LA NUIT DES MUSIQUES DU MONDE LE 21 NOVEMBRE 1995

LE SON DES 30 ANS PAR ERIC MONTBEL

Le CMTRA a 30 ans ! Pour l’occasion, nous invitons quelques-un.es des passionné.es qui ont fait son histoire à nous raconter un souvenir, un point de vue, un projet, autour d’une ou plusieurs archives issues de nos fonds sonores. Aujourd'hui nous vous proposons la lecture du billet d'Eric Montbel, joueur de cornemuse, chercheur et compositeur. Il a participé, en compagnie de Jean Blanchard, à la création du Centre des Musiques Traditionnelles Rhône-Alpes, et en a assuré la codirection de 1991 à 2001.

21 novembre 1995
Théâtre de l’Iris à Villeurbanne

La Nuit des musiques du Monde

 

Programme :

  • Shams. Les frères Raonak (Afghanistan)
  • Sueno Flamenco. (Espagne) Eric Perez / Jean-Yves Sanchez / Christian Gonzalez / Anna Torillo (baila) / Incarnacion Vinchez /
  • Khaled Ben Yahia. ‘ud. (Tunisie). Iad Heimour, Kanun.
  • Cie du Beau Temps (France). Jean Blanchard (chant, cornemuse) / Sylvie Berger (chant) / Michel Poncet (contrebasse).
  • Mohamed Mahdi /Salah Boumezoug (darbouka) / Nordine Filala (Tar). Viole d’amour à archet arabo-andalouse / chant (Constantine, Algérie).
  • Christian Oller, accordéon (France)
  • Marc Loopuyt et Cie (‘ud) (France). Musiques du Maghreb
  • Eric Montbel (cornemuse du Limousin chabreta) et Richard Monségu (percussions africaines).

 

Portrait de Mohamed Mahdi, compositeur, poète et luthier

 

Le 21 novembre 1995 était donné au théâtre de l’Iris à Villeurbanne la première « Nuit des musiques du monde » organisée par le CMTRA. Je reviens aujourd’hui sur cette soirée qui m’apparaît comme un tournant dans notre politique de soutien aux musiques traditionnelles. Le CMTRA avait été imaginé et créé à la suite des Centres de musiques traditionnelles en régions déjà ouverts en France, notamment le Crmt Limousin ou l’AMTA en Auvergne. Il faut rappeler que ces Centres furent imaginés dans la continuité des Musiciens Routiniers, association créée à Lyon dès 1980 autour du groupe Le Grand Rouge, puis de la FAMT (Fédération des Associations de Musique Traditionnelle), qui s’était développée assez logiquement suite au travail des Musiciens Routiniers et d’autres[1] (Lai Pouelle en Morvan, par exemple). L’héritage des Centres de musique traditionnelle, tout comme celui de la FAMT, c’était avant tout la défense des musiques populaires de France et des musiques régionales, et particulièrement celles du Massif Central, d’Auvergne, de Bourgogne et du Limousin. Il semblait évident que la région Rhône-Alpes, place historique de la naissance du mouvement folk en France, puis du collectage des musiques « trads » (avec des groupes fondateurs comme La Bamboche, Le Claque-Galoche puis le Grand Rouge), devait se doter d’un centre de musique traditionnelle. D’où la naissance du CMTRA, qui pendant les cinq premières années de son existence, à partir de 1991, s’était beaucoup activé dans le champ des musiques de terroir, notamment par la création des Atlas Sonores, collection de K7 puis de Cds consacrés à chaque « petit pays » rural. Mais dès notre installation à Saint-Fons, dans le sud de Lyon, nous avions été mis en contact avec des musiciens étrangers vivant sur place d’une part, et d’autre part avec des chercheurs ou organisateurs de spectacle engagés dans les musiques du monde – je pense notamment à Marc Loopuyt et à Pascal Buriane. L’Ecole de Musique de Villeurbanne, dirigée alors par le compositeur Antoine Duhamel, était également un pôle d’orientation pionnier, ouvrant une nouvelle perspective : musique cubaine, musique des Andes, musiques de la Méditerranée…. Nous avions déjà organisé quelques concerts en collaboration avec l’association « La musique des autres », notamment pour la venue à Lyon du maître flûtiste indien Ravi Prasad Chaurasia.

 

 

Cette idée d’une « Nuit des musiques du monde » au Théâtre de l’Iris – j’y viens – fut donc dans le prolongement de cet intérêt nouveau, tourné vers les musiques d’ici, mais également les musiques d’ailleurs, et une nouvelle orientation du CMTRA.

