« Dors, dors… » et autres berceuses

Depuis la création de ce carnet de recherche, l’équipe du CMTRA a souvent mis à l’honneur les nombreuses berceuses collectées auprès des habitants-musiciens de la région. Cette semaine, parce que c’est le printemps, que les familles de l’équipe ont tendance à s’élargir et qu’honnêtement, on se laisserait bien tenter par une petite sieste, nous proposons une compilation des berceuses en ligne sur le portail régional du patrimoine oral.

Lorsque  nous rencontrons des habitants-musiciens et que nous leurs proposons de nous chanter une chanson constitutive de leur patrimoine intime et familial, il y a quelque chance que surgissent assez vite les premières notes d’une berceuse. Parce qu’elles s’adressent à des individus qui n’ont pas encore acquis la maîtrise de l’écrit, les berceuses sont en effet des éléments importants et vivaces des répertoires de tradition orale. Souvent liées à des éléments non-verbaux (le bercement, les gestes divers) et à un environnement émotionnel particulièrement marquant, les berceuses restent, s’ancrent et se transmettent largement, de génération en génération. Il n’est alors guère étonnant qu’elles reviennent fréquemment dans les enquêtes musicales menées sur le territoire rhônalpin depuis les années 1970.

Commençons simplement ce tour d’horizon avec « Soin soin » , variante francoprovençale du « Som som » occitan, dont de nombreuses versions ont été enregistrées dans le département de la Loire par Jacques Bardot et Patrick Favier.

« Soin soin » chantée par Germaine Panel en 1984 – voir la notice complète ici

Cette berceuse, très répandue  dans la moitié Sud de la France, admet de nombreuses variantes, mais repose invariablement sur un principe somme toute très simple : la mère appelle le sommeil (« soin ») à venir pour endormir l’enfant (« fanfan »). Cette incantation, aidée par l’effet de répétition propre à ces formes musicales très brèves, laisse penser que cette berceuse doit être plutôt efficace. Cela explique peut-être qu’elle soit aussi répandue.

A Villeurbanne, en 2009, le CMTRA enregistrait une autre berceuse répandue dans nos contrées, bien qu’originaire du Sénégal : Ayo Néné.

Ayo Néné, par Sohkna Thiam – voir la notice complète ici

Sohkna Thiam, qui nous a chanté cette berceuse, se souvenait alors qu’elle la chantait à sa fille lorsqu’elle la portait sur son dos. Ici encore, la répétition mélodique et des paroles (« Ayo néné » / mon petit bébé), qui plus est associé au bercement de l’enfant porté en écharpe, semble idéal pour provoquer l’endormissement.

D’autres berceuses, cependant, mobilisent d’autres ressorts pour endormir les enfants : nous parlons bien sûr du chantage, plus fidèle allié des parents excédés et épuisés. A ce sujet, tendons donc l’oreille au fameux « Fais dodo, Colas mon p’tit frère » , interprété ici par l’incontournable Germaine Panel au micro de Jacques Bardot en 1984.

« Fais dodo, Colas mon p’tit frère » par Germaine Panel – voir la notice complète ici

Cette version, écourtée et suivie d’une autre berceuse (« Dodo Ninette ») s’éloigne sensiblement de la mélodie que la plupart d’entre nous connaissent, mais conserve l’élément principal et commun à de nombreuses berceuses, à savoir le chantage à la nourriture : s’il dort, Colas aura du gâteau. De nombreuses autres berceuses bien connues usent allégrement du chantage pour tenter de provoquer l’endormissement : c’est ainsi le cas de « Drume negrita » , chantée et expliquée par Mercedes Alfonso, conteuse cubaine installée à Villeurbanne.

« Drume negrita », par Mercedes Alfonso – voir la notice complète ici

Ici, toujours avec la douceur mélodique caractéristique du genre, le chantage est un peu plus élaboré : on promet à la « negrita » un beau landau neuf, un baldaquin et un hochet. En revanche, si elle ne dort pas, c’est le diable en personne (le « babalao ») qui viendra s’occuper d’elle.

Enfin, il arrive que ce qui sonne à la première écoute comme une simple berceuse revête une signification plus complexe. Il en est ainsi de Lorî-Lorî (littéralement « Dors, dors »), chant kurde enregistré auprès d’Alba Hesso dans le cadre de la recherche sur les Musiques migrantes de Villeurbanne.

« Lorî Lorî » par Alba Hesso, voir la notice complète ici

Il ne faut pas s’y tromper, si la chanson commence par la répétition de l’invitation à dormir (« Lorî Lorî »), on ne saurait la rapprocher trop rapidement du « Som Som » francoprovençal. En effet, cette chanson kurde très connue remplit différentes fonctions, est chantée dans différents contextes et peut se comprendre de plusieurs manières. Cette berceuse est ainsi chantée lors des veillées funéraires : elle endort certes les enfants, mais également les morts. Berceuse et chant de deuil, donc, mais également hymne patriotique chanté avec douleur au sein des communautés kurdes exilées, et chant de résistance. Selon les cas, l’enfant à endormir peut donc être un proche défunt, ou la mère le pays rêvé, abandonné ou à défendre.

Qu’elle soit une simple invitation au sommeil, un chantage plus ou moins subtil ou une évocation métaphorique du deuil ou de l’exil, la berceuse reste, de par sa forme et sa fonction, un élément central et particulièrement ancré des cultures orales.

  • Pour aller + loin :

Lorî Lorî : berceuse, chant de deuil et de l’exil kurde

Une chanson douce…

Le Sabar du Sénégal

Soin soin

 

« Fais dodo »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.