De gauche à droite, Youra Marcus, Phil Fromont et Michel Hindenoch en 1971. Cliché réalisé par Dominique Lemaire

MAI, LE FOLK, LE PILAT ET LE BANJO

LE SON DES 30 ANS PAR JACQUES MAYOUD

Le CMTRA a 30 ans ! Pour l'occasion, nous invitons quelques-un.es des passionné.es qui ont fait son histoire à nous raconter un souvenir, un point de vue, un projet, autour d'une ou plusieurs archives issues de nos fonds sonores. Pour lancer cette série d'articles, Jacques Mayoud, musicien parmi les pionniers du folk français, co-président du CMTRA, ouvre le bal !  

Le CMTRA fête ces temps-ci ses 30 ans de pleine activité. C’est l’occasion de se souvenir que sa création s’est inscrite dans le prolongement du mouvement Folk émergé dans les années 1970. A cette époque, déjà, de nombreux musiciens et chanteurs incarnant ce mouvement culturel partaient micro en main collecter des pratiques de musiques, de danses et de lutherie qu’ils voyaient peu à peu disparaître dans les territoires ruraux.

Mais avant de s’intéresser ou se ré-intéresser aux musiques et danses françaises, un grand nombre de folkeux et de folkeuses avaient fait le détour par le folk américain, puis la musique trad irlandaise, cajun et québécoise, apprenant tout d’abord la guitare, le banjo et le violon avant de venir à la vielle à roue, à l’accordéon diatonique ou à la cornemuse. Dans leur exploration du folk américain, nombreux avaient découvert le banjo 5 cordes par le chanteur et banjoïste Pete Seeger et lu la fameuse lettre ouverte que celui-ci adressait en 1972 aux amateurs de musiques américaines trad’ et engagées. Il y disait aux européens, entre autres choses, de ne pas se laisser « coca-coloniser », que même le folk ou la pop marginale faisait gagner des millions de dollars aux firmes de disques : « Il y a des hommes d’affaires aux États-Unis qui préparent un blitz culturel. La coca-colonisation du monde. Et cela ne prendra pas cinquante ans, comme ce fut le cas naguère pour balayer notre musique cow-boy, mais seulement cinquante semaines, pour repousser les musiques nationales de Ceylan, de Costa-Rica, de Madagascar, et les effacer en l’espace d’une génération. ». Et il insistait sur le fait que le monde entier regorge de superbes musiques et que nous devions nous tourner vers les musiques traditionnelles de notre pays.

Après avoir cherché dans les livres des collecteurs du 19ème siècle ou de la première moitié du 20ème, Jacques Bardot, Jean Blanchard, Eric Montbel, Olivier Durif, Patrick Mazelier, Christian Oller, Jean-Marc Jacquier, Sylvestre Ducaroy et beaucoup d’autres musiciens des groupes folk rhônalpins des années 70/80 ont en quelque sorte souscrit à la proposition de Pete Seeger d’aller à la recherche de nos traditions locales et de partir en quête de pépites chantées ou jouées dans la région.

En 1988, Jean Blanchard (du groupe La Bamboche) et Eric Montbel (des groupes Le Grand Rouge et Lo Jai), ont été missionnés par le Ministère de la Culture pour mettre en place, avec les acteurs régionaux, le Centre des Musiques Traditionnelles en Rhône-Alpes dont les activités se déploieront en 1991. Parmi celles-ci, l’édition des Atlas Sonores Rhône-Alpes, cassettes audio de collectages de musiques traditionnelles réalisés dans la région. Les Atlas Sonores N°

2 Joutes sur le Rhône (1991), 3 et 4 Rives de Gier (1992) sont réalisés à partir des enquêtes d’un autre musicien de La Bamboche, Jacques Bardot, grande voix du groupe.

