Mais qui se cache sous ce pommier ?

En 2020 le CMTRA a entrepris la numérisation, la description et la mise en ligne d’une partie fonds de collectage de Sylvette Béraud-Williams. Parmi les nombreuses surprises que nous a réservé l’écoute de ces enregistrements, une en particulier nous a donné envie d’y consacrer un billet ici : l’apparition d’une mystérieuse Marguerite à l’endroit même où jusqu’ici, nous n’avions jamais entendu parler que de Marion… Menons l’enquête.

Sylvette Béraud-Williams est originaire du pays des Boutières en Ardèche. Issue d’un milieu paysan,  elle entame des études de lettres modernes à l’université de Grenoble au début des années 1970. Frappée par la méconnaissance, voire le mépris qui s’y déploie vis à vis des cultures paysannes, et initiée en parallèle à la collecte de littérature orale par Jean-Noël Pelen, elle entreprend rapidement une recherche ethnographique sur la pratique du conte de traditionnel dans sa région d’origine. Elle progresse par cercles concentriques autour de la ferme familiale, tend son micro à ses voisins et découvre un riche patrimoine oral. Cependant, hormis quelques courtes histoires grivoises et de rares contes facétieux, elle ne trouve pas ce qu’elle était partie chercher. De toute évidence, le conte n’occupe pas la même place dans les Boutières que dans les Cévennes, où Jean-Noël Pelen enquêtait alors. En revanche, elle découvre dans sa région une foisonnante tradition chansonnière, qu’elle étudie pendant près de 20 ans, y consacrant sa thèse de 3e cycle et de nombreuses publications.

Parmi les centaines de chansons qu’elle a enregistrées, figure donc cette Marguerite qui nous a mis la puce à l’oreille. Elle a été collectée auprès d’Arthur Chazel aux Vernées en 1977.

« Margariton sos un pomièr » par Arthur Chazel aux Vernées (1977)

Rangée dans la catégorie des « galants moqués » par Sylvette Béraud-Williams, et par Patrice Coirault dans celle, plus neutre, des « amourettes », cette chanson narre la rencontre entre une jeune femme, Margariton et un homme bossu. D’une manière assez classique dans ce genre de rencontres pastorales, l’homme lui offre d’être sa mie, et celle-ci refuse, au motif qu’elle est trop jeune, et qu’il ne lui convient pas.  Ici, l’histoire de la bosse mérite d’être soulignée :  Margariton ne se contente pas de décliner la proposition, mais elle coupe la bosse du prétendant, avant de lui recoller avec de la poix (« la peja »). Cette spécificité du texte permet de comprendre, comme le souligne Sylvette Béraud-Williams, que cette chanson ait pu être particulièrement chantée lors du carnaval, où elle était prétexte à des rondes mimées et déguisées. La mention de la bosse, coupée puis recollée, peut également être interprétée comme une métaphore grivoise.

Sylvette Béraud-Williams, Chansons populaires d’Ardèche recueillies dans le pays des Boutières, Edisud / Editions du CNRS, 1987, p. 124

Cette histoire et cette mélodie, nous l’avons souvent entendue. Elle fait d’ailleurs partie du répertoire commun aux associations régionales qui participeront  à l’événement Sur les pavés, le trad#2 lors des prochaines Journées Européennes du Patrimoine. Sur le portail rhônalpin du patrimoine oral, on peut entendre plusieurs versions collectées par Charles Joisten entre la fin des années 1950 et les années 1970, en Isère et dans les Hautes-Alpes. En effet, c’est une des chansons traditionnelles les plus connues dans le Dauphiné et les régions alpines. Aujourd’hui encore, nombreux sont les habitants de ces territoires qui ont en mémoire la mélodie et quelques couplets. En revanche, à l’est du Rhône, ce n’est plus Marguerite qui se « solombrave » ou se « dandinave » sous un pommier, mais bien Marion.

« La Marion sous son pommier  » par Paulette Girard à Saint-Martin-le-Vinoux (38) le 1er juin 1976
voir la notice complète ici

Il n’y a là rien de bien étonnant : la tradition orale admet de multiples variations et est, par définition, plastique. Nombreux sont les exemples d’adaptations locales de chansons populaires : ici on change le nom d’un village, ailleurs on l’adapte à la langue régionale, ailleurs encore on y intègre des éléments de l’histoire ou la mythologie locale. Parce qu’elle est très répandue, la chanson de Marion et du bossu offre un bel exemple des variations caractéristiques des répertoires de tradition orale, qu’il importe de mettre en regard avec les interprétations parfois très localistes voire revendicatives de ces mêmes répertoires (voir à ce sujet le billet que nous avions écrit il y a deux ans sur les hymnes locaux en ligne sur le portail rhônalpin du patrimoine oral).

L’ethnomusicologue Georges Delarue a, dans un article paru en 1981 dans Le Monde alpin et rhodanien, a proposé une cartographie et une analyse de la distribution d’une cinquantaine de versions de la chanson collectées dans toute la moitié sud de la France.

