LE SIROP DE LIMACES

Tout confinés et anxieux que nous sommes au CMTRA, nos pérégrinations sur le portail régional du patrimoine oral se sont assez naturellement dirigées vers des témoignages sur les médecines traditionnelles, collectés depuis les années 1970 sur le territoire rhônalpin. Dans cette grande pharmacopée régionale, point de chloroquine ni de Professeur Raoult, mais un remède assez insolite dont la recette fut détaillée à l’ethnologue André Julliard en 1979 à Leyzieu (01) par Hélène Maillet, grande spécialiste des remèdes traditionnels et des plantes médicinales.

En 2019, le CMTRA a documenté, indexé et mis en ligne un nouveau fonds d’archives sonores pour le compte des Musées Départementaux de l’Ain : le fonds André Julliard. Entre 1979 et 1981, l’ethnologue est incité par Jean Cuisenier, alors directeur du Musée National des Arts et Traditions Populaires, à aller enquêter sur les contes et récits populaires du Bugey, dans l’Ain. À cette époque, André Julliard concentre ses recherches sur les guérisseurs et rebouteux de Bresse et du Bugey, auxquels il consacrera sa thèse soutenue quelques années plus tard. Dans ses entretiens sur les contes et récits populaires transparaît ainsi cet objet de recherche initial, et les questions sur les remèdes traditionnels, les leveurs de feux, les rebouteux et les pratiques médicales magiques jalonnent un certain nombre d’enregistrements.

C’est le cas notamment lors de sa rencontre avec Hélène Maillet, habitante de Leyzieu. Plus de quatre heures durant, elle énumère les nombreuses plantes médicinales qu’elle utilise, donne des préconisations pour la cueillette, la conservation et la préparation des décoctions, des emplâtres et autres macérations, détaille les posologies. Dépositaire d’un riche savoir médicinal hérité de sa grand-mère et enrichi par des lectures et une observation constante de la nature, Hélène Maillet est une véritable spécialiste de la pharmacopée végétale de son territoire. Hormis les nombreuses plantes qu’elle décrit, elle évoque également quelques remèdes à base de produits animaux : peau de chat, graisse de blaireau ou encore – nous y arrivons – sirop de limace.

Préparation du sirop de limaces, par Hélène Maillet – Voir la notice complète ici

Hélène Maillet tient cette recette de sa grand-mère, qui l’avait elle-même apprise en Allemagne. Elle permet de soigner les ulcères d’estomac et les maladies respiratoires, des poumons et des bronches.

Voici donc la recette :

Ingrédients

  • 500 grammes de grosses limaces jaunes. Celles-ci devront être ramassées dans les bois, à distance des champignons vénéneux contre lesquelles elles sont immunisées, de juin à septembre. Avant juin, elles sont trop petites, et après septembre, elles sont pleines d’oeufs. 
  • 500 grammes de sucre, roux de préférence
  • De l’alcool à 90° (ou du marc, « c’est meilleur et c’est naturel« ).

Préparation

NB : toute la préparation doit être réalisée en période de lune descendante, pour éviter la fermentation.

  1. Si besoin, laver rapidement les limaces au sable. Eviter l’eau, dont elles se gorgeraient
  2. Étaler une couche de limaces vivantes
  3. Couvrir d’une couche de sucre
  4. Laisser macérer deux jours
  5. Au bout de deux jours, filtrer dans une passoire avec un linge de toile. Bien presser
  6. Mélanger le jus obtenu avec 30% d’alcool à 90° ou d’eau-de-vie
  7. Au bout de quelques jours, filtrer de nouveau cette préparation. 

Indéniablement, cette recette interpelle les auditeurs contemporains que nous sommes, mobilisant sans doute un imaginaire hérité des histoires de notre enfance, rempli de potions magiques et de sorcières aux nez crochus. Mais le sirop de limace, comme l’ensemble de l’enquête auprès d’Hélène Maillet, invite plus sérieusement à se pencher sur le rapport entretenu par cette femme à la maladie et au soin. Car, ne nous trompons pas, Hélène Maillet n’est pas une sorcière. Elle n’est pas non plus une rebouteuse ou une « l’veuse ». En fait, nous dit-elle, elle n’a pas de don particulier, si ce n’est celui de dominer les plantes, de les connaître, de les comprendre et finalement de les aimer.

L’amour des plantes – voir le notice complète ici

De fait, elle entretient un rapport très rationnel aux plantes et à ses pratiques médicinales.  Hélène Maillet nourrit sa pratique de nombreuses lectures médicales et de l’observation de la nature. Elle ne met jamais en oeuvre de pratiques magiques, ne récite nulle formule ou prière et cueille indifféremment ses plantes de la main droite ou de la gauche. Elle se distingue ainsi des rebouteux et autres guérisseurs, bien que par ailleurs, elle soit très croyante et que la spiritualité ait une grande place dans sa vie personnelle. 

Ce faisant, elle n’entre pas tout à fait dans le cadre des pratiques médicales populaires étudiées par André Julliard, les « prières médicales magiques, religieuses et secrètes (les dons) », et s’en méfie presque. Pour autant, ces pratiques magiques, ces dons, font partie intégrante des médecines populaires villageoises, et continuent d’exister en France aujourd’hui. Sur le portail régional du patrimoine oral, on en trouve plusieurs témoignages : dans le Bas-Dauphiné (enquête de Charles Joisten auprès de Madame Bayet), dans l’Ain donc, mais également en Côte d’Ivoire, comme en témoigne la chanteuse Madji Zogbo lors d’une collecte réalisée à Villeurbanne en 2010.

Pratiques médicales magiques en Côte d’Ivoire, par Madji Zogbo – voir la notice complète ici

Pour compléter ce rapide tour d’horizon des pratiques médicales traditionnelles, magiques ou non, nous ne saurions trop conseiller de se plonger dans le long et passionnant entretien mené par André Julliard auprès d’Hélène Maillet. Durant près de 4h30, Mme Maillet détaille par le menu une grande quantité de remèdes, du tilleul commun à la saponaire, en passant par l’argile ou le clou de girofle. Et s’il n’est pas sur que l’on y trouve un remède efficace contre le virus qui nous occupe tant actuellement, pourquoi ne pas se rabattre sur la recette de la Chartreuse, qu’elle aborde également dans l’entretien (cette fois-ci on ne met pas le lien, on vous laisse chercher) ?

Pour aller + loin :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.