LA CHANSON DE MEDHI

Jacques Mayoud, co-président du CMTRA, retrace la trajectoire d’une chanson au démarrage de laquelle il a participé il y a plus de 40 ans. Partie de la pratique des chansons traditionnelles dites "à répondre" en région lyonnaise, la chanson s'est retrouvée samplée en 2020 par un chanteur de rap marseillais. L’occasion de revenir sur les valeurs d’éducation populaire et d’action sociale auxquelles le mouvement Folk des années 1970-1980 était lié et sur le rôle important que sa mère, Renée Mayoud, a tenu dans le secteur de la pédagogie musicale et de la chanson jeune-public.

1974- 2021, le voyage d’une chanson du trad au rap. Chanson à répondre, chanson à reprendre

           Une des grandes découvertes des folkeuses et folkeux des années 70 fut la chanson à répondre et à danser. Qu’elle vienne du répertoire breton, québécois ou autre, la forme traditionnelle de la chanson à réponse, a une structure simple et efficace : une phrase chantée par un.e soliste est reprise par un deuxième chanteur ou par un chœur. Même si l’on ne connaît pas la chanson, l’apprentissage de l’air et des paroles est quasiment immédiat : il suffit de répéter ce que l’on vient d’entendre, mots, notes, style et énergie.

La chanson à répondre est en elle seule une synthèse de la transmission orale, un outil pédagogique remarquable et une incroyable arme de combat culturel.

            Entre 1972 et 1975, en région lyonnaise et dans toute la France, autour de Renée Mayoud et de Steve Waring, le groupe d’animation de rues La Guimbarde vient chanter sur les marchés, sur les terrains de jeux et dans les cours d’immeubles des quartiers populaires, aidés par les animateurs des MJC locales (Maison des Jeunes et de la Culture) ou des mouvements d’éducation populaire (Fédération des Œuvres Laïques, Francs et Franches Camarades etc.)

Les musiciens du folk-club La Chanterelle et du groupe La Guimbarde en 1973, entre le quartier des Minguettes, Vénissieux et le quartier des Clochettes, Saint Fons. Crédit photo : Marie-Mad Peillon

 La chanson à répondre est à chaque fois au programme de l’animation de rue, avec un triple rôle :

– Phase 1 : puisée dans le répertoire français ou québécois, la chanson traditionnelle à répondre vient installer un climat plutôt joyeux et faire dialoguer les musiciens-chanteurs avec les habitants.

– Phase 2 : une fois la chanson en tête et en bouche, on la détourne au service d’une cause locale ou universelle en changeant les paroles. Les membres du groupe La Guimbarde sont entrainés à inventer de nouvelles paroles adaptées au lieu où l’on chante ainsi qu’à la problématique des habitants ou des animateurs socio-culturels locaux.

– Phase 3 : il s’agit ensuite de faire comprendre aux participants qu’ils peuvent être aussi des créateurs de paroles et de musique et inventer eux-mêmes une chanson dans le cadre d’un atelier musical, d’une classe d’école etc. Tout le monde peut faire de la musique et tout le monde est créateur : c’est là un des messages que le mouvement folk, et avec lui Renée Mayoud, Steve Waring et d’autres, feront passer sans cesse.

A gauche : pochette 45T La Guimbarde recto + A droite : La Guimbarde Clochettes 1973]

Renée Mayoud et La chanson de Medhi.

            Auteure, compositrice et interprète depuis les années 1950, Renée Mayoud écrit dans les années 1970-1990 des chansons pour et avec les enfants, travaillant en collaboration avec d’autres chanteurs et musiciens du folk comme Steve Waring, Daniel Beaume ou ses fils Jacques Mayoud et Dominique Mayoud. Avec eux et avec les musiciens et musiciennes de La Guimbarde, elle ira dans les rues et les écoles des banlieues populaires de la région lyonnaise pour chanter et créer avec les enfants : Lyon 8ème, Saint Fons, Vénissieux, La Mulatière… Là sont nées les chansons des fameux disques “La Baleine Bleue” et “Le Serpent à Sornettes”, encore chantées aujourd’hui dans les écoles de France. Surnommée la Mamy Folk, Renée Mayoud s’est battue pour contrebalancer la « chanson pour enfants » commerciale du type Chantal Goya et a incontestablement impulsé en France un courant de participation des enfants à la création de chansons.

