INSTRUMENTS VOYAGEURS – le monde sonne à nos portes

Cette semaine, nous vous proposons une petite plongée sonore dans le projet « Instruments Voyageurs, le monde sonne à nos portes« , porté par le CMTRA, Le Rize et l’ENM de Villeurbanne, qui vit son point d’orgue cette année dans un contexte bien particulier.

Ce mercredi 31 mars aurait dû se tenir la soirée mainte fois reportée de vernissage du projet Instruments Voyageurs. Nous aurions déambulé collés-serrés entre un accordéon Cavagnolo, un cor des Alpes, un oud en carton et mie de pain ou une contrebasse surnommée « la Grosse Lulu », écouté sans gestes-barrière les mélodies et récits de quelques habitants rencontrés au fil de nos enquêtes, levé nos verres à tous les concerts debout à venir, on aurait peut-être même dansé. La crise sanitaire et politique que nous n’en finissons pas de traverser a bien sûr considérablement bouleversé nos plans. Mais réjouissons-nous, car nous sommes très chanceux : l’exposition « Instruments Voyageurs », fruit de ce travail collaboratif de longue haleine, est malgré tout bien ouverte ! Et doublement chanceux, car elle l’est jusqu’au 26 septembre 2021. 

Covid oblige, les écoutes au casque sont en quarantaine : en attendant que le vent tourne, ce billet vous propose de porter l’oreille en toute sécurité depuis votre canapé, à quelques mélodies et témoignages associés à la cinquantaine d’instruments de musique qui composent ce parcours. Mais tout d’abord, un éclairage s’impose : comment diable un conservatoire de musique, un lieu patrimonial et une association régionale se sont-ils retrouvés à faire parler les instruments de musique qui « habitent » Villeurbanne, et à les rassembler dans cette sorte de musée temporaire à l’envers ?

Un musée de musique à l’envers ?
À l’envers car dans ce projet, les instruments de musique exposés ne proviennent pas de prêts contractés avec des institutions patrimoniales des quatre coins du monde. Ils nous ont été temporairement confiés par des habitant.e.s de Villeurbanne qui pour des raisons artistiques, affectives, décoratives, et parfois tout cela en même temps, conservent dans leurs appartements ces objets qui racontent les attachements culturels pluriels de leurs propriétaires. Ces instruments d’ici, souvent venus d’ailleurs, ont été regardés, écoutés, racontés en tant que témoins d’histoires intimes et collectives faites de hasards, de coups de foudre, d’exils, de souvenirs d’enfance, de quêtes spirituelles.

Un musée temporaire à l’envers, également car il vient taquiner notre tendance à ranger les cultures de la planète dans des catégories stables, que l’on voudrait universelles, mais qui sont pourtant le reflet d’une vision du monde parmi d’autres. Depuis les Grandes Expéditions initiées en Europe de l’Ouest dès le XVe siècle jusqu’aux Expositions Universelles de la fin du XIXe siècle, se sont succédées de multiples tentatives d’élaboration d’une classification idéale des instruments de musique du monde. L’organologie, c’est à dire l’étude des instruments de musique, trouve racine dans ce désir d’embrasser d’un seul regard la diversité des cultures de la planète. Mais ranger les instruments du monde dans des découpages historiques et géographiques bien délimités n’est pas une mince affaire tant les musiques, tout comme les cultures (et les hommes qui les créent), ne suivent pas des règles linéaires d’évolution.

Nous avons fait le pari que les souvenirs et les affects qui se tissent autour de ces objets révèlent des manières de définir nos attaches culturelles, nos engagements politiques, et racontent quelque chose de la place que la musique occupe dans notre société. Les séquences thématiques de l’exposition n’ont pas été dessinées en amont des rencontres avec les instruments du monde villeurbannais, mais déchiffrées à partir des témoignages recueillis au fil du projet. Un piano côtoie une flûte irlandaise et un hangdrum dans la section des premières rencontres. Plus loin, un oud, un balafon et des petites cuillères cohabitent dans l’espace consacré à l’instrument dans la vie de famille. Derrière, une contrebasse et un sitar rivalisent dans la catégorie des instruments qui mettent le corps à rude épreuve. L’ordonnancement du monde voulu par cette exposition est ainsi gouverné par des fragments d’histoires personnelles que les habitants ont accepté de partager avec nous ; autant de récits qui nous rappellent qu’un instrument de musique, avant d’être un objet sonore, est un objet social. D’un côté, il alimente des distinctions de genre et de milieux sociaux ; de l’autre, il nous aide à inventer nos propres partitions culturelles.

Outil d’expression, objet de passion
 Nombre de musiciens sont intarissables à propos des liens qui les unissent à leur instrument de musique, qu’ils décrivent volontiers avec un lexique fraternel, voire amoureux, retraçant les rencontres fortuites ou les coups de foudre qui ont marqué les premiers pas de leur histoire. Il en va ainsi de Muriel qui s’amourache pour le saxophone un soir d’été, sur des airs de jazz ; de Blandine qui décrit si bien le pas de deux qu’il faut apprendre à danser pour apprivoiser son instrument, et s’adapter à lui ; ou encore de Sacha, Shant et Elsa qui ont encore un souvenir vivace de ce moment où une rencontre fait basculer la vie…

Tour à tour petit compagnon de route qui conditionne son chez-soi, un équilibre dans sa vie comme Sacha nous le livre avec pudeur, garnement capricieux qui nous résiste comme le décrit avec plein d’affection Marguerite, l’instrument prend souvent les traits d’un personnage vivant qui leur demande du temps, du soin, de l’humilité.

