HISTOIRES DE LANGUES, INVITATION AU COLLECTAGE

Le mois dernier, le son du mois nous avait bercé au rythme et gestes des berceuses recueillies depuis les années 70 sur le territoire rhônalpin. Restons encore un peu dans le registre de l’enfance en parcourant quelques contes et comptines enregistrées tout récemment à Villeurbanne.

Depuis 2015, le CMTRA œuvre dans le champ des langues en allant collecter auprès de parents d’élèves, d’enfants, de personnes en situation de plurilinguisme des contes, des histoires dans leur langues maternelles ou celle de leurs parents. Le conte, la situation provoquée par le collectage du conte, sont employés comme outil de médiation en situation interculturelle. En invitant les familles à venir raconter des histoires dans leurs langues maternelles au sein de l’école par exemple, accompagnés de leurs enfants, la culture familiale et orale s’invite dans l’institution, temple de l’écrit et de la langue française.

Ce mois-ci, nous vous proposons de nous accompagner au cœur des quatre dernières collectes menées dans le cadre du projet Histoires de Langues, auprès de Mireille, Sonia, Ana et Saki, dans un contexte péri-confinement particulier.

Les contes chantants de Mireille, en bamiléké

La toute première personne qui a accepté de partager des histoires à mon micro, c’est Mireille. Nous nous sommes rencontrées au centre d’accueil pour demandeur d’asile, quelque temps avant le confinement. Très spontanément, Mireille m’a accueillie dans son mini chez elle, avec sa fille Léana.

De berceuses en contes traditionnels, elle m’emmène dans ses vacances loin de la ville au Cameroun quand, petite, elle allait rendre visite à sa grand-mère. Auprès du feu, le son crépite, la voix prend de nouvelles tonalités quand elle s’élève dans une autre langue, le bamiléké, et le souffle de sa fille se fait plus calme quand sa mère se met à chanter. Après avoir raconté l’histoire de kulu la tortue qui développe une amitié durable avec le léopard sous le symbole du partage de la kola, Mireille poursuit avec l’histoire de trois amis, la poule, le kalao et l’hirondelle, celle de la petite fille à la main coupée mêlant le français au bamiléké avant de terminer sur une comptine qui traite de la période des termites.

En novembre, les termites sont de sortie : c’est le bon moment pour les récolter fraîches et les vendre au bord de la route, rôties. Mireille précise qu’il ne faut pas mettre trop d’huile pour les rôtir car quand elles sont fraîches, leur corps contient déjà beaucoup d’huile. Un peu de piment pour enlever le goût et bon appétit.


Mireille Mongan, Comptine sur les termites, bamiléké

Mireille m’explique que ces histoires lui viennent de sa grand-mère qui les détient elle-même de sa mère et de sa grand-mère : « Au village on arrangeait un feu de bois le soir aux alentours de 19h quand tout le monde est lavé et a mangé, on reste autour du feu, la grand-mère raconte des contes de sa maman à elle et de sa grand-mère aussi et nous on était toutes à côté, on suivait toutes contentes avec le bruit des p’tites insectes dehors tuttutututu. Quand on rentrait en ville on était vraiment vraiment remplies, on avait hâte que les vacances approchent et de voir la grand-mère qui avait toujours des tonnes de contes (…) ». A son tour Mireille raconte ces histoires à sa fille Léana, en chanson surtout.

 

Sonia et l’apprentissage de la langue arabe

A peine démarré le projet, nous voilà toutes et tous confiné·es. Je tente alors quelques collectes à distance.

Sonia accepte de se prêter à l’exercice, par téléphone. Toute la maisonnée dort encore de son côté, son mari et ses trois enfants. Du mien, ça s’agite, les enfants sont déjà levés, perchée sur ma mezzanine, je démarre ma matinée de télétravail.

En réalité, je ne sais même pas si Sonia parle une autre langue que le français. Je sais juste que son père est algérien et je me demande quel lien elle entretient avec l’arabe, si elle le parle, si elle le transmet à ses enfants, si elle connaît des contes. Sonia se présente comme une enfant « mixte » de père algérien et de mère française. Elle a surtout côtoyé l’arabe quand elle entendait son père parler avec sa grand-mère. C’était un grand moment de curiosité pour elle, de les entendre échanger dans cette langue inconnue, mais elle parle aussi de frustration. Son père s’adressait à elle en arabe essentiellement quand il faisait preuve d’autorité, quand les émotions montaient. « Fais le café », « Va chercher le pain » sont des petites phrases dont elle se souvient. Au cours de l’échange, Sonia me raconte la première fois qu’elle est allée en Algérie, puis la seconde. Ce ne sont pas des très bons souvenirs, elle se sentait moins libre et le fait de ne pas parler la langue, de ne pas la comprendre l’a freinée, la faisait se sentir différente des autres. Aujourd’hui, Sonia apprend l’arabe à travers la lecture et l’apprentissage du Coran. Elle a inscrit ses enfants au cours d’arabe à l’école car elle trouve ça dommage que la langue se soit perdue en route. Le mari de Sonia est algérien lui aussi et tout comme son père, il ne parle arabe à la maison que quand la moutarde lui monte au nez.

Lorsque j’ai demandé à Sonia si elle connaissait une petite histoire en arabe, l’émotion est montée aussitôt et elle m’a partagé la chanson de la souris verte que son père avait traduite lorsque petite, elle l’avait ramenée de l’école.

