L’ACCORDÉON, UN « INSTRUMENT VOYAGEUR »

Ce mois-ci, la plume est à Eli Arthaud qui en plus d’être accordéoniste, étudiant en musicologie et stagiaire au Cmtra, est aussi l’un des personnages de l’exposition Instruments Voyageurs, pour laquelle il a prêté sa voix !

Instruments Voyageurs – le monde sonne à nos portes est un projet de recherche-action, porté par le CMTRA, Le Rize et l’ENM de Villeurbanne qui a donné lieu à la conception d’une exposition que vous pouvez découvrir sur ce lien.

La volonté de ce projet est de rechercher les « voisinages musicaux » de la ville de Villeurbanne dans l’optique de faire entendre la diversité musicale qui, présente dans nos quartiers, peut avoir tendance à peu s’exprimer hors les murs du domicile. L’idée retenue pour l’élaboration de l’exposition a été de « réconcilier » les mille et un instruments Villeurbannais qui ne se connaissaient pas nécessairement avant.

Si une grande partie de l’exposition présente les récits de villeurbannaises et villeurbannais propriétaires d’instruments de musique, l’histoire musicale de la ville y occupe une place privilégiée. Nous pouvons donc y contempler des photos et instruments issus des différentes harmonies et fanfares qui se sont créés à Villeurbanne et dans les quartiers limitrophes, ou nous renseigner sur la manufacture Cavagnolo, fabrique d’accordéon à présent située dans l’Ain et qui a longtemps rayonnée sur le territoire de Villeurbanne.

Ma première participation à ce projet a été en tant que personne collectée, comme joueur d’accordéon. Après avoir été approché par le CMTRA, je me suis rendu dans leurs locaux pour répondre à plusieurs questions. J’y ai raconté ma petite histoire de vie et ma grande histoire d’amour pour l’accordéon diatonique, en rythmant mes mots par trois petites notes de musique, par ci par là.

Aujourd’hui membre de l’équipe du CMTRA en tant que stagiaire, mission que je réalise dans le cadre de mon master Recherche en musicologie, me voici en charge d’un « Son du mois ». Il me paraissait logique et intéressant de le rédiger sur l’accordéon, et sur sa place dans l’exposition ainsi que dans la ville de Villeurbanne.

Effectivement, l’accordéon occupe une place importante dans cette exposition, notamment avec deux piliers : un pan de mur d’exposition consacré à la manufacture Cavagnolo, et le « dispositif Dring ». Ce Dispositif Relai Instrument et Novateur en Goguette est conçu pour se déplacer et « faire résonner l’exposition Instruments Voyageurs tout au long de la saison aux quatre coins de la ville ». Consacré à l’instrument Accordéon, ce dispositif permet ainsi à qui s’y trouve en son sein de suivre l’histoire de cette boîte à musique au travers de l’histoire de la manufacture Cavagnolo et des notes jouées par les accordéonistes actuels de la ville.

Pour cette exposition, trois accordéonistes de la ville ont témoigné de leur attachement à l’instrument, et nous trouvons trois pratiques et parcours variés. Les témoignages, collectés pour l’occasion, font à présent partie des ressources audio du CMTRA. Trois personnes, trois accordéons différents, trois histoires qui montrent la diversité des répertoires, les émotions véhiculées et les voyages effectués par cette petite boîte à sons.

Ces trois collectes permettent de découvrir trois accordéons différents, au-delà de trois parcours. Entre un concertina, un diatonique et un chromatique, nous naviguons entre les sons et les répertoires.


Le concertina de Marguerite.

Parmi ces trois intervenant.es, nous trouvons Marguerite, joueuse de concertina. Petit instrument hexagonal, cet accordéon est très utilisé en Irlande, mais a également été popularisé par les clowns (et Raymond Devos) comme ne manque pas de le rappeler Marguerite. La rencontre entre Marguerite et son concertina semble être un coup de foudre au premier regard : sans connaître le son, sans savoir qu’on pouvait en jouer au même niveau que n’importe quel autre instrument, Marguerite fait connaissance de l’instrument en 2012 et se met à en jouer en 2014. Elle découvre cet instrument dans une session irlandaise lors d’un festival en Savoie, mais ne l’entend pas jouer. Se passionnant petit à petit pour la danse irlandaise, elle décide ensuite d’interpréter les airs qu’elle aime danser et retrouve ce petit instrument.