Georges Delarue, Un espace dialectal pour une chanson : La Marion sous un pommier. In: Le Monde alpin et rhodanien. Revue régionale d’ethnologie, n°1/1981. Les régions de la France. Colloque de la Société d’Ethnologie Française. Grenoble 7-8 décembre 1978. pp. 130-131

Ces cartes montrent d’abord que toutes les versions collectées se situent dans l’aire occitane ou francoprovençale. Au nord de la limite avec la langue d’oïl (le fameux « isoglosse de l’imparfait en ave ou abe »), l’ethnomusicologue n’a trouvé aucune attestation de la chanson. Ce qui nous intéresse surtout ici, c’est qu’au sein même de cette moitié sud de la France où l’on rencontre la Marion, l’analyse de Georges Delarue permet d’en mesurer précisément les variations. Dans le Dauphiné et l’espace alpin, la Marion se dandine presque toujours, et elle coupe la bosse avant de la rendre. De l’autre côté du Rhône, à partir des limites occidentales du massif central, Marguerite et Jeanne remplacent de plus en plus souvent Marion sous le pommier, sous lequel elles se reposent plus qu’elles ne se dandinent. Quant à la bosse, si elle est toujours coupée, elle est parfois recollée avec de la poix, comme dans la version d’Arthur Chazel.

À ces variations de noms et d’actions, il faut ajouter les variations de langues : dans chacun des territoires où Marion (ou Jeanne, ou Marguerite) s’est installée, elle s’est adapté au patois local. C’est d’ailleurs cette adaptation linguistique, plus que celle des noms ou des actions, qui a parfois pu servir d’argument à une interprétation localiste de cette chanson, qui va manifestement à l’encontre de ce que nous dit Georges Delarue. En effet, Sylvette Béraud-Williams note ainsi à propos de Margariton sos un pomièr : « Fortement implantée dans notre région […], notre chanson y est ressentie comme très représentative de la culture du pays dont elle utilise la langue. »

En embrassant la diversité des versions d’une même pièce de répertoire, en suivant du doigt leurs filiations, ou du moins leurs proximités et leurs liens de voisinages, on appréhende mieux l’immense richesse des œuvres de transmission orale.  Cette démarche incite également à désacraliser l’archive sonore, nous autorisant à la tordre et la déformer sans souci démesuré de la « vraie version ». Enfin, c’est un bon moyen d’aborder les rapports complexes entre les ancrages locaux et la grande mobilité  du patrimoine oral.

Ajout du 2 septembre 2020

La publication de ce billet a suscité d’étonnants rebondissements au CMTRA…. À son retour de vacances, Maëllis Daubercies, qui travaille sur différents projets de collectage et d’actions culturelles au CMTRA, prend connaissance de l’article sur la Marion/Margariton/Jeanne et se souvient : « Mais je la connais cette chanson, je l’ai collectée à Villefranche ! ». 

Depuis  2019, le CMTRA et le Conservatoire de Villefranche mettent en œuvre une Chorale Intergalactique, au sein de laquelle 380 élèves du quartier de Belleroche chantent des chansons provenant de continents différents, dans plusieurs langues (occitan, italien, arabe, etc.), reflet de la diversité culturelle et linguistique de leur quartier. Ce répertoire est en partie constitué de chansons collectées auprès d’habitants du quartier.

En février 2020, Maëllis était donc auprès de Sylvie Brindel, de ses beaux-parents Guy et Françoise Brindel pour enregistrer leurs chansons. La mère de Sylvie les accompagne également par téléphone depuis la Haute-Savoie.

Marion su on pommier – Guy, Sylvie et Françoise Brindel

Lors de cette rencontre, les époux Brindel, originaires du Limousin, chantent plusieurs refrains à danse en occitan (comme cette bourrée ou cette scottish). Lorsque leur belle-fille leur demande s’ils connaissent la Marion, Guy s’empresse de répondre « Ah, non ! », et Françoise de s’interroger : « Mais c’est la Marichou ?! ». Perplexe, alors que la mère de Sylvie s’apprête à chanter la fameuse chanson au téléphone, François s’interroge : « Je crois pas qu’ce soit celle-là, moi… »

Plus que la chanson en elle-même, c’est la discussion qui l’entoure qui nous intéresse ici. La confrontation amicale des deux belles-familles, du Limousin et de la Savoie, de la Marion et de la Marichou, des patois occitans et francoprovençaux pour finalement se retrouver au moment de chanter. Car dès les premières notes de la mélodie, force est de constater que tout le monde chante bien la même chanson.

Pour aller + loin :


2 réflexions sur « Mais qui se cache sous ce pommier ? »

  1. j’ai 71 ans et j’ai chanté cette chanson que ma mère nous chantait et nous a appris.
    petit plaisir matinal….

    1. Bonjour Janine, et merci pour votre commentaire ! Dans la version de votre mère, était-ce Marion, Margariton ou Jeanne qui se solombrava (ou se dandinava) ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.