 Cette soirée de novembre 1995 fut mémorable, c’est la première qui m’est revenue à l’esprit lorsque Jacques Mayoud m’a demandé un papier pour les trente ans du CMTRA. Pourtant nous n’étions pas très confiants dans le succès d’un spectacle très long, consacré à des musiciens assez peu connus. Mais à notre grande surprise la soirée attira une foule considérable, dans une ambiance survoltée. Vous trouverez ici la liste des artistes qui avaient accepté de se produire, gratuitement, afin d’échanger leurs esthétiques musicales, dans une ambiance et un esprit totalement tourné vers le respect communautaire. J’avais un souvenir assez précis de cette soirée, mais tout cela était d’avant l’ère d’internet : aucune trace sur le web, pas de photo, pas de compte-rendu… mais grâce aux recherches de Camille Frouin, chargée des collections sonores du CMTRA, et l’assistance technique d’Éric Desgrugillers de l’AMTA, nous avons pu retrouver les K7 enregistrées ce soir-là, les numériser, et les mettre en streaming sur le blog du CMTRA. Je vous engage à écouter le grand maître du « ‘ud » tunisien Khaled Ben Yahia, qui donnait là un de ses premiers concerts à Lyon.

 

Khaled Ben Yahia le 21 novembre 1995 au Théâtre de l’Iris à Villeurbanne

 

La beauté et l’énergie des guitares et des chants andalous de Sueno Flamenco.

 

Sueno Flamenco le 21 novembre 1995 au Théâtre de l’Iris à Villeurbanne

 

L’actualité étonnante de la musique de Sham’s, les deux frères Raonaq, Afghans installés à Lyon, et dont la musique évoquait déjà la problématique du droit des femmes en Afghanistan.

 

Shams le 21 novembre 1995 au Théâtre de l’Iris à Villeurbanne

 

Un moment incroyable aussi fut le concert de Mohamed Mahdi. La joie communicative et le sens de la fête de cet Algérien exilé, vivant à Grenoble, avaient « mis le feu ». Mohamed était un luthier qui avait fui Constantine et l’Algérie du GIA, parce que les islamistes lui reprochaient de sculpter des visages et de les placer à la tête de ses violes d’amour.

 

Mohamed Mahdi le 21 novembre 1995 au Théâtre de l’Iris à Villeurbanne

 

Puis c’est dans l’intimité et la chaleur spirituelle de la musique arabe que Marc Loopuyt[2] et sa famille ont présenté des pièces du répertoire des grands maîtres de Al-Andalus.

 

Marc Loopuyt et sa famille le 21 novembre 1995 au Théâtre de l’Iris à Villeurbanne

 

Quant à nous, les organisateurs, les anciens folkeux convertis aux musiques traditionnelles et à l’expérimentation de musiques nouvelles, nous avions tenu à être présents, à jouer le jeu de l’échange culturel, et de participer à la fête.

 

Le Cie du Beau Temps le 21 novembre 1995 au Théâtre de l’Iris à Villeurbanne

 

Nous étions sur scène, la Cie de Jean Blanchard, l’accordéon inventif de Christian Oller, et moi-même dans mes premiers dialogues avec le percussionniste Richard Monségu, mêlant cornemuse limousine et percussions africaines.

 

Eric Montbel à la chabrette avec Richard Monségu
(cet enregistrement n’est pas issu du concert de 1995)

 

Tous les artistes présents ce soir-là produiront par la suite des disques[3] et des spectacles – certains d’ailleurs présentés de nouveau au Théâtre de l’Iris à Villeurbanne. Nous étions loin d’imaginer que le CMTRA serait un jour installé ici, à quelques pas de ce théâtre accueillant.

 

Chrsitan Oller le 21 novembre 1995 au Théâtre de l’Iris à Villeurbanne

 

Pour le CMTRA ce fut le début d’un long travail de recherche et d’enregistrements autour des musiques du monde présentes à Lyon et en Rhône-Alpes, dans les diverses communautés qui vivent ici. Notre collection d’Atlas Sonores s’ouvrit alors aux musiques venues d’ailleurs, aux musiciens « allogènes[4] » comme on les désigne en anthropologie, alternant enquêtes de terroir en milieu rural, et enquêtes sur les musiques de l’immigration en milieu urbain. J’ai eu l’honneur et le plaisir de diriger ces travaux, pendant plusieurs années. Le statut de directeur artistique était complexe et recouvrait des actions diverses : accompagner les musiciens en studio, convaincre nos partenaires financiers (Le FAS et Inter-Service-Migrants, la DRAC notamment), inciter les musiciens un peu anarchistes à se soumettre aux règles salariales. En cela l’aide de Robert Caro, notre administrateur, fut précieuse. Mais je devais aussi diriger l’enquête ethnomusicologique, mener les entretiens, écrire les livrets, et surtout travailler en collaboration avec les gens du terrain, plus informés que moi sur ces diverses pratiques : je pense ici, principalement, à Marc Loopuyt, à Richard Monségu, à Gregory Ramos et Valérie Pasturel. Le travail en studio également fut passionnant. La plupart des musiciens arabes avaient déjà enregistré[5] ; mais beaucoup d’autres musiciens de communautés se trouvaient pour la première fois en situation d’enregistrement professionnel. L’essentiel des séances studio se sont tenues à St Fons, au Caveau Jazz dont le jeune Pascal Cacouault assurait toutes les cessions. On connait la qualité et la puissance de travail de celui qui est reconnu aujourd’hui comme l’un des meilleurs ingénieurs du son en France, spécialisé dans la prise des instruments acoustiques. Notre collaboration allait devenir particulièrement féconde. Nous étions très attachés, Pascal et moi, à valoriser ces musiques, que nous connaissions mal, en les traitant dans le plus grand respect, mais en utilisant toutes les technologies à notre disposition.