A gauche : couv livre RMV Les aujourd’ui… + A droite : Renée Mayoud guitare

            En 1979, dans un ouvrage à caractère pédagogique, “Les aujourd’hui qui chantent”, Renée Mayoud relate son expérience de création avec les enfants, insistant sur le fait que la chanson est « le moyen d’accéder plus facilement à la musique et à la poésie. » Elle y redit l’importance de pouvoir adapter et transformer une chanson existante et de pouvoir aller vers la création : « …Ce qui pour moi est essentiel : exprimer le refus de la démarche consommatoire par le désir d’être nous aussi des créateurs. Si la chose créée est minime — comme l’est apparemment une chanson — l’important est qu’elle soit collective et transformable à souhait, non figée une fois pour toutes comme le sont tant de créations personnelles. »

            En cela, La Chanson de Medhi est un bel exemple de chanson à répondre créée avec des enfants puis reprise et transformée dans différentes villes depuis 1974 jusqu’à nos jours.

« Le coup d’envoi de  cette chanson fut donné par Medhi, un Nord-Africain de 6 ans dont la famille émigra dans la ville de Jeanne d’Arc. », raconte Renée Mayoud. Le début de la chanson est effectivement né à Orléans en 1974 au cours du festival « Jeunes années », organisé par les Francas (Francs et Franches Camarades) dans et autour de la grande halle de la ville. Cinq mille enfants rassemblés, une centaine d’animateurs francas et une trentaine d’artisans et d’artistes animant des ateliers en tous genres. Renée Mayoud, Steve Waring, ses musiciens et le groupe La Guimbarde alternent ateliers musicaux, concerts et animations de rue. Dans l’atelier percussion, où les enfants sont invités à improviser une chanson de fête, Evelyne Girardon cueille une petite pousse donnée par Medhi, 6 ans : « Lala lala je vais au cirque… » qui est reprise par le groupe suivant la logique du chant à répondre. Medhi développe les paroles avec le reste du groupe, qui se met en mouvement et lance une mini-parade déambulant sous la halle avec la chanson de Medhi. La chanson sera reprise dans la grande parade qui clôturera ce festival d’Orléans.

A gauche : couv 33T Le serpent à sornettes 1978  + A droite : couv CD Serpent 2012

            La Chanson de Medhi sera actualisée et complétée en 1977 par Renée Mayoud avec une classe du groupe scolaire Albert Camus à La Mulatière, en banlieue de Lyon, puis enregistrée en 1978 dans le disque « Le Serpent A Sornettes », album collectif conçu et coordonné par Renée avec plusieurs artistes de la région lyonnaise : Patrick Arnardi, Michèle Bernard, Olivier Lataste, Dominique Mayoud, Jacques Mayoud, Steve Waring…

Tout d’abord édité en 33T par Le Chant Du Monde, le disque sera repris en K7 audio par Enfance & Musique, ré-édité en CD par les Editions Fuzeau puis en 2012 par les éditions Lugdivine qui le diffusent actuellement.

La chanson de Medhi

Lalalala lala je vais au cirque (bis)
On y verra des clowns, beaucoup de clowns (bis)
On y trouv’ra peut-être la poule aux œufs d’or (bis)
On y mang’ra d’la barbe, barbe à papa (bis)
Cette chanson est celle de Medhi (bis)
C’est un petit garçon d’auhourd’hui (bis)
Il a trouvé cet air en improvisant (bis)
Un jour de festival à Orléans (bis)
Dans un coin on tapait sur de vieux bidons (bis)
Et c’est comme ça qu’elle est née la chanson (bis)
Medhi chantait ce qui lui passait par la tête (bis)
On reprenait en chœur et c’était la fête (bis)
Tu peux continuer sur cet air là (bis)
Inventer des couplets et danser la samba (bis)
Lalalala lala lala lala (bis)
Lalalala lala lala lala (bis)
Notre Medhi à nous il s’appelle Morad (bis)
C’est notr’ petit copain, notre camarade (bis)
Y’a aussi Yasmina, Hamelle et puis Samir (bis)
Qui tapent la derbouka et le bendir (bis)
Lalalala lala lala lala (bis)
Lalalala lala lala lala (bis)

            La mélodie de Medhi et la structure à réponse donnent ensuite naissance à de multiples versions de paroles en région lyonnaise, au gré des animations de classes, de quartiers ou de stages par Renée Mayoud et La Guimbarde, toujours sur la musique de Mehdi : à Vaulx en Velin, quartier de la Grappinière, à Oullins, quartier de la Saulaie,  à l’Isle-d’Abeau, quartier de Villefontaine et d’autres… A chaque fois, enfants et adultes inventent leurs paroles, parlent de leur quartier, de leur vécu ou racontent une histoire imaginée en classe.

