“Là-Haut sur la montagne”

En décembre dernier, le CMTRA animait un atelier d’écriture à l’Université de Saint-Étienne, dans le cours de méthodologie d’Anne Damon-Guillot "Sources orales et archives sonores". Une petite dizaine d’étudiant.es en Master de musicologie s’est prêtée au jeu de la valorisation d'une ou plusieurs archives sonores issues des fonds déposés au CMTRA. Cette fiche de répertoire vous est proposée par Mathilde Fauvet et Mathis Maier qui se sont penchés sur l'analyse d'une pastourelle. 

La pastourelle est un genre poétique chanté datant du Moyen-âge, le plus souvent écrit en strophes, avec des assonances variables. Elle est principalement en lien avec la figure de la bergère et, plus largement, l’univers champêtre. Mais au-delà de ces thèmes qui paraissent légers, ce genre de poésie lyrique évoque aussi des drames, et bien souvent ce que l’on qualifie aujourd’hui de viol. On y retrouve fréquemment une métaphore plus ou moins explicite d’un désir charnel où « bergère » est synonyme « d’amante ». Le soldat ou le chevalier qui rentre de guerre tente de séduire une bergère, un amour qui parfois est heureusement partagé. Il existe un répertoire important de pastourelles parlant de bergères : comme la Bergère et le Fils du Roi (ou forestier), une pastourelle dans laquelle le forestier du roi demande à la bergère de lui offrir son cœur, en échange elle pourra faire paître ses animaux sur les terres du roi.

“Là-Haut sur la montagne” par Madame Chanut enregistrée à La Rochette (07) par Christian Oller et Jacques Julien en 2012

Ce type de chanson traditionnelle s’est aussi ouvert à d’autres sujets. Nous vous proposons d’explorer différentes versions de la chanson Là-haut sur la montagne (que l’on retrouve également sous le nom de Aimer n’est pas un crime) collectée par Christian Oller et Jacques Julien sur le plateau ardéchois depuis les années 70.
Dans le cas de Là-Haut sur la montagne, la pastourelle devient un mélange entre chanson à boire et chanson d’amour… enfin si l’on peut parler d’amour quand il est question de comparer les femmes à du bon vin ! D’ailleurs alors que cela est évoqué dans les derniers couplets, certaines versions passent cette comparaison sous silence. On retrouve la chanson à boire à travers cette invitation à la consommation « prends ton verre à la main […] Et je t’y verserai du vin. » La chanson a connu de nombreuses variations, avec un champ lexical toujours bucolique. Dans les trois versions analysées ci-dessous, la pastourelle rencontre le lieu de la montagne, une montagne non identifiée, idéale, comme un ailleurs. 

“Là-Haut sur la montagne” par Monsieur Valette enregistré à Saint Jean du Gua (07) par Christian Oller (la date exacte est inconnue)

Les représentations d’un imaginaire : L’Idylle de la montagne

Cette montagne non identifiée est comme un idéal. Un idéal imaginaire qui date du monde antique et qui a traversé les siècles. Alors qu’elle était associée aux Dieux et Déesses et faisait partie d’un monde divin, sa sauvagerie et sa nature créatrice continuent de faire rêver. Un imaginaire entretenu par des mythes et histoires diverses comme celle d’Heidi. L’histoire champêtre d’une petite fille dans les montagnes suisses contraste avec la réalité austère. Les chansons sur la montagne sont nombreuses, on peut en retrouver dans l’Atlas sonore Chansons, contes et histoire, Voix des Alpes du nord. Un ouvrage proposant une sélection de chants qui mêlent la réalité de la montagne avec un univers féérique et fantastique. Un univers qui dépasse la réalité pour l’imaginaire. Bien que la montagne soit un lieu de vie et de passage rude marqué par l’histoire tragique de nombreux.ses migrant.e.s, elle reste perçue comme un paradis alpin, l’archétype d’une vie paisible et pastorale. 

