EN FRANÇAIS, AU PLURIEL

Dans le cadre du développement de notre projet INFRASONS, la cartographie régionale des patrimoines sonores, nous nous intéressons aux différents usages des plateformes numériques, notamment sonores, en lien avec des projets patrimoniaux et/ou de recherche scientifique. Plus que la mise à disposition de données, d’archives, ces plateformes ont pour objectif de proposer une expérience ludique et unique par la navigation. Elles incitent l’internaute à se plonger librement dans des collections et à découvrir de nombreuses ramifications : le numérique nous permet de lier aux documents inédits des créations, des ressources documentaires, des projets, des œuvres graphiques, littéraires… En parallèle de l’existence de bases de données plus figées, ces outils de valorisation nous offrent donc de grandes libertés éditoriales. Nous vous proposons d’explorer le site En français au pluriel, qui est un bel exemple de cette possibilité d’exploration infinie…  Ce billet vous est proposé par Myriam Suchet, co-réalisatrice de la plateforme.  

Cette création sonore, réalisée en complicité par David Christoffel et Myriam Suchet à partir d’une lettre adressée à Barbara Manzetti (et à l’ensemble de la famille Rester. Étranger.), propose de déplier l’acronyme « FLE » en « français langue étrangée » plutôt qu’en « français langue étrangère ». C’est à peine un décalage, un tremblé, un soupçon de faute d’orthographe qui fait passer de « français langue étrangère » à « français langue étrangée ». Même pas besoin de changer le sigle ! Et c’est précisément ce trouble qui m’importe. Il s’agit d’inquiéter une certitude : celle de savoir à coup sûr où passe la frontière entre soi/l’autre, le familier/l’étranger, le propre/le… sale (?). Déplier « FLE » en « français langue étrangée » plutôt qu’en « français langue étrangère », c’est offrir l’hospitalité à toutes les différences : celles qui existent entre les langues et aussi celles qui constituent chacune de l’intérieur. La polyphonie qui se donne alors à entendre libère des voix trop souvent réduites au silence : celles des autres en nous, les cris improbables et les murmures inouïs de nos faunes intérieures…

Telle qu’elle est exposée dans la galerie numérique du site de recherche-action-création En français au pluriel, cette proposition sonore entre en constellation avec le recueil poétique de Luc Champagneur, Allophonics, édité par Jean-Marc Baillieu (cahier d’essais poétiques). Dans cette même constellation, on peut naviguer vers une lecture rapprochée de l’extrait, se laisser entrainer vers d’autres références théoriques et réflexions critiques, découvrir des outils de désapprentissage ou se prêter à des expériences sensibles jusqu’à quitter l’orbite du texte de départ pour rejoindre d’autres galaxies à portée de clic, formées autour d’extraits de Patrick Beurard-Valdoye, de Katalin Molnár, d’Henri Michaux, de Luc Bénazet… Chacun des textes est choisi pour la façon dont il pulvérise, altère, transforme, détourne, interroge le référentiel devenu invisible à force d’être dominant, qui voudrait qu’un sujet parlant plein et entier corresponde à une seule langue homogène dans les limites d’un territoire fermé sur lui-même. En invitant à naviguer à partir du texte d’écoute en rebonds, j’espère qu’on se perde joyeusement et résolument !

