Vacher, mémoire collective d’un vagabond-criminel

Cette semaine, nous continuons notre exploration du fonds André Julliard, que le CMTRA a documenté et mis en ligne dernièrement en partenariat avec la Direction des Musées Départementaux de l’Ain. Au début des années 1980, l’ethnologue est allé à la rencontre d’habitants du Bugey dépositaires de récits et de contes populaires. Parmi les histoires qui lui ont été contées, une en particulier revient fréquemment : celle de Joseph Vacher.

À l’inverse de nombreux protagonistes des histoires enregistrées par André Julliard dans le Bugey (les sarvans, Gargantua ou encore la Pèl Blanc) Joseph Vacher est d’abord un personnage historique attesté. Né en 1869 en Isère, il fut exécuté en 1898 à Bourg-en-Bresse après avoir été accusé d’une trentaine de meurtres et de viols dans le Sud-Est de la France. Vagabond, il commettait ses crimes au gré de ses errances.

Dans le contexte de la fin du XIXe siècle, l’affaire Joseph Vacher est importante à plus d’un titre. En premier lieu, elle a considérablement marqué le développement de l’anthropologie criminelle en France en alimentant un débat sur la responsabilité pénale des criminels (voir à ce sujet l’étude du médecin lyonnais André Lacassagne sur Joseph Vacher). Elle a également contribué à infléchir les politiques répressives à l’égard des populations les plus mobiles et les plus précaires sur le territoire.

L’affaire Vacher a également été fortement médiatisée par la presse de l’époque, qui a contribué à construire et à populariser la figure de l’ “Étrangleur du Sud-Est” ou, au choix, du “Jack l’éventreur français“. Cette image fut également largement diffusée par la biais des colporteurs et des chanteurs ambulants. À ce sujet, la passionnante base de données Complaintes Criminelles de Jean-François “Maxou” Heintzen recense pas moins d’une vingtaine de complaintes relatant les sordides méfaits de Vacher.

Complainte [sur l’exécution de Vacher], 1899

Dès lors, il n’est guère étonnant que l’affaire Vacher ait laissé une trace tenace dans la mémoire collective  des Français. Plus spécifiquement, elle est restée longuement ancrée dans la mémoire des habitants du Bugey, du fait notamment de l’assassinat du jeune Victor Portalier par Vacher à Bénonces (01) et de l’instruction du juge Émile Fourquet à Belley. À ce propos, l’enquête d’André Julliard au début des années 1980 révèle les traces de l’affaire dans la mémoire collective des bugistes, plus de 80 ans après son exécution.

Mémoire du passage de Joseph Vacher dans le Bugey, par un habitant d’Ambutrix – voir la notice complète ici

Dans ce premier extrait, un habitant d’Ambutrix raconte le passage de Joseph Vacher – “celui-là qui tuait les femmes” –  dans la ferme familiale, alors qu’il était enfant.  Nous pouvons d’ores et déjà noter que l’histoire qu’il  conte au micro d’André Julliard revêt un des traits   caractéristiques des récits, enregistrés par l’ethnologue, impliquant Vacher : il est intimement lié à l’expérience – directe ou indirecte – et à l’environnement de l’informateur. Ici, c’est dans son foyer que Vacher et passé, et c’est à l’encontre de sa mère qu’il a proféré des menaces. Loin de nous l’idée de mettre en doute la parole de cet homme, qui a très bien pu croiser Joseph Vacher dans son enfance. Contentons-nous pour le moment de souligner un point commun entre toutes les versions de l’histoire de Vacher collectées par André Julliard : l’intégration du passage du vagabond dans un récit familial.

Mémoire du passage de Joseph Vacher dans le Bugey, par un habitant d’Aranc-Résinand – voir la notice complète ici

Dans cet extrait, un habitant du village de Résinand conte lui aussi une histoire familiale impliquant Joseph Vacher,  qui avait volé une paire de bottes à un membre de sa famille. Si lui ne l’a jamais vu, c’est en revanche son père qui lui a raconté cet épisode impliquant plusieurs membres de sa famille. Lié à l’histoire familiale, Vacher est également lié dans ce récit à l’environnement direct de l’informateur. Ici encore, aucun élément précis ne nous permet de mettre en doute la véracité de ce récit.

En revanche, malgré sa mauvaise qualité sonore, cet extrait introduit un autre élément important : Joseph Vacher est présenté comme un tueur non seulement sanguinaire, mais même obsédé par le sang de ses victimes au point de le sucer. Cela conduit à voir dans cet extrait le passage d’une sorte d’appropriation familiale d’un événement historique avéré à une véritable mythification de l'”Étrangleur du Sud-Est”.

Ces récits du passage de Joseph Vacher dans le Bugey laissent entrevoir la terreur qui s’est emparé des campagnes françaises à la toute fin du XIXe siècle. D’ailleurs, comme l’atteste un autre entretien réalisé par André Julliard, la figure effrayante de Vacher était encore, près de 12 ans après son exécution, utilisée par les parents et les voisins pour dissuader les enfants de s’aventurer trop loin dans les champs et les pâturages :

Mémoire du passage de Joseph Vacher dans le Bugey, par un habitant d’Aranc-Résinand – voir la notice complète ici

Tel qu’elle a été captée par André Julliard au tournant des années 1970 et 1980, la mémoire collective des crimes de Joseph Vacher dans les campagnes du Bugey est assez caractéristique du glissement d’un fait divers, particulièrement marquant et territorialisé, dans un récit légendaire local. À ce titre, on peut la rapprocher d’un autre personnage récurrent dans l’enquête d’André Julliard : Louis Mandrin. Ce célèbre contrebandier qui vécut dans la première moitié du XVIIIe siècle dans le Dauphiné revient en effet régulièrement dans les récits collectés par l’ethnologue. Cependant, alors que Joseph Vacher faisait office de figure repoussoir, terrorisant les enfants et menaçant les honnêtes fermiers, la légende de Mandrin évoque plutôt un brigand sympathique, volant aux riches pour donner aux pauvres. Ou, comme le dit un informateur au micro de l’ethnologue :  “Mandrin, c’était un bon communiste“.

Aujourd’hui, Joseph Vacher reste ancré dans la mémoire collective, et son souvenir est fréquemment réactivé. On pense notamment au film Le Juge et l’Assassin de Bertrand Tavernier (1976), qui met en scène la relation entre Vacher et la juge d’instruction  Émile Fourquet. Ou, avec moins de talent, aux nombreuses émissions radio ou télé à sensations accompagnées de voix-off graves et dramatiques relatant les crimes commis par l’assassin-vagabond.

Pour aller + loin :

Crédits photos 

Couverture : Le tueur de bergers / par *** – BnF Gallica

Complainte : Complaintes criminelles – Criminocorpus


2 réflexions sur « Vacher, mémoire collective d’un vagabond-criminel »

  1. Bonjour, belle collecte ! Merci de citer mon travail, c’est gentil. Lors d’une conférence à Bourg-en-Bresse, une dame m’a dit qu’enfant, durant l’entre-deux-guerres, on l’effrayait encore avec Vacher… Soit donc une trentaine d’année après son exécution.
    Je viendrai causer des complaintes criminelles (et en chanter) début février 2020 en région lyonnaise, surveillez le calendrier !
    Maxou

    1. Merci Maxou pour cette anecdote, qui confirme encore la persistance du mythe de Vacher dans ce territoire ! Et au plaisir de (re)découvrir à Lyon votre travail remarquable sur les complaintes.
      A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.