 

Un membre de la famille

La relation affective entre l’instrument de musique et son propriétaire n’est pas l’apanage de l’artiste : à l’image de cette flûte à bec d’écolier que l’on se refuse à jeter, ou de ce violon hérité d’un grand-père que l’on préserve sans savoir en jouer, l’instrument de musique peut aussi être la trace silencieuse d’une époque révolue, d’une personne disparue ou d’un pays que l’on a quitté. Nadine partage ici l’histoire émouvante du oud de son grand-père, six paires de cordes tendues entre les générations, les temps, les pays.

L’instrument de musique rythme aussi la vie quotidienne de la famille, construit des liens entre petits et grands. La petite Magda se demande bien lequel de ses 27 instruments son père emporterait avec lui sur une île déserte. Marie tient à montrer à sa fille de 1 an le chemin de la pratique musicale, mais veille à la laisser libre de choisir son instrument. Ismaïl dépeint les paysages sonores de sa famille, ayant déterminé le parcours de musicien qu’il est devenu.


L’instrument habitant
Dans l’espace domestique, l’instrument de musique a un statut bien particulier. Certains musiciens vont jusqu’à choisir leur appartement en fonction des besoins de leur instrument, en termes de température, d’hydrométrie, d’isolation sonore, ou tout simplement d’espace. D’autres leur construisent des meubles, sortes de petites cabanes sur-mesure permettant à l’instrument de vivre au coeur de la vie du foyer tout en étant protégé. Certains ont dû s’improviser architectes d’intérieur, pour faire entrer côte à côte un balafon et un piano dans une pièce de vie de 20 mètres carrés.
Mais ne nous-y trompons pas : l’instrument de musique, ce n’est pas qu’une affaire de musicien ! Certains dorment dans un tiroir, derrière la porte d’un placard depuis des années. Il suffit alors d’ouvrir un étui de violon pour que l’odeur de la colophane réveille des souvenirs d’enfance ; de serrer l’embouchure d’une clarinette d’étude pour se remémorer ses premiers pas de fanfaron ; de secouer un maracas pour revoir les images de ce voyage qui nous a tant marqué. D’autres sont fièrement exposés comme objets de décoration, ou laissés sagement à leur place après la disparition de leur propriétaire. Le détournement va parfois plus loin lorsque le piano devient bar ou le djembé table de nuit, ou dans le sens inverse, lorsque la vaisselle se transforme en instrumentarium domestique :

 

Corps marqués, sons qui soignent
L’instrument de musique marque les murs, les coeurs, les mémoires, mais aussi les corps ! L’ostéopathe est au musicien ce que le luthier est à l’instrument : le garant de l’équilibre de l’ossature, permettant que les matières résonnent, que le souffle circule. Dans certains cas, l’instrument de musique est lui-même mobilisé comme compagnon thérapeutique, qui vient soigner les maux de l’âme (mais aussi ceux des articulations!) par des phénomènes vibratoires rééquilibrants. 


Il faudrait encore parler des instruments de musique qui résonnent dans les rues : le soubassophone d’un brass band, la cloche d’une église, le chant du muezzin, le trombone d’un voisin confiné. Vous raconter l’histoire de l’orgue de Villeurbanne, qui partage avec celui de Reims le titre de seul orgue républicain du pays, ayant accompagné des générations de jeunes mariés dans l’enceinte de la mairie. « Lever le capot » sur tous les doutes qui nous ont assaillis au cours de la conception de l’immense cartographie des instruments du monde de Villeurbanne, qui se déploie sur les murs de la galerie. Et puis égrainer l’histoire des fabricants d’instruments historiques de la ville : Cavagnolo, Adège, Dunan ; partager avec vous la quête du juste son de deux facteurs de flûtes installés sur le territoire…
Ce sera l’occasion de revenir par ici, le mois prochain, pour poursuivre cette petite saga sonore des instruments voyageurs de Villeurbanne.

En attendant, si vous avez la chance de vivre dans un rayon de 10km autour du Rize, n’hésitez pas à venir découvrir l’exposition en chair et en os, en cordes et en bois, et à nous écrire ici même ou là pour nous partager vos impressions, vos questions.

POUR ALLER PLUS LOIN
– 
Un avant-goût numérique de l’exposition vous est proposé sur le site ressource du Rize
– Pour comprendre l’histoire des classifications internationales des instruments de musique et découvrir d’autres grilles de description de par le monde, écoutez l’incontournable Luc-Charles Dominique
– Sur le rôle des musées dans la classification des instruments de musique, lisez Judith Dehail, maître de conférence en médiation artistique et culturelle à l’Université d’Aix-Marseille

Les montages sonores à l’écoute dans ce billet ont été réalisés par Laura Jouve-Villard (chargée de recherche au CMTRA), Clémentine Méténier (réalisatrice et journaliste sonore), Stéphane Watremez (ingénieur du son, studios Culbuto). Les entretiens ont été réalisés par Maëllis Daubercies, assistante de recherche et d’action culturelle au CMTRA.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.