Mon travail consiste à sortir de la représentation de « la langue » comme une et indivisible pour basculer dans un imaginaire que j’appelle hétérolingue. Pas seulement pluri- ou multi-lingue, parce qu’il ne s’agit pas d’additionner les langues, mais de diffracter chacune d’entre elle pour donner à voir les différences qui les constituent. Il s’agit de prendre la mesure des hétérogénéités qui constituent toute langue, française en l’occurrence, jusqu’à pouvoir entendre le « s » d’en français comme une marque de pluriel. Il en va des représentations identitaires les plus enracinées d’une certaine « modernité », que ce soit sur le plan national ou individuel où « la langue » est volontiers instrumentalisée comme signe d’appartenance et d’exclusion. Prendre acte du fait que « le » français n’existe pas plus que l’africain ou l’anglais sinon comme une idée régulatrice et un rapport de force, c’est libérer d’innombrables manières d’être soi et ensemble. Faire jouer d’autres partitions permet de cesser le travail des frontières et d’inventer d’autres modes de relation autrement plus complexes, fragiles, changeantes, multiples. Ouvert à toutes les formes de curiosité, ce site s’adresse aussi aux formatrices et formateurs de français dit « langue étrangère » qui auraient l’envie d’envisager « la langue » comme une occasion de co-création partagée avec toutes celles et ceux qui contribuent à l’inventer par leurs apprentissages et leurs tâtonnements. Quant à la galerie numérique, elle se peuple progressivement de créations inédites, commandées à des artistes – visuels, sonores, graphistes, littéraires, indisciplinéEs et sans étiquette – qui s’inspirent des textes de la bibliothèque de départ pour inventer de nouvelles formes à lirécrire, regardécouter, dérouler, écouter, visionner, et d’autres verbes encore à inventer. Belles explorations à vous et n’hésitez pas à entrer en contact !

Myriam Suchet

Crédits

Ce site, imaginé et nourri par Myriam Suchet, est rendu possible par les formidables Figures libres – chapeau et merci en particulier à Nicolas (Chesnais) & Marjorie (Ober), à Bachir (Soussi-Chiadmi), à Kevin (Tessier) – spéciale dédicace à Maud (Boyer) pour sa traduction délicate et perpétuelle ! Il est financé par l’Institut universitaire de France et hébergé par la TGIR Huma-Num.

La création sonore de David Christoffel prend appui sur une lettre de Myriam Suchet parue en mars 2021 sur le site de Qalqalah قلقلة , qu’il mix avec plusieurs de ses autres créations, dont Paul a mal que vous pouvez entendre ici. La version sonore a été commandée par la Manufacture CDCN Nouvelle Aquitaine et peut s’entendre sur leur site.

A propos des auteurs

David Christoffel est poète et compositeur, homme de radio et docteur en musicologie de l’EHESS. Auteur d’opéras parlés (récemment Échecs opératiques, Opéra de Rouen en 2018 et Consensus partium, Festival d’automne à Paris en 2020) et de pièces radiophoniques, il mène une réflexion sur les rapports entre poésie et musique en publiant de nombreux articles et en dirigeant le volume Orphée dissipé (RSH, 2018). Producteur de l’émission indépendante Metaclassique diffusée sur une centaine de radios associatives, il est également l’auteur d’Ouvrez la tête (ma thèse sur Satie) (aux éditions MF, 2017) et de l’essai La musique vous veut du bien (PUF, 2018, rééd. 2022). Chercheur associé au Cerilac, ses travaux sont recensés sur ce site.

Myriam Suchet cherche, et se perd beaucoup. Son parcours littéraire s’est indiscipliné chemin faisant. Elle dirige le Centre d’études québécoises de la Sorbonne Nouvelle dans une perspective de recherche-action-création. Elle a publié notamment L’Imaginaire hétérolingue. Ce que nous apprennent les textes à la croisée des langues (Classiques Garnier, 2014), Indiscipline ! Tentatives d’UniverCité à l’usage des littégraphistes, artistechniciens et autres philopraticiens (Montréal, Nota Bene, 2016) et L’Horizon est ici. Pour une prolifération des modes de relations (Rennes, Éditions du Commun, 2019). Depuis 2020, ses recherches (IUF) sur la traduction du français aux français au pluriel prennent trois formes complémentaires : des livrets trimestriels aux Éditions du commun, un kit de désapprentissage de « la langue » (réalisé avec les Tables des Matières) et un site (créé avec Figures libres). Myriam Suchet est aussi membre de la commission scientifique du CMTRA depuis 2022.

Pour aller plus loin :

Page d’entrée dans le site : https://www.enfrancaisaupluriel.fr/

Présentation du site et de ses enjeux : https://www.enfrancaisaupluriel.fr/intro

Le mode d’emploi du site : https://www.enfrancaisaupluriel.fr/pages/263


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.