 

Une jig irlandaise jouée au concertina par Marguerite.

 

Malgré un malentendu sur le temps d’apprentissage (elle imaginait commencer avec un instrument légèrement moins complexe que ce qu’il n’est réellement), Marguerite s’attache à ce concertina, baptisé « Tipou », en hommage au caractère bisonore de l’instrument (Ti : tiré/Pou : poussé). L’entretien montre un lien très fort entre Marguerite et son petit accordéon. Si elle dit émettre de plus en plus de doutes sur la qualité du son de l’instrument, proche de l’harmonica, et le cliquetis des mécaniques, elle entretient une relation très humaine avec lui : comme toute histoire d’amour, il semble y avoir des hauts et des bas, des moments de bouderie malgré un attachement très fort, des voyages et des moments complices comme des apprentissages plus tumultueux.

Rythmée par les jigs, les hornpipes, les reels, cette relation les emmène tous deux en Irlande, l’accordéon dans un bagage à main que Marguerite gardera toujours auprès d’elle. Si le jeu irlandais, avec ses tirés-poussés ses accents, rappels de notes, etc, est jugé relativement difficile par Marguerite, la complicité entre la musicienne et l’instrument porte bien ses fruits, avec une petite cinquantaine de morceaux irlandais au compteur des deux compagnons de route.

Marguerite et son concertina.

Un reel irlandais joué au concertina par Marguerite.

Le diatonique d’Eli.

Dans cet entretien, la naissance de la relation mêle coup de foudre visuel et sonore : si le son de l’accordéon était déjà dans mes oreilles par des groupes basques comme Gozategi ou des groupes de chanson française, c’est une vision qui m’a fait flancher à l’âge de 6 ans, lors d’une représentation de Pinocchio par une compagnie de théâtre des Hautes-Alpes. Au moment où Pinocchio se trouve dans le ventre de la baleine, une accordéoniste vient illustrer la respiration de l’animal et le bruit de la mer en activant simplement le soufflet de l’instrument. Cette vision a dû m’hypnotiser et m’a fait basculer dans le monde des anches et des boutons. Après plusieurs années d’apprentissage et l’adolescence arrivant, les comédons remplacèrent les boutons, l’amour des hanches celui des anches, et la guitare détrôna l’accordéon. Mais ce dernier reprit vite sa place sur mes épaules, afin d’accompagner des groupes de punk, de rock, de chansons, à l’image de mon idole de l’époque, François Hadji-Lazaro. C’est également à ce moment là que je me suis mis à vouloir faire sonner l’accordéon en solo dans des répertoires chansons ou autres que je découvrais avec les copains et qui ne possédaient pas nécessairement un accordéon.

 

La chanson Here’s to you de Joan Baez et Ennio Morricone, jouée à l’accordéon diatonique par Eli.

 

Mon histoire, depuis l’adolescence jusqu’à aujourd’hui, est toujours très liée à l’accordéon : après deux diplômes d’état au CEFEDEM, j’enseigne cet instrument en parallèle à mes études, et je continue d’accompagner des chanteurs et des groupes dans différentes esthétiques. Aimant l’aspect populaire et festif de l’instrument, il n’est pas sans me rappeler mes nostalgies : celles du Pays Basque ou je suis né mais que je ne connais que par ses musiques que j’essaye toujours de reprendre, celles des paysages de la vallée du Buëch qui ont entendus mes premières notes, celles des engagements des chansons qu’il a accompagné dans l’histoire, etc.

 

Eli et son diatonique.

Don Jose, un morceau du groupe basque Gozategi, repris à l’accordéon diatonique par Eli.

