL : https://cmtra.hypotheses.org/1567.

 

Illustration : Sabina folio cupressi, B P / Baccifera, Matth, Robert (Nicolas), Collection des vélins du Muséum national d’histoire naturelle – portefeuille 63 – Plantes, BnF.

 



Citer ce billet
cmtra (2023, 21 décembre). Mosaïques sonores pour les fêtes de fin d’année. MUSIQUES, TERRITOIRES, INTERCULTURALITÉ. Consulté le 14 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/veho

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.