            A l’école de La Grappinière, à Vaulx en Velin, c’est  surtout de la venue des musiciens et chanteurs dont ils veulent parler :

« Oui c’est nous les enfants de La Grappinière (bis) / Et depuis quelques temps y a d’la chanson dans l’air (bis) / Dans la classe de Maurice et celle de Dominique (bis) / Renée, Jacques et André viennent faire de la musique (bis)… »

            Dans la version de l’école Jean Jaurès de La Saulaie, quartier d’Oullins au sud de Lyon, les enfants parlent autant de la pollution que des diverses origines des enfants, dont des Laotiens :

« J’habite à La Saulaie, tout près de Lyon (bis) / Ma ville s’appelle Oullins, on y fait des chansons (bis) / Vers l’école Jean Jaurès on voit beaucoup d’voitures (bis) / Aux feux rouges des camions qui ne sentent pas bon (bis) / En classe, Tchou, Dao et la petite Cho (bis) / Disent qu’elles voudraient revoir leur pays, le Laos (bis)… »

En 1982 une émanation de La chanson de Medhi fit date …dans les quartiers de Marseille.

Années 1980 : André Bohomme, Natasha Bezrich, Renée Mayoud et Daniel Beaume aux rencontres de la Sainte Baume, dans le Var. Crédit : X.

Daniel Beaume et La chanson des enfants des quartiers nord

            Daniel Beaume, pianiste et accordéoniste, fut un compagnon de route de Renée Mayoud. Il mit en mots et en actes l’esprit de sa démarche pédagogique et collabora activement aux actions urbaines sur Saint Fons et Vénissieux. Quand dans les années 1980 il se retrouve enseignant la musique en collège dans la région Aix-Marseille, c’est tout naturellement qu’il reprend les outils créatifs développés par le Folk via Renée Mayoud, Steve Waring et La Guimbarde. Prof de musique au collège Albert Camus dans les quartiers nord de Marseille, il reprend le principe et la musique de la Chanson de Medhi et donne la parole à ses élèves.

            Un couplet de la chanson disait Tu peux continuer sur cet air là (bis) Inventer des couplets et danser la samba (bis)”. Daniel Beaume a donc proposé aux jeunes de sa classe d’écrire de nouvelles paroles sur cette musique pour parler de leurs quartiers, de leur vie quotidienne, et c’est devenu “La chanson des enfants des quartiers nord”. Elle figure dans l’album 33T « Les enfants des quartiers Nord brisent la glace » sorti en 1982 puis repris en CD chez Enfance et Musique.

Pochette de la 1ère édition du 33T « Les enfants des quartiers nord brisent la glace »

[son/video] https://www.youtube.com/watch?v=JEazocvsLL4

LA CHANSON DES ENFANTS DES QUARTIERS NORD

Nous sommes des enfants des quartiers nord (bis)Et à pied ça fait loin jusqu'au vieux port (bis)
Il y avait des vaches et des cochons
A l'endroit où se trouvent nos maisons
Pierrette partait avec son bidon d'lait
Dans une ferme tout près de la forêt
Adieu vaches et cochons, ferme et forêts,
Pierrette achèt' son lait au supermarché
Si tu veux te construire un' belle villa
Va la construire ailleurs, ici c'n'est pas pour toi
On dit qu' c'est un quartier mal fréquenté
C'est rempli d'ouvriers et d'immigrés
Les immigrés travaillent sur des chantiers
Et construisent des maisons pour des français
Les flics nous font monter dans leurs fourgons
Et nous font ressortir à coups d'bâton
Si ton ballon s'égare dans un jardin
Il ressort tout troué par le voisin
Nous sommes des enfants des quartiers nord
Et à pied ça fait loin jusqu'au vieux port

Paroles : collectif avec Daniel Beaume

Musique : Medhi & Evelyne Girardon

            Pour Daniel Beaume, pour le rappeur Soso Maness et beaucoup d’autres, la Chanson des enfants des quartiers nord fait partie du patrimoine marseillais : « C’est une chanson qui a été importante à Marseille parce qu’elle ne parlait pas de pétanque ou de pastis, mais de la vie des gens, on donnait la parole aux gens des quartiers nord, et c’est ce qui a marqué à l’époque en ville. Elle fait partie du patrimoine et beaucoup de jeunes se sont approprié ses mots », dit Daniel Beaume.

