« Élaboration » des archives sonores à la phonothèque des ATP

La prochaine séance du cycle de conférences SAHIEF – Sources, Archives et Histoire Institutionnelle de lEthnomusicologie de la France – conçu par par Daniel Fabre et proposé par Marie-Barbara Le Gonidec et François Gasnault, aura lieu le jeudi 18 février 2016, de 9h à 12h, salle 9 (2e étage), à l‘EHESS, 105 bd Raspail, 75006.

Le centre de ressources (Phonothèque) et de recherches en ethnomusicologie de la France sous la double autorité de Claudie Marcel-Dubois et de Maguy Pichonnet-Andral (années 1960 – années 1980)

Intervenants : Jacques Cheyronnaud (Centre Norbert Elias), Denis Laborde (Centre Georg Simmel) et Jean Raisky
Discutant : Gérard Nougarol

Avec cette séance se terminera une première série de conférences qui ont porté sur la mise en oeuvre d’un ambitieux programme d’enquêtes ethnomusicologiques, conçu par Claudie Marcel-Dubois et Maguy Pichonnet-Andral, et sur les opérations dites « d’élaboration » mises en oeuvre au retour des terrains.
L‘angle d’approche se déplacera cependant sur la « fabrique » parisienne articulant une structure de conservation et – en théorie plus qu’en pratique – de diffusion d’archives sonores, la phonothèque, et un laboratoire d’étude et de systématisation où devait s’édifier le « corpus des musiques ethniques françaises ».

Les trois intervenants, Jean Raisky, Jacques Cheyronnaud et Denis Laborde, ainsi que Gérard Nougarol, qui avait déjà été le discutant lors de la précédente séance, ont été, plus ou moins longuement, les collaborateurs des responsables du département d’ethnomusicologie ; J. Cheyronnaud puis D. Laborde en ont également assuré la direction, au cours des années 1980. Observateurs-acteurs d’une méthode et d’une pratique, affrontés à la problématique de la relève et d’un infléchissement – voire d’une refondation – du projet épistémologique dans un musée-laboratoire désormais dirigé par Jean Cuisenier, ils apporteront un témoignage critique sur cette entreprise, à la fois institutionnelle et scientifique, qu’on se propose de soumettre à une triple appréhension critique en termes d’ambition, de management et de rayonnement.

Visuel : Claudie Marce-Dubois et Samuel Baud-Bovy au Département d’ethnomusicologie du Musée ATP, Paris, 1978 (photographie issue de l’article de Jacques Cheyronnaud, « Une vie consacrée à l’ethnomusicologie. Claudie Marcel-Dubois (1913-1989) » consultable ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.