LA CHORALE INTERGALACTIQUE A L’ÉPREUVE DU RÉPERTOIRE – 1ère partie

Ce mois-ci, nous vous proposons de plonger dans les échanges qui se sont tenus au moment de choisir les 5 premiers chants du répertoire de la Chorale intergalactique et par la même occasion, de s’immerger dans quelques collectes, dans ces chansons, celles qui ont été choisies et celles qui ont été, pour le moment, mises de côté.

Depuis le début de l’année 2020, les collecteuses du CMTRA ont arpenté le quartier Belleroche à Villefranche-sur-Saône, à la rencontre des personnes qui y vivent, de celles qui y passent, y exercent une activité, rejoignent des amis au café… C’est la quête de leurs chansons qui provoque la rencontre, ce que celles-ci racontent de ces personnes, la lecture sensible qu’elles révèlent peut-être du quartier, des mondes culturels à l’œuvre.

Une vingtaine de personnes nous ont ouvert leur porte, leur monde, ont partagé avec nous ici un morceau de vie, là des chansons, un thé. Partagée dans la sphère de l’intimité du domicile ou  à l’école, une partie de ces chansons s’invite au sein des trois écoles du quartier et du Conservatoire de Villefranche-sur-Saône au cours de l’année 2020/2021. C’est là tout l’objet de ce projet de transmission musicale qui participe à la mise en œuvre des droits culturels et fait un pas de côté avec les programmes académiques en proposant un répertoire non pas national mais local et interculturel.

Si le chant choral à l’école est devenu, et depuis longtemps, une priorité –  depuis l’arrêté du 5 octobre 1838 de Salvandy alors ministre de l’Instruction publique qui rend obligatoire l’enseignement du chant choral dans des collèges royaux, au Plan chorale lancé en 2018 par les ministères de la culture et de l’éducation – « tout programme visant à faire entrer la musique à l’école se heurte, inéluctablement, à la question du répertoire » (Denis Laborde, Les Musiques à l’école,  éditions Bertrand Lacoste, 1998, page 90).

A Belleroche, quartier populaire de Villefranche classé « quartier prioritaire de la ville », plus de cinquante chansons ont donc été collectées. Désormais, il s’agit d’en sélectionner une quinzaine pour constituer le répertoire qui sera transmis aux élèves des écoles. Autant dire qu’il ne s’agit pas là d’une mince affaire. Toute une équipe de personnes aux professions, compétences, personnalités et sensibilités diverses orchestrent cette Chorale Intergalactique : des collecteuses qui ont une connaissance de la dimension contextuelle et affective de chaque chanson pour les personnes qui les ont transmises ; un artiste invité qui initie un travail de création et de réarrangement du répertoire avec tout son bagage musical qui lui est propre ; une ethnomusicologue qui observe et analyse le projet en train de se dérouler ; des musiciennes intervenantes qui maîtrisent les capacités et compétences vocales des élèves et s’emparent de la dimension pédagogique pour transmettre le répertoire ; des enseignant.e.s qui tissent des liens avec les apprentissages de leurs élèves. Autant d’enjeux différents, propres à ce que chacun·e insuffle dans le projet.

Loin de vouloir composer un catalogue représentant les différentes cultures présentes dans le quartier, nous essayons, côté CMTRA, de nous attarder à ce qu’il peut y avoir de commun entre ces chansons, aux attachements, aux modes de transmission, à reconnaître et valoriser des patrimoines familiaux, intimes et ordinaires. Il s’agit aussi de veiller à prendre en compte les besoins de chacun.e, en adéquation avec les caractéristiques vocales des élèves, la dimension éducative de leur contenu, la richesse de leurs qualités rythmiques et mélodiques, la diversité des esthétiques présentes et  leur assemblage en un répertoire cohérent et artistique.

Des visions se confrontent, se frottent, avec cette singularité de faire entrer des musiques « du monde », « traditionnelles », «de l’intime» à l’école. 

Comme un journal de bord un peu étoffé, nous vous proposons ci-dessous d’entrer dans le vif du sujet via les propos tenus au cours des échanges qui ont abouti au choix de ces 5 chants (cités entre guillemets en vert et en italique) d’une part, et, via l’écoute, la plongée dans la dimension sensible des collectes, des chansons d’autre part.

 

Amawolé fait rapidement l’unanimité, déjà décrite comme « le tube de l’année ».