 

C’est en tout cas aujourd’hui la volonté d’encore creuser, dans différents répertoires traditionnels ou non, de jouer des répertoires dans lesquels nous n’entendons que peu l’accordéon, d’expérimenter avec lui qui m’anime. Si je n’associe pas mon instrument à un endroit particulier, c’est aussi car j’ai envie de le conduire partout, géographiquement et musicalement.


Le chromatique d’Elsa.

Dans son entretien, Elsa montre un attachement à l’accordéon en général, au-delà d’un attachement à l’instrument dont elle est propriétaire. Cette passion va du look de l’accordéon (qu’elle aime « nature », avec ces bois non peints rappelant les accordéons de la fin du XIXème siècle comme ceux du corrézien Dedenis) au son, qu’elle cherche encore en voulant se rapprocher de celui des chromatiques à clavier piano et caisse de résonnance, que l’on trouve dans les pays de l’Est.

Possédant plusieurs instruments variés (chromatiques, un concertina du XIXème, un orgue à bouche, etc…), elle raconte les histoires de chacun, avec comme point de départ commun la ville de Castelfidardo, en Italie. Petite capitale de l’accordéon, cette ville compte de nombreuses familles de fabricants de différentes pièces de l’instrument. Les instruments d’Elsa sont donc nomades et migrateurs: ils viennent d’Italie, arrivent en France, et voyagent ensuite dans leurs notes en partant, entre autres, vers l’Est européen.

 

Varka Kalujerka, morceau Serbe, joué par Elsa à l’accordéon chromatique.

 

Car c’est bien par le répertoire que l’instrument peut voyager et s’exprimer. Revenant d’un stage de clown au moment de l’entretien, Elsa fait parler son accordéon pour se raconter, en improvisant selon son humeur. Si elle dit avoir du mal à voir son accordéon comme un instrument de travail, elle le pense toutefois un instrument pour le collectif, qui est là pour faire profiter les gens, et non un instrument de face à face dont elle seule profiterait. C’est donc par des concerts, des interventions et des leçons qu’elle fait vivre sa passion pour l’instrument et qu’elle colporte, en même temps que ses notes, un idéal de la vie, de la collectivité.

Son instrument s’exprime ensuite dans différents répertoires. Elsa dit ne pas être trop dans la chanson actuellement, même si l’accordéon est très souvent associé à ce répertoire en France. Elle va donc piocher dans plusieurs styles, pour ne pas se limiter : en accompagnant la chanson de Bistanclaque à ses débuts, elle ira ensuite vers le répertoire Serbe qui semble être celui qu’elle a le plus joué avec son accordéon, mais n’hésite pas à se lancer aussi dans la composition de java par exemple, pour illustrer et accompagner ses spectacles.

 

Elsa et son chromatique. Source de l’image : Site de l’association à l’Ouest des Balkans. https://www.alodb.org/activites-pedagogiques/stage-de-musique-des-balkans/

Une java, composée par Elsa et jouée à l’accordéon chromatique.

 

Le rôle de l’instrument est donc très lié à la pratique de l’artiste chez Elsa : sans vouloir creuser encore et rentrer dans « la course à l’imitation d’une tradition », elle se voit plus comme un « liant entre ces traditions du monde qui existent et qui [lui] parlent pour leur énergie, la communion, le côté festif ». Ne cherchant pas la virtuosité à tout prix, son accordéon est donc là pour créer des ponts et faire découvrir le monde.


Petite boîte de résonance…

A l’écoute de ces trois entretiens, nous arrivons donc à entendre tout d’abord trois accordéons différents, trois histoires différentes, mais également à se mettre à l’écoute de parcours de vie singuliers. Les relations à l’instrument sont toutes fusionnelles, mais les mots utilisés ne sont pas les mêmes, l’attachement prend différentes formes. Il en est de même pour le répertoire, qui appelle toujours au voyage, à l’ailleurs.

Le point commun de ces trois instruments est finalement une attache géographique sur le territoire villeurbannais.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.