“JE SUIS MONTÉ DANS UN TRAIN NOIR”

LE SON DES 30 ANS PAR JEAN BLANCHARD

Le CMTRA a 30 ans ! Pour l’occasion, nous invitons quelques-un.es des passionné.es qui ont fait son histoire à nous raconter un souvenir, un point de vue, un projet, autour d’une ou plusieurs archives issues de nos fonds sonores. Aujourd'hui nous vous proposons la lecture du billet de Jean Blanchard, figure incontournable du mouvement revivaliste folk à Lyon. Il a participé, en compagnie d'Éric Montbel, à la création du Centre des Musiques Traditionnelles Rhône-Alpes, et en a assuré la direction artistique jusqu’en 2005.

Les Pentes de la Croix-Rousse

Collecte en milieu urbain : le quartier de la Croix-Rousse à Lyon, ou le souvenir tenace des émotions

La gestation

Réfléchir et écrire sur l’anniversaire du CMTRA- Centre des musiques traditionnelles Rhône-Alpes – pour ses trente ans, ou plus exactement pour ses trente-deux ans, c’est mettre en œuvre un travail de mémoire à propos d’une institution qui, elle-même, travaille sur la mémoire. Cette mise en abyme exige une relation des plus distanciées, objective, par ceux ou celles qui la réalise, sous peine de tomber dans les pièges habituels tendus par la rivalité longuement éprouvée entre mémoire et histoire.
Il serait anecdotique, sinon hasardeux, de tenter de comprendre les premières années d’activité du CMTRA sans replacer cette institution dans l’évolution nationale des pratiques concernant les musiques et danses traditionnelles. Ce travail d’analyse et de réflexion distanciée reste à faire. Les acteurs historiques du mouvement folk ont été animés, entre autres motivations, par une conception romantique des objets culturels en question. Ils ont vécu des rapports émotionnels forts avec les témoins-transmetteurs de leur propre mémoire, les musiciens ruraux des générations plus anciennes. Les travaux de collecte réalisés pendant les décennies fondatrices des mouvements « folk » – années soixante et soixante-dix – puis « trad » – à partir des années quatre-vingt – ont été des expériences initiatiques fortes sur ce plan. Certains de ces acteurs, pour approfondir leur passion musicale, ont opéré des choix de vie radicaux, en s’orientant vers des carrières artistiques, pédagogiques, administratives, scientifiques de plus en plus affirmées, auxquelles très peu étaient préparés. Pour les pionniers que nous étions, cette imbrication permanente entre activités professionnelles multiples et objet de pratique passionnée restera une caractéristique des années quatre-vingt et quatre-vingt-dix.

Quelques études existent sur cette période, ce mouvement culturel, et notamment les rapports avec les pouvoirs publics (1) (2) (3) (4). Elles montrent la complexité des mécanismes qui aboutiront à la fin des années quatre-vingt à la mise en place des outils et dispositifs toujours en action en faveur des cultures musicales traditionnelles rurales. Il s’agit des centres de musiques et danses traditionnelles en région (CMT), et de l’enseignement de ces musiques dans les conservatoires et écoles de musique par des professeurs diplômés d’État.
Dans les années soixante-dix, le mouvement folk s’est construit sur la notion de collecte de terrain, fondée sur une volonté de préserver les patrimoines régionaux du territoire national, représentatifs des cultures régionales, considérées plus ou moins consciemment comme immémoriales et inscrites dans une localisation immuable. Les premières recherches sur la communauté des originaires d’Auvergne à Paris ont mis en lumière des dimensions susceptibles d’élargir cette vision initiale. À Paris, la rencontre des originaires du Massif central avec l’immigration italienne de la fin du XIXe siècle et plus tard avec les musiciens de tradition tzigane manouche, et la prise en compte de l’influence des répertoires des bals publics au XIXe siècle ont définitivement orienté les recherches sur de probables interconnexions entre les musiques pratiquées dans des couches sociales et des régions différentes, comme des cultures issues des immigrations. Lors de la mise en place des CMT, plusieurs d’entre eux sont alors des structures associatives préexistantes de préservation et promotion des cultures régionales. Leur objectif principal est bien la préservation et la transmission de ces mémoires régionales, très majoritairement rurales.

La région Rhône-Alpes

Dès les débuts du CMTRA, la situation particulière de la région Rhône-Alpes, dans sa dimension géographique de l’époque, a orienté les recherches des fondateurs du CMTRA, Éric Montbel et moi-même, vers la dimension multiculturelle des différents territoires et vers une prise en compte des territoires urbains et de la grande multiplicité des traditions musicales présentes.
La réalité des différentes immigrations historiques en territoire urbain est apparue très rapidement, complétant l’idée initiale de la seule localisation des traditions musicales orales dans les régions rurales.
C’est une construction complexe qui est révélée par les processus de déplacement de population dès le XVIIIe siècle depuis les régions rurales françaises vers les centres urbains, et plus largement par les processus d’immigrations hérités de la colonisation, ou venus d’au-delà des frontières.
Cet intérêt envers les multiples cultures présentes sur le territoire régional de l’époque a concerné toutes les actions menées par la structure, diffusion de spectacles, information, transmission, enseignement. Trente années plus tard, les objets qui ont traversé les années sont les publications basées sur les collectes, et notamment la collection des Atlas sonores, publications commentées, disponibles à la consultation sur le site du CMTRA.

