Des chansons de Départ

Le son de cette semaine retourne dans le fonds « Musiques migrantes de Villeurbanne », qui explore en plus de 100 collectes les patrimoines musicaux des villeurbannais. Ces musiques migrantes, d’origine très variées, résonnent avec les histoires de ceux qui les jouent, se recomposent au gré de leurs déplacements et documentent, de manière sensible, la migration. Sur ce carnet, nous avons souvent exploré les chants de l’exil, qui disent la douleur de l’éloignement ou la nostalgie du pays, des Lori kurdes aux chansons politiques des réfugiés chiliens, en passant par les K7 de la Place du Pont. Cette semaine, nous tentons de déplacer la focale, en nous intéressant non pas aux chansons de l’immigration et de l’exil, mais aux chansons de l’émigration, aux chansons du départ.

En 2011, le CMTRA rencontre Nadine Carniello, villeurbannaise originaire d’Udine dans le Frioul, au nord-est de l’Italie. Au micro de Sylvia Zampa, elle raconte en italien son arrivée en France dans les années 1950, son apprentissage de la langue, ses nombreux emplois dans l’industrie et son insertion dans la communauté italienne de Villeurbanne. Elle dit également sa passion du chant, et l’importance de sa pratique pour maintenir un lien avec son pays d’origine.

Lors de l’entretien,  Nadine Carniello chante plusieurs villotte, chansons polyphoniques traditionnelles de sa région d’origine, en dialecte Frioulan.

« Anin, varin fortune », chantée par Nadine Carniello – voir la notice complète ici

« Anin, varin fortune », est la première chanson chantée par Nadine.

Allez, on aura de la chance
Le printemps parfume
Il nous attend au clair de lune
Le vieux batelier
Le vieux batelier rame
Adieu beau ciel frioulan
On débarquera ensemble,
Loin, loin, loin.
C’est vrai que je vais loin,
Je pars du pays, mais pas du cœur.
Reste tranquille, ma belle
Car j’y retournerai si je ne meurs pas
Si je ne meurs pas.

Le terme villotta (villotte au pluriel) désigne une forme musicale profane apparue au XVIe siècle en Vénitie et dans le Frioul, prenant la forme de chansons populaires harmonisées pour plusieurs voix. « Anin, varin fortune » est bien ultérieur à cet âge d’or des villotte, et a été composée à la fin des années 1920 par Franco Escher, folkloriste et compositeur qui a participé au tournant des XIX et XXe siècles au renouveau de ce genre musical. Comme beaucoup de villotte récents, la chanson évoque l’émigration, les espoirs et les craintes du départ. Si le thème du départ est si fréquent dans ces villotte composés au XIXe et au début du XXe, c’est qu’il est lié à l’histoire migratoire de l’Italie.

Immigration ou Émigration ?

Aux XIXe et XXe siècles, de nombreux Européens ont quitté leurs pays d’origine pour chercher une vie meilleure à l’étranger. Des millions d’Italiens, mais aussi d’Irlandais, de Belges ou d’Espagnols ont ainsi franchi les frontières européennes, voire traversé l’Atlantique. La France, quant à elle, est plus un pays d’immigration que d’émigration : depuis le début du XIXe siècle elle accueille beaucoup plus de ressortissants étrangers qu’elle ne fournit de candidat à l’immigration. Cela explique en partie pourquoi en France, les questions migratoires ont pendant longtemps été pensées du point de vue du pays d’accueil que du pays d’origine.

Ce biais se ressent notamment dans les termes employés pour désigner les personnes en situation de migration. Pendant longtemps, on a parlé d’ « immigré », ou de « travailleur immigré » (le terme s’est imposé dans l’immédiat après-guerre), deux expressions qui insistent sur l’installation dans un pays étranger, du point de vue de ce pays. L’avènement du terme « migrant », adopté ces dernières années dans le vocabulaire politique et médiatique pour désigner les migrations les plus récentes, bien qu’il soit problématique à bien des égards (notamment car il présuppose les causes de la migration et conduit à opposer migrants économiques et réfugiés politiques) présente l’avantage d’insister sur le processus dans sa globalité, sans le réduire à une trajectoire linaire d’un point A à un point B.

L’histoire migratoire de l’Italie est foncièrement différente. En un siècle, de 1860 à 1960, on estime à 26 millions le nombre d’Italiens qui quittent la péninsule, principalement à destination de l’Amérique (États-Unis, Argentine, Brésil), mais également vers d’autres pays européens, la France en premier lieu. L’appréciation de la migration n’y est donc pas la même. Ce changement de focale se perçoit dans la sémantique, certes, mais également dans la question des politiques migratoires et leur étude. Alors qu’en France, l’attention des chercheurs s’est pendant longtemps focalisée sur les relations entre migrants et États d’immigration ou avec les sociétés d’accueil, dans les pays d’émigration comme l’Italie, la « question migratoire » a souvent été celle du départ de compatriotes.

Dans ce carnet également, nous ne sommes pas totalement affranchis de ce biais. On a ainsi beaucoup insisté dans ces billets sur les chants de l’exil, qui disent la douleur de l’éloignement, la nostalgie du pays, la dureté de la migration ou de la vie dans le nouveau pays. Et de fait, ils constituent un thème important des répertoires collectés auprès des habitants de la région. Il existe cependant tout une tradition de chants de départs.

Un peu plus tard dans l’enregistrement, Nadine Carniello chante une autre chanson frioulane sur ce thème.

 « Biel vignit de l’Ongarie », par Nadine Carniello – voir la notice complète ici

Toujours par le biais des relations amoureuses, « Biel vignit de l’Ongarie » (À peine rentré de Hongrie ») évoque la difficulté de l’émigration, cette fois du point de vue de la femme d’un émigrant, restée en Italie. Ce n’est plus le départ en lui-même qui est au centre de la chanson, mais l’éloignement et la possibilité de son retour.

Qui sait où est mon amour ?
Où est-ce qu’il est ? Où est-ce qu’il va ? bis
Qui sait où est mon amour ?
Où est-ce qu’il est ?

Il est en Allemagne,
A faire des poteries, des plats des briques.
Il est en Allemagne,
A faire l’amour à toutes les belles blondes.
Il est en Allemagne,
A faire l’amour.

A cet égard, le cas des migrations italiennes est particulièrement intéressant et invite à déplacer la focale. Nés dans le Frioul et dans d’autres régions de la péninsule, ces chants du départ suivent les hommes et les femmes dans leurs migrations, et tissent un lien avec leur pays d’origine. Ils nous rappellent également d’autres chansons italiennes, qui induisent encore plus de complexité dans la relation des chansons aux migrations : les chansons de voyage. Ni ancrées dans le pays d’origine, ni dans le pays d’accueil, ni du point A ni du point B, pas plus chanson de l’exil que chanson de départ, ces chansons de l’entre-deux-rives sont également constitutives de la mise en musique des migrations. Il en est ainsi de Luna Lunneda, « berceuse transformée en prière » sicilienne que nous avait chanté Giacommo Anastasi, un autre italien de Villeurbanne. Il nous assurait alors que c’était bien une chanson de la migration, que l’on chantait sur le bateau pour endormir et rassurer les enfants.

Pour aller + loin :

Crédits photos : Free photos – Pixabay


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.