La Bamboche « Joli mois de mai »

 Il était trois filles sous un pommier doux, (bis) Las, dit la première, je crois qu’il fait jour
Joli mois de mai quand reviendras-tu ? (x4) 
Las, dit la deuxième, j’entends le tambour
Las, dit la troisième se sont nos amours
Ils vont à la ville combattre pour nous
Contre les gens d’armes qui sont pire que des loups 
S’ils gagnent bataille auront nos amours
Qu’ils perdent ou qu’ils gagnent les aimerons toujours 
Contre les gens d’armes gagneront un jour

La Bamboche, album N°2 « Jeu à monter sans colle » et album « Quintessence » 1977 

Pour les jeunes profs et étudiants citadins qu’étaient les musiciens de La Bamboche dans les années 70 avant de passer professionnels de la musique, le parallèle entre les « gens d’armes » et les gendarmes des Compagnies Républicaines de Sécurité était évident. En écho au protest song américain, jouer de la musique folk était pour beaucoup se positionner contre : contre la guerre, contre les militaires, contre le nucléaire, contre le show-business… Ce qui conduira en 1978 trois musiciens de La Bamboche sur les quatre à quitter le groupe parce que cela marchait trop bien, parce qu’ils ne voulaient pas rentrer dans le système commercial et qu’ils n’avaient plus assez de temps pour leur famille, leur maison ou leurs autres passions. La musique de « Joli moi de mai », composée par Jean Blanchard, emprunte à la rythmique bretonne très présente à l’époque : hanter-dro pour le couplet et andro pour le refrain.

Lyonnais d’adoption, Jacques Bardot a quitté la Croix-Rousse en 1982 pour s’installer en famille dans la montagne du Pilat (Loire). Alors âgé d’une trentaine d’années, il s’est mis à collecter chansons et récits autour de chez lui et déposera ensuite ses enregistrements et enquêtes aux archives sonores du CMTRA.

Interprétation de deux chansons de Mai par Germaine Panel, 27 nov. 1982, Pélussin.
Fonds Jacques Bardot

 

La chanteuse Germaine Panel fut une informatrice importante des enquêtes de Jacques Bardot, et nous la retrouvons déjà commentée dans plusieurs billets de ce Carnet.

Dans l’archive enregistrée en public le 27 novembre 1982 à Pélussin, Loire, lors d’une soirée organisée par l’association Visages de notre Pilat, Germaine Panel interprète 2 chansons de mai, dont la première, « Là-bas sous l’olivier le rossignol y chante » nous intéresse plus particulièrement:

 Là-bas sous l'olivier le rossignol y chante
Le rossignol y chante, annonce le printemps Annonce le printemps, le temps de la verdure
Oh ! Qu'il fait bon passer la nuit sans couverture !
 Et vous jeune fillette qui avez des galants
Qui avez des galants qui chantent à votre porte Vous ne connaissez pas l'amitié qu'ils vous portent
 L'amitié qu'ils vous portent est un joli bouquet Est un joli bouquet de roses toutes jolies
De roses et de muguet ! Réveillez vous ma mie ! 
   

Il existe dans le fonds Bardot un autre enregistrement des années 80 de cette chanson par Germaine Panel à Véranne (Pilat, Loire) «Le rossignol qui chante» : 


Chant : “Le rossignol qui chante”, interprète inconnus, 1 janv. 1980, Pélussin

Fonds Jacques Bardot

 

Si le nom de l’interprète n’est pas spécifié au moment du dépôt de cet enregistrement, Jacques Bardot atteste qu’il s’agit bien de Germaine Panel, enregistrée à Véranne, près de Pélussin. L’enregistrement aura pu être fait par Pierre Panel, fils de Germaine Panel, ou par un membre de l’association « Visages de notre Pilat », et la cassette audio aura été remise ensuite à Jacques Bardot. Notons que le dernier vers est différent, le muguet a disparu : « Réveillez vous, réveillez vous ma mie ! » affirmant le type de chant de réveillés.

Sur la chanson elle-même, c’est une chanson de mai, mois qui était dédié aux femmes, puis à la Vierge Marie, mois propice aux déclarations d’amour. Cette chanson d’aubade que les jeunes hommes venaient chanter sous les fenêtres des belles endormies est ici interprétée de manière assez libre. Ici, le mode majeur de Do participe au côté bien posé, un brin solennel, des chants d’aubade.