 

Ya Bent El Hhal par Zitouni dans l’Atlas sonore n°11 “Musiciens du Maghreb à Lyon”, 1996

 

Je reste captivé par l’étonnante beauté du son de ces trois disques, après toutes ces années. Le premier CD fut celui des Musiques du Maghreb à Lyon, un disque magnifique par la qualité des musiciens réunis ; et curieusement c’est à partir de cette publication que nos tutelles au Ministère de la Culture commencèrent à nous prendre au sérieux. Nous avions même eu un petit mot d’encouragement de Daniel Mermet, le producteur modeste et génial de « Là-bas si j’y suis » sur France-Inter. Les prises du disque suivant, « Flamenco à Lyon» me donnèrent aussi l’occasion de découvrir un petit studio, le 17, situé à Villeurbanne encore ; et surtout son propriétaire : Jacques Castelli était bien connu du milieu des musiciens du Maghreb à Lyon, car il avait déjà enregistré de nombreuses cassettes de Chebs et de Cheikhas de la Place du Pont, n’hésitant pas à jouer de la basse ou de la guitare sur certains titres.

 

Photo issue de l’Atlas sonore n°14 du CMTRA “Flamenco à Lyon” , 1998
Odio par Familia Los Diez dans l’Atlas sonore n°14 “Flamenco à Lyon”, 1998

 

Et puis « Lyon Orientale », sans doute le plus exotique de ces trois Atlas Sonores, par la diversité incroyable des musiciens que Valérie Pasturel avait dénichés dans toute la région. Cette proximité avec les musiciens, c’était aussi la grande familiarité de Gregory Ramos avec le milieu espagnol, et de Richard Monségu avec les musiciens arabes. Richard, qui n’avait pas encore fondé les Antiquarks, était un jeune étudiant en sociologie, percussionniste, et l’un des rares Français à jouer dans les mariages et les fêtes avec les groupes arabes de la ville. Son expérience de confiance nous permit d’ouvrir bien des portes, et de répondre à nos demandes, à nos curiosités.

 

 

J’adore ces trois disques réalisés avec le CMTRA, je les écoute de temps en temps, rien n’est démodé. On y entend toutes les modulations qui ont transformé le paysage sonore de Lyon et de son agglomération en cinquante ans, devenue plus méditerranéenne, plus solaire, imprégnée d’Orient, ajoutant encore à son mystère parfois. S’il ne fallait retenir qu’un titre, et ce serait bien injuste, je suggèrerais à l’auditeur la plage enregistrée par Adel Salameh et Nazzia Azzouz, dans « Lyon Orientale ». Vous découvrirez la voix sublime de Nazzia, que j’avais rencontrée à Londres, et le ‘ud inspiré de cet immense improvisateur que fut Adel, éternel exilé Palestinien, hélas disparu en 2019.

 

Leiloun ajib par Ade Salameh et Nazzia Azzouz dans l’Atlas sonore n°16 “Lyon Orientale”, 2000

 

Vous pourrez écouter ces trois Atlas Sonores, dont la genèse s’était faite en direct, en cette Nuit des musiques du Monde à Villeurbanne en novembre 1995, depuis le site du CMTRA.

Eric Montbel
Co-fondateur et co-directeur du CMTRA de 1991 à 2001.
Le site internet d’Eric Montbel : https://www.ericmontbel.com/

 

Notes de bas de page :

  • [1] MONTBEL Eric, “Comment passe-t-on de Kraftwerk à Bouscatel” in Les années Folk – Cent ans d’intérêt pour les musiques traditionnelles. FAMDT-AMTA, 1996.
  • [2] A lire : Henri Lecomte et Marc Loopuyt, « Les pérégrinations d’un musicien inspiré », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 15 | 2002, mis en ligne le 11 janvier 2012.
  • [3] J’ai produit par la suite avec le CMTRA et Arion, puis avec la FAMDT, les disques solos de Mohamed Mahdi et Omar el Maghrebi.
  • [4] MONTBEL Eric,  « Lyon allogène, les musiques de l’émigration dans la cité » in Musiques Actuelles, Musiques Plurielles. DRAC Rhône-Alpes, 1996
  • [5] Péroline BARBET, Maghreb-Lyon, Triple CD, Atlas sonore n°23. CMTRA / Editions Frémeaux, 2010.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.