« Celle-là, elle est vachement bien parce qu’il y a des percussions corporelles qui peuvent se mettre dessus » 

« Pour le coup les onomatopées sont assez simples à maîtriser pour les enfants »

« Amawolé », chantée par Estella Matutina – voir la fiche complète sur le site de la Chorale intergalactique ici.

Amawolé, c’est Estella Matutina qui nous l’a chantée. Il s’agit d’une comptine qu’elle chantait quand elle était enfant en République Démocratique du Congo d’où elle est arrivée il y a quatre ans. Elle l’a à son tour beaucoup transmise à d’autres enfants lorsqu’elle animait des camps de vacances catholiques . La première fois que nous la rencontrons, Estella nous indique que la chanson est en lingala, la seconde fois, elle n’est plus si sûre… Elle appelle une amie pour en savoir plus sur le sens du chant : 

Echange téléphonique entre Estella et une amie à propos de la chanson Amawolé

Comme Estella, Nawel Zenasni doit aller fouiller dans sa mémoire, faire appel à une grand-mère et à Internet pour réactiver des chansons qui ne sont pas vraiment pratiquées mais enfouies : « ça m’a fait vraiment revenir en arrière et faire tout ce chemin, ce cheminement quand tu es venue. J’ai retrouvé des comptines que ça faisait pffiou… ouh la la, plus de vingt ans, je dirais même plus de trente ans que je n’ai pas écoutées, qui sont là quelque part mais que je n’ai pas écoutées. Je ne pensais pas que j’allais les retrouver sur Internet, je suis allée sur youtube et j’ai retrouvé pas mal de comptines de mon enfance. Ca fait un drôle d’effet, c’est une rencontre avec soi qui est complètement bouleversante. »

Alors que nous pénétrons le quotidien des personnes, équipés de nos micros, pensant naïvement parfois que nous allons révéler des chansons, des morceaux joués, chantés dans la sphère de la maisonnée, de la famille ou de la communauté, force est de constater que bien souvent, nous allons dénicher des chansons presqu’oubliées, nichées dans une mémoire particulièrement affective. Car s’il y a bien quelque chose de commun entre toutes ces chansons c’est le souvenir de l’émotion du moment où elle était entendue ou chantée.

Nawel se remémore lorsque sa tante lui chantait cette petite berceuse, Selma, pour l’endormir. Elle raconte, en arabe, l’histoire d’une petite fille qui joue avec un agneau. Cette chanson, et d’autres qu’elle partagera à notre micro, elle ne les transmet pas à ses trois enfants, elles appartiennent selon elle à son bagage culturel intime, d’un ailleurs qui lui et propre. A ses enfants, elle raconte et lit des histoires, en français.

« Selma » chanté par Nawel Zenasni, voir la fiche complète sur le site de la Chorale intergalactique ici.

« Elle est simple mais pas si facile à adapter. Sortie du contexte, la mélodie sonne très occidentale. Mais on peut en faire quelque chose ».

Nous n’avons pas eu l’occasion de nous exprimer en grand groupe sur cette chanson mais elle revient dans les préférences des membres du groupe. Le choix est aussi, dans une moindre mesure, une somme assez subjective des goûts et sensibilités de chacun·e.

Gululi Wash Kayan « elle est intéressante parce qu’elle est dynamique mais elle n’a pas une grosse caractéristique marocaine donc on peut peut-être s’en servir mais il y a un peu cette faiblesse là… mais pourquoi pas… d’ailleurs il y a beaucoup de ressemblances avec d’autres chansons, je ne l’ai pas exclue mais bon… » 

« Exactement, c’est pour ça que je ne l’ai pas retenue ! » 

Cette chanson ne sera pas retenue pour le moment. Et nous n’avons pas eu l’espace de débattre, ce jour là, sur les raisons qui peuvent pousser certain·es à choisir ou ne pas choisir un chant en fonction de ses « caractéristiques » géographiques et musicales supposées. 

Fleur de jasmin « elle est presque trop caractéristique ».

« Shing shang zhi you mama hao » chantée par Michelle Zhao, voir la fiche complète sur le site de la Chorale intergalactique ici

Shing shang Zhi you mama hao, « je la trouve plus intéressante parce que la mélodie se développe plus que l’autre et on a le caractère chinois sans problème, à choisir je prendrais plutôt celle-ci ».