Les pentes de la Croix-Rousse

Parmi ces nombreuses recherches publiées par le CMTRA, l’une d’elles est chère à mon cœur, intitulée « Les pentes de la Croix-Rousse » (5). J’ai eu le plaisir d’assurer la direction artistique et la réalisation de cette enquête mise en œuvre par Valérie Pasturel, assistée de Yaël Epstein, et je vis dans ce quartier depuis plusieurs décennies.

Ce minuscule territoire urbain, élargi en cours d’enquête à l’ancienne commune de la Croix-Rousse, rattachée à Lyon en 1852, et actuellement dénommée par l’usage « le plateau de la Croix-Rousse », est marqué par une série de strates mémorielles musicales intriquées.
La période du XIXe siècle, marquée dans l’imaginaire lyonnais par les soulèvements ouvriers de 1831, 1834, 1848 et 1849, nous a laissé des chansons souvent postérieures aux événements, comme la chanson « Les Voraces Lyonnais », paroles de Randon, mélodie anonyme, dont avons retrouvé la musique dans « La clé du Caveau » (6), en passant par une longue enquête sur internet. Cette chanson de lutte politique a réveillé des souvenirs croisés, puisque c’est dans la « Cour des Voraces » qu’en 1972, j’ai eu le plaisir de participer à la création du folk-club La Chanterelle, lieu qui a vu naître les groupes folks la Bamboche, le Claque-Galoche, le Grand Rouge et bien d’autres. Tous ces ensembles ont participé activement à l’aventure du mouvement folk dans sa branche lyonnaise, et édité de nombreux disques qu’on peut trouver, un demi-siècle plus tard, chez les revendeurs de vinyles.

Les Voraces Lyonnais, chanson républicaine. Source : Gallica
Les Voraces lyonnais (G.Randon_anonyme) Gérard Truchet

Dès la seconde moitié du XIXe, les sociétés chansonnières lyonnaises trouvent, pour une partie d’entre elles, leurs racines dans les « assauts de chants », réunions publiques dans les débits de boisson, et dont le répertoire est, pendant les premières années du Second Empire, sous le contrôle de la police après la mise en place des listes de répertoires séditieux interdits. Cette tradition des sociétés chansonnières est toujours active, bien que folklorisée, et maintient un répertoire à la gloire du quartier et de ses habitants, thématique à laquelle a contribué Pierre Dupont, chansonnier croix-roussien célèbre. « La chanson de la soie » en est un exemple. « Mon coteau de la Croix-Rousse », de C. Jacquemot, « La marche des canuts », de Girier et Chabat et « Chantons les grattons », de Carlus et Antonini sont des chansons représentatives de cette veine. Les ouvriers canuts ont principalement rassemblé dès les années 1800 des ruraux issus des régions voisines de Lyon, Bresse, Dauphiné, Ardèche. Les immigrations italiennes de la fin du XIXe, immigrations élargies pendant le XXe siècle aux origines culturelles les plus diverses, Maghreb, Afrique, bassin méditerranéen, Moyen-Orient, Amérique du Sud ont constitué une microsociété des plus multiculturelles. L’industrie de la soie a cessé de longue date, et les musiciens et chanteuses qui résident dans le quartier ont des activités professionnelles très diverses, centrées pour une partie sur l’aspect professionnel de la musique. 

Marie-Louise Gaillet & Marie-Louise Bret
Mon coteau de la Croix-Rousse, C. Jacquemont, Marie-Louise Bret

 

Ce travail d’enquête, fondé sur l’argument de la mémoire musicale, a déclenché une recherche beaucoup plus large, prenant en compte très largement les événements et évolutions sociologiques, politiques, historiques propres au territoire et aux habitants envisagés. Nous avons été amenés à construire une compréhension globale des contextes, des cultures, des caractéristiques sociologiques des habitantes et habitants d’un quartier dans sa complexité, en nous appuyant sur les riches témoignages de témoins qui se côtoient sans vraiment se rencontrer, et sur un long travail de recherche en archives. C’est un travail marqué par la démarche de l’anthropologie historique.

Mais, sans aucun doute, ce sont les rencontres humaines qui ont impressionné l’équipe de recherche. Dans ce périmètre restreint se sont tracés des destins parallèles, partageant l’expérience du déracinement, et de l’installation dans cette Croix-Rousse.

Les rencontres avec Marie-Louise Bret, croix-roussienne d’origine ardéchoise, et Marie-Louise Gaillet, toutes deux chanteuses passionnées, sont riches en informations.

