Podcasts Contretemps

On aime et on en parle ! Vous l’avez peut-être déjà vu passer, le superbe podcast  « Contretemps » de la FAMDT.

Cette fois ci, le son du mois n’est pas basé sur une archive mais met en lumière le podcast de Péroline Barbet, chargée de recherche ethnomusicologique pour le CMTRA pendant 9 ans, qui est aujourd’hui réalisatrice sonore et chercheuse indépendante.

Les 5 premiers épisodes de la Saison #1 : les pionnier·ère·s du folk, à écouter sur la plateforme AUSHA.

Ce premier cycle d’émissions est dédié à des musiciens et des musiciennes qui ont croisé la route du Bourdon, le premier folk club à Paris, créé en 1969. On y parle certes du club mais on entend surtout les voix de ceux et celles qui s’y sont croisé.

Dans cette série, on évoque les différents courants du mouvement folk à travers les parcours et les témoignages de Catherine Perrier, Emmanuelle Parrenin, Yvon Guilcher, Jacques Benhaïm et Gabriel Yacoub. Les points de vue se croisent, tout à la fois se télescopent et s’éclairent. On revient sur les dénominateurs communs du mouvement : la curiosité pour un répertoire qu’on ne veut pas oublier, le bourdon et l’attrait pour le partage, la participation collective.

Dans cette « pratique commune de la musique », certains vont s’attacher à mener un travail de précision, chercher « l’intention juste » pour « habiter » au mieux les chansons. Il s’agit d’être clairvoyant et conscient de là d’où on vient, ne pas être dupe d’une pseudo authenticité sans pour autant basculer dans un métissage outrancier qui viendrait dévoyer les répertoires.

D’autres déterritorialisent volontiers mélodies et textes pour plonger dans cette matière inépuisable et la modeler à leur guise. Jacques Benhaïm s’en amuse : « On nous prenait pour des gens pas très sérieux qui faisaient des mélanges, mais on savait qu’on mélangeait ! ». Les influences sont nombreuses et les métissages vont bon train, Malicorne « harmonise la musique modale » et électrifie les instruments jusque-là acoustiques, on revendique la confrontation de timbres qui étaient jusqu’à présent étrangers…

Le podcast Contretemps a le grand mérite de raviver notre curiosité, il nous invite à nous immerger dans ce terreau riche et à (r)ouvrir avec intérêt nos oreilles aux musiques des pionnier·ère·s.

« Ce qui est important ce n’est pas les notes, c’est la façon ! » 

 

Pour aller plus loin, vous pouvez aussi écouter le récent podcast du Réservoir sur Nova Lyon qui donne la parole à Jean Blanchard, co-fondateur du CMTRA, et qui fait écho à cette première série d’épisodes.

 

Pour aller plus loin :


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.