« Moi je mets un veto pour la prononciation pour les cycles 3 ».

« Oui mais on a évoqué qu’il y ait des solistes de la classe de chant ».

« Ce qui me fait plus peur c’est la mémorisation, sans image mentale ça va être compliqué pour eux de mémoriser ».

« On peut faire des parties solistes à des élèves plus débrouillards ».

Ce chant « offre de multiples éclairages harmoniques, riches pour l’orchestration et les oreilles. Il est typé mais pas caricatural ».

Comme un poème, Shing shang zhi you mama hao est une ode aux mamans. Michelle Zhao, que nous avons rencontrée à la crèche des Diablotins, nous raconte qu’il s’agit d’une berceuse très populaire en Chine. Elle la chante avec sa fille aînée, Louane.

Sevilay Aydogan partage Kirmizi Balik, comptine turque qu’elle a découverte sur Internet. Très populaire, toutes les familles turques que nous avons rencontrées la connaissent.

« Kirmizi Balik » chantée par Sevilay Aydogan, voir la fiche complète sur le site de la Chorale intergalactique ici.

« Celle-là peut offrir des possibilités de création ».

« Je trouve le motif mélodique très stimulant pour un travail ludique en question réponse aussi bien pour les voix que pour l’orchestre. Ce morceau peut apporter de la légèreté et du dynamisme ».

Kirmizi Balik, Amawolé, Selma et Shi Shang zhi you mama hao et Fatou yo appartiennent toutes au répertoire des « chansons enfantines ». Sortes de formulettes, de poèmes simples ou de récits fiction, elles comptent peu de mots différents, le vocabulaire est assez restreint et elles usent de rimes, de répétitions et d’assonances qui viennent ancrer les paroles dans la mémoire. A l’exception de Fatou yo, elles ont toutes les quatre été transmises par des femmes, par des mères.

Fatou yo fait aussi rapidement consensus. Déjà assez connue dans le cadre de l’enseignement musical à l’école, elle semble assez adaptée pour démarrer l’année. Elle a aussi été repérée par une autre artiste circassienne qui s’inspire du répertoire pour un travail chorégraphique mené sur le quartier de Belleroche. C’est Diery Dioum qui l’a partagée, nous expliquant qu’elle est usuellement chantée au cours du Kankourang, manifestation mandingue qui célèbre la circoncision à M’bour, ville dont il est originaire au Sénégal. 

« Fatou yo » chantée par Diery Dioum, voir la fiche complète sur le site de la Chorale intergalactique ici.

La sélection du répertoire de la Chorale intergalactique de Belleroche est à peine entamée, encore dix chants seront très prochainement adoptés. De  nombreuses questions ont été soulevées par cette façon de choisir ces cinq premiers chants . Pourquoi par exemple, retenir ou non une chanson en fonction de ses caractéristiques musicales supposées d’un pays d’origine, d’une aire culturelle ? Selma « sonne très occidentale », Gululi Wash Kayan n’a pas « une grosse caractéristique marocaine », Shing shang zhi « a le caractère chinois », « est typé mais pas caricatural » contrairement à Fleur de jasmin qui est « presque trop caractéristique ».

Au-delà de leurs caractéristiques supposées, ces chants ne sont-ils pas à remettre dans leur contexte, de collectage d’abord, puis dans celui de leur éventuelle transmission, apprentissage, pratique ? Avant de les assigner à un ailleurs et à une aire culturelle unique à laquelle les personnes rencontrées ne s’identifient elles-même pas forcément ? « Hors de son contexte, une musique perd son sens » affirme définitivement Pluralibus dans son dialogue débridé avec Singulotron dans l’ouvrage de Denis Laborde, Les Musiques à l’école,  dont il sera davantage question dans un prochain son du mois !

 

Pour aller plus loin :

Denis Laborde, Les musiques à l’école, Bertrand Lacoste, 1998

Le site Internet de la Chorale intergalactique : https://www.choraleintergalactique.com

Participez à la journée interprofessionnelle « Voix d’ici, chants d’ailleurs : Transmettre la diversité musicale d’un territoire aux enfants » initialement prévue le 17/11/2020 à Villefranche-sur-Saône mais dont la date de report sera communiquée prochainement sur le site Internet du CMTRA.


Une réflexion sur « LA CHORALE INTERGALACTIQUE A L’ÉPREUVE DU RÉPERTOIRE – 1ère partie »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.