“Là-Haut sur la montagne” par Madame Richard enregistrée à Usclades (07) par Christian Oller en 1978

Les paroles

Selon l’interprétation de Madame Chanut

Là-haut sur la montagne 

J’ai entendu pleurer

Oh c’est la voix de ma compagne

J’y monte pour la consoler

Bis

Que pleurez-vous la belle

De quoi vous chagrinez

Ah si je pleurs, c’est de tendresse

Gallant, de vous avoir aimé 

Bis

Aimer n’est pas un crime 

Dieu nous le défend pas

Faudrait avoir l’âme bien dure

Pour dire qu’on ne s’aime pas 

Bis

Les moutons dans la plaine, 

Sont en danger du loup

Et vous et moi, jeune bergère, 

Nous sommes en danger de tout 

Bis

Les moutons vivent d’herbe, 

Les papillons de fleurs, 

Et vous et moi jeune bergère, 

Nous allons vivre un grand amour

Bis

Premier couplet en occitan

La variation

Les chansons traditionnelles admettent un certain nombre de variations, de changements tant au niveau des paroles, que de la mélodie ou du rythme. Cela s’explique par le caractère oral de cet art populaire : l’interprète choisit d’interpréter la chanson à sa guise, souvent en fonction du moment, du contexte, et le transmet à son tour. Cette souplesse permet à chacun.e de s’approprier le répertoire traditionnel qui, par sa force d’adaptation, peut survivre au temps qui passe.  Nous vous proposons d’explorer les variations de ces trois interprétations de Là-haut sur la montagne en passant par la transcription, même si, rappelons-le, la chanson traditionnelle est avant tout une pratique de transmission orale. 

Ce qui est assez étonnant quand on compare les relevés des premières phrases de ces trois interprétations, (toutes transposées en Do majeur pour être comparées plus aisément), ce sont les innombrables différences entre les versions. Ce qui rend difficile au premier abord le lien entre les versions. Cette impression de différence totale vient en grande partie du fait que le premier motif est radicalement différent pour les trois versions, donnant ainsi une identité distincte à chaque interprétation.

Pourtant, on constate quand même de nombreux points communs au niveau du rythme, on comprend le schéma initial qui doit être approximativement celui de la première interprétation. De même, principalement entre les versions 1 et 2, la troisième et la quatrième phrase « Oh c’est la voix de ma maîtresse, j’y monte pour la consoler » se ressemblent fortement sur les notes.

Malgré ce schéma commun, la variation est tout de même très présente, et même déterminante dans l’identité et dans la couleur de la chanson. Le motif initial (Cf. V1 1 ; V2 1 et V3 1) est déjà révélateur de la variation. La deuxième version commence par une levée (Cf. V2 1), et fait un mélisme (là-hau-aut sur la-a), et la troisième interprétation nous montre presque une vocalise (Do-Mi-Sol-Do) (Cf. V3 1). Cette version est également la plus expressive, d’un point de vue intervallique avec la présence de septièmes mineures (Cf. V3 2), et d’un grand nombre de glissandi (CF. V3 2), puis niveau rythmique avec des élargissements ou rétrécissements de la mesure et des rythmes pointées (Cf. V3 3). Concernant les fins de phrases, la deuxième interprétation, contrairement aux deux autres (surtout la première, très « classique » dans ses fins de phrases), est assez instable, en ne faisant pas entendre la tonique à la fin des quatre vers (Cf. V2 2).

Cette chanson d’amour s’appuie sur le sentiment de liberté et de sérénité lié à l’imaginaire de la montagne. Cela se ressent tant à travers les paroles, dans lesquelles se déroule un échange serein, sans accroc, autour d’un sujet pourtant délicat, que dans la mélodie, puisque celle-ci se balade librement dans le rythme et dans les notes.

Mathilde Fauvet et Mathis Maier

 

Visuel : https://houseofswitzerland.org/fr/swissstories/soci%C3%A9t%C3%A9/heidi-derri%C3%A8re-coulisses-suisse-mythe

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.