HOMMAGE À JEAN-MARC JACQUIER

Nous apprenons le décès de Jean Marc Jacquier, figure essentielle du patrimoine culturel alpin. Nos pensées vont vers ses proches. Ce billet lui est consacré. Nous vous invitons également à lire le bel hommage de Guillaume Veillet de l’association Terres d’Empreintes dont Jean Marc Jacquier était un ambassadeur.

Jean-Marc Jacquier avait consacré sa vie aux Alpes, sillonnant ses routes escarpées pour enregistrer une chanson, une recette de cuisine, un air de violon… C’était un passeur de mémoire, conscient de la nécessité de ne pas figer le patrimoine, de le laisser vivre, s’imprégner, évoluer, au delà des frontières et au fil des rencontres. C’était aussi un musicien talentueux. En plus de son groupe emblématique La Kinkerne, il avait formé le trio Hors-Piste en 2016, entre Jazz et Trad, dont voici une performance :

Du trombone au cor des Alpes, il n’y a qu’un pas. Jean Marc Jacquier était passionné de Jazz, il avait chez lui des heures d’enregistrements de concerts. Plus qu’un collectionneur, il fut pris par la folie du collectage dans les années 70 comme de nombreux jeunes musiciens. Christian Oller, qui fait lui aussi partie de ce mouvement, nous raconte que Jean Marc Jacquier était alors facteur : « Le matin, il collectait des adresses en livrant le courrier et retournait voir les gens pour les enregistrer l’après midi ! ».

Entre 1970 et les années 2000, Jean-Marc Jacquier a collecté le son de plus de 500 instruments et objets du quotidien occasionnellement utilisés pour la musique (comme les sonnailles). Plus de 200 enregistrements ont été réalisés, accompagnés d’objets, de photographies anciennes, de cartes postales, de livres, de disques… Ce fonds très riche se trouve aujourd’hui dans les collections ethnomusicologiques du Conseil général de la Haute-Savoie et continue d’être valorisé.

« En r’venyan d’shi lou chor », interprété par Angelin Janin à Peillonex (Haute-Savoie) en 1974, enregistré par Jean-Marc Jacquier (fonds du Musée Dauphinois).
A l’écoute dans l’Atlas Sonore « Chants en Francoprovençal de Rhône-Alpes« .


De ses recherches sont nés plusieurs projets d’édition, dont beaucoup ont été portés par l’Association Terres d’empreintes (Dont le livre-CD « La Kinkerne 40 ans » et l’ouvrage Danses de Savoie et du Valais. Carnet de bal de Jean-Marc Jacquier…). Ses collectes ont également été valorisées dans plusieurs Atlas Sonores du CMTRA : « Chants en francoprovençal de Rhône-Alpes », « Voix des Alpes du Nord », et «Pays de Samoëns, Haute-Savoie» (CMTRA / Terres d’empreintes). Ecouter la jolie valse à deux violons, une réinterprétation, petite douceur à danser et à tourner.

La première chanson que nous partageons avec vous aujourd’hui a été collectée par Jean-Marc Jacquier auprès d’Angelin Janin en 1974 à Peillonex, en Haute-Savoie. « En r’venyan d’shi lou chor » est une chanson a priori écrite pour un mariage à la fin du 19ème siècle. Elle est en francoprovençal, l’une des deux langues régionales du Rhône-alpes avec l’occitan. Langue transfrontalière commune au « Triangle du Mont Blanc », comme aimait l’appeler Jean-Marc Jacquier, le francoprovençal s’étend jusqu’à la Loire et possède un répertoire musical très riche, qui s’explique par la transmission orale. D’un.e interprète à l’autre, d’une génération à l’autre, d’une vallée à une autre, mais aussi en fonction des occasions (cérémonie, veillée ou dans l’intimité d’un foyer…), une même chanson n’a pas la même version. Chaque chanson enregistrée que vous écoutez a ainsi sa force singulière, une personnalité très liée à celui ou celle qui la chante. Jean-Marc Jacquier a su comprendre et accueillir cette diversité et l’a recherchée tel un chercheur d’or. 

 

« Valse à deux violons », air collecté en 1973 auprès de François Simon à Samoëns, joué par la Kinkerne en mai 1977 (Jean-Michel David, Marc Charbonnel, Christian Abriel et Jean-Marc Jacquier)
À l’écoute dans l’Atlas « Pays de Samoëns« 

Nous vous proposons également l’écoute de cette jolie valse à deux violons jouée par la Kinkerne en mai 1977, réinterprétée à partir d’une collecte auprès de François Simon réalisée quatre ans plus tôt à Samoëns (Haute-Savoie)


Enfin, cette troisième chanson a été collectée par Jean-Marc Jacquier en 1983 à Brizon (Haute Savoie). Son interprète, Wilfrid-Siméon Boisier, était un berger de montagne possédant une belle technique vocale. Dans cet enregistrement, vous pouvez entendre plusieurs ornements caractéristiques de la pratique du chant monodique des Alpes.


« Le tambour bat et nous rappelle » interprété par Wilfrid Siméon Boisier en 1983 à Brizon (Faucigny), enregistré par Jean-Marc Jacquier.
A l’écoute dans l’Atlas sonore « Voix des Alpes du Nord« 



« Un personnage! », les membres du CMTRA se souviennent ainsi de Jean-Marc Jacquier, musicien talentueux, collecteur passionné et fervent représentant des musiques traditionnelles en Savoie. Avec son groupe La Kinkerne, il avait notamment joué au 5e Forum Régional des musiques traditionnelles à Seynod, co-organisé par le CMTRA et Terres d’Empreintes en 2016. L’anecdote raconte que ce jour-là, il avait retardé les balances du concert afin d’honorer entre amis la bouteille de vin jaune qu’il venait d’ouvrir. Il avait cet esprit bon vivant, cette spontanéité essentielle aux bals folks. Toute personne ayant croisé sa route semble se souvenir de sa présence imposante, son esprit convivial, sa soif de partager, de ses bretelles et de son accordéon.


Merci Jean-Marc Jacquier pour la transmission de vos trésors, votre engagement envers le patrimoine des Alpes, votre créativité.


Pour en apprendre plus sur Jean-Marc Jacquier, découvrez le documentaire que lui consacrait, en 2000, Gilles Perret pour France 3 Auvergne.

 

Camille Frouin 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.