LE RIGODON N’EST PAS UN FROMAGE !

En septembre dernier à l’occasion des journées du patrimoine, le CMTRA et les associations de danses et de musiques traditionnelles de la région organisaient l’événement “Sur les pavés, le trad”. Trois morceaux originaires d’Auvergne-Rhône-Alpes ont été mis à l’honneur lors de bals spontanés. Entre une valse et une bourrée apparaissait un mystérieux “rigodon”…

Quasiment oublié après la Seconde Guerre Mondiale puis remis au goût du jour dans les années revivalistes, le rigodon reste souvent complexe et peu visible sur la scène des musiques traditionnelles. Nous avons cherché à en savoir un peu plus sur cette danse et les airs qui y sont rattachés, ainsi que sur les réappropriations dont ils font aujourd’hui l’objet.

Présent principalement dans le Dauphiné (qui regroupe les départements de la Drôme, des Hautes-Alpes et de l’Isère) et dans le Vivarais (qui correspond approximativement à l’Ardèche), le rigodon est souvent qualifié d’être une musique  rythmique et énergique, simple dans sa structure et qui laisse la part belle aux ornementations. Concernant les sources dont nous disposons, le constat est rapide : très peu d’informations concernant la danse ont été collectées, à peine plus pour la musique.

Sur la Base Inter-régionale du Patrimoine Oral on trouve entre autre les collectes réalisées par Charles Joisten auprès d’Emile Escalle, violoneux routinier du Champsaur en 1973. Parmi la cinquantaine des airs collectés figure le Rigodon à quatre cordons, un des rigodons les plus joués aujourd’hui. N’oublions pas que beaucoup d’enregistrements de rigodons dorment encore dans les placards de collecteurs et restent à découvrir.

Rigodon à 4 cordons collecté par Charles Joisten auprès d’Emile Escalle en 1973
Disponible sur la Base Inter-régionale du Patrimoine Oral

 

On peut entendre différentes interprétations de ce rigodon sur de nombreuses productions, par exemple :

Rigodon à 4 cordons – Les violons du rigodon – Fanfare ménétrière, 2002, par la Compagnie du Rigodon

Rigodon à 4 cordons – La Preyra, album éponyme, 2015

 

 

Nombreux sont ceux qui font part de leur désir de voir cette musique et cette danse vivre et se perpétuer dans les bals. Dans la lettre d’information du CMTRA d’automne 2006, Véronique Elouard, danseuse professionnelle et enseignante, disait son envie de dépasser la peur de trahir les traditions et, au delà du manque de sources, choisir de le danser avec le parti-pris de l’interprétation. Les associations du territoire telles que le Folk des Terres Froides encouragent également chacun à se (ré)approprier cette danse, élément majeur de la mémoire collective des Dauphinois.

De même du côté de la musique, Patrick Mazellier, musicien enseignant et chercheur du Vivarais, remarque dans un article de Trad Mag (n° 168) les potentiels inexploités du rigodon. Héritage culturel peu sollicité, cette musique constitue d’après lui une ressource pédagogique intéressante et permet de nombreuses “ouvertures créatives”.

Nous nous sommes demandé, au delà des groupes folkloriques, quelle est aujourd’hui la perception de ces airs qu’ont les musiciens qui les font vivre. Nous sommes allé poser quelques question à Perrine Bourel, violoneuse des Hautes-Alpes. Perrine joue dans diverses formations : en solo, au sein des Violons du Rigodon mais aussi dans divers groupes du collectif La Novià, espace d’expérimentation autour des musiques traditionnelles et/ou expérimentales basé en Haute-Loire.

Pour Perrine, le rigodon a constitué une porte d’entrée dans le monde des musiques traditionnelles. Lorsqu’elle découvre par hasard les enregistrements des collectages d’Emile Escalle, c’est un vrai choc esthétique. Ce qui la marque avant tout ce n’est pas tant la forme, les airs ou les ornementations, c’est la qualité du son. Elle passe alors de nombreuses années à se familiariser avec ces airs, mais aussi à s’imprégner des territoires et des histoires des personnes qui y sont rattachées. D’après Perrine, ce n’est pas en apprenant à jouer techniquement cette musique qu’on l’apprend mais plutôt en la nourrissant de rencontres, de sensations et de paysages, de la raccrocher aux humains qui l’ont modelée.

En dépit de ce besoin de filiation, il est amusant de noter que le manque de sources en terme de collectages existant a certes constitué une difficulté mais que l’absence du regard des “anciens” a également permis une part importante de prise de liberté. Le manque de sources à peut être eut cet effet inattendu : amener les musiciens qui font vivre ces répertoires à s’expérimenter sans contrainte.

Aujourd’hui,  dans le rapport que Perrine entretient avec les musiques expérimentales, le rigodon constitue avant tout un matériau qui la nourrit. Il s’agirait de zoomer, comme avec une loupe, sur quelques détails, puis de les amplifier, de les répéter et ainsi vraiment entrer dans le son. La démarche avec le collectif de la Novià consiste à rechercher les bourdons, les fréquences, laisser toute la place aux aspérités et, à la manière des violoneux collectés, trouver sa propre justesse. Il s’agit d’interpréter ces airs de manière sobre pour retranscrire au mieux l’essence de cette musique modale.

D’après Perrine, ces aller-retours avec les musiques expérimentales lui ont permis d’entrer encore plus profondément dans la matière du rigodon, de conscientiser chaque détail. Le plaisir de jouer ces airs n’en devient alors que plus grand.

Si nous avons jusqu’à présent beaucoup parlé des musiciens, des danseurs et chercheurs professionnels, il ne faut cependant pas oublier que le répertoire des rigodons perdure aussi grâce à tous les amateurs, danseurs et musiciens. On pense à tous ces passionnés de l’ombre, cette force vive cachée qui, en se réappropriant librement ces airs et ces danses les font vivre sur les parquets.

 

Pour aller plus loin :

 

Crédit photo couverture : “Rigodon dansé par des hommes.” Saint-Pierre-de-Méarotz (environs de La Mûre). 1908. © Collection Musée dauphinois- Département de l’Isère

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.