«Marie-Louise Bret, depuis les années de sa jeunesse, a copié des centaines de chansons, s’assistant dans cette démarche d’une mandoline, instrument alors en vogue. -J’ai passé du temps à mes chansons (…) J’en faisais des gribouillons. Il y avait des chanteurs de rue qui vous chantaient les chansons qu’ils vendaient – (…) J’achetais un paquet de chansons et alors avec ma mandoline, quand il y avait de la musique, je les apprenais, et puis, pour certaines, je faisais les notes pour me rappeler. Oh, mais j’avais une patience ! Mais j’aimais tellement la chanson » (7)

Une originalité du quartier est la présence, de 1958 à 1984, d’un studio d’enregistrement et de production de disques dirigé par Jean Piazzano. Ce dénicheur de talents va enregistrer plus de 650 disques, sous le label JBP. Dans son studio de la rue Royale se succède une cohorte d’artistes de cultures très variées, issus pour beaucoup des vagues d’immigrations. On trouve dans ce foisonnant catalogue le virtuose de la guitare manouche Tchan Chou, qui enregistre en 1969 « La Gitane », valse dont le titre nous échappait à l’époque de nos enquêtes. 

Gitane, valse, Tchan Chou Lyon 1969

Souleymann Dumlu est venu de Turquie pour travailler en France, à la fin des Trente Glorieuses. Il chante dans sa composition « Çoluk Çoguk » les difficultés de l’exil et de l’inclusion dans la société d’accueil. Gérard Truchet, spécialiste des textes de théâtre, des chansons et du dialecte lyonnais du XIXe, et Marcos, rémouleur à bicyclette sur le marché de la Croix-Rousse, venu du León, en Espagne, ont été des interlocuteurs chaleureux. Marcos nous charme avec sa chanson « la bicyclette du rémouleur » appuyée sur le son de sa meule. Les musiciennes, chanteuses, chanteurs des jeunes générations, originaires de pays plus lointains, plus au Sud, plus à l’Est, partagent avec chaleur leurs chansons et le récit attachant et parfois tragique de leurs parcours de vies.

Çoluk Çoguk (S.Dumlu) Suleyman Dumlu

Le retour de l’émotion

Les conversations avec ces témoins sont inoubliables, marquées par une vérité sensible indéniable, et des moments d’humanité et de gentillesse généreuse. Ces dimensions sont presque impossibles à définir, à transmettre, et relèvent en grande partie de l’intime.

Depuis 2001, date de publication de cette enquête, le quartier de la Croix-Rousse, situé à proximité du centre-ville historique, a vu, dans les premières décennies du XXIe siècle, et sous la pression de la promotion immobilière, sa population changer à nouveau et sorienter vers des habitants embourgeoisés. Ils se réjouissent de la hauteur de plafond héritée de la taille des métiers à tisser du XIXe siècle, mais modifient radicalement la sociologie des rapports humains de proximité.

Marcos, originaire du Leon, en Espagne
La bicyclette du rémouleur (captation CMTRA) Marcos, marché de la Croix-Rousse

 

C’est bien l’image sonore d’une société en voie de disparition qui est évoquée dans cette enquête. Même si une nostalgie de la nostalgie peut prendre le pas à l’écoute des témoignages musicaux si proches et si lointains, c’est bien de parcours de vies dont il s’agit. C’est ce qui les rend si attachants aux oreilles et au cœur des personnes qui ont mené l’enquête. La superposition des mémoires recueillies, des échanges auprès des personnes rencontrées, et des traces mémorielles des sentiments éprouvés il y a plus de vingt ans engendre un croisement de fortes émotions. Cette résurgence de l’enthousiasme envers les chansons découvertes, les personnes qui ont témoigné, et les éléments publiés est manifeste. Je vis toujours dans ce quartier, ma vision des rues, des places, des immeubles a été marquée profondément par cette recherche. Les chansons présentes sur cet Atlas sonore y résonnent encore et toujours…

“Le monde est une longue ficelle, (8)

Je suis sorti et j’ai marché

Je suis parti loin pour travailler,

Comment faire exploser le lointain ?

Je suis monté dans un train noir,

Est-ce que je dois monter ?”

 

Jean Blanchard, septembre 2021.

La totalité des documents sonores figurant sur le CD, et les précisions sur nos informateurs sont disponibles aux adhérents sur le site du CMTRA

  1. La musique folk des peuples de France, Roland Pécout, éditions Stock, Paris, 1978
  2. Le mouvement folk en France 1964-1981, Valérie Rouvière 
  3. Le Folk, instrument de la contre-culture, Épisode 2,  podcast france-culture
  4. Les rapports entre la direction de la musique et les associations de musiques et danses traditionnelles : un processus de légitimation inabouti (années 1970 – années 1990) François Gasnault
  5. Les pentes de la Croix-Rousse, totalité des éléments sonores édités
  6. La Clé du Caveau, à l’usage des chansonniers français et étrangers … contenant 2350 airs; P. Capelle, quatrième édition 1848.
  7. Valérie Pasturel, extrait du livret accompagnant l’Atlas Sonore 17.
  8. Coluk Coguk, Süleyman Dumlu. Chanson sur son exil de la Turquie vers la France, composée pour l’enregistrement de l’Atlas Sonore 17.

Une réflexion sur « “JE SUIS MONTÉ DANS UN TRAIN NOIR” »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.