Sonia Gherbi, Comptine Une souris verte, arabe d’Algérie

 

L’amestau d’Ana et le coq Kiriko

Ana a démarré son stage au sein du CMTRA en plein confinement, à distance, depuis les Asturies (Espagne) d’où elle est originaire. Elle travaille justement sur ce projet Histoires de Langues et je lui propose, en guise de formation au collectage de se placer du côté de la « personne collectée ». Nous échangeons en visio-conférence. Lorsque nous commençons à parler de sa langue, elle me parle rapidement de sa grand-mère par qui lui a été transmis l’asturien. N’ayant pas reçu un enseignement formel de cette langue, elle me confie parler « l’amestau », un mélange entre asturien et espagnol. Elle exprime également à quel point la personnalité se trouve comme changée lorsque l’on doit s’exprimer dans une langue qui n’est pas la sienne. Elle a commencé à se sentir vraiment à l’aise avec le français lorsque sa personnalité a pu s’exprimer à travers lui.

Ana se souvient très bien d’un conte en randonnée (dont la structure est répétitive et cumulative) que lui racontait sa grand-mère, en asturien : El gallo kiriko (Le coq Kiriko).

Ana Pereda, Conte El gallo kiriko, asturien

Ce coq, Kiriko, devait se rendre au mariage de son oncle Perico. En chemin, il a été tenté par quelques grains de maïs au cœur d’une bouse de vache. Ce conte licencieux embarque l’auditeur dans les pérégrinations du coq qui tente désespérément de trouver quelqu’un pour lui nettoyer le bec afin d’arriver propre au mariage. Comme de nombreux récits d’origine populaire appartenant à la littérature orale, l’histoire se termine comme elle a commencé, sur une note scatologique, le narrateur invitant son auditeur à embrasser le coq sur les fesses. Si bien que nous nous sommes posées la question de savoir s’il fallait garder sa fin telle quelle ou la modifier quelque peu, sachant que ces histoires seraient utilisées ensuite avec de jeunes élèves. Nous avons choisi de le laisser tel quel, libre choix aux enseignants ou à toute personne de s’en emparer ou pas par la suite !

 

Les contes traditionnels japonais de Saki

Ça y est, nous sommes déconfiné·es. Les collectes en présentiel peuvent reprendre. Difficilement imaginable derrière un masque cependant… tant pis pour le protocole, on garde nos distances. Saki me rejoint au CMTRA. Elle se souvient de nombreux contes traditionnels japonais qu’elle lisait dans une collection de petits ouvrages étant petite, au Japon. Elle commence par me les raconter en français, puis, pour passer au japonais, elle passe de l’oral à l’écrit et se met à lire une version du conte trouvée sur un moteur de recherche. Elle raconte ainsi l’histoire du grand-père qui fait fleurir les arbres, celle du moineau qui se fait couper la langue et celle de la princesse Kaguya.

Saki a rapporté également quelques livres qu’elle lit le soir à son petit garçon. Elle me raconte l’histoire de Momotalo, le petit garçon né dans une pêche qui devient un héros par une série d’aventures et de créatures rencontrées. Elle me parle des oni, les monstres typiques japonais. Les oni sont les « méchants » des contes japonais me dit-elle, qu’elle compare au loup des contes européens. Généralement rouges ou bleus, ils sont de très grande taille, portent des pagnes en peau d’animal et des dents acérées.

Saki Toshida, Conte Momotalo, français
Saki Toshida, Conte Momotalo, japonais

Parler des langues amène bien souvent à aborder la question des discriminations. Certaines langues étant plus valorisées que d’autres. On vantera souvent les mérites d’un élève qui parle déjà le français et l’anglais mais on demandera aux parents d’un enfant qui parle arabe de bien lui parler français à la maison. Je me souviens notamment d’Aysun, rencontrée à la Maison sociale Cyprian les Brosses qui m’avait confié qu’un médecin scolaire avait écrit dans son carnet de santé à l’adresse de ses parents turcophones, « il faut parler français avec Aysun à la maison » ou encore, d’un directeur d’école qui avait lu affiché en grand format dans le bureau de la médecine scolaire, il y a dix ans « STOP AU SEMI-LINGUISME ».

A la différence de certains locuteurs qui parlent d’autres langues moins valorisées dans la société, Saki me confie qu’elle n’a jamais vécu de situation discriminatoire vis à vis de sa langue, sinon de discrimination positive, liée à sa culture plus qu’à sa langue. Il lui est déjà arrivé par exemple de ne pas payer de caution pour un appartement, le propriétaire ayant précisé que « les Japonais sont sages », ou encore, en appelant la préfecture pour une histoire de visa expiré alors qu’elle avait déjà acheté son billet d’avion : « Vous êtes Japonaise, ne vous inquiétez pas, on contrôle pas trop les passeports des Japonais ».

A travers le recueil de contes, d’autres histoires se racontent… autour de l’immigration, de la transmission ou non du patrimoine culturel et familial, de discrimination, d’émotion, des souvenirs d’enfance.

Vous pouvez retrouver tous ces contes et bien d’autres sur le site Internet www.histoiresdelangues.fr.

Pour aller + loin :

Nadine Decourt, Le conte comme outil de médiation en situation interculturelle. In: Repères, recherches en didactique du français langue maternelle, n°3, 1991. Articulation oral/écrit, sous la direction de Jacques David, Catherine le Cunff et Hélène Romian. pp. 99-115. )

Marie-Rose Moro, Enfants de l’immigration une chance pour l’école, Bayard, 2012

Site Internet Histoires de Langues

Site Internet La Grande Oreille 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.