Le son de la semaine de grève

Le CMTRA, comme de nombreux acteurs culturels (réunis notamment dans les collectifs Culturopoing69 et Art en Grève), prend part au mouvement social actuel contre le projet de réforme des retraites. Chaque semaine depuis le 5 décembre, salariés et administrateurs battent le pavé.

Seulement, cela n’aura échappé à personne que n’étant ni une raffinerie, ni une entreprise de transports publics, nos capacités de peser dans le rapport de force sont minimes. Loin de nous décourager, ce constat nous a amené à réfléchir à la manière  de rendre notre grève visible. Nous avons sérieusement envisagé la possibilité de jouer des tableaux du Lac des Cygnes sur le parking de la MJC de Villeurbanne, mais l’idée étant déjà prise par le ballet de l’Opéra de Paris, nous avons décidé de mettre différemment (et beaucoup plus modestement) nos compétences professionnelles au service du mouvement social.

C’est pourquoi le son de cette semaine prend un tour militant, et tente de croiser, dans un montage bricolé , mémoires de luttes et chansons protestataires issues des fonds sonores du CMTRA et du Rize et captations des dernières manifestations lyonnaises.

 

Un petit montage sonore avec dedans des vrais bouts de :

  • Poio pas travalhar, ode occitan à l’oisiveté chantée par Joseph Delhomme en 1996 dans l’Atlas Sonore n°5 du CMTRA et dont voici les paroles et la traduction française :
Poio pas travalhar lo luns
Per ço me rend tot tortut
 
De minjar bien de beure bien
Qu’ei lo meitier que m’agrada
De minjar bien de beure bien
Qu’es lo meitier que m’agrada fort bien
 
Poio pas travalhar lo març
Perço que co fai mau a mon lard
 
Poio pas travalhar lo mecres
Perço que co fai mau a mon etre
 
Poio pas travalhar lo jos
Perço que co fai mau a mos os
 
Poio pas travalhar lo vendres
Perço que co fai mau a mon ventre
 
Poio pas travalhar lo sande
Perço que co me bota los trambles
Je ne peux pas travailler le lundi
Parce que ça me rend tout tordu
 
De bien manger de bien boire
C’est le métier qui me plait
De bien manger de bien boire
C’est le métier qui me plait fort bien
 
Je ne peux pas travailler le mardi
Parce que ça fait mal à mon lard
 
Je ne peux pas travailer le mercredi
Parce que ça fait mal à mon être
 
Je ne peux pas travailler le jeudi
Parce que  ça fait mal à mes os
 
Je ne peux pas travailler le vendredi
Parce que ça fait mal à mon ventre
 
Je ne peux pas travailler le samedi
Parce que ça me donne des tremblements
  • La FAME (Fanfare À Manif Engagée ou Festoyeurs Avinés contre Machines Ecervelées)
  • La Chorale des Canulars
  • Les sifflets des avocats en grève
  • Les souvenirs de lutte de Madeleine Lesage, ancienne ouvrière de l’usine de chaussure Bally-Camsat à Villeurbanne
  • Le mégaphone saturé du camion de la CGT

Pour prolonger cette écoute, on ne saurait trop conseiller de tendre une oreille du côté du documentaire sonore d’Olivier Minot « La révolution ne sera pas podcastée » et de la version de Poio pas travalhar par Bistanclaque. 

Et pour une analyse sérieuse et documentée des liens entre musique et luttes populaires, cet article paru récemment sur Equaltimes.

Et en bonus une piste de travail pour la prochaine manifestation à Lyon ou ailleurs

Crédit photo :  Culturopoing69


Une réflexion sur « Le son de la semaine de grève »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.