La marche pour l’égalité, 1983. Crédit : X.

            La chanson des quartiers nord devient un hymne pour la Marche de l’Egalité. A l’été 1983, des habitants du quartier des Minguettes à Vénissieux, conduits par le curé Christian Delorme et le pasteur Jean Costil, exaspérés par les violences urbaines et les bavures policières, lancent l’idée d’une marche pacifique, qu’ils définissent comme « un rassemblement de tous les habitants, de toutes les origines, pour construire une société solidaire ». La Marche pour l’Egalité et contre le racisme est publiquement présentée à la Maison des Jeunes et de la Culture de Saint-Fons. Puis elle part de Marseille le 13 octobre avec une trentaine de personnes et en rassemble cent mille le 3 décembre à Paris. « Nous sommes les enfants des quartiers nord » chantent les marcheurs tout le long des 1600 kilomètres de leur marche…

De Medhi à Soso Maness 

            Dans les quartiers nord de Marseille, deuxième ville de France, la pauvreté touche 50 % de la population, essentiellement ­issue de l’immigration…

            En 2020, le rappeur marseillais Soso Maness annonce la sortie de Mistral, son deuxième album, avec un sample de « La chanson des enfants des quartiers nord ». Né en 1987 cité Font-Vert, un des quartiers nord, Soso ne connaît rien de l’histoire de cette chanson. « Je la chantais au centre social quand on était petits, je ne connaissais ni l’histoire, ni l’engagement qu’avait ce monsieur-là [Daniel Beaume] mais cet air je le fredonnais et avec le temps c’est resté dans un coin de ma tête. J’ai décidé d’ouvrir cet album avec ces paroles-là, ensuite j’ai connu toute l’histoire de cette chanson et j’ai trouvé ça tellement en adéquation avec ce que je fais aujourd’hui. »

            Daniel Beaume : « On s’est rencontrés [avec Soso]et je lui ai raconté l’histoire de la chanson. Il ne soupçonnait pas qu’il y avait toute cette histoire derrière. Surtout le fait qu’il l’utilise pour parler du temps présent montre que certaines choses n’ont malheureusement pas changé, voire même se sont aggravées. Soso en faisait la remarque, on sait que dans ces quartiers beaucoup de choses étaient prises en charge par des éducateurs des centres sociaux et petit à petit, tout a disparu, les associations ont été étranglées financièrement et ont laissé ces quartiers un peu se débrouiller sans aides. Les paroles résonnent encore aujourd’hui. Mais c’est aussi une chanson qui montre une fierté de venir de là-bas : il y a une volonté de dire “On existe”.»

            Soso Maness : « Soyez fiers des gens de votre communauté, soyez fiers des gens qui réussissent, soyez fiers des gens qui essaient de faire de grandes choses pour vous et des gens qui vous ressemblent ! Portez-les ! Parce que quand vous allez les porter, ça va vous faire du bien à vous. Ne soyez pas jaloux, ça ne sert à rien. ». 

Soso Maness. Crédit :_Sarah_Schlumberger.

            Il n’est pas seulement un rappeur, mais est aussi un activiste qui veut faciliter l’accès à l’éducation et à la culture : « Apprendre, se cultiver, ça c’est des vraies armes. La culture, ça m’a sauvé. L’envie de découvrir, l’envie d’apprendre d’autres langues, l’envie d’aller de l’avant, le savoir-vivre. Quand tu es capable de t’élever intellectuellement, tu peux casser des barrières.» 

Tube et mektoub, par Marie Guérin

            Artiste sonore, Marie Guérin manipule en live et en studio des prises de sons et des archives radiophoniques, traces laissées sur les ondes et sur les disques, et propose des documentaires sonores, des performances et des compositions.

 En 2021 elle signe pour l’émission de France-Culture « L’Expérience » un podcast en 4 épisodes intitulé « La chanson de Mehdi. Tube et mektoub ». Tombée par hasard chez un disquaire d’occasion sur le vinyl « Les enfants des quartiers nord brisent la glace », elle décide de partir à la recherche des acteurs et actrices de cet album. Elle découvre l’existence du disque Le Serpent à Sornettes, de Renée Mayoud, du groupe La Guimbarde… Elle s’entretient avec plusieurs des acteurs de cette période et rencontre dans les quartiers nord de Marseille Daniel Beaume et quelques-uns de ses anciens élèves ayant participé à la création de la chanson des enfants des quartiers nord. Elle donne aussi la parole à quelques rappeurs de la scène locale actuelle.