Il était tentant de rapprocher cette archive d’une reprise récente de ce chant par un musicien régional de la génération suivante à celle de Jacques Bardot.
«Là-bas sous l’olivier» par Cyril Couchoux, chant et banjo 5 cordes – avril 2019

L’exemple de cette reprise est intéressant à plus d’un titre. Né en 1990 (au moment de la création du CMTRA), l’interprète, Cyril Couchoux, 31 ans aujourd’hui, appartient à la jeune génération des musiques trad. Qu’est-ce qui lui a fait choisir d’interpréter cette chanson ? Selon ses dires, trois facteurs furent déterminants :

– Tout d’abord le fait qu’elle fut collectée dans la Loire. Cyril Couchoux vivait jusqu’à très récemment à Saint Etienne et il voulait explorer le paysage musical patrimonial autour de chez lui (Pilat, Velay, Vivarais).
– Deuxièmement, concernant son lien créatif avec les archives sonores, le hasard de la vie l’avait amené en 2008 à faire son stage professionnel de terminale …au CMTRA où il avait notamment aidé à classer des enregistrements de collectes. «Cela m’avait bien mis le pied à l’étrier.» confie-il.
– Et puis, parcourant les ressources de la BIPO, il s’arrête particulièrement sur le fonds Jacques Bardot : ce nom est connu de lui, car ses parents sont fans de folk et il a souvent entendu La Bamboche pendant les voyages en voiture quand il était enfant et jeune.

Et pourquoi avoir choisi l’accompagnement au banjo 5 cordes ? Cyril, au départ guitariste et violoniste, a découvert le banjo il y 4 ou 5 ans par un de ses colocataires. Il a essayé, il a aimé et il s’y est mis. Il avait entendu des banjoïstes comme Deroll Adams ou Youra Marcus qui ont fréquenté les scènes des folk-clubs et des festivals, mais ne connaissait pas de banjo américain joué sur du trad français, ce que de nombreux folkeux lyonnais des années 70/80 avaient, eux, pu entendre avec Steve Waring, Phil Fromont, Michel Hindenoch ou Dominique Mayoud. Le banjo, à 4 ou 5 cordes, fait maintenant partie de la palette instrumentale de Cyril et on le retrouve sur plusieurs de ses enregistrements .

Pour Cyril Couchoux, cela s’inscrit dans un projet artistique qu’il a intilulé «Bleu-Herbe», pour lequel la démarche n’est pas de chanter des chansons françaises à la mode des Appalaches. Son cahier des charges est plutôt de prendre des chansons recueillies en Velay, Forez, Pilat ou Vivarais et d’essayer de toucher le moins possible au mode, au rythme, à la métrique. Il raisonne de la même manière pour le banjo, en tâchant de n’utiliser que des accordages et techniques des Appalaches, dont le jeu de frailing à la main droite, ou de clawhammer. Cela donne une version très différente, très curieuse, où la rythmique interne est affirmée et le chant presque retenu, dans une ambiance plus intime, sur le ton d’une ballade plutôt qu’une aubade.

D’une manière plus générale, et notamment sur la région Auvergne Rhône-Alpes, on constate ces dernières année une place beaucoup plus importante du banjo dans l’instrumentarium des groupes. Le choix du banjo ténor, à quatre cordes, est facilement compréhensible pour le trad Centre France du fait de l’antériorité de l’instrument dans la musique auvergnate à laquelle s’ajoute le succès du trad irlandais. L’attrait pour le banjo américain à 5 cordes est moins évident : est-il dû à sa sonorité plus « exotique », sa rythmique obsédante, son jeu plus introverti, plus féminin ? Ou, comme le suggère Cyril Couchoux, parce qu’aucun style n’est vraiment connu des jeunes du trad français et qu’un créneau est à prendre ? Il serait intéressant de questionner d’autres banjoïstes…

Cyril Couchoux et les autres nombreux adeptes maintenant de la chemise à carreaux et du banjo américain parleraient-ils d’un retour du folk, cinquante ans après ? En tout cas, un cycle est passé, une spire temporelle est marquée, une nouvelle génération est là. A elle d’exprimer ce qu’elle a à dire avec ce répertoire et ces instruments.

Dans une interview pour la Lettre du CMTRA N°24 en 1997, Jacques Bardot, insiste sur l’importance d’une vision large de la tradition, sur l’importance d’écoutervoir ce qu’il y a « derrière »… « Au-delà de ces formes qui nous sont données à entendre ou à voir, il y a toujours quelque chose en amont. »


JACQUES MAYOUD.

Pour aller plus loin…

– Nous avons sur la récente plateforme d’archives sonores Infrasons une très belle interprétation de la chanson « Le rossignol y chante » par Mme Farre, dans une collecte de Christian Oller, lui aussi acteur du mouvement folk rhône-alpin des années 70/80 (groupes Le Grand Rouge et Lo Jai) encore bien présent dans le paysage musical régional.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.