Marie Guérin rencontre le label Rap Rage Instinct Pouvoir à l’Espace Culturel Busserine de Marseille. De droite a gauche : Kamal Aboudou et son enfant, Emilien Monteiro, Marie Guerin, Omr, Tonista, Ferrara.• Crédit photo : Amelia Monteiro.

            A la fin de l’émission, quand Marie Guérin dit aux jeunes rappeurs marseillais que la chanson des enfants des quartiers nord est plus vieille qu’ils ne pensent, que c’est un petit Medhi, 6 ans, qui a lancé ça en 1974, ils disent avec douceur, murmurant presque « Ah… Merci Medhi ! » Le podcast sera diffusé sur les ondes de France-Culture cet été 2022. On peut l’écouter sur le site de l’émission L’Expérience. (voir liens)

Orléans, Lyon et banlieues, Marseille, Paris, France…

            « Dans ce travail d’artisan, enfants et adultes font des chansons “pour de bon”. Quand elles prendront leur envol, bien malin qui pourra prévoir toutes les rencontres qu’elles feront hors de leur lieu de naissance. » (Renée Mayoud-Visconti)

Quartier des Etats-Unis, Lyon 8ème, où habitait Renée Mayoud, un square porte son nom.

            J’avais 20 ans en 1974 à Orléans, sous la grande halle, animant au violon l’atelier de chansons à répondre et à danser avec le groupe La Guimbarde pour ensuite défiler dans la rue en chantant La Chanson de Medhi. Je ne pensais qu’au présent, qu’à transmettre l’énergie que j’aimais de ces musiques traditionnelles, qu’à être dans la joie du moment. Et, bien sûr, je ne pouvais imaginer que, presque 50 ans plus tard, je suivrai le fil de cette chanson voyageuse en me redisant que les chansons, et beaucoup d’autres choses, c’est comme les oignons : derrière la première peau il y en a une autre, et une autre, et une autre encore…

            Que retenir de tout ça ? Peut-être que la Chanson de Medhi, tout comme La chanson des enfants des quartiers nord, ne s’est pas faite en un seul jour ni par une seule personne. Toutes deux sont l’émanation du collectif et de personnes ne venant pas d’un milieu favorisé. Leur création a été souhaitée et soutenue par des valeurs d’éducation populaire autant que de respect de l’altérité. Ces valeurs, toujours nécessaires en 2022, sous-tendent un grand nombre d’actions du CMTRA.

Jacques Mayoud

Pour aller plus loin :

  • Renée Mayoud-Visconti, Les aujourd’hui qui chantent, inventer des chansons avec les enfants, Ed. Le Centurion, 1979. (Disponible auprès de Jacques Mayoud)
  • Renée Mayoud-Visconti, Dites-le en chantant, recueil de chansons pour petites voix et grandes oreilles, 1987, Edité par l’auteure (Disponible auprès de Jacques Mayoud)
  • Témoignage de Beline Girardon sur site de l’AMTA
  • “Ainsi chantaient les enfants des quartiers nord”, par Elodie Crézé :
  • “Un jour avec Soso Maness : évocation des Quartiers Nord”, rencontre avec Daniel Beaume

https://www.youtube.com/watch?v= X1CohGeQcFY

  • Soso Maness et la chanson des enfants des quartiers nord

https://www.abcdrduson.com/sidekicks/soso-maness-et-la-chanson-des-enfants-des-quartiers-nord/ :

  • Ecouter le podcast  La chanson de Mehdi. Tube et mektoub sur le site de France-Culture :

https://www.franceculture.fr/emissions/l-experience/la-chanson-de-mehdi-tube-et-mektoub

  • Détail et liste des personnes rencontrées par Marie Guérin et son équipe :
https://marie-guerin.fr/la-chanson-de-mehdi/
  • Commander le CD « Le serpent à sornettes » chez Lugdivine :

https://www.lugdivine.com/cd-dvd-livres/le-serpent-a-sornettes-cd-detail


2 réflexions sur « LA CHANSON DE MEDHI »

  1. Merci infiniment d’avoir partagé cette histoire passionnante. Bravo pour ce travail. Anne Damon-Guillot.

  2. Cher carnetier,

    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une des portails fr.hypotheses.org et hypotheses.org.

    Bien cordialement,
    Céline Guilleux, pour l’